DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

== 1er trimestre 2017 :
-  02/01  Concours d'écriture: Le Petit Prince et Proxima. L'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet a donné ce 2 janvier le coup d'envoi d'un concours d'écriture destiné aux enfants, adolescents et jeunes adultes de moins de 25 ans depuis la Station spatiale internationale où il effectue actuellement sa mission Proxima. Le Petit Prince, l'histoire d'un jeune garçon qui voyage de planète en planète, est l'œuvre littéraire la plus traduite au monde. En hommage à Saint-Exupéry, l'aviateur écrivain qui a inspiré plusieurs générations d'enfants et d'adultes, ce concours d'écriture invite à emmener le petit prince sur une nouvelle planète, où il fera à nouveau une surprenante rencontre.
Dix textes finalistes, parmi lesquels cinq textes soumis depuis la France, et cinq textes du reste du monde (un par continent), seront sélectionnés par un jury composé d'astronautes, de personnalités du monde aéronautique et du monde littéraire. Ces dix textes seront envoyés mi-mars 2017 à Thomas, qui choisira ses deux préférés et les révélera le 6 avril. Ce concours est organisé en partenariat avec la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse, le Labo des histoires, la Cité de l'espace et l'Institut français. Les participants sont invités à soumettre leurs textes d'une page maximum avant le 28 février prochain via le site:  www.missionproxima.com/concours-ecriture
17/01  -  Les débris spatiaux : c’est le sujet de la thèse que Fatoumata Kebe, malienne,  vient de soutenir. Elle est désormais docteure en astronomie de l’université Paris 6 Pierre-et-Marie-Curie. Mardi, elle a présenté ses travaux de recherches à l’Institut d’astrophysique de Paris.
Plus de 22 000 déchets artificiels supérieurs à 10 cm se baladent dans les faubourgs de la Terre. Les risques de collisions et d’explosions sont donc non négligeables pour ceux qui lancent de nouveaux satellites par exemple. Des
vidéos intéressantes.
Ephémérides est le nom de l’association que Fatoumata Kebe a créée il y a trois ans pour parler d’astronomie, notamment aux gamins des banlieues. L’association intervient dans quatre collèges : deux dans le nord de Paris et deux autres en Seine-Saint-Denis, à Bobigny et à Villetaneuse. C’est aussi l’occasion d’emmener les élèves découvrir l’observatoire de Paris.

06/02  -  Japon : Echec du nettoyeur expérimental de déchets spatiaux. Toujours à ce sujet, triste nouvelle : La mission a échoué. Plus de 100 millions de déchets divers seraient en orbite autour de la Terre. Expédié en décembre dernier, un vaisseau de ravitaillement de l’ISS était équipé d’une longe de quelque 700 mètres qui devait se déployer pendant la fin de la mission du ravitailleur pour effectuer un test. Cette tige électrodynamique, constituée de fils d’acier et d’aluminium, devait, grâce à des effets électromagnétiques, déplacer des détritus. Il s’agissait en fait de les ralentir pour les faire descendre dans des orbites de plus en plus proches de la Terre, afin qu’ils finissent par décrocher et se consumer dans l’atmosphère. « Nous pensons que la longe ne s’est pas déployée » a déclaré Koichi Inoue, responsable du projet. Cette expérimentation devait servir de base pour la constitution ultérieure d’une longe bien plus imposante (5000 à 10 000 m.) jugée nécessaire pour faire le ménage de façon efficace dans l’espace. Voir la Vidéo explicative japonaise) De nouveaux essais devraient être effectué l’an prochain, en février 2018, par la Jaxa, mais aussi par l’Ecole Polytechnique de Lausanne et son projet« Clean Space One »
15/02  -  Espace : 60 nouvelles planètes découvertes, et même 114 en tout : C'est le résultat de 20 ans de recherches par des astronomes américains utilisant le télescope Keck-I à Hawaï.. Comme le rapporte The Independent, une a déjà particulièrement attiré leur attention. Une super-Terre à la surface rocheuse, appelée Gliese 411-b, située dans le quatrième système solaire le plus proche de nous.    
