DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

 OPINIONS                   

() -  04/06/19  - Michel Serres "Il y a une guerre mondiale entre l'humanité et la nature aujourd'hui" -

. Parmi ses nombreux passages sur France Inter que vous pouvez (ré)écouter à l'envie, en voici trois. Il y est question de corps, de téléphone portable et d'écologie.

                                                    C'était mieux avant

Dans l'Heure Bleue, Michel Serres était venu répondre aux nostalgiques de tous poils que "non", ce n'était pas mieux "avant". C'était la thèse qu'il développait dans C'était mieux avant (Le Pommier) en donnant des exemples, tantôt grave, tantôt souriant.
"Quand je pense à mon avant à moi, je peux vous assurer qu'on était gouverné rien que par des braves gens. Ils s'appelaient Franco, Mussolini, Hitler, Staline, Mao Zedong, Pol Pot, rien que des braves gens qui ont simplement fait quelques dizaines de millions de morts. Par rapport à ce que nous vivons aujourd'hui, il n'y a pas photo. Et je parle là du camp adverse d'une certaine manière. Mais si je parlais de mon camp à moi et des gens qui passent pour des héros. N'oubliez pas que Winston Churchill, par exemple, a diligenté sur Dresde qui était une ville qui n'avait aucune industrie, ni aucun apparat militaire un bombardement qui a fait 200 000 morts. Et le président des Etats-Unis a balancé sur Hiroshima et Nagasaki la bombe A qui fait encore des victimes aujourd'hui." Donc c'était pas vraiment mieux avant
                                                  
Variation sur le corps
Cet autre ouvrage, le philosophe l'avait dédicacé à ses professeurs de gymnastique, à ses entraîneurs et à ses guides de haute montagne, parce que, estimait-il, ils lui avaient appris à penser.

Tout écrivain sait qu'il écrit avec les pieds. "Je veux dire par là qu'il faut d'abord marcher, ou sauter ou danser pour avoir en soi un rythme. Le corps est rythmé. Si vous marchez, vous rentrez dans le rythme et le rythme rentre dans le langage et d'une certaine manière c'est le corps qui commande.

Pour revenir au corps, considéré à partir de c'était mieux avant. Alors là c'est gigantesque. Aussi bien l'hygiène, aussi bien la sécurité, aussi bien l'environnement : tout a changé.

N'oubliez jamais que lorsque je suis né, l'espérance de vie était de 45 ans. Aujourd’hui, elle est de 80 ans. Mieux encore, quand je suis né, je crois qu'il y avait moins de deux milliards d'habitants sur la Terre. Aujourd'hui, il y en a 7 milliards et demi. Est-ce que vous connaissez une vie humaine au cours de laquelle l'humanité s'est multipliée deux fois par deux ? Je ne suis d'ailleurs exceptionnel qu'en cela. C'est à dire que pendant la période où j'ai vécu, l'humanité a changé de façon drastique. Et par conséquent : nouvelle naissance, nouvelle mort, nouveau corps et nouvelle humanité. 

Les choses ont changé, mais n'ont pas changé en plus mal. Evidemment les problèmes démographiques posent des questions très importantes, d'émigrations, etc..

