()  -  13/11/19  -  La métamorphose du regard. Le biologiste généticien et essayiste Albert Jacquard (1925-2013) affirmait : « // y a toujours et définitivement en chaque individu un potentiel de choix et de création d'autre chose ! » Les membres du Groupe Signes qui constituent la compagnie théâtrale expriment autant de similitudes qu'ils rassemblent de différences. Or, l'affirmation de cette ressemblance fondamentale se situe au cœur de l'acte d'éducation à leur égard. Qu’il soit handicapé ou qu'il ne le soit pas, l'homme est ressemblant, c'est pourquoi son besoin d'exprimer autant que celui de saisir les occasions de la création artistique deviennent impératifs. Claude Chalaguier l'exprime·: « En accord avec Jacques Poux, de l'Université de Toulouse Le Mirail, nous pouvons dire que ces expériences décisives situent les sujets dits handicapés dans une autre logique. Elles les placent hors normes. Par là même, cela nous oblige, à travers ce qui est créé, à changer radicalement de point de vue sur les individus jusque-là définis par leurs seules insuffisances. A l'extrême, nous le savons désormais, les incapacités de certains favorisent chez eux une création artistique qui les hisse au rang d'artistes novateurs».

Claude Chalaguier (1936-2019) a fondé le Groupe Signes, théâtre corporel, de danse et d’objets avec des « acteurs ordinaires et extraordinaires » considérés ailleurs comme handicapés. Il disait : « Intuitivement, m’est apparue l’importance de mettre en acte l’idée force que la marge pouvait nourrir la norme et la transformer » 

(https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p32)

 

04/11/19  -  361 500 élèves en situation de handicap auraient dû trouver une place dans l’établissement scolaire de leur choix selon les engagements du gouvernement avant l'été. Une circulaire annonçait de nouveaux dispositifs, notamment pour garantir l'accès à des professionnels qui accompagnent les enfants dans les classes. Deux mois après la rentrée, entre 8 000 et 11 000 enfants seraient sans solution.
Marie-Aude Torres Maguedano, directrice exécutive de l’
UNAPEI, fait le point sur les difficultés rencontrées par les familles. " Il y a trois types de situations signalées par les familles. Certaines manquent d’AESH (Accompagnant d’Elève en Situation de Handicap), soit complètement soit avec un accompagnement seulement partiel, c’est-à-dire de seulement 2 ou 3 heures par semaine. D’autres sont en liste d’attente pour un Institut Médico-Educatif. Une question importante quand on regarde la réalité des famille, c’est celle du temps péri-scolaire. C’est-à-dire que vous pouvez avoir quelques heures à l’école mais pas de cantine, pas de centre aéré… donc votre vie elle est quand même très très compliquée en tant que parent d’enfant handicapé ! Et la réalité de la scolarisation pour l’enfant elle est quasi nulle."  (allodocteurs.fr)

 

07/10/19  -  Quand un supermarché s'adapte aux handicaps de ses clients. Attraper un produit en hauteur quand on est en fauteuil roulant, marcher dans les rayons d'un supermarché avec son enfant autiste malgré la musique et les lumières agressives… Pour certains, faire ses courses au supermarché peut s'avérer difficile.  (allodocteurs.fr/)

 

-  21/07/19  -  Le 4 décembre, la justice a ordonné la compensation des « préjudices moraux » subis par les parents et le frère de deux enfants atteints d’une maladie génétique non diagnostiquée in utero à la suite d’une « faute caractérisée » de l’hôpital. « C’est une reconnaissance du fait que le handicap perturbe l’organisation de toute une famille, et que la société ne fait pas assez pour compenser ces difficultés »,
A la psychologue qui lui demande si le handicap de son frère lui apporte quelque chose en plus, elle répond : « Du courage, de la patience, de la compréhension, et aimer les autres tels qu’ils sont » et aussi « C’est un poids que l’on ne devrait pas avoir à porter seul. » Quelques rares associations ont mis en place, au cours des dernières années, des groupes de parole destinés spécifiquement aux fratries : à Paris l’association TouPi, (https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/21/freres-et-s-urs-grandir-a-l-epreuve-du-handicap_5491742_3224.html?xtor=EPR-33280931-[alert]-20190721-[article])

