DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

Texte

Les événements  :  = 1 =  = 2 =  = 3 =  = 4 =  = 5 =  = 6 =  = 7 =

#NousSommesTousCatalans

#NousSommesTousCatalans
https://larevuelimpertinent.com/2017/10/21/noussommestouscatalans/

« Il est vraiment grand temps de cesser nos plaisantes conversations de café du commerce sur le pour ou contre l’indépendance.

Depuis le 1er octobre, et l’usage disproportionné de la violence policière par Rajoy, c’est devenu hors-sujet : il en va aujourd’hui de la défense de NOTRE démocratie, à nous tous citoyens Européens.

Ce qui se passe en Catalogne concerne en effet de très près tous les Européens que nous sommes, contrairement à ce que les grands médias aux ordres veulent faire croire, pour nous désolidariser du sort des Catalans afin que nous ne fassions ainsi pas sur nos gouvernements qui ont fait de Rajoy leur élu.

L’Etat Espagnol (aux mains d’un parti ultra-corrompu et néo-franquiste, à bien distinguer de l’Espagne) est en train de violer allègrement tous les traités fondamentaux en matière de droits de l’homme de l’Union Européenne (UE) comme le rappelait le 3 octobre l’association PEN des écrivains internationaux, à commencer par la Charte des Droits Fondamentaux et la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

