LE  LOGEMENT

Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LE LOGEMENT

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

14/02/20  -  Le mal-logement par la Fondation Abbé Pierre.

Selon son dernier rapport, 4 millions de personnes souffrent de mal-logement ou d'absence de logement personnel. Au total près de 15 millions de personnes sont touchées par la crise du logement.

 

Plus de 140 000 personnes sans domicile, 900 000 personnes sans logement personnel, hébergés chez des tiers. Plus

de 900 000 personnes en surpeuplement, entassés dans des deux pièces. Plus de 200 000 en habitat mobile. Et près de trois millions vivent dans des conditions « d'inconfort », de vétusté dramatique, sans chauffage.

Des chiffres qui n'ont cessé d'augmenter sur dix ans. Le rapport de la Fondation Abbé Pierre souligne que les dépenses de chauffage pèsent moitié plus que les dépenses de carburant dans le budget des Français et pointe la mauvaise performance énergétique du parc de logements. En conséquence les Français sont 44 % de plus qu'en 2006 à se priver de chauffage. Le candidat Macron avait dit en avoir pris conscience et avait qu'un objectif de rénovation de 1,5 million de passoires ». Et encore uniquement celles appartenant à des « propriétaires modestes », sans mentionner celles occupées par des locataires.

   Le logement social

Pour mettre en œuvre le plan Logement, il serait nécessaire d'offrir plus de logements abordables. Or, en 2017, le gouvernement a annoncé une ponction inédite sur les bailleurs sociaux avec la réduction du loyer de solidarité (RLS). Conséquence, l'autofinancement des bailleurs sociaux, qui était de de 2,2 milliards d'euros en 2016, passera à 720 mil lions à partir de 2020. La Caisse des dépôts elle-même envisage une baisse continue de 38 % des logements HLM à partir de 2020 : 100 000 logements en 2020, puis 63 000 entre 2027 et 2055, bien loin de l'objectif annuel (jamais atteint) de 150 000 fixé lors du précédent quinquennat. « La RLS risque de forcer le monde HLM à chercher un nouveau modèle de financement», autrement dit à trouver des bailleurs privés. C'est déjà le cas en Allemagne où il n'y a plus de bailleurs sociaux. Ce qui a conduit Angela Merkel à débloquer 5, 7 milliards d'euros en septembre dernier pour construire 1, 5 million de logements sociaux en quatre ans.

   Démographie

Le rapport concentre son étude sur l'augmentation du nombre de ménages seuls. Ils représentent désormais 35 % de l'ensemble des ménages. Trois évolutions démographiques l'expliquent : le report par les jeunes de l'engagement dans la vie active et de couple, les ruptures conjugales plus fréquentes et le vieillissement de la population. Or « l'augmentation de la part des petits logements (T1 et T2) dans le parc est beaucoup plus lente ». Ce sont donc les « solos » qui sont confrontés à une pénurie de logements plus forte.

   Faire autrement

Pour la fondation Abbé Pierre il est possible de faire autrement. En mettant en place une fiscalité plus redistributive, une taxe sur l'immobilier de luxe, un plan d'éradication de l'habitat indigne, une garantie universelle des loyers et l'encadrement des loyers. En attendant, le chiffre des expulsions locatives avec le concours de la force publique est passé de 6000 en 2004 à 16 500 en 2019.  -  (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, n° 3821, p10)