Pour la libération de tous les prisonniers politiques catalans

Haut de Page       Accueil

()  -  30/10/19  -  Près d’un demi-million de personnes ont manifesté ce samedi 26 une nouvelle fois, contre le verdict du procès des leaders indépendantistes prononcé par la justice espagnole.  Parmi les moments forts de la semaine, la signature par 814 maires ou municipalités catalanes d’une motion rejetant le verdict du procès des personnalités catalanes, demandant le droit à l’autodétermination et la libération des « prisonniers politiques ».
La Chambre de commerce de Barcelone, des entrepreneurs catalan dont un millier était réuni le 22 octobre pour la Nuit des entreprises ont également demandé très fortement la libération des « prisonniers politiques » et le dialogue entre Madrid et le gouvernement catalan.
Des manifestations de soutiens aux prisonniers catalans ont eu lieu fin de semaine à Pampelune (Navarre), dans les villes de Vitòria, Bilbao et Sant Sebastià, (Pays basque) et à Valencia.
(https://www.lasemaineduroussillon.com/2019/10/27/catalogne-manifestants-26-octobre/)

 

-  25/10/19  -  Rassemblé.es pour la liberté et la démocratie. Samedi en fin d'après-midi les abords du Castillet étaient noirs de monde. Plus de mille personnes s'étaient rassemblées pour protester contre le verdict du procès de Madrid et réaffirmer leur solidarité avec ces hommes et ces femmes dont le seul «crime» est d'avoir donné la parole à leur peuple. On notait la présence de plusieurs élus communistes et de nombre de militants de ce parti comme d'autres organisations de gauche. Les Angelets de la terra, organisateurs de la manifestation, avaient voulu un rassemblement et non un défilé en ville, ce que certains regrettaient. Une estrade et des sièges étaient donc dressés au pied du Castillet. Sur scène, se succédaient prises de parole, musiques et chansons, dans la foule massée autour, beaucoup de drapeaux, des esteladas, et une floraison de rubans jaunes. Plusieurs politiques de gauche et de droite sont intervenus pour manifester leur colère et leur solidarité. Le maire de Perpignan, copieusement hué, a eu du mal à terminer son propos. Plusieurs orateurs ont rappelé le manifeste des 120 maires du département dans lequel ils affirment leur soutien aux prisonniers et entendent alerter l'Europe et le gouvernement français sur cette injustice intolérable. Notons que tous les jeudis à 18 h au pied du Castillet rendez-vous est donné pour continuer la mobilisation. (http://www.letc.fr, p3)

 

-  25/10/19  -  « "L'Europe! L'Europe! L'Europe! ... ça n'aboutit à rien et ça ne signifie rien ... ». C'est De Gaulle qui l'a dit.
Dans le cas de la crise que vit la Catalogne, dans le cas de la répression absurde et aveugle que met en œuvre le gouvernement espagnol, dans le cas du déni de démocratie, que signifient les lourdes condamnations des responsables catalans pour de simples opinions politiques 7 La preuve est faite que « Mongénéral » n'a pas dit que des bêtises.

Ce qui est plus que certain, c'est que là l'Europe ne sert à rien, si ce n'est par son silence à conforter une Espagne qui n'en a pas fini avec son passé franquiste. Ce n'est pas joli-joli de mettre les gens en prison parce qu'élus pour  organiser un référendum, ils le font, parce que dans leur démarche le respect de la paix civile est constant, parce  qu'ils imaginent que leur identité peut devenir le creuset d'une nation. C'est encore moins joli-joli de les y laisser de longues années au cas où, comme de vrais criminels, ils seraient dans l'incapacité de maîtriser leurs pulsions.

Et maintenant, alors que certains d'entre eux lors des dernières échéances électorales ont été élus, y compris comme député européen, et qu'ils sont dans l'incapacité de remplir leur mandat ( vive la démocratie !), alors que tout ce que la Catalogne compte de citoyens valides descend dans les rues, sur les routes, les autoroutes pour dire sa colère devant des décisions iniques, l'Europe va-t-elle continuer à se taire, à regarder ailleurs, à donner des leçons de démocratie à la terre entière, mais à rester incapable de nettoyer ses écuries espagnoles, chez elle, où ça sent de plus en plus mauvais.     (Suite de la page d’accueil)

Serait-ce surhumain que de dire à un gouvernement de cette Europe ... malade qu'il fait fausse route et qu' il est  grand temps de retrouver les fondements de la vie démocratique des peuples majeurs : les urnes, le droit, la paix, la justice et la liberté. Pas les caricatures que nous avons vues ! Elle y gagnerait en crédibilité, ce qui ne serait pas un luxe. Les foules catalanes ne disent pas autre chose. Et nous avec ! »  Jean-Marie Philibert  (http://www.letc.fr, p3)