L’usage disproportionné de la force lors du référendum du 1er octobre a été dénoncé et reconnu par Amnesty International,
Human Rights Watch, et même le Conseil de l’Europe qui a demandé l’ouverture d’une enquête qui a été refusé par Rajoy. Normalement ceci aurait dû déclencher des sanctions de l’UE au titre de la procédure de l’Article 7, menaces qu’on fait planer actuellement sur la Pologne pour beaucoup moins que ça dans un antifascisme d’opérette : bien caractéristique de la gauche caviar française incapable de mener de réels combats sociaux en dehors de causeries de plateau télé autour des textes de Michéa, de Gramsci ou de Pasolini dont le peuple se fout royalement et à juste titre.
Honte à Libération, le « grand quotidien de gauche » (avec supplément caviar) – véritable torchon de tartufferie bien-pensante aux ordres de l’oligarchie qu’il est devenu sous la nouvelle ère Macron-Drahi – et à son orwellien service de désinformation « Désintox », d’avoir osé titrer après la répression du 1er octobre : « Catalogne : aucun traité européen ne prévoit l’expulsion d’un Etat pour avoir réprimé des électeurs ». On pourrait aussi je crois créer en ce moment un hashtag #balancetoncollabodeloligarchie.
Honte à Manuel Valls, bien représentatif de la tournure autoritaire que prend notre pays depuis Sarkozy, et qui va bientôt pouvoir reprendre du service en petit dictateur ridicule dans les colonies, d’avoir relativisé les violences policières en se référant uniquement à des « images » et en disant qu’en substance ce n’était pas grave « car il n’y avait pas eu mort d’homme » : une belle philosophie fascisante qu’il mit en pratique en faisant tabasser à La Manif pour Tous et durant les manifestations contre la loi travail sans débat parlementaire. Des méthodes devenues aujourd’hui business as usual dans la France Macron-MEDEF où les chômeurs, des « optimisateurs » selon Gattaz, seront bientôt criminalisés (ils le sont déjà symboliquement) au rythme où ça va.
Honte enfin à toute la pseudo-intelligentsia qui monopolise nos plateaux télés et à toutes nos grands âmes généralement si promptes à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme lorsqu’elles sont loin de chez nous : et si silencieuses, lorsqu’elles ne sont pas ouvertement supportrices, de la répression en Catalogne par leur ignorance crasse du sujet et leurs lâchetés. Michel Onfray, philosophe de grande surface si représentatif des clowns qui accaparent l’espace médiatique pour y vendre leurs platitudes égocentriques, aurait pu au moins en tant que prétendu « anarchiste proudhonien » s’indigner, lui qui si récemment appelait encore à « décoloniser les provinces françaises« , rien que ça. Mais non, sur michelonfray.com, il ne réagit pas à la Catalogne en nous parlant de Proudhon (et de son rejet total des états-nations, qui avait notamment inspiré la Commune de Paris) mais, dans une divagation totalement hors-sol, de Hobbes, sans un mot de réprobation pour la violence policière et avec même un final en apologie de la monarchie espagnole (imposée par Franco et jamais votée) qui a pris fait et cause pour Rajoy sur la Catalogne de manière très dure. Une apologie confondante d’ignorance puisque cette monarchie est non seulement profondément corrompue (ayant accumulé mystérieusement deux milliards d’euros partant de zéro depuis sa restauration comme l’avait révélé le NY Times) mais aussi responsable (juteuses commissions occultes à la clé visiblement) en VRP des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite dont l’Espagne est le 3ème fournisseur mondial. Mais qu’attendre d’autre d’un tartuffe proudhonien, qui fait supporter les coûts de son Université Populaire par la collectivité par des subventions publiques, mais en privatise les profits le plus néo-libéralement possible par de très juteuses ventes de disques de ses conférences ?
Après cette violence policière dont tout le monde a pu être témoin, et qui laissait imaginer que normalement il y aurait un tollé mondial, l’impensable s’est produit : c’est-à-dire que strictement RIEN ne s’est passé, solidarité totale de la France de l’UE avec Rajoy.
Il y a eu ensuite des ahurissantes menaces de mort publiques le 9 octobre – aussi sinistres qu’explicites – du porte-parole officiel du Partido Popular, Pablo Casado, en menaçant Carles Puigdemont de finir comme Lluis Companys, le premier président de la Generalitat, qui fut TORTURE ET FUSILLE PAR FRANCO après avoir été arrêté par la Gestapo en France où il était éxilé, et ce à quelques jours des commémorations de sa mort en Catalogne. Vous imaginez Castaner dire à Mélenchon qu’il va finir comme Jaurès s’il continue ? En Espagne c’est pas d’obscurs groupuscules d’extrême droite qui forment de tels projets, mais un gouvernement en place.
Voilà pour ceux qui douteraient encore du néo-franquisme du Partido Popular, qui a recyclé (avec leurs méthodes criminelles et leur idéologie autoritaire) tous les cadres de l’époque franquiste et leurs rejetons (exemple typique Aznar), qui finance avec des deniers publics la Fondation Franco, qui se bat bec et ongles (avec succès) pour pouvoir conserver partout en Espagne des noms de rues, des monuments, des écoles franquistes. Imaginez en France un parti de droite entretenant la mémoire du maréchal Pétain avec des squares Pierre Laval et des francisques sur les plaques  : non le Partido Popular n’est pas un parti de droite normal, comme peut l’être Les Républicains. S’il n’y a pas de parti d’extrême droite en Espagne, c’est parce que l’extrême droite C’EST le Partido Popular. La toujours très vomitive Revue Eléments, revue de la fachosphère avec laquelle Michel Onfray est désormais cul et chemise, a d’ailleurs dans un récent numéro célébré le putsch franquiste de juillet 1936 par la bataille du siège de l’Alcazar, grand fait d’armes et de propagande franquiste durant la guerre civile. Mais bien sûr « ne diabolisons pas »… mais si seulement l’extrême droite soutenait Rajoy ce ne serait rien. Les vrais fascistes en France ne sont pas hélas qu’au Front National, ce que montre bien le cas catalan et les vagues de sympathie que suscite un gouvernement qui frappe sur des populations pacifiques.
