Discours pour DANIEL DROCOURT

Prononcé par François CLARAC lors de la célébration des obsèques de DANIEL, dans l’Abbaye Saint-Victor de Marseille.     (19 juin 2019),

 

Notre ami Daniel, nous a quitté et toute l’Académie des Sciences, des Arts et des Lettres de Marseille est en deuil !

 Sa stature familière faisait plaisir à voir ! Ses commentaires étaient toujours éclairants. A la fin, il arrivait avec ses deux cannes mais vu son sourire, on oubliait sa démarche cahotante. Ses cheveux blancs et son air distingué nous plaisait. Dès que je suis entré à l’Académie, il a été très gentil avec moi. Il plaisantait sur mes connaissances biologiques, j’étais un zoologiste et un botaniste qui l’amusait

Il habitait sur la corniche un petit appartement au rez de chaussée, une petite maisonnette. On était dans le noir car il ne supportait pas les passants parlant devant chez lui. Mais cela n’avait aucune importance, on commentait les dernières réunions de l’Académie et les interventions des uns et des autres. Sa voix avait un accent inimitable, faite pour convaincre ; on l’aimait pour lui et pour ce qu’il représentait.

Vous savez tous mais il est bon de le rappeler qu’il a eu une activité intense au profit de la ville de Marseille ; En 1974, la ville décide de s'intéresser de plus près à son potentiel patrimonial au moment où est appliquée la loi Vivien, qui prévoit des démolitions massives dès que l'on atteint 51 % de bâtiments en mauvais état. Cela faisait suite à tout ce qui avait déjà disparu. Grace à lui, la ville a été préservée. 

     L'Atelier du Patrimoine qu’il dirigeait depuis 1971, a vu le jour dans un contexte original où il fallait repérer dans Marseille la présence et la reconnaissance d'un patrimoine archéologique important. Il était nécessaire de mieux connaître Marseille. Le travail de l'Atelier consistait donc à intégrer à la fois le sous-sol, la forme telle qu'elle avait pu nous parvenir, mais aussi de travailler sur la façon de faire évoluer ce bâti.  Daniel DROCOURT Directeur de l'Atelier du Patrimoine et architecte-conseil de la ville de Marseille (en 1998) a aussi, été expert auprès de l'UNESCO. – 

Ses titres ont été innombrables, architecte Conseil de la Ville de Marseille depuis 1975, directeur de l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille depuis 1980, membre élu du Conseil départemental d’Architecture, d’Urbanisme et, d’Environnement des Bouches-du-Rhône. Depuis 1989, dans le cadre des Programmes d’aménagement, il assurait une assistance technique auprès de la Ville médiévale de Rhodes en Grèce, de la médina de Sfax en Tunisie, des zones côtières d’Alger (Algérie) et d’Al Hoceima au Maroc et de la région littorale de Matrouh en Egypte. Il est ainsi devenu dans le cadre des Programmes d’aménagement côtiers PAC–PAM-PNUE, un des plus grands experts des monuments et des villes de la méditerranée.  

 Il a en plus écrit et illustré de très nombreux livres d’Art. Auteur de plusieurs ouvrages sur le patrimoine urbanistique, historique et architectural marseillais, il s’est intéressé particulièrement au patrimoine culturel et naturel méditerranéen, architecte D.P.L.G. – France, architecte Conseil de la Ville de Marseille depuis 1975, directeur de l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille depuis 1980, membre élu du Conseil départemental d’Architecture, d’Urbanisme et, d’Environnement des Bouches-du-Rhône.

Il a joué de même, un rôle capital dans notre Académie puisqu’il en a été le directeur. Il fut chancelier en 2007 et en 2012 et Directeur en 2008 et en 2013. 

Que dire en concluant ? cet homme si gentil et discret a surmonté toutes ses difficultés sans nous en détailler les problèmes.

 Il était à coup sûr un grand homme !

