Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

()   -  11/06/19  -  Les assistants médicaux pourraient être mis en place dès septembre ?  Ces·« aides-soignants de ville» doivent aider les médecins à recevoir plus de patients, et sont destinés à libérer du temps médical pour les médecins en les déchargeant de tâches ne relevant pas directement du soin. Ils pourront aussi bien peser, installer, prendre la tension ou la  température du patient que remplir le dossier d'un nouvel arrivant ou l'accompagner ensuite dans sa prise de rendez-vous avec d'autres professionnels de santé.

· Si l'accord est validé, l'.Assurance maladie participera au financement des assistants médicaux en échange d'un engagement du médecin bénéficiaire à augmenter le nombre de patients suivis en tant que médecin traitant « Il a été calculé que le dispositif représenterait 1,5 acte en plus par jour travaillé, soit 25 minutes ». L'Elysée avait fixé en septembre un objectif de 4000 assistants - d'ici à 2022, estimant qu'ils permettraient un gain de temps médical de 25 % à 30 %, équivalant à 2 000 médecins supplémentaires. (Extraits du Monde, p12)

 

09/06/19  -  L'intimité en Ehpad : Quand la sexualité renforce le sentiment de vie.  Colloque : Approches non-médicamenteuses de formation professionnelle. Prendre-soin et milieux de vie. 14-15/11/19 à La Villette-Paris. L’amour n’a pas d’âge. Mais dans les faits, les obstacles sont nombreux pour ces personnes fragilisées qui osent continuer d’aimer. Pouvoir vivre sa vie comme on l’entend, dans toutes ses dimensions, en pouvant parler de son intimité ou au contraire se taire, être respecté dans son identité comme dans ses choix, une utopie ou un objectif à atteindre ?  (VOIR )

 

 -  06/06/19  -  Ordonnances électroniques : Les belges jouent le jeu. • L’e-prescription se banalise en Belgique. Et les généralistes devront définitivement l'adopter en janvier 2020. L’obligation, initialement prévue pour 2018, a été repoussée à l'été 2019, puis à janvier 2020. Les syndicats ont obtenu du gouvernement une prime d'équipement et deux exemptions: pour les médecins proches de la retraite et les visites. La part des généralistes qui font des prescriptions électroniques avoisine déjà les 80 %. Mais les praticiens demeurent inquiet quant à la protection des données des patients.
   En France, expérimentations avant généralisation : Mesure inscrite dans la loi de santé, la dématérialisation des ordonnances se fera progressivement. Grâce à cette réforme, le gouvernement espère« diminuer les incompatibilités et interactions médicamenteuses, tout en représentant un gain en termes de temps et de coordination pour les professionnels de santé». . (www.lequotidiendumedecin.fr Lire la suite p. 5)

 

04/06/19  -  Grève aux urgences : Le malaise des soignants s’étant dans les hôpitaux de France. Un mois après les hôpitaux de Paris, Bordeaux, Nantes, Beauvais, Valence, Besançon, Aix-en -Provence, Mulhouse ont rejoint le mouvement. Des dizaines de villes où le personnel soignant n'en peut plus de l'engorgement des urgences et du manque de moyens. Plus de patients, moins de personnel et donc moins de temps pour les malades. Les soignants des urgences ont de plus en plus le sentiment de perdre le sens de leur travail.  (Manifestations)

Les déserts médicaux et les non remboursements de plus en plus nombreux obligent les patients à mal se soigner, certains préfèrent se rendre aux urgences, gratuites, pour un mal de ventre ou une petite blessure, plutôt que d'aller chez le médecin. Des salles d'attente noires de monde, des patients sur des brancards qui patientent dans le couloir ...La marchandisation de la santé mise en cause. C’est une alerte sur l'impérieuse nécessité de redonner des moyens aux hôpitaux publics  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo/)

 

 

27/05/19  -  Réchauffement climatique. Au Québec, une coalition de médecins, d'infirmiers et d'étudiants du milieu de la santé déclenchent un véritable «code bleu» (comme ce qu'on crie aux urgences lorsqu'un patient tombe en arrêt cardiaque!)  Leur action vise à obtenir des réponses significatives de la part du gouvernement pour enrayer l'augmentation des maladies et des décès liés aux changements climatiques. La pollution atmosphérique tue annuellement 14 000 personnes. Les périodes de canicule sont de plus en plus fortes et nombreuses « Nous avons vécu l'été dernier une situation infernale et personne dans les hôpitaux ne souhaite revivre cela, Ce sont les personnes âgées les plus vulnérables, mais aussi les populations défavorisées. Cela met un stress supplémentaire dans les salles d'urgence. Les cas de maladie de Lyme se multiplier nettement: de 32 enregistrés en 2011 au Québec, ils sont passés à 301 en 2018. Ou encore des cas d'asthme, de plus en plus fréquents, qui représentent aujourd'hui 30 % des hospitalisations infantiles. On s'inquiète de voir apparaître « des retards de croissance chez les bébés et des malformations neurologiques au niveau cérébral de plus en plus importantes « Il faut agir, c'est maintenant ou jamais. Nous sommes de plus en plus inquiets : notre système de santé ne semble pas prêt à faire face à l'urgence »