Aucune réaction à ces menaces de mort à l’encontre d’un opposant politique, les médias français ne relayant pas l’info et mentant dès lors, comme ils en ont pris l’habitude sur ce dossier, par omission en s’abstenant de relater les faits contraires à la version officielle.
Tout comme ils mentent par omission en ne disant pas que
des sondages très récents montrent que plus de 80% des Catalans, indépendantistes ou pas, veulent décider de leur destin dans un référendum : ceci est en ligne avec le principe de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, inscrite au Chapitre 1 de la Charte des Nations Unies, ratifiées par tous les pays y compris l’Espagne, et accordé pacifiquement à l’Ecosse et au Québec. Comme l’a rappelé Carles Puigdemont lors d’un récent passage à France Inter où il fut interviewé par Léa Salamé avec son style habituel (qui lui aurait sans doute valu face à un représentant de Le Média un procès pour diffamation voire en harcèlement, vu leur surprenante vision de la liberté de la presse de simplement poser des questions), ce sont en principe les règles du droit international qui priment sur le droit interne des nations, surtout sur ces questions. Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que l’UE désormais par Junker nie catégoriquement : mais qui est-il lui sérieusement, technocrate non élu, à la solde de tous les lobbys de la terre, pour dire qu’il ne veut pas de l’indépendance de la Catalogne ?
Escalade dans l’abus de pouvoir anti-démocratique de l’Etat Espagnol, nous avons maintenant depuis le 16 octobre pour la première fois dans l’histoire de l’UE deux prisonniers politiques en Espagne, deux associatifs, enfermés sans aucun procès comme si c’étaient des criminels alors qu’ils n’avaient fait qu’appeler les Catalans à manifester et à voter sans aucune violence: Jordi Cuixat de l’ANC et Jordi Sanchez d’Omnium Cultural, dont nous ne savons strictement rien depuis, et dont l’Etat Espagnol parle dans une novlangue tout à fait totalitaire non pas comme des « prisonniers politiques » mais des « politiques prisonniers ».
Toujours aucune réaction, soutien total de tout le monde – Macron et Junker, les grands amis du peuple que l’on sait, en tête – à Rajoy et silence alourdissant des médias, des politiques, des intellectuels toujours si prompts à donner des leçons de morale au monde entier.
Rappelons tout de même que – si l’Espagne était un véritable état de droit, ce qu’il n’est pas, pas plus qu’il n’est une monarchie constitutionnelle comme le Royaume-Uni autrement plus démocratique (Ecosse, Brexit) –
c’est normalement Rajoy et son odieux petit roquet franquiste Soraya Sáenz de Santamaría (qui avait assuré le 1er octobre que la police n’avait jamais frappé qui que ce soit) qui devraient être aujourd’hui en prison :  le Partido Popular étant aujourd’hui considéré en Espagne comme une organisation criminelle et sans doute l’un des partis les plus corrompus au monde. Outre les centaines de cas de corruption aggravée et de détournements de fonds publics du Partido Popular en cours d’instruction et emprisonnement (accompagnés de dix témoins du Partido Popular qui ont mystérieusement trouvé la mort avant de témoigner, et le récent incendie du Palais de Justice de Valence pour effacer les preuves d’un énorme procès en cours), un immense Watergate a été révélé cet été et est en cours d’instruction visant Rajoy et son gouvernement.
Ce qu’on ne sait pas du tout non plus en France, c’est qu’il s’agit là d’un gouvernement qui a orchestré une conspiration politique de déstabilisation avérée de très grande ampleur – dite « Opération Catalogne » – à la veille des élections de 2015 (tout de même remportées par les partis indépendantistes, majoritaires au parlement, mais qui auraient été sans doute majoritaires sans cette conspiration) pour nuire au personnel politique catalan avec un méga cabinet noir composé d’ex-membres de la police politique franquiste et utilisant des fonds publics détournés, et chargés de trouver ou pire de fabriquer de toutes pièces des affaires : un méga-Watergate, impliquant entre autres directement Rajoy et son ex-ministre de l’intérieur, sur lequel n’importe quel gouvernement réellement démocratique aurait sauté. Cette affaire est désormais avérée par une commission parlementaire et les investigations judiciaires sont en cours. En avez-vous entendu parler ?   
….Aucun grand média français, à l’exception notable de Mediapart qui fait un travail sur ce dossier de qualité, ne contextualise ce qui se passe aujourd’hui en Espagne, au regard du réel coup d’état institutionnel perpétré par le Partido Popular entre 2006 et 2010. En effet, à 120 voix sur 135 (une majorité on ne peut plus claire, les 15 autres étant du Partido Popular) les députés du Parlement catalan avaient adopté en 2006 un Statut d’autonomie, en rien indépendantiste, et tout à fait comparable à ce que Madrid a accordé au pays basque (qui lui il est vrai maniait la bombe) et où en conséquence de cet autonomie l’indépendantisme a virtuellement disparu. Ce Statut avait été approuvé au Cortes, le parlement espagnol. Mais le Partido Popular, ulcéré par un Statut de la Catalogne contraire à son idéologie, a porté cela devant le Tribunal Constitutionnel – entité non-élue donc, et notoirement aux ordres du Partido Popular – qui l’a vidé de sa substance, ce qui a créé un sentiment d’humiliation en Catalogne et un mouvement indépendantiste qui n’existait absolument pas il y a dix ans. Depuis, le gouvernement Rajoy est dans un déni total de la question catalane, refuse tout débat sur le sujet, et rétorque tout ce qui vient du parlement catalan comme notamment des mesures socialement progressistes. C’est véritablement Rajoy et sa clique qui

ont créé l’indépendantisme catalan, qui plus qu’une revendication bêtement nationaliste, comme on le croit souvent en France à tort, est très largement une protestation citoyenne contre un état de fait non-démocratique, qui semble à beaucoup de Catalans totalement irréformable.                                       ( SUITE DU TEXTE )