DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

08/12  -  Les rayons cosmiques dans l'atmosphère s'intensifient, avec une augmentation de plus de 12% depuis 2015, selon des relevés par ballon-sonde au-dessus de la Californie. Les rayons cosmiques sont créés par des événements puissants tels que des collisions d’étoiles, des rayons gamma et des supernovae. Ces cataclysmes accélèrent les particules chargées - principalement des protons - à des énergies très élevées. Ils frappent la haute atmosphère de la Terre et  génèrent d’invisibles, mais très énergiques douches de particules ionisées et de rayonnement électromagnétique.
Ces rayons cosmiques peuvent agir sur les
nuages (Les diminutions soudaines des rayons cosmiques peuvent entraîner une réduction de 2 % de la fraction de nuage, soit environ un milliard de tonnes d'eau liquide de moins dans l'atmosphère, d’après une récente étude). Mais on doute qu’ils puissent provoquer la foudre. Par ailleurs, des études lient les rayons cosmiques avec des arythmies cardiaques et la mort cardiaque subite dans la population générale.
Pourquoi les rayons cosmiques s'intensifient-ils? La raison principale est le soleil.
Les nuages ​​de tempête solaire tels que les éjections de masse coronale (CME) éloignent les rayons cosmiques quand ils passent par la Terre. Au cours du maximum solaire, les CME sont abondants et les rayons cosmiques sont maintenus à distance. Maintenant, le minimum solaire, permet aux rayons cosmiques de revenir. Une autre raison pourrait être l'affaiblissement du champ magnétique de la Terre, qui aide à nous protéger contre le rayonnement lointain.
Les points de données dans le graphique ci - dessus correspondent au pic du
maximum de Reneger-Pfotzer déjà détecté en 1930.

08/12   « Des belges en pointe dans l’étude de la composition de l’atmosphère de Mars :