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

                           DANIEL, notre frère, nous a quittés, Cathy, Monique et Claude, le 16 Juin 2019

 ACCUEIL  -  LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

MAMAN
qui nous a quittés
le 17 aout 2018

adorait rire avec
DANIEL

Souvenir 
d’un
bon MOMENT

Noël 2011

Deux souvenirs : 

*C’était un dur. Étudiant, champion de course de Provence du 200 m, il attrapa la polio. Placé immédiatement dans un poumon d’acier, la paralysie fut stoppée. Il montra alors pendant de longs mois un courage peu commun pour récupérer la force de ses muscles de surface et plus profonds qui avaient été atrophiés.
*
Un homme discret. et humain. En mission au Liban, une voiture folle dévalait la rue et allait écraser le ministre avec qui il discutait. Voyant cela, il le sauva en le repoussant, et fut lui-même grièvement blessé à la colonne vertébrale...sans que les autorités d’alors en face beaucoup cas, hormis le rapatriement.

Daniel DROCOURT
1942  -  2019
Architecte DPLG
Académie 2003
Légion d’Honneur 2011

Haut de Page      ACCUEIL

 DANIEL DROCOURT,
une vie au service du patrimoine

par Emmanuel Laugier 

 

On ne décrit pas la carrière de Daniel Drocourt, on l'ébauche. Il faut retenir de lui son extraordinaire savoir, sa connaissance du patrimoine, sa passion ·pour son métier d'architecte, ses qualités d'historien du patrimoine et de l'architecture. De multiples qualifications seront mises au service de Marseille, avant d'être étendues à de nombreuses villes de la Méditerranée. Ses compétences vaudront à Daniel Drocourt une reconnaissance internationale, l'amenant à connaître une véritable existence de globe-trotter.

En 1971, il est à l'origine d'un organisme municipal unique au monde : l'Atelier du Patrimoine. Ce service a vu le jour dans un contexte original où il fallait repérer dans Marseille la présence et l'importance d'un patrimoine archéologique méconnu. Le travail de !'Atelier consistait à analyser, étudier et faire connaître le patrimoine de Marseille de l'Antiquité à nos jours. Sa mission consistait aussi à envisager la façon de le faire évoluer. Pour cela, Daniel Drocourt mit en place une équipe atypique composée d'architectes spécialistes du bâti ancien et de l'urbanisme, de maquettistes, d'historiens et d'historiens de l'art 
Ses titres ont été innombrables : membre élu du Conseil départemental d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement des Bouches-du-Rhône, expert auprès de l'ICOMOS et de l'UNESCO. Coordinateur du Plan bleu pour la Méditerranée et acteur important du Plan des Nations unies pour l'environnement . Depuis 1989, il assura une assistance technique auprès de la ville médiévale de Rhodes en Grèce, de la médina de Sfax en Tunisie, des zones côtières d'Alger et d'Al Hocema (Maroc) ainsi que de la région littorale de Matrouh (Egypte) il est ainsi devenu, dans le cadre des Programmes d'aménagement côtiers, l'un des plus grands experts des monuments et des villes de la Méditerranée.

Auteur de plusieurs ouvrages sur le patrimoine urbanistique, historique et architectural marseillais, il s’intéresse particulièrement au patrimoine culturel et naturel méditerranéen. Il a joué de même; un rôle capital au sein de l'Académie de Marseille dont il était membre élu depuis 2003 puis directeur en 2008 et en 2013.

Ses passions multiples, son désir de faire partager ses connaissances, feront de lui un auteur récurrent de la revue Marseille.

Tous les membres de la direction et de la rédaction de la revue tenaient à rendre hommage à sa mémoire.

Lors
 de son élection
à l’Académie
de Marseille

Mon ami Daniel DROCOURT  -  (21 novembre 2019 :  HOMMAGE A l’Académie)

 

J’ai connu Daniel par l’Académie et dès que j’ai eu le plaisir de l’approcher, nous sommes devenus amis. Sa simplicité et son humilité m’ont tout de suite touché. Son abord était cordial mais il fallait le connaître pour s’en faire un véritable ami.

Il était parisien d’origine, né en octobre 1942, j’étais son aîné de 4 ans. Je l’ai beaucoup aimé et pourtant nos intérêts touchaient des domaines totalement différents. Il se passionnait pour l’architecture. Quand je venais le voir, il y a quelques années, dans son atelier avec toutes ses maquettes, il me montrait ses publications et m’informait des travaux qu’il avait initiés à Marseille.