Les résultats des chercheurs suggèrent que toutes les étoiles situées près de notre Soleil ont des planètes en orbite autour d'elles. Dr Tuomi, seul chercheur basé en
Europe travaillant sur ce projet, y voit une avancée phénoménale : « C'est fascinant de penser que lorsque l'on regarde les étoiles les plus proches de nous, toutes ont des planètes en orbite autour d'elles, explique-t-il à The Independent. C'est une chose dont les astronomes n'étaient pas convaincus il y a encore 5 ans. Ces nouvelles planètes nous aident à comprendre la formation des processus des systèmes planétaires. »  (SUITE)
01/03  -  7 planètes  -  Une équipe d'astronomes a découvert autour d'une étoile naine un système de sept planètes de la taille de la Terre, rocheuses,  en orbite autour d’une étoile naine située à 39 années-lumière de chez nous. “Toutes orbitent à une distance idoine pour éventuellement avoir de l’eau quelque part à leur surface”. Ce système va devenir l’un des meilleurs laboratoires que nous ayons pour comprendre l’évolution des petites planètes”, “C’est vraiment une combinaison d’éléments qui est tout à fait extraordinaire”, “En choisissant d’observer ce type d’étoile, ce que beaucoup de chercheurs ne font pas, nous avons franchi une étape cruciale pour savoir si la vie a pu émerger ailleurs dans l’univers”. Les sept astres ont été baptisés Trappist-1b, c, d, e, f, g et h en fonction de leur distance par rapport à leur étoile, elle-même connue sous le nom Trappist-1 en référence à la bière belge, et, surtout, au petit télescope Trappist (pour TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) conçue par l’équipe liégeoise, et installé en 2010 au Chili. C’est ce télescope qui en a permis les premières observations. Pour Amaury Triaud, cité par Wired, “la découverte de ce nouveau système solaire va aider à inscrire la Terre dans un contexte beaucoup plus large et montre que le type d’exoplanètes découvertes est susceptible d’être plus fréquent que prévu.”
08/02  -  La nouvelle carte dynamique de l’Univers : Des scientifiques ont découvert que notre galaxie, la Voie lactée, est poussée par une force inconnue dans l’univers. Une  bulle cosmique pousse les amas de galaxies  devant elle et détermine le mouvement de milliers de galaxies, dont notre galaxie dans son voyage à travers l’univers en expansion.
L’équipe a analysé les directions du mouvement et de la vélocité des amas de galaxies dans l’univers proche et a conclu que deux structures gigantesques formaient une sorte de dipôle gravitationnel, déterminant le mouvement à grande échelle de toute la matière dans sa sphère d’influence. Nous sommes dans la Voie lactée et au bord du superamas Laniakea (en jaune) qui est à mi-chemin entre la bulle vide (et noire) (
SUITE) (appelée le Répulseur dipolaire) d’un côté et le très imposant attracteur (rouge) de Shapley de l’autre.
- (Voir : Zoom sur la
Voie Lactée )
- (
Le n° de Mars de Sciences et Avenir commente longuement cette carte p 38 à 41, et nous apprend ou nous rappelle que nous sommes sur la planète Terre qui tourne autour du Soleil, une des 200 milliards d’étoiles de la Voie Lactée, notre Galaxie. La Terre tourne sur elle-même à 1600 km/h et simultanément à 100 000 km/h autour du Soleil, lequel tourne autour du centre de notre Galaxie à 800 000 km/h. Et cette galaxie fonce à 2.3 millions de km/h (631 km/s) vers l’ « Attracteur » une région située à 600 millions d’Années-lumière de nous. Cette vitesse s’est expliquée quand on a découvert à 500 millions d’années-lumière, en arrière, que s’ajoutait  une force de répulsion  venue d’une sorte de bulle de faible densité de matière qui jouait le rôle d’accélérateur pour notre Galaxie attirée vers le super amas de Shapley. (Ces vitesses sont  bien sûr relatives par rapport à l'observateur, la vitesse absolue n'ayant aucun sens en Astronomie et en Relativité restreinte ou générale (Voir « Relativity and the Nature of Spacetime » de Petkov, Vesselin) )
01/03  Les LabOrigins sont des spectacles scientifiques uniques. Chaque performance réunit artistes et chercheurs qui, en conjuguant leurs talents, nous font voyager dans des univers trop souvent réputés inaccessibles. La jubilation et les émotions participent de cette fête de l’esprit donnant ainsi l’occasion à chacun de plonger dans son propre imaginaire, de découvrir la fabuleuse histoire de nos origines et d’inventer le monde de demain. Exemples de Thématiques : Origines de l'énergieOrigines de l'hommeOrigines de l'infini  -  Origines de l'Univers  -  Origines de la conscience  -  Origines de la pensée  -  Origines de la terre  -  Origines de la vie  -  Origines de la vie sous-marine  -  Origines du climat  -  Origines du langage =>  « Le mouvement de ceux qui dansent au rythme de l'espace-temps » Dimanche 26 mars - 17:00  -  Théâtre de la Reine Blanche 2bis, passage Ruelle - 75018 - Paris
15/03  -  Un ensemble de processus biochimiques essentiels à la vie cellulaire sur Terre (Le cycle de krebs) aurait pu être le résultat de réactions chimiques survenues sur la Terre il y a quatre milliards d'années.
