DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

LE GRAND AGE
 
Commentaires
« Les Vieux » de Jacques BREL : (Ecoutez

()  -  13/05/19  -  FRAGILITÉS DES SENIORS. En 70 ans, vieux et vieillards, bannis du vocabulaire ont été remplacés par 3e et 4e âges, puis « personnes » âgées et plus récemment seniors et aînés. À quel âge devient-on senior aujourd'hui? Ce pourrait être à l'âge de la fragilité …(Le Quotidien ouvre ce dossier« fragilités des seniors» avec pour fil conducteur la prévention, les soins et la préservation de la qualité de vie. Petits extraits de ce dossier à consulter  si Abonnement)

Apnée du sommeil. Trouble de la ventilation nocturne fréquent chez les séniors à partir de 5 pauses de respiration (de 10 à 30 s.) Au-dessus de 30 pauses, le traitement s’impose : un appareil insuffle de l’air sous pression dans un masque positionné sur le visage du patient.  -   Arthrose digitale, douloureuse, handicapante et inesthétique. Atteinte articulaire qui lèse le cartilage (ankylose, déformations). Limiter l’évolution, soulager. (p14)  -  Arthrose du genou, la gonarthrose touche 1/3 des plus de 65 ans. La prothèse si bénéfice/risque favorable. (p14)   -  Dénutrition. 10% des + de 80 ans. Un risque fréquent. Rechercher : Etat bucco-dentaire, troubles digestifs, isolement, dépression. Suivi régulier du poids. Si suspicion traiter rapidement. Enrichir l’alimentation. (p9)   -  Douleur, à repérer, à évaluer et à traiter au plus tôt surtout si elle est persistante (risque de morbidité et de mortalité) (p14)
Etat bucco-dentaire. Le sénior est à hauts risques (parodontite, caries, candidoses, cancers)  L’absence de suivi favorise l’édentement qui est évitable. (p9)  -  Hypertrophie bénigne de la prostate. (En France, 2 millions de personnes concernées) Difficultés à uriner. Hygiène de vie. Troubles de l’érection, de l’éjaculation et de la libido possibles. Chirurgie « sur mesure » (p12)
Infections pulmonaires, fréquentes et graves. Etre vacciné contre la grippe et le pneumocoque. (p16)  -   Lombalgie. Activité physique comme traitement principal, kinésithérapie ; éviter le risque de chronicité. (p12)  -   Troubles du comportement. Souvent liés à une pathologie neurocognitive qui empêche le cerveau de s’adapter à l’environnement. Recherche de la cause. Environnement apaisant autour de lui ou d’elle. (p16)  -   Vitamine D. Afin de prévenir le risque de fractures osseuses et de limiter les chutes ne pas hésiter à supplémenter les séniors. D’avril à septembre, exposition régulière au soleil. (p11)  (www.lequotidiendumedecin.fr)

 

 

26/04/20  -  Chez soi ou en EHPAD : vieillir dans la dignité. La question du grand âge représente un véritable défi pour les décennies à venir. La génération du "baby boom" arrive à la retraite et se pose alors une équation mathématique complexe : en 2050, près de 5 millions de personnes auront 85 ans ou plus. C'est à cet âge en moyenne que les personnes font leur entrée en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Selon des chiffres de fin 2017, la France dispose de 7 573 établissements qui accueillent plus de 600 000 résidents. Le rapport de Dominique Libault remis le 28 mars 2019 (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_grand_age_autonomie.pdf) à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, est très clair sur l'urgence qui entoure cette question du grand âge et sur les moyens financiers qu'elle va nécessiter à l'avenir. (https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/chez-soi-ou-en-ehpad-vieillir-dans-la-dignite)

 

23/04/19  -  Les soixante-huitards se libèrent à nouveau.  « Cinquante ans plus tard, le jeu sexuel est devenu une performance sexuelle, une obligation à l'orgasme!», constate le Dr Gérard Ribes, psychiatre sexologue à Lyon. En 2019, 60 % des femmes et42 % des hommes reconnaissent avoir déjà simulé un orgasme, soit deux fois plus qu'il y a 20 ans. Le sexe, ou plutôt la génitalité, s'est trouvé augmenté, avec les machines à orgasme que sont les sex-toys. La sexualité s'oriente vers une auto-sexualité, en particulier chez les hommes: pourquoi chercher à séduire une femme sans certitude sur l'issue, alors qu'il est plus facile de se donner du plaisir devant son ordinateur?    Après avoir retrouvé une certaine liberté et une autonomie financière, les nouveaux seniors n'hésitent plus à se séparer après 60 ans, pour entamer une sexualité ailleurs. Et, lorsque ces couples de seniors se recomposent, la cohabitation n'est plus la norme.