Je lui expliquais ce qu’était un biologiste. Il ne trouvait pas cela très sérieux de s’intéresser essentiellement à des petites bêtes ou à de frêles fleurs de montagnes! Il me considérait un peu, comme un baladin qui s’amusait dans les prairies d’altitudes ou comme un navigateur fantasque qui plongeait pour ramasser quelques ravissantes anémones de mer ou pour admirer des pieuvres au manteau irisé, adapté aux couleurs du fond de la mer!

En 1971, il a été à l’origine d’un organisme municipal unique au monde: « l’Atelier du Patrimoine ». Ce service a permis de repérer dans Marseille la présence et l’importance d’un patrimoine archéologique méconnu. L’Atelier a ainsi analysé, étudié et fait connaître le patrimoine de Marseille, des origines à nos jours.

Daniel a mis en place une équipe originale composée d’architectes, d’urbanistes, de maquettistes, d’historiens et d’historiens d’art. Ses titres ont été innombrables: membre élu du conseil départemental d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement des Bouches du Rhône, expert important auprès de l’UNESCO… Coordinateur du Plan Bleu pour la méditerranée…

Depuis 1989, il assura une assistance technique auprès de la ville médiévale de Rhodes en Grèce, de la Médina de Sfax en Tunisie, des zones côtières d’Alger et d’Al Hocema au Maroc ainsi que de la région littorale de Matrouh en Egypte. Il est ainsi devenu dans le cadre des programmes d’aménagements côtiers, un des plus grand experts des monuments et des villes de la méditerranée 

Ancien directeur de l’Atelier du Patrimoine, Daniel a joué un rôle capital dans l’éveil des consciences au regard des édifications du passé. Sollicité dans le monde entier pour son expertise, il a érigé en label de qualité « le savoir-faire Marseillais » pour la sauvegarde des sites archéologiques et la prévention des risques urbains.

Après son départ du local du Centre Bourse, je suis allé dans son appartement sur la corniche. La première fois, j’ai longuement cherché, ne trouvant pas sa demeure. Quand je suis entré, j’ai compris que le bruit de la rue l’obligeait à tout fermer. Il allumait la lumière et là on pouvait discuter. Il était d’une culture inégalée et se lançait dans de grandes explications très originales et passionnantes. Il nous a fait de nombreux exposés à l’Académie, un des derniers a été sur « L’atelier du Patrimoine à Marseille » : Il existe depuis plus de 30 ans. Une exposition a été réalisée avec une approche multidisciplinaire.

Ses écrits ont été multiples, entre autre, sur le bâti ancien de Marseille, sur le Siècle de Louis XIV ou sur l’hospice de la Charité... Ses spécialités touchaient l’archéologie avec l'apport des dernières campagnes de fouilles, les outils de gestion de la ville historique, qui a permis la préservation du patrimoine architectural et urbain.

Grâce aux maquettes de bâtiments historiques, à des dessins d'architectures du patrimoine architectural du XX° siècle, on connaît aujourd’hui l’histoire des quatre siècles précédents à Marseille. Ce service unique en France grâce à Daniel et de par ses responsabilités archéologiques et architecturales, lui a permis de sauvegarder et de mettre en valeur le patrimoine de la cité.

L’Atelier s'attache à réhabiliter Marseille en lui redonnant son aspect originel. L’expérience acquise a permis de situer l’échange de savoir-faire au niveau international. Dans la perspective de Marseille "Capitale européenne de la Culture" en 2013, la Maison de l'Artisanat et des Métiers d'Art a mis à l'honneur des artistes lors de chacune de ses expositions.

Daniel nous a quitté… on s’associe à la tragique peine de sa famille… on n’oubliera jamais sa gentillesse et son amabilité. Cet expert qui appréciait de se trouver chez nous à l’Académie, qui intervenait peu mais toujours à bon escient, entrait ces derniers mois avec ses cannes essayant de faire le moins de bruit possible… Il nous offrait pourtant, toujours, malgré sa souffrance, son meilleur sourire.  François CLARAC