Doc de l’article : Reportage : L’école peine à s’adapter aux enfants handicapés  -  Notre enquête sur de nouvelles approches de l’autisme, pour intervenir tôt et autrement.  -   Interview du docteur David Gourion, auteur de « Eloge des intelligences ­atypiques »

18/07/19  -  Autisme. Les pratiques intégratives montrent leur efficacité dans la prise en charge des enfants autistes. Ces pratiques, recommandées par la HAS depuis 2012, sont définies comme un dispositif multidisciplinaire, proposant des interventions coordonnées, en relation avec les parents et l'environnement habituel de l'enfant. Des enfants de 3 à 6 ans avec un diagnostic d'autisme typique ou atypique (F84-0 et F84-1) ont ainsi été suivis pendant un an. Scolarisés, ils bénéficiaient d'intervention entre deux et quatre demi-journées par semaine. Durant les 40 mois de l'évaluation, 89 enfants ont été inclus dans l'étude. Les familles ont été associées à la recherche notamment par le biais d'un questionnaire détaillé, sur leurs perceptions des symptômes de l'enfant, son évolution et sur la qualité de leurs relations avec les professionnels.

L:évaluation portait ainsi sur le développement dans le domaine de la cognition verbale et préverbale (CVP) et des comportements inadaptés dans le domaine des expressions affectives (EA). L’évolution du développement (langage et communication, niveau sensori-moteur, interactions sociales, comportements, domaine cognitif, angoisses et émotions) a également été évaluée. « Il en ressort des résultats hautement significatifs, positifs statistiquement »

Les pratiques de soins intégratives permettent une amélioration marquée de la cognition, de l'expression et de la reconnaissance émotionnelle» Il ressort ainsi une bonne adaptation des pratiques intégratives pour les profils sévères, mais aussi le « besoin d'un soutien important de l'entourage de l'enfant», ( www.lequotidiendumedecin.fr , p8)

 

20/06/19  -  Parents aveugles : un documentaire pour lutter contre les préjugés. Ce film est projeté en ce moment aux professionnels du droit, partout en France : un aperçu de la vie quotidienne d'hommes et de femmes aveugles qui élèvent seuls leurs enfants. Le handicap est souvent un frein pour obtenir la garde des enfants. (https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-20-juin-2019#xtor=EPR-5-[Meilleur20062019])

 

30/05/19  -  Le Reflet ouvrira donc ses portes en septembre 2019 dans le 3ème arrondissement de Paris. Nous embaucherons 12 personnes, dont 8 porteuses d'une trisomie 21, qui travailleront en salle et en cuisine.
Aujourd’hui, un adulte avec une trisomie 21 a le choix entre un foyer occupationnel et travailler dans un établissement et service d’aide par le travail (ESAT). Certains ont la volonté de travailler en milieu dit ordinaire, avec vous et moi. Pour eux, des employeurs et des associations se mobilisent pour faire bouger les lignes et ouvrir le monde du travail à la différence. Et ça marche !

Depuis 2016, Le Reflet emploie à Nantes douze personnes en CDI, en salle et en cuisine, dont sept avec une trisomie 21, dans un lieu pensé et conçu pour eux. Nous avons constaté que nos employés ont, à présent, un métier plus qu’un travail : ils sont serveurs, serveuses, aide-cuisiniers, ils prennent de l’autonomie dans leur vie : logement, transports, vie sociale…

Au Reflet, nous prouvons chaque jour qu'un restaurant de qualité peut employer des personnes handicapées et avoir un modèle économiquement viable. Les retours clients sont excellents, tant sur la qualité des plats que sur l'expérience humaine qu'on y vit.

Après deux années, nous avons constaté que le public peut changer de regard s’il est confronté au handicap : « se faire servir par un serveur trisomique transforme votre vision du handicap. » (https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-reflet-paris-restaurant-extraordinaire?utm_source=mailjet&utm_medium=newsletter&utm_campaign=KissKiss29mai)

 

  -  22/05/19  -  Le monde du travail s’avère coriace pour ceux qui souffrent de troubles physiques, psychiques ou cognitifs. Notamment les personnes dys, des troubles de l’apprentissage qui commencent seulement à être connus et diagnostiqués.