Dans leur plaidoyer, ces professionnels demandent au gouvernement la réduction drastique de la dépendance aux énergies fossiles («neutralité carbone en 2050 ») ou encore une bonification des enveloppes financières destinées à la santé. (Agathe Beaudouin  du www.lequotidiendumedecin.fr , p9)

 

-  22/05/19  -  Qui sont les sachants ? Et si l'on repensait l'enseignement de la santé. En partant de la parole, du vécu, des histoires des personnes concernées par leurs problèmes de santé, elles-mêmes. Ces patients, résidents, aidants deviendraient les experts et se déclineraient au féminin. C'est visiblement le rêve de Martin Winckler qu'il raconte dans son dernier livre : L'école des soignantes. Ce médecin engagé pour la cause des femmes notamment (voir la polémique sur son livre Les brutes en blanc) ose débaptiser les médecins, les sachants en... soignantes. C'est un des axes forts de l'édition 2019 de la Paris Healthcare Week qui bat son plein à Paris. C'est le chantier prioritaire qu'a pointé le rapport Libault : penser, réviser, faire évoluer les métiers de l'accompagnement du grand âge. (…)
Les plus fragilisés, en fin de vie, nous obligent, souligne le Dr Fournier, présidente du Centre national soins palliatifs et fin de vie. Et si c'étaient eux les sachants... en lien avec différents experts spécialisés ? Annie de Vivie fondatrice d'Agevillage, directrice des formations Humanitude  (
http://www.agevillagepro.com/actualite-17728-1-Edito-Quand-les-soignes-forment-les-soignants.html)

 

15/05/19  -  Des hôpitaux publics en mal de candidats aux postes d’infirmiers et d’aides-soignants. Des difficultés qui viennent s’ajouter à celles existant de plus longue date pour embaucher des masseurs-kinésithérapeutes, des manipulateurs en électroradiologie médicale ou des infirmiers anesthésistes ou de bloc opératoire. Face à une baisse, parfois supérieure à 30 %, des inscriptions aux concours de certaines écoles, il n’hésite pas à parler d’un phénomène de « désertion » A l’AP-HP, on attribue d’abord cette désaffection au coût de la vie et du logement à Paris et en première couronne, qui est beaucoup plus élevé qu’en province pour des salaires identiques. Dans les Hauts-de-France, on évoque l’allongement de six mois des études infirmières en Belgique, qui pousserait les cliniques et les hôpitaux belges à démarcher les infirmiers français. (https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/15/des-hopitaux-publics-en-mal-de-candidats-aux-postes-d-infirmiers-et-d-aides-soignants_5462155_3224.html)

 

23/04/19  -  Dans les services d'urgences des hôpitaux parisiens, la grève des aides-soignants et des infirmiers continue . , les propositions de sortie de crise faites par la direction de l'AP-HP les jours précédents sont « insuffisantes, sur le fond comme sur la forme», Elle a notamment promis seize postes supplémentaires aux quarante-cinq déjà annoncés Les passages aux urgences adultes ont augmenté de 13,9 %, ceux aux urgences pédiatriques de 20 %. Les grévistes, eux, réclament une revalorisation de salaire de 300 euros par mois. Au cœur de leur demande, la reconnaissance de la spécificité du travail dans ce service. (Le Monde, France, p10)

 

LES SOIGNANTS

Ci-dessus,   LES SOIGNANTS :  Infos récentes et datées

Humour…  « Comme il remplace avantageusement le kiné,  le psy,
et même le conjoint,  je prescris souvent le chien »    (
LE DOC)   =>

Infos  Santé

DIVERS   (Chiffres, référence, …)
-  
Agenda. Les généralistes libéraux ou de famille  déclarent entre autres 54 h de travail par semaine ordinaire; 18 mn par consultation -  37 mn  de visite en moyenne =7 h semaine  -   6 semaines de vacances  -  61% exercent en groupe, 39% seuls.  (www.lequotidiendumedecin.fr, du 09/05/19, p4)
13/06/19  -  Les professions et les spécialités à risques ! Selon une étude de l'édition américaine du Huffington Post

( 6 décembre 2017), les médecins et les infirmières figurent parmi les professions les moins exposées aux dérives psychotiques (avec les enseignants, artistes, comptables, aides à domicile, artisan). Les chirurgiens, en revanche, sont signalés parmi les métiers les plus à risques psychopathiques (avec les avocats, les figures médiatiques, les policiers, les journalistes et les ministres du culte). D'après l'Ordre, en France ce sont les spécialités d' anesthésie, de gynécologie obstétrique et de chirurgie générale qui sont les plus représentées parmi les signalements effectués !  (Le Quotidien du M.)