16/03  -  On a découvert que les produits chimiques inorganiques peuvent s'auto-organiser en structures complexes qui imitent la vie primitive sur Terre.  Des objets ressemblant à des fossiles se sont développés, mais ce sont des matériaux inorganiques qui résultent de simples réactions chimiques. Cela complique l'identification des premiers microfossiles de la Terre et redéfinit la recherche de la vie sur d'autres planètes et lunes. «Les microstructures inorganiques peuvent être indiscernables des anciennes traces de vie, tant en morphologie qu'en composition chimique», a déclaré Garcia-Ruiz.
Pour faire ce travail, l'équipe de scientifiques a recueilli et analysé une forme extrême de l'eau de soude  En ajoutant seulement un autre produit chimique omniprésent - le calcium ou le sel de baryum - cette eau produit des structures minuscules, comme des tubes, des hélices et des objets semblables à des vers qui rappellent les formes des organismes primitifs. L'eau génère ( SUITE ) également des structures minérales complexes qui sont semblables à la nacre - la substance brillante des coquillages.
Les similitudes entre les fossiles réels et ces structures inorganiques vont au-delà de l'apparence et s'étendent à leur nature chimique. Dans l'avenir, les scientifiques devront être encore plus attentifs, car  tout ce qui ressemble à la vie n'est pas nécessairement la vie.
22/03  La «spirale de la mort» d'une étoile dans un trou noir. Cette étoile semblable au soleil errait trop près du trou noir central de sa galaxie. Des marées intenses ont déchiré l'étoile, ce qui a produit une éruption de lumière optique, ultraviolette et de rayons X , découverte le 22 novembre 2014. . Les forces de marées de celui-ci (3 millions de masse solaire) annulent la gravité de l'étoile qui explose donc en flux de débris. Ces débris des marées tombent initialement vers le trou noir mais le dépassent, le contournent en arc le long d'orbites elliptiques et finalement entrent en collision avec le courant entrant. (Animation explicite de Spacedaily)
23/03  -  « Nouvelle étude de la poussière spatiale (Space Daily) dans les régions locales et lointaines de la Voie Lactée. La Terre est juste un gigantesque amas de poussière cosmique - un gros paquet de débris amassés à partir d'étoiles explosées. .La poussière rend les choses très difficiles pour regarder plus loin dans l'univers ou au plus profond de notre propre galaxie
Un projet doit construire une carte de plus de 30 millions de galaxies éloignées, Mais cette carte sera déformée si cette poussière est ignorée.
La lumière de ces galaxies lointaines est pour quelques pour cent absorbée et dispersée par la poussière dans notre propre galaxie. Ces galaxies apparaissent plus rouges dans le ciel, ce qui déforme leur distance et leur vue.
Les scientifiques essaient avec l’infrarouge  (qui peut passer à travers la poussière) de cartographier cette poussière interstellaire en 3D, de comprendre  (
SUITE ) sa concentration, sa composition et les tailles et formes des particules, et de savoir où se trouve cette poussière dans le ciel et dans notre Galaxie, y compris dans les nuages dits ​​moléculaires où se forment étoiles, planètes et nébuleuses.