En gros, je ne serai pas vivant aujourd'hui si nous étions 20 ou 30 ans avant

                                               =>  Un pacte avec la nature

A l'occasion de la sortie de la nouvelle édition de son ouvrage Le contrat naturel (Le Pommier) sorti 30 ans plus tôt, Michel Serres évoquait dans La Tête au Carré, la grande question de l'environnement, quelques jours après la démission de Nicolas Hulot en direct sur France Inter. "Je crois que c'est l'économie qui est responsable. La politique est un peu moins responsable. D'ailleurs tous les partis écolo de la planète ont fait beaucoup d'actions depuis quelques temps, ont abouti à des décisions politiques et ces décisions politiques n'ont pas été suivies."  Mais pour le philosophe scientifique, le problème est global.  "Il m'est arrivé d’être dans des réunions concernant l'environnement, notamment au Conseil Constitutionnel. Il y avait des politiques, des philosophes, des sociologues, il n'y avait pas un scientifique. Il y a un problème, peut-être, de formation. Tous les décideurs n'ont que les sciences humaines comme formation. Alors la techno science ne suffit pas, mais la politique pure, ou le droit pur, ça ne suffit pas non plus.
Et de regretter que l'enseignement des Sciences et Vie de la Terre devienne optionnel au lycée. 
(Suite de la page d’accueil)
"
Les SVT devraient être les sciences leader. Il faudrait aussi bien les enseigner à Polytechnique qu'à l'ENA. Les SVT devraient aujourd'hui prendre la place des sciences qui ont le plus pollué, c'est à dire la physique et la chimie." 
                                              

Il y a une guerre mondiale entre l'humanité et la nature aujourd'hui.

Une invention aussi révolutionnaire que celle de l'imprimerie

L'historien des sciences, membre de l’Académie française, avait anticipé les bouleversements liés aux nouvelles technologies, n'hésitant pas à comparer l'invention de l'ordinateur à celle de l'écriture, puis de l’imprimerie

Il n'y avait rien de plus intéressant aujourd’hui que la jeunesse, reconnaissait-il. Et il en avait fait le thème central de l'un de ses ouvrages, en la personne de Petite Poucette, clin d’œil à la vitesse avec laquelle les messages fusent des pouces de cette génération.

"Quand je vois Petite Poucette envoyer ses messages, elle me fait découvrir le sens profond du mot "maintenant". Quand on dit "maintenant" on pense qu'on parle des choses présentes, des choses qui sont devant nos yeux. En fait on dit "main" "tenant", tenant en main . Petite Poucette tenant en main son portable. 

Mais qu'est-ce qu'elle tient en main par rapport à ses ancêtres ? 

Elle tient en main les lieux, par le GPS, même les lieux où elle n'est jamais allée

Elle tient toutes les informations possibles par Wikipedia et autres moteurs de recherche,

Elle tient en main n'importe qui, n'importe où. 

Et donc la devise de Petite Poucette c'est "Tenant en main le monde"

(https://www.franceinter.fr/culture/il-y-a-une-guerre-mondiale-entre-l-humanite-et-la-nature-aujourd-hui-reecoutez-michel-serres)

 -  02/06/19  -  Le Monde.  CHINE  -  DROITS DE L’HOMME : Un enjeu planétaire.

«Trente ans après son écrasement dans le sang, le mouvement de Tiananmen, en1989, reste un tabou absolu en Chine. Aucun signe de dégel n'est en vue. Le séisme politique qui s'y est déclenché le 15 avril 1989  n'a pourtant pas été vain. Il a fait naître de nouvelles formes d'engagement politique durant les décennies qui ont suivi. La plus marquante d'entre elles, le mouvement de défense des droits, se fixant des objectifs réalistes, comme de faire cesser le harcèlement policier, d'inciter au respect des procédures, de dénoncer la pollution et la corruption. Il a si bien menacé le pouvoir communiste que celui-ci a décidé de le ·mater de manière aussi systématique que les troupes qui appliquèrent la loi martiale en 1989 avec leurs chars dans les larges avenues de Pékin.

   Depuis, un état d'urgence qui ne dit pas son nom a été instauré, au moyen d'une « contrôlocratie » aidée par les hautes technologies et l'intelligence artificielle. ( SUITE de la page d’accueil ) De nouvelles formes de coercition s'exercent désormais avec une efficacité redoutable contre les esprits libres, les contradicteurs, les voix dissonantes et tout un peuple, pris en otage dans des camps, la minorité ouïgoure.

Cette fuite en avant dans la répression a produit sur le reste du monde des sursauts d'indignation sans conséquence notable sur le pouvoir chinois.  Or, elle oblige à une vigilance accrue car elle menace désormais toutes les démocraties.