 

23/10/19  -  Soutien aux prisonniers catalans. Depuis un mois, tous les jeudis, un rassemblement en soutien aux prisonniers et aux exilés politiques catalans a lieu au pied du Castillet à partir de 18h30, regroupant à chaque fois plus d'une centaine de personnes. Pour la 5• fois ce jeudi 24 octobre, le « Comité de Solidaritat Catalana » sera présent pour manifester sa solidarité et apporter les informations sur la semaine écoulée, plus de dix jours après que la sentence du Tribunal Suprême soit tombée déclenchant l'indignation. https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

-  23/10/19  -  Soutien aux prisonniers politiques, aux exilés et au peuple catalan. Le groupe des élus de la droite et du centre au conseil départemental -à l'unanimité de ses membres moins une abstention - apporte son soutien aux prisonniers politiques, aux exilés et au peuple catalans : Après avoir passé 2 ans en prison dans l'attente de leur jugement, des hommes et des femmes, responsables politiques et associatifs, viennent d'être condamnés à des peines de 9 ans à 13 ans d'emprisonnement. Ils ne peuvent pas faire appel de cette décision. Les faits : la mise à disposition de bulletins de vote, d'urnes et de lieux de vote. Au-delà de la question démocratiquement et pacifiquement posée par le peuple catalan en Espagne, ces sanctions inédites révèlent une grave crise européenne au sein d'un Etat membre de l'U.E dans lequel les droits de l'homme et du citoyen sont méprisés, les libertés individuelles ont bafouées et le droit d'exprimer leur opinion, nié!

Cette attitude institutionnelle n'est pas admissible. Les fondements même des sociétés démocratiques européennes sont foulés au pied, Les libertés individuelles et collectives sacrifiées. Le groupe de la droite et du centre du Conseil Départemental adresse tout son soutien aux prisonniers politiques, aux exilés et au peuple catalan.

Jean Sol, Président du Groupe URDC-66, (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

-  18/10/19  -  Communiqué de la FIEC ci-joint.

Liens  vers les communiqués des entités qui défendent le dialogue et la liberté en Catalogne (non exhaustif):

   LDHhttps://www.ldh-france.org/catalogne-les-libertes-politiques-mises-a-mal/?fbclid=IwAR03QAG84jLdc4FgxAmoeUtNGpFpkFUAe5aWMvZ01e-uW_zogjEEEqAXKQ8

   Ensemble!: https://www.ensemble-fdg.org/content/un-proces-politique-contre-les-dirigeant-e-s-catalan-e-s-madrid  

NPA: https://npa2009.org/communique/liberte-pour-les-prisonniers-politiques-catalans

   EELVhttps://eelv.fr/un-verdict-inadmissible/
  
Régions et Peuples Solidaireshttps://www.federation-rps.org/2019/10/14/condamnation-des-leaders-catalans-une-d%C3%A9cision-politique-irresponsable-et-une-grave-entrave-%C3%A0-la-d%C3%A9mocratie/
  
PCFhttp://www.pcf.fr/actualite_catalogne_contre_ce_d_ni_de_d_mocratie_et_de_justice_pour_une_solution_politique
  
Corsica Libera (gauche corse):https://www.corsicalibera.com/Sustegnu-a-l-eletti-catalani-ghjudicati-e-cundanati_a223.html?fbclid=IwAR1WDATfclkZslyjPgGsXNvG7FaDv8vgN3uq1Zc4z7Ouh4zxV6w5Tmp86E0
  
Assemblada Occitanahttps://www.assemblada.org/occitan/comunicat-libertat-per-catalonha-e-curdistan/?fbclid=IwAR3RA8btWX9WSQCHPdshp6w5BxkxAY4E2-p9DQeRLVCU_ZKJLEtWFf78cWo
  
UDBhttps://www.udb.bzh/2019/10/14/catalogne-un-verdict-inadmissible/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook
  
Syndicat d'enseignants 66 SNUipp- FSU66:  http://66.snuipp.fr/spip.php?article1748&fbclid=IwAR2vjnQDyX_7YFakGWqwRC-rOHjgyhs0-7udhdi5e3_YoAcegotYsJv5ho4
  
Syndicat solidaireshttps://solidaires.org/Solidaires-international-no-111-octobre-2019