 Ils ont trouvé une image plus complexe de la poussière. Les propriétés de la poussière, dans un rayon de 1 kiloparsec du soleil, sont différentes de celles des propriétés de la poussière dans le plan galactique et la galaxie externe. Les observations constatent que les propriétés de la poussière varient peu avec la quantité de poussière, de sorte que les modèles peuvent avoir besoin d'être ajustés pour tenir compte d'une composition chimique différente, par exemple.     Une grande quantité de la chimie a lieu sur les grains de poussière, et vous ne pouvez former de l'hydrogène moléculaire à la surface des grains de poussière. Cet hydrogène moléculaire est essentiel dans la formation des étoiles et des planètes. Des mesures précises de la composition chimique de la poussière spatiale sont importantes   La carte de poussière de notre galaxie est incomplète pour un tiers. Un sondage sur le ciel, APOGEE-2, complétera l'imagerie, et se terminer en mai. »
( Voir : La molécule hydrocarbure aromatique polycyclique (HAP) est un composant de la poussière, qui, avec le gaz, remplit l'espace entre les étoiles au sein des galaxies)
31/03  -  « De temps à autre, le Soleil émet un éclat explosif de particules chargées qui se dirige vers la Terre et fait des ravages sur les réseaux électriques, les avions et les systèmes satellites. Comprendre pourquoi le Soleil occasionnellement émet ces particules à haute énergie peut aider les scientifiques à prédire les conditions atmosphériques, et aider les gens sur la planète à prendre des précautions.. Lancé en 2018, Le Solar Probe Plus de la NASA entrera dans la corona, la haute atmosphère du soleil, en opérant à des températures extrêmes et recueillera des données sur les mécanismes qui chauffent la corona et accélèrent le vent solaire. Pour capturer la vitesse et la direction des particules chargées positivement, Solar Probe Plus sera équipé d'une tasse de Faraday capable de mesurer toute la force des particules solaires et des rayonnements supersoniques » (Spacedaily)
==  2è trimestre 2017 :
12/04  -  Colloque international sur les origines. Commencement, genèse et création dans l’art des XVe et XVIe siècles. Dans l’histoire de la pensée occidentale, il n’est sans doute aucune autre grande question qui ait autant fasciné et suscité d’infinies spéculations que celle des origines, origines des choses, des individus et plus encore du monde. L’idée qu’il serait possible de révéler et de mettre en lumière par les voies du savoir ce qu’il advint au commencement et de reconstituer la chaîne ininterrompue des événements reliant le présent à un passé immémorial s’illustre par une remarquable constance qui tend à faire de la question des origines ce que l’anthropologie, après Claude Lévi-Strauss, nomme un « invariant structurel ». ..(SUITE) »
21/04  -  NASA. Cyprien Verseux, astrobiologiste, racontera sa mission de l’intérieur ce mardi 25 avril à 21 heures dans la salle des fêtes du Soler (66). Il a été presque « seul sur Mars » pendant un an. De fin août 2015 à fin août 2016, il était le biologiste de la mission HISEAS IV, une mission financée par la Nasa. Seul Français entouré de cinq autres scientifiques qui ont vécu isolés dans un dôme blanc de onze mètres de diamètre, sur les pentes d’un volcan hawaïen inactif. Pendant un an, ils n’ont vu ou parlé à personne en-dehors de leurs coéquipiers. Co-habitation ? Plutôt bien ! Être en permanence en huis-clos et n’avoir aucun moyen de s’éviter peut s’avérer compliqué. Même avec des tensions, on n’avait pas le choix. Il fallait s’entendre et maintenir de bonnes relations. Le bilan dans l’ensemble est positif. Un an !? C’est nécessaire pour tester les effets psychologiques. (SUITE)  Les problèmes arrivent en général après huit mois et des missions sur Mars sont prévues sur trois à quatre ans. Il est donc important de comprendre le facteur humain. Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Je ne savais pas comment j’allais réagir au confinement. Mais l’humain s’adapte vite et j’ai énormément appris socialement, à gérer des conflits et à travailler efficacement malgré les épreuves. Pour un but commun, la réussite de notre mission. Les résultats de la Nasa sont déjà très encourageants et seront bientôt publiés. Vos futurs projets ? Terminer mon doctorat codirigé par Lynn Rothschild et Daniela Billi. Recueilli par Elisabeth Porcher. Entrée libre et gratuite.