  «  Paradoxalement, on voit de plus en plus de ces couples ayant plus de 40 ans de vie commune, qui ne reposent plus sur des bases sociales ou économiques, mais sur leur libre choix de maintenir des couples extrêmement vivants et actifs où la sexualité joue très vraisemblablement un grand rôle», poursuit le sexologue. Ils s'inscrivent dans une sexualité relationnelle, pour se faire plaisir à deux dans une forme de liberté ou de confiance, intégrant « le plaisir dans son entier, le corps dans son entier, la relation dans son entier (avec des partenaires qui ont une vie intérieure et pas seulement des boutons sur lesquels appuyer) » C'est une intimité sexuelle au service de l'intimité relationnelle et personnelle, et vice-versa, qui permet d'exprimer des zones de soi qu'on n'aurait pas exploré sans la rencontre de l'autre. - Je ne sais pas si on s'aime, mais ce dont je suis certaine c'est que l'on s'entraime» disait une nonagénaire. « Sexe et obsession de la performance: redistribuons le plaisir», blog de Maïa Mazaurette.  (www.lequotidiendumedecin.fr,  p12)

 

 -  14/04/19  -  Les résultats d'un sondage mené chaque année depuis 2000 révèlent les souhaits des Français·es quant à la gestion de leur propre perte d'autonomie ou de celle de leurs proches.  Les Français·es souhaitent majoritairement, en cas de dépendance, rester vivre à domicile. La population demande une implication accrue des pouvoirs publics, concevant –pour une majorité plus réduite– qu'il soit nécessaire de cotiser et épargner davantage. Les demandes de soutien sont également élevées en ce qui concerne les aidant·es. Il en ressort un rapport officiel faisant le point sur les situations et les évolutions, les politiques et les dispositifs, les besoins et les perspectives. (http://www.slate.fr/story/175671/dependance-prise-en-charge-vieillesse-ehpad-domicile-sondage)

 

24/03/19  -  « La situation faite par les pouvoirs publics aux personnes âgées est indigne et scandaleuse. Elle est inversement proportionnelle aux progrès de la médecine, aux avancées sociales qui ont permis les progrès considérables de l'espérance de vie. Ne croyez pas que les lois sociales, les régimes de retraite mis en place, leur augmentation régulière en fonction des salaires des actifs, les pensions de réversion qui permettent aux veuves ou aux veufs de poursuivre une vie digne et convenable après avoir perdu le compagnon de leur vie, une sécurité sociale généreuse, ne croyez pas que tout ça, ça allait durer, maintenant vous êtes bien trop nombreux. On n'a plus de sous ! Vous voulez vivre ? Vous devrez vieillir pauvres ! Encore plus pauvres que maintenant ! Mais pensez donc aux autres !

   Avez-vous pensé aux millions de chômeurs ? Avez-vous pensé aux jeunes ? Alors on rogne ... Pardon on réforme ...Pour plus de justice, de clarté ! Pour mettre fin aux privilèges et pour vous inciter à aller voir ailleurs. Et d'ailleurs, cela commence à produire ses effets puisque l'on assiste à un ralentissement dans la progression de l'espérance de vie. Dans la tête de tous les « réformateurs », de droite et un peu plus, qui ont porté des coups aux droits à la retraite, le cynisme le dispute à l'hypocrisie et la malveillance à l'égoïsme. Le tout pour cacher le visage de leurs maîtres et la logique financière capitaliste qui n'en a jamais fini avec la soif d'amasser les richesses très-très loin de ceux qui les ont produites, qui les produisent, qui les produiront.

   Et on bloque les retraites, on augmente la CSG, on réduit les droits, en clair on les ampute. En trois ans un mois de pension a été pris dans la poche du retraité : un vol légal ! Mais ça ne suffit pas : on prévoit pire. On s'organise pour répondre à la dépendance en ponctionnant un peu plus le monde du travail. La retraite par points est la nouvelle machine de guerre. La réversion est dans le collimateur. Les pensions d'un niveau acceptable sont présentées comme des luxes inconsidérés dans un monde qui va mal, parce qu'on fait tout pour qu'il aille mal. On va même jusqu'à casser l'idée que la pension serait un droit, pour la remplacer par la référence à une allocation ...de survie ... avant le grand départ sans doute.

   Une seule réponse s'impose pour les retraités d'aujourd'hui et demain : une réaction saine, salutaire, indispensable. Se battre, lutter, combattre, résister, s'unir et ne jamais lâcher prise. Certes, il y a l'âge, la fatigue, parfois la maladie, il y a un monde difficile à affronter. Il peut y avoir aussi la solitude. Parfois l'incompréhension des générations suivantes. Elles comprennent vite, elles comprendront vite que c'est d'elles aussi qu'il s'agit dans ce marasme organisé qu'est la situation faite aux vieux. Finissons-en avec les périphrases, les euphémismes et les atermoiements : des millions de vieux-vieilles dans ce pays, près de cent soixante mille dans le seul département 66. Une force ! Vieilles et vieux, unissez- vous ! Notre avenir nous appartient. Avec courage et lucidité. Il n'y a pas d'autres choix . Jean-Marie Philibert, vieux lui-même ». (Le Travailleur catalan, 3779, p11)

-  16/03/19  -  Il est temps de réintégrer les vieux dans la cité au cœur de notre vie commune. Il faudrait créer de l'ordre de 300 000 nouveaux emplois. Face au vieillissement croissant de la population, plusieurs personnalités, parmi lesquelles les anciens ministres Bernard Kouchner et Monique Pelletier, appellent à repenser l'organisation de la société, notamment en ce qui concerne la gestion de la dépendance.

   En ces temps de grand débat national, il est une inégalité choquante dans notre pays dont nous n'avons pas entendu parler jusqu'ici. Elle concerne nos ainés. Chacun le sait, l'expérimente autour de lui, dans sa famille, son quartier, sa commune: notre société vieillit fortement; 10 % d'entre nous ont aujourd'hui plus de 75 ans, alors qu'ils n'étaient que 5% il y a trente ans. Mais qui les voit, ceux-là; et qu'ont-ils à dire? Personne ne le sait ou ne veut le savoir. Nous avons tendance à les reléguer aux portes de la

citoyenneté. La vie commune leur est si ce n'est hostile du moins inadaptée. Ils s'y sentent fragiles, vulnérables, peu à leur place.

Alors, ils se retranchent, se taisent, se renferment, veulent disparaître. Les plus dépendants sont cloîtrés dans ces fameux lieux que l'on appelle établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, (Ehpad, et dont on nous apprend 1our après Jour a nous méfier davantage. Ehpad, une honte française (Plon, 288 p., 17,90 euros), le titre éloquent de l'ouvrage récent d'Anne-Sophie Pelletier sur le sujet, conforte la crainte de ceux qui se disent qu'il leur faudra peut-être finir leurs jours en ces lieux.

Remédier à cette exclusion à bas bruit Les« vieux», chez nous, sont invisibles, inaudibles et mal honorés. Or nous tous, jeunes et
moins jeunes, serons les mêmes demain que ces vieux d'aujourd'hui... Sauf que, d'ici à 2070, les vieux que nous serons devenus  seront deux fois plus nombreux qu'aujourd'hui. Il est temps de repenser la société à cette aune et de remédier à cette exclusion à bas bruit d'une grande partie de nos concitoyens que nous avons laissée petit à petit se constituer. Pour cela, et en nous inspirant des nombreux travaux qui se sont succédé ces derniers temps sur le sujet, nous faisons trois propositions que nous voudrions voir retenues comme prioritaires à l'issue du grand débat.

 

Ci-dessus  - Les HUMAINS - LES ANCIENS  2

(La SUITE des HUMAINS par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Humains)

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info 

Les différents régimes de protection
-  Le mandat de protection future est un contrat qui permet d’organiser à l’avance sa propre protection, en choisissant la personnes qui en sera chargée.  -  L’habilitation familiale permet à un proche de solliciter l’autorisation du juge pour représenter une personne qui ne peut pas manifester sa volonté. -  La sauvegarde de justice est une mesure de protection juridique de courte durée qui permet à un majeur d’être représenté pour certains actes. -  La curatelle est une mesure judiciaire destinée à protéger un majeur qui, sans être hors d’état d’agir lui-même, a besoin d’être conseillé ou contrôlé dans certains actes de la vie civile. -  La tutelle est une mesure judiciaire destinée à protéger un majeur et/ou tout ou partie de son patrimoine s’il n’est plus en état de veiller sur ses propres intérêts. Un tuteur le représente dans les actes de la vie civile. (La Croix, 08/10/2018, p3)