DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

=   1er trimestre 2017 :
20/01/2017  -  « C’est une première qui s’est déroulée ce mercredi à la prison de Perpignan. « Après l’attentat de Nice en juillet dernier, explique le diacre Georges de Massia, aumônier catholique de la prison, la direction de l’établissement a demandé aux aumôniers des  différentes religions de réfléchir sur une action commune que nous pourrions réaliser au sein du centre pénitencier. Une action commune, interreligieuse, une rencontre de paix en quelque sorte à partager avec les détenus qui le désireraient.»

Mercredi l’aumônier catholique, son collègue musulman et les aumôniers protestants se sont ainsi retrouvés ensemble avec 25 détenus pour partager un moment spirituel. Chaque représentant de chaque religion a ainsi lu un texte sacré et a procédé à un commentaire de ce texte ou a récité une prière. Puis un silence méditatif s’est instauré entre tous les participants à cette rencontre, détenus et religieux. « À l’issue de ce moment  très intense, poursuit Georges de Massia, nous nous sommes tous donné un signe de paix, dans la plus grande cordialité. L’objectif de cette rencontre était de montrer que nous nous respections tous dans nos religions différentes et que nous nous respectons aussi en tant qu’être humain.» Devant le succès de ce partage interreligieux, les organisateurs étudient la possibilité de le renouveler annuellement, lors d’une date reconnue par toutes les religions, une date qui célébrerait la paix. »  (L’Indépendant)

29/01  -  Le Comité de Perpignan du Parti de Gauche organise une conférence / débat sur l’éducation jeudi 2 février 2017 à Perpignan, salle des Libertés (3 rue Edmond Bartissol), à partir de 19 heures. Elle portera sur « L’avènement de l’éducation d’urgence - Comment est bafoué le droit à l’éducation des enfants déplacés ? » et sera animée par Mickaël IDRAC. A l’heure des flux migratoires que l’on qualifie de crise, l’Union Européenne subit-elle réellement une crise migratoire ? Les regards des médias français et européens ont été braqués des mois durant sur Calais, son camp, sa jungle mais les chiffres avancés sont discutables. Qui a analysé la situation des mineurs isolés étrangers, que l’Etat appelle désormais mineurs non accompagnés ? Cette population représentait 10% du camp qui a été démantelé. Pourquoi cette population demandeuse d’école, de savoir, qui était scolarisée dans son pays d’origine est privée en France d’un accès à l’Ecole de la République ? (Francis DASPE)
03/02  -  Les indépendantistes appellent à manifester lundi prochain à 18 heures, sur la place des Poilus (devant la Casa de la Generalitat). à Perpignan, contre les « persécutions politiques » en Catalogne de la justice espagnole. Les responsables locaux de l’Assemblea nacional de Catalunya (ANC), Francesc Bitlloch et Hervé Py, soutiennent les élus sud-catalans poursuivis en justice pour avoir organisé un référendum sur l’Indépendance (L’Indépendant, p6)

08/02  -  Pere Figueres est heureux de convier le public à une présentation événement de son recueil de poèmes illustré intitulé « 9 », vendredi 10 février, à 18 h 30, à la librairie Torcatis, 10 rue Mailly à Perpignan. Cette présentation soutenue par l’association Terra Fonda inaugurera en même temps un environnement de créations plastiques du même auteur, visible du 9 au 18 février. La séance débutera par un débat avec Jaume Quéralt et un cercle de lecteurs. Avec la participation de : Mònica Bellsolà, metteur en scène et comédienne ; Laura Bertran, journaliste et animatrice de Radio Arrels ; Cristina Giner, épouse de l’auteur et rapsode ; Jaume Saïs, poète et photographe, compagnon de tournées ; Roger Coste, libraire épris de langues et de livres ; Donald Smith, universitaire nord-américain, passionné de catalan roussillonnais.  Librairie Torcatis, 10 rue Mailly, Perpignan. Tél. 04 68 34 20 51. (L’Indépendant, p 9)
08/02  -  « Jonathan Pierres Vivantes » Une association d’écoute et d’accueil des parents et frères et sœurs endeuillés. Cet accueil est effectué par des personnes bénévoles et formées ayant également subi le deuil d’un ou plusieurs enfants. Les permanences du premier semestre auront lieu à Perpignan de 14 h 30 à 16 h 30 à La Maison pour les Familles de L’Udaf 66, 3 rue Déodat-de-Severac les samedis : 18 février, 18 mars, 15 avril, 20 mai et 17 juin. Renseignement: Régine Bernad (présidente) au 06 16 37 47 37 ou Maria-Christine Gohin au 06 17 54 90 11. (L’Indépendant, p8)
10/02  - SOS Amitié Perpignan-Roussillon recrute :
 
« SOS Amitié a pour tradition d’œuvrer en toute discrétion. Cependant, même si elle ne le crie  pas sur les toits, l’association est implantée à Perpignan depuis les années 1980. Son objectif ? Offrir une oreille attentive et un peu de réconfort aux personnes en détresse qui appellent son standard. En 2016, les 39 écoutants de SOS Amitié Perpignan-Roussillon ont ainsi répondu à pas moins de8 600 appels. « On offre aux gens qui appellent une possibilité de parler de leurs problèmes, détaille le président de l’association, Francis Apers. Nous ne sommes pas des thérapeutes. Nous pratiquons une écoute active et bienveillante sans porter de jugement, ni donner de conseils. » L’anonymat des conversations est garanti. Les écoutants n’ont aucun moyen de savoir qui les appelle (les numéros entrants ne s’affichent pas). Pour devenir écoutant, envoyer à l’association un e-mail (sos.amitie.perp66@orange.fr) ou un courrier (SOS Amitié Perpignan Roussillon BP 50456 - 66004 Perpignan Cedex). En cas de détresse, contacter le standard de SOS Amitié Perpignan-Roussillon au 04 68 66 82 82 (24 h/24, et 7j/7)  (L’Indépendant p5)  (Voir)

18/02  -  « Recours contre le nom Occitanie : place aux arguments  (L’Indépendant,  Pays catalan, p5) Le parti Unitat catalana a dévoilé hier à la presse les conclusions des différentes parties sur le contentieux les opposant à la Région. (Suite)
18/02  -  Objectif Zéro phyto : la fin des pesticides au SOLER 66
Depuis 2016, l’usage des produits phytosanitaires (herbicides, insecticides, etc.) par les collectivités est interdit pour l’entretien des espaces verts et pour le désherbage des voiries.  (SUITE)

01/03  -  LA POLLUTION DE L'AIR PAR LES NAVIRES

Notre environnement et notre santé sont dégradés par une pollution quotidienne de l'air. Le scandale « Diesel » a marqué les esprits par une réalité cynique : les intérêts économiques passent avant la santé publique.

Plusieurs pathologies graves sont liées à la pollution de l'air : maladies cardiovasculaires, bronchiolites, cancers, Parkinson …et 58 milliards d'euros sont dépensés par an pour les services de santé européens. La santé des habitants des villes portuaires et du personnel de bord est particulièrement affectée.

La situation intra-urbaine du port de Port-Vendres et l'exposition directe à courte distance parfois moins de 100 m des cheminées émettrices sont des facteurs qui ne peuvent pas être négligés au moment même où une extension de l'infrastructure est envisagée.

La conférence sera animée par Mme Charlotte LEPITRE, coordinatrice du Réseau Santé Environnement de la fédération France Nature Environnement.  (*) Port-Vendres aux Port-Vendrais - Port-Vendres Nature Environnement  (Cf Marseille, Romainville, Hong Kong)

02/03  -  « Quand les pauvres s’en mêlent

SOLIDARITÉ. Les premières assises de la pauvreté destinées à dénoncer l’apathie des politiques sur le sujet se sont tenues mardi soir.

Nicolas Caudeville, avait envoyé cette idée des assises de la pauvreté sur le constat, certes un peu provoc, que la « première richesse de Perpignan, c’était ses pauvres». Les chiffres sont là. Une réunion avait donc été provoquée dans les locaux de Promesse des sources, avec invitations faites à toutes les associations solidaires des personnes en grande détresse. Les Restos du coeur, Le Refuge, La régie sud de Perpignan, l’asso Bas Vern, Les Chaussettes du coeur, le Secours populaire, Les Portevoix, Entraide Roussillon, Un Sourire pour la vie, L’Assosphère, La Banque alimentaire...étaient là; Des politiques aussi Françoise Fiter, Clotilde Ripoull, Katia Mingo, Mélanie Frémond… Mais surtout, des gens de la rue étaient présents pour donner leur avis sur ses assises, avec leurs expériences en guise de garde-fou. Comme Stéphanie, 20 ans, SDF, qui racontait sa triste expérience de rue quotidienne : « C’est une vie assez dure. Il ne faut pas croire que l’été c’est plus facile. Pour les jeunes, il y a très peu de places d’hébergements et peu de réponses des institutionnels.»

 Thierry Grillet »  (L’Indépendant, Pays catalan, p6)
18/02  -  Objectif Zéro phyto : la fin des pesticides au SOLER 66  :  Depuis 2016, l’usage des phytosanitaires (herbicides, insecticides, etc.) par les collectivités est interdit pour l’entretien des espaces verts et pour le désherbage des voiries. Les pesticides sont aujourd’hui omniprésents dans l’environnement (l’eau, l’air, le sol et les végétaux) et ont des conséquences néfastes sur la biodiversité et sur la santé publique. La commune a décidé il y a un an de ne plus utiliser de produits phytosanitaires dans son territoire. Elle a obtenu cette année le label régional « Zéro phyto » avec « 3 grenouilles » (qui signifie qu’aucun pesticide n’est utilisé sur les espaces publics sans exception). La ville s’est engagée, au travers de ses services techniques, dans cette démarche avec un plan d’actions communales pour une gestion de l’espace public sans pesticides. Cette pratique a deux objectifs qui sont d’éviter de mettre les agents municipaux au contact de produits aux effets sensibles sur la santé et de maîtriser les impacts nocifs sur la biodiversité. Si le matériel évolue, la manière de créer et d’entretenir les espaces verts en ville a également changé. C’est pourquoi la présence d’herbes dans les allées du cimetière n’est pas synonyme d’un mauvais entretien.
09/03  -  « Les maires interpellent les candidats à la Présidence

Guy Ilary, maire de Tautavel  et président de l’association départementale des maires de France (AMF 66), se fait le

relais d’une initiative nationale. À quelques semaines de l’élection présidentielle, les élus locaux soumettent un manifeste aux candidats. L’occasion de formaliser des revendications anciennes et toujours d’actualité visant à

sauver le bloc communal. « C’est important que le pouvoir local puisse affirmer son existence et démontrer son utilité, résume Guy Ilary. Deux tiers de l’investissement public, c’est nous. Il est urgent que nos avis soient pris en compte. » Les maires craignent toujours que leurs communes fassent les frais d’un « dégraissage » du millefeuilles communal.

« Il est clair qu’on souhaite continuer à exister. La commune est le service public de proximité, là où se joue la démocratie locale, nous sommes les premiers ambassadeurs de la République française », n’hésite pas à dire l’élu. La baisse des DGF, les Dotations globales de fonctionnement, reste un souci : « Si des charges sont transférées, qu’elles le soient avec les financements. Nous vivons dans une république décentralisée, il faut donc nous consulter sur les réformes qui nous impactent  (SUITE) comme la réforme des rythmes scolaires. » En attendant, une rencontre est  prévue le 22 mars à Paris entre des représentants de l’AMF et les candidats qui auront recueilli leurs 500 parrainages, principalement auprès des élus locaux. » F. Michalak  -  (L’Indépendant, Pays catalan, p3)
18/03  -  Marche contre les violences policières, contre le racisme, pour la justice et la dignité  :  AFPS, ASTI, CGT, Cimade, CJR, CNT-SO, CNT, Collectif des Sans papiers de Perpignan, Comité de soutien aux sans papiers de Perpignan, CUP, FSU, LDH, Mouvement de la paix, MRAP, NPA, PCF, RESF, Solidaires communiquent. Rendez-vous demain dimanche place Cassanyes à 10 h 30, pour le départ de la marche. L’affaire du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois le mois dernier n’a fait que nous rappeler la nécessité d’alerter et de protester contre les dérives d’une police toujours plus violente. Toutefois, notre lutte est aussi celle contre le racisme, mal qui gangrène notre société. L’état d’urgence qui devait protéger les populations semble avoir ouvert la brèche à diverses dérives sécuritaires et autoritaires. C’est pourquoi dans le cadre de la semaine internationale contre le racisme, à

Perpignan comme ailleurs, nous en appelons à une marche contre les violences policières, contre le racisme. Pour la justice et la dignité ! Cette manifestation perpignanaise transcendera les frontières étatiques avec notamment la présence d’élus de la CUP à la mairie de Barcelone et au Parlament de Catalunya. (...)
09/03  -  « Les maires interpellent les candidats à la Présidence

Guy Ilary, maire de Tautavel  et président de l’association départementale des maires de France (AMF 66), se fait le relais d’une initiative nationale. À quelques semaines de l’élection présidentielle, les élus locaux soumettent un manifeste aux candidats. L’occasion de formaliser des revendications anciennes et toujours d’actualité visant à sauver le bloc communal. F. Michalak  -  (L’Indépendant, Pays catalan, p3)

 

 

 

 

Anciennes infos  :  ASTRONOMIE;   ECOLOGIE;   HUMANITAIRES;   ANIMAUX;   ANTI-CORRIDA;   PERPIGNAN

Simples notes

de lecture

INFOS  ROUSSILLON

PRECEDENTES
Plus anciennes

PLUS  ANCIENNES  INFOS  ROUSSILLON-PERPIGNAN + 66