Il n’a malheureusement pas été possible de faire atterrir en douceur l’atterrisseur Schiaparelli sur Mars le 19/10 dernier, mais la mission ExoMars 2016 continue avec le TGO. Le Trace Gas Orbiter , actuellement en orbite autour de Mars, a pour mission de fournir la meilleure analyse jamais réalisée de la composition de l’atmosphère de cette planète. C’est avec cet objectif en tête que l’instrument NOMAD – pour lequel la Belgique a joué un rôle majeur – a été conçu. Ann Carine Vandaele  se réjouit d’ores et déjà des premières mesures réussies réalisées dans l’atmosphère de Mars. Le TGO est en parfait état de fonctionnement comme en témoigne ce gros plan de Mars. =>
Le TGO sera lentement amené dans une orbite elliptique à une altitude de 400 km au-dessus
de la surface de Mars, après quoi la mission scientifique pourra commencer en décembre 2017 ».
=  4ème trimestre 2016:  suite ICI :
20/12  - 
NEPTUNE  -  (Notes)  La microlentilation gravitationnelle suggère que les mondes de la masse de Neptune sont probablement le type le plus commun de planète à se former dans les royaumes extérieurs glacés des systèmes planétaires. Et même, 10 fois plus communes que les planètes de la masse de Jupiter dans les orbites semblables à Jupiter".
   La microlentilation gravitationnelle profite des effets de flexion lumineuse des objets massifs .Elle se produit lorsqu'une étoile de premier plan, la lentille, s'aligne aléatoirement avec une étoile de fond éloignée, la source, vue de la Terre. Les astronomes doivent surveiller des millions d'étoiles car ces alignements entre les étoiles sont rares et se produisent au hasard.
   Plus de 50 exoplanètes ont été découvertes en utilisant la microlentilation comparée à des milliers détectées par d'autres techniques, telles que la détection du mouvement ou de la gradation d'une étoile hôte causée par la présence de planètes. La microlentilation peut détecter des planètes des centaines de fois plus éloignées que la plupart des autres méthodes, ce qui permet aux astronomes d'étudier une large bande de notre galaxie Voie lactée. La technique permet de localiser des exoplanètes à des masses plus petites et à des distances plus grandes par rapport à leurs étoiles hôtes, et elle est suffisamment sensible pour trouver des planètes flottant à travers la galaxie seules, non reliées aux étoiles.
   À partir de cette information, les chercheurs ont déterminé la fréquence des planètes par rapport au rapport de masse de la planète et de l'étoile ainsi que les distances entre eux.  Pour une étoile qui a 60 % de la masse du soleil, la planète microlentisée type est un monde entre 10 et 40 fois la masse de la Terre.  À titre de comparaison, Neptune dans notre propre système solaire a la masse équivalente de 17 Terres.
   Les résultats impliquent que les mondes froids de la masse de Neptune sont probablement les types les plus communs de planètes au-delà de la ligne dite de neige, le point où l'eau est restée figée pendant la formation planétaire. Dans le système solaire, on croit que la ligne de neige est située à environ 2,7 fois la distance moyenne de la Terre par rapport au soleil, la plaçant au milieu de la ceinture d'astéroïdes principale aujourd'hui.
 "Au-delà de la ligne de neige, les matériaux qui étaient gazeux plus près de l'étoile se condensent en corps solides, augmentant la quantité de matériel disponible pour démarrer le processus de construction de la planète", a déclaré Suzuki. "C'est là que nous pensons que la formation planétaire a été la plus efficace, et c'est aussi la région où la microlentilation est la plus sensible."
  Les astronomes s'attendent à ce que les déterminations de masse et de distance de milliers de planètes, complétant le travail commencé par Kepler, fournissent le premier recensement galactique des propriétés planétaires.
-  29/12  -  Fin novembre,
Cassini entamait l'avant-dernière étape de sa mission et effectuait avec succès le 4 décembre sa première plongée à proximité de l'anneau F de Saturne. La sonde Cassini a été lancée en 1997 pour explorer Saturne. Initialement prévue pour durer 4 ans à partir de la mise en orbite qui a eu lieu en 2004, cette mission a été prolongée à deux reprises. Elle prendra fin en septembre 2017 : dans un « Grand finale » que la NASA annonce spectaculaire, Cassini plongera dans les couches supérieures de l’atmosphère de Saturne avant de s’y désagréger sous l’effet des forces de friction. Jusqu’à sa destruction le 15 septembre 2017, Cassini ne cessera de livrer des données, nombreuses et précieuses, sur Saturne, sa composition, ses anneaux, ses lunes. Des données qui prendront des années à être traitées dans leur intégralité. Une manière de nous rappeler, si on en doutait, que l’espace mérite encore qu’on s’y intéresse. France culture.
(Bonnes nouvelles de 2016 -  Découverte de Proxima B La plus proche voisine de la Terre en dehors du Système solaire a été découverte cet été. Elle se situe dans une zone compatible avec l'existence d'eau liquide, à 4,2 années-lumière de nous, en orbite autour de l'étoile la plus proche du Soleil, Proxima du Centaure -  Confirmation de l'existence des ondes gravitationnelles,  perturbations de l'espace-temps provoquées par la collision de deux trous noirs. Première observation directe.)== 1er trimestre 2017 :
-  02/01  Concours d'écriture: Le Petit Prince et Proxima. L'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet a donné ce 2 janvier le coup d'envoi d'un concours d'écriture destiné aux enfants, adolescents et jeunes adultes de moins de 25 ans depuis la Station spatiale internationale où il effectue actuellement sa mission Proxima. Le Petit Prince, l'histoire d'un jeune garçon qui voyage de planète en planète, est l'œuvre littéraire la plus traduite au monde. En hommage à Saint-Exupéry, l'aviateur écrivain qui a inspiré plusieurs générations d'enfants et d'adultes, ce concours d'écriture invite à emmener le petit prince sur une nouvelle planète, où il fera à nouveau une surprenante rencontre.
Dix textes finalistes, parmi lesquels cinq textes soumis depuis la France, et cinq textes du reste du monde (un par continent), seront sélectionnés par un jury composé d'astronautes, de personnalités du monde aéronautique et du monde littéraire. Ces dix textes seront envoyés mi-mars 2017 à Thomas, qui choisira ses deux préférés et les révélera le 6 avril. Ce concours est organisé en partenariat avec la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse, le Labo des histoires, la Cité de l'espace et l'Institut français. Les participants sont invités à soumettre leurs textes d'une page maximum avant le 28 février prochain via le site:  www.missionproxima.com/concours-ecriture
17/01  -  Les débris spatiaux : c’est le sujet de la thèse que Fatoumata Kebe, malienne,  vient de soutenir. Elle est désormais docteure en astronomie de l’université Paris 6 Pierre-et-Marie-Curie. Mardi, elle a présenté ses travaux de recherches à l’Institut d’astrophysique de Paris.
Plus de 22 000 déchets artificiels supérieurs à 10 cm se baladent dans les faubourgs de la Terre. Les risques de collisions et d’explosions sont donc non négligeables pour ceux qui lancent de nouveaux satellites par exemple. Des
vidéos intéressantes.
Ephémérides est le nom de l’association que Fatoumata Kebe a créée il y a trois ans pour parler d’astronomie, notamment aux gamins des banlieues. L’association intervient dans quatre collèges : deux dans le nord de Paris et deux autres en Seine-Saint-Denis, à Bobigny et à Villetaneuse. C’est aussi l’occasion d’emmener les élèves découvrir l’observatoire de Paris.

06/02  -  Japon : Echec du nettoyeur expérimental de déchets spatiaux. Toujours à ce sujet, triste nouvelle : La mission a échoué. Plus de 100 millions de déchets divers seraient en orbite autour de la Terre. Expédié en décembre dernier, un vaisseau de ravitaillement de l’ISS était équipé d’une longe de quelque 700 mètres qui devait se déployer pendant la fin de la mission du ravitailleur pour effectuer un test. Cette tige électrodynamique, constituée de fils d’acier et d’aluminium, devait, grâce à des effets électromagnétiques, déplacer des détritus. Il s’agissait en fait de les ralentir pour les faire descendre dans des orbites de plus en plus proches de la Terre, afin qu’ils finissent par décrocher et se consumer dans l’atmosphère. « Nous pensons que la longe ne s’est pas déployée » a déclaré Koichi Inoue, responsable du projet. Cette expérimentation devait servir de base pour la constitution ultérieure d’une longe bien plus imposante (5000 à 10 000 m.) jugée nécessaire pour faire le ménage de façon efficace dans l’espace. Voir la Vidéo explicative japonaise) De nouveaux essais devraient être effectué l’an prochain, en février 2018, par la Jaxa, mais aussi par l’Ecole Polytechnique de Lausanne et son projet« Clean Space One »
15/02  -  Espace : 60 nouvelles planètes découvertes, et même 114 en tout : C'est le résultat de 20 ans de recherches par des astronomes américains utilisant le télescope Keck-I à Hawaï.. Comme le rapporte The Independent, une a déjà particulièrement attiré leur attention. Une super-Terre à la surface rocheuse, appelée Gliese 411-b, située dans le quatrième système solaire le plus proche de nous.    
Les résultats des chercheurs suggèrent que toutes les étoiles situées près de notre Soleil ont des planètes en orbite autour d'elles. Dr Tuomi, seul chercheur basé en
Europe travaillant sur ce projet, y voit une avancée phénoménale : « C'est fascinant de penser que lorsque l'on regarde les étoiles les plus proches de nous, toutes ont des planètes en orbite autour d'elles, explique-t-il à The Independent. C'est une chose dont les astronomes n'étaient pas convaincus il y a encore 5 ans. Ces nouvelles planètes nous aident à comprendre la formation des processus des systèmes planétaires. »  (SUITE)
01/03  -  7 planètes  -  Une équipe d'astronomes a découvert autour d'une étoile naine un système de sept planètes de la taille de la Terre, rocheuses,  en orbite autour d’une étoile naine située à 39 années-lumière de chez nous. “Toutes orbitent à une distance idoine pour éventuellement avoir de l’eau quelque part à leur surface”. Ce système va devenir l’un des meilleurs laboratoires que nous ayons pour comprendre l’évolution des petites planètes”, “C’est vraiment une combinaison d’éléments qui est tout à fait extraordinaire”, “En choisissant d’observer ce type d’étoile, ce que beaucoup de chercheurs ne font pas, nous avons franchi une étape cruciale pour savoir si la vie a pu émerger ailleurs dans l’univers”. Les sept astres ont été baptisés Trappist-1b, c, d, e, f, g et h en fonction de leur distance par rapport à leur étoile, elle-même connue sous le nom Trappist-1 en référence à la bière belge, et, surtout, au petit télescope Trappist (pour TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) conçue par l’équipe liégeoise, et installé en 2010 au Chili. C’est ce télescope qui en a permis les premières observations. Pour Amaury Triaud, cité par Wired, “la découverte de ce nouveau système solaire va aider à inscrire la Terre dans un contexte beaucoup plus large et montre que le type d’exoplanètes découvertes est susceptible d’être plus fréquent que prévu.”

Anciennes infos  :  ASTRONOMIE;   ECOLOGIE;   HUMANITAIRES;   ANIMAUX;   ANTI-CORRIDA;   PERPIGNAN

Simples notes

de lecture

INFOS  PRECEDENTES  ASTRO

Plus anciennes

PLUS  ANCIENNES  INFOS  d’ ASTRONOMIE