16/10/19  -  Rejet des condamnations des détenus politiques. Esquerra Republicana de Catalunya Nord communique. La sentence de la pseudojustice espagnole à l'encontre des prisonniers politiques catalans est une attaque au peuple catalan tout entier et à la liberté d'expression. ERC appelle à participer aux mobilisations convoquées à Perpignan, en particulier par l'ANC et le Comitè de solidaritat. Avec les peines imposées aux prisonniers politiques, l'Etat espagnol a rédigé sa propre condamnation, il ne prétend plus rendre justice mais imposer une vengeance. Avec ce procès contre l'indépendantisme, l'État commet une nouvelle erreur historique qui provoquera un nouveau séisme politique et social qui accélérera le processus de libération de la Catalogne. Ils condamnent onze personnes parce qu'ils ne peuvent pas condamner tout un peuple. L'indépendance est la seule solution possible pour préserver la démocratie, les droits civils et politiques en Catalogne. L'indépendance est une nécessité pour pouvoir vivre dans une société plus libre, plus juste et plus démocratique. (L’Indépendant, p17)
16/10/19  -  Liberté pour les prisonniers politiques ! Le NPA 66 communique. Nous tenons à dénoncer fermement les lourdes condamnations  prononcées à l'encontre des leaders indépendantistes catalans. Des accusés condamnés à 100 ans de prison et 90 ans d'inéligibilité cumulés ! Un verdict honteux .digne du franquisme ! Leur « crime » ? Prôner et organiser la sédition d'avec l'État espagnol. Mais la revendication en faveur de l'autodétermination d'un peuple et la désobéissance civile pacifique face à des injustices sont des droits démocratiques élémentaires. Et nous tenons également à dénoncer le soutien complice que l'Union européenne et tout particulièrement le gouvernement français ont apporté depuis le début au gouvernement de Madrid. (L’Indépendant, p17)
16/10/19  -  Parodie de justice, à la sauce espagnole. Agissons Pays Catalan communique. La sentence est tombée ce matin, les prisonniers politiques catalans ont été lourdement condamnés par une justice espagnole soumise au pouvoir. Malgré des tentatives de dialogue, le pouvoir central a préféré la sanction et la répression. Ce n'est plus une question d'indépendance, mais de « droits humains ». Alors que certains pays de l'UE, se prononcent timidement pour les Kurdes, certains préfèrent rester silencieux et faire la politique de l'autruche, sur la situation en Catalogne. Nous, Catalans de France, ne pouvons pas accepter de fermer les yeux, sur ce déni de démocratie et cette justice disproportionnée, alors que le seul fait reproché aux Catalans, est d'avoir voté. L'Angleterre, vieille démocratie, a laissé faire le peuple écossais dans son projet d'autodétermination, contrairement à l'Espagne. Nous appelons l'ensemble des élus du Pays Catalan et d'ailleurs à se mobiliser et faire pression auprès de l'UE pour faire libérer les prisonniers politiques catalans.  (L’Indépendant, p17)

-  16/10/19  -  Dans le courrier de la Semaine du Roussillon des responsables locaux réagissent,  p2 :

 -  Nicolas Garda, PCF66  -  A l'annonce de la sentence entre 9 et 13 ans de prison pour les responsables politiques et associatifs qui n'auraient même pas dû être jugés dans une démocratie digne de ce nom, les trois sentiments qui m'animent sont la révolte, la tristesse, l'inquiétude. Révolte : comme responsable politique et élu, comme communiste ne pouvant accepter que l'on juge des militants politiques et associatifs pour avoir fait vivre pacifiquement leurs engagements et le mandat reçu du suffrage universel.

Tristesse : pour mes frères et cousins catalans (au propre comme au figuré) poussés vers le conflit, la division, les frustrations, la répression ... niés dans leur choix de décider eux-mêmes du futur de leur territoire, de leur pays. Inquiétude : parce malgré le grand pacifisme qui a prévalu jusqu'à présent côté catalan, malgré les appels incessants à la non-violence venant de tous les dirigeants catalans favorables à l'autodétermination, je crains que les provocations incessantes des 'autorités policières et judiciaires espagnoles, l'irresponsabilité de la justice et de l'Etat espagnols, mais aussi le silence complice de l'Europe et d'Etats comme la France, ne finissent par mettre le feu aux poudres dans le pays qui nous est géographiquement et sans doute affectivement le plus proche. Aucun démocrate, aucun républicain, ne peut accepter le procès et a fortiori les sanctions démesurées. Et j'invite à manifester pacifiquement, sans violence aucune, à Perpignan ou en Catalogne Sud pour la liberté et la démocratie.

 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

CATALOGNE

la liberté,
l’égalité,
la fraternité

 

Les nouvelles

Le procès

Ci-dessus  -    Les HUMAINS  -   LES PAYS  :  LA CATALOGNE DU SUD

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

 REACTI