29/04  -  Le cristal de temps : un objet longtemps théorique inventé par le Nobel Frank Wilczek, vient d’être confirmé par 2 équipes de physiciens américains. Les atomes des cristaux sont répartis dans l’espace de façon régulière. Et bien, ces particules pourraient être réparties de façon aussi très régulière dans le temps. Découverte spectaculaire qui pourrait apporter une plus grande précision dans le repérage des activités spatiales, comme celles des satellites, mais aussi pour toutes les activités terrestres.
Par ailleurs, le physicien confie à « Science et Avenir » « je ne vois pas encore comment on pourrait relier le cristal de temps au temps cosmologique. Il est possible qu’un jour une relation profonde entre les deux puisse être démontrée, mais nous en sommes bien loin !
30/04  -  La pollution lumineuse méconnue a des conséquences sur les écosystèmes et la santé. L’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne (ANPCEN) estime que « le nombre de points lumineux a augmenté de 89 % en vingt-cinq ans » en France. Trois associations ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat pour dénoncer l’inaction du gouvernement qui ne prend pas d’arrêtés d’application de la loi qui réglemente notamment les installations lumineuses
Les lumières artificielles s’accumulent dans les environnements professionnel et personnel : bâtiments intérieur et extérieur, panneaux publicitaires, commerces, bureaux, lampadaires, installations sportives,
stations de ski vides la nuit qui continuent d’être éclairées.
 Selon une étude publiée en juin 2016 dans la revue ( SUITE ) américaine Science Advances, près de 83 % de la population mondiale et près de 99 % des populations européenne et américaine vivent sous un ciel nocturne plus ou moins altéré par la pollution lumineuse. Un label de « réserve internationale de ciel étoilé » a même été décerné fin 2013 au pic du Midi pour préserver la qualité du ciel dans cette région. (Un tiers de l’humanité est privé de Voie lactée).
En 2016, la loi sur la biodiversité avait pourtant inscrit les paysages nocturnes dan
s « le patrimoine commun de la nation » On se demande pourquoi cette pollution lumineuse n’est pas prise au sérieux.
Les solutions pour diminuer cette pollution sont simples, comme une orientation des lampadaires « Ulor zéro », c’est-à-dire qui ne dépasse pas l’horizontale.
« Heureusement, nous avons recensé plus de 12 000 communes qui diminuent d’elles-mêmes leur consommation la nuit.
Des conséquences sur l’écosystème. Ainsi, des prédateurs qui utilisent la lumière pour chasser, ou à l’inverse des proies qui utilisent l’obscurité comme protection, voient leur mode de vie perturbé. Les oiseaux qui migrent ou chassent la nuit naviguent au clair de Lune et à la lumière des étoiles. Les lumières artificielles peuvent les faire migrer trop tôt ou trop tard et manquer des conditions idéales pour la nidification ou la recherche de nourriture.
D’autres populations comme les tortues de mer, les coraux ou les planctons sont perturbés.
L’homme aussi : dérèglements de l’horloge interne que peut entraîner une exposition à la lumière à un moment inopportun : « 
Notre horloge biologique régit notre rythme circadien [ou biologique], qui dure environ vingt-quatre heures. Ce rythme va être perturbé par exemple lors d’une exposition intense et tardive le soir. » Autre conséquence, la lumière va inhiber la synthèse de la mélatonine, cette hormone sécrétée uniquement la nuit. Etc.

Anciennes infos  :  ASTRONOMIE;   ECOLOGIE;   HUMANITAIRES;   ANIMAUX;   ANTI-CORRIDA;   PERPIGNAN

Simples notes

de lecture

ANCIENNES  INFOS  d’ ASTRONOMIE   (3 pages)

INFOS  PRECEDENTES  ASTRO
Plus anciennes