   Maintenant que la Chine sort de ses frontières, elle veut que le vaste monde où s'écoulent ses réseaux, ses «routes de la soie», ses entreprises et ses produits lui ressemble. Les objectifs de puissance du pays sont devenus tels qu'ils l'obligent à préempter et neutraliser les attaques contre son système politique, a fortiori lorsque celles-ci sont menées au nom de valeurs universelles que la Chine rejette. Pour ce faire, l'ONU en particulier, accapare l'attention des Chinois. L'hyper activisme que Pékin y déploie découle de la nécessité d'imposer sa propre version des droits de l'homme, de parer aux condamnations publiques et de limiter la mauvaise publicité faite au régime.

L'enjeu, pour les démocraties, est immense. Le système des Nations unies, établi en 1945 à la suite de la défaite de l’Allemagne

nazie, est fondé sur les valeurs universelles et la Déclaration universelle des droits de l'homme. Liu Xiaobo, le Prix Nobel de .la paix chinois mort en 2017, s'y était implicitement référé lorsqu'il avait appelé la vérité à subvertir le système du mensonge. Or, demain, c'est bien l'inverse qui pourrait se produire » (Extraits de l’Editorial du Monde et du dossier de géopolitique p30)  + (VOIR)

 

21/05/19  -  Gaston Bachelard, le dormeur éveillé : Si quelques philosophes ont exploré le rêve, ils l’ont opposé à la raison. Bachelard, quant à lui, a réhabilité le rêve pour en faire un objet de réflexion à examiner dans sa réalité plurielle, sans l’interpréter, analysant son essence même. Pour lui, il existe une logique du rêve, de l'imaginaire. « Si j'avais à donner des conseils à un psychisme fatigué, je dirais : allez donc à fond de rêve ! Tâchez de bien dormir ! Et la meilleure manière de bien dormir, c'est d'avoir des rêves aquatiques ! » Bachelard "De la nature du rationalisme", dans "L'Engagement rationaliste", éditions puf  -  (https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/faisons-un-reve-24-bachelard-le-dormeur-eveille#xtor=EPR-2-[LaLettre21052019])

 

04/04/19  -  Intervention de Pablo Servigne, chercheur indépendant, à l’occasion de la Déclaration de rébellion contre l’anéantissement du vivant. Cet événement a été organisé par l’organisation de désobéissance civile Extinction Rébellion, le 24 mars 2019 à la Place de la Bourse à Paris.

(https://www.pressenza.com/fr/2019/04/intervention-de-pablo-servigne-chercheur-independant-a-loccasion-de-la-declaration-de-rebellion-contre-laneantissement-du-vivant/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+pressenza%2FAFhJ+%28Nouvelles+de+Pressenza+IPA+en+fran%C3%A7ais%29)

 

Homosexualité  -  Jiddu Krishnamurti  -  Pierre Rabhi  -  La religion   -  Baruch Spinoza  -  Michel Tarrier  - 

Ci-dessus,   OPINIONS   /   Divers

Pages suivantes  

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info 

-  07/04/2015  A propos de la mort du sénateur Jean Germain :  Le 22/11/1936, Léon Blum déclara aux obsèques de Roger Salengro :
"Il n'y a pas d'antidote contre le poison de la calomnie. Une fois versé, il continue d'agir quoiqu'on fasse dans le cerveau des indifférents, des hommes de la rue comme dans le cœur de la victime. Il pervertit l'opinion, car depuis que s'est propagée, chez nous, la presse de scandale, vous sentez se développer dans l'opinion un goût du scandale. Tous les traits infamants sont soigneusement recueillis et avidement colportés. On juge superflu de vérifier, de contrôler, en dépit de l'absurdité parfois criante. On écoute et on répète sans se rendre compte que la curiosité et le bavardage touchent de bien près à la médisance, que la médisance touche de bien près à la calomnie et que celui qui publie ainsi la calomnie devient un complice involontaire du calomniateur"
- On peut ajouter peut-être que la médisance réduit une personne à un aspect particulier parce que l’on n’aime pas celui-ci, comme si on était soi-même irréprochable, et que cet aspect est  censé résumer la totalité de cette personne !