Pourtant, avec un aménagement, des outils et une formation adaptés, ces troubles dys sont compatibles avec une vie professionnelle, comme nous le montrent Violaine et Jonathan, deux jeunes qui nous ont raconté leur parcours.
« Aujourd’hui encore,
le taux de chômage des personnes handicapées, autour de 19 %, est le double de celui des personnes valides, regrette cependant Jean-Pierre Benazet, président de Cheops. L’un des freins à cette insertion, c’est que beaucoup de personnes ne demandent pas leur statut de travailleur handicapé. »  (https://www.20minutes.fr/sante/2523127-20190523-travail-chemin-tortueux-vers-emploi-personnes-souffrant-troubles-dys)

05/04/19  - Accessible pour tous les professionnels de santé en contact avec des personnes en situation de handicap, la Journée Humanitude Handicap met en lien les piliers de la philosophie de l'Humanitude® sous la forme de conférences et de témoignages de l'équipe de la Maison d'Accueil Spécialisée - La Bleuze Borne à Anzin (59). Gage de bientraitance dans les établissements spécialisés, le Label Humanitude regroupe plus de 500 critères à respecter. Aujourd'hui, 19 établissements sont labellisés en France et 100 nouveaux établissement ont commencé la démarche vers le Label. Source

 

-  25/03/19  -  A Blegny, en Belgique, un foyer pour personnes handicapées conduit ses résidents un après-midi par mois dans une boite de nuit pour les faire danser mais aussi pour favoriser les rencontres. (Le Monde, l’Epoque, p6)

 

-  03/01/19  -  Le Morbihan finance 75 nouvelles places pour les adultes en situation de handicap Le conseil départemental du Morbihan présente sur son site neuf projets de moyen terme qui vont permettre de développer l'offre médico-sociale en faveur des adultes en situation de handicap. Soixante-quinze nouvelles places vont ainsi voir le jour de 2019 à 2021, pour un budget total de 1,1 million d'euros. Le souhait du département est de permettre aux jeunes en amendement Creton de trouver des solutions afin de quitter les instituts médico-éducatifs (IME) qui les prennent en charge.

(http://www.hospimedia.fr/actualite/articles/20190103-offre-medico-sociale-le-morbihan-finance-75-nouvelles)

-  03/12/18  -  Aujourd’hui en France, seuls 30% des enfants présentant des troubles autistiques sont scolarisés en maternelle, selon les centres d'action médico-sociale précoce (CAMSP). Ces mêmes enfants ne sont pris en charge par l’école, en moyenne, que deux jours par semaine. Partant de ce constat, le Défenseur des droits Jacques Toubon et la Défenseure des enfants Geneviève Avenard consacrent une large partie de leur dernier rapport annuel à la scolarisation et à l’inclusion des enfants en situation de handicap. A l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, Allodocteurs.fr fait le point. (https://www.allodocteurs.fr/se-soigner/handicap/enfants-handicapes-un-taux-de-scolarisation-et-dinclusion-bien-trop-faible_26003.html#xtor=EPR-1000002224)

-  01/12/18  -  Kirghizistan  -   Gulzar Duishenova : Cette jeune femme a perdu l’usage de ses jambes à la suite d’un accident de la route impliquant un conducteur en état d’ivresse. Elle s’implique depuis dans les actions d’aide aux personnes handicapées, afin qu’elles puissent vivre et se déplacer librement. Une mission difficile car Gulzar Duishenova subit une double discrimination : en tant que femme dans une société patriarcale et en tant que personne handicapée.

Un soutien pour Gulzar et les militants qui se battent pour les droits des personnes handicapées ; la ratification par le Parlement kirghize de la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l’ONU. (https://www.courrierinternational.com/article/droits-humains-10-jours-pour-signer-les-dix-cas-defendus-par-amnesty-international)

-  30/11  -  L'histoire du terme "handicapé", qui s'est répandu dans la langue française au cours du XXe siècle, mais qui n'a été utilisé comme substantif que tardivement. (https://www.franceculture.fr/histoire/de-linfirmite-a-legalite-des-chances-la-fabrique-du-mot-handicape#xtor=EPR-2-[LaLettre30112018])



 

LES  PERSONNES  HANDICAPEES

Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LES HANDICAPES

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX