DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Les EOLIENNES EN MER 
(Côtières ou au large, offshores )
 Infos récentes


Énergies durables :

()  -  05/06/20  -  En mer, des éoliennes toujours plus grandes
Avec son rotor de 222 mètres de diamètre et ses pales de 108 mètres de long, c'est un nouveau géant des mers qu'a dévoilé fin mai Siemens Gamesa. Baptisée SG 14-222 DD, cette éolienne offshore, encore en cours de développement et dont le déploiement est espéré en 2024, sera la plus grande et la puissante jamais conçue. Elle symbolise la course au gigantisme dans laquelle s'est lancée le secteur, aussi bien les fabricants que les promoteurs de parcs. (
latribune.fr)

 

16/04/20  -  Le projet de parc éolien en mer sur le Web
En ces temps de confinement, la société Eoliennes en mer Dieppe Le Tréport souhaite maintenir le contact avec le territoire en relançant les « Rendez-vous Web EMDT ». Durant tout le mois d'avril, le public a la possibilité de poser ses questions sur le projet du parc éolien en mer et, à l'issue de cette période, EMDT fera la synthèse des questions et y répondra au travers de plusieurs vidéos courtes. Ce premier « RDV Web » de 2020 sera placé sous le thème de l’environnement. C’est l’occasion d’en savoir plus sur les espèces présentes sur la zone du projet, les études menées, les mesures pour limiter les impacts du parc. Pour participer et poser une question, il suffit d’utiliser le formulaire dédié sur le site Internet https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr. (https://www.courrier-picard.fr/id81284/article/2020-04-16/le-projet-de-parc-eolien-en-mer-sur-le-web)

 

23/03/20  -  Le déploiement de l’éolien offshore en Europe doit tenir compte des contraintes physiques, rappellent les think-tanks Agora Energiewende et Agora Verkehrswende dans une récente étude intitulée « Tirez au mieux partie de l’offshore éolien ». Des effets physiques qui clairement imposent, pour que les parcs en mer aient une production optimale, de coordonner, au niveau transfrontalier, leurs développements, plus particulièrement en mer du Nord.

Le phénomène physique est bien connu et étudié depuis très longtemps : c’est « l’effet de sillage ». A l’arrière d’une éolienne, un sillage tourbillonnaire se développe, et la vitesse moyenne du vent après l’hélice est réduite puisque l’éolienne a capté une partie de l’énergie cinétique du vent.

L’effet de sillage signifie ainsi une diminution de la vitesse du vent derrière l’éolienne entraînant notamment une baisse de production des éoliennes situées après la première. D’où l’importance d’une distance ad hoc entre les éoliennes d’un parc.
Par ailleurs, une distance suffisante entre les sites est essentielle car les parcs éoliens réduisent la quantité d’énergie qui peut être fournie par le vent sur une vaste zone environnante. Si les études montrent qu’une baisse de productible peut-être observée dans un cas « classique » d’installations, dans les cas extrêmes, c’est-à-dire quand les parcs sont trop proches les uns des autres, cet effet peut réduire la productivité d’un parc voisin d’un quart ou plus, indiquent Agora Energiewende et Agora Verkehrswende. (
techniques-ingenieur.fr)

 15/01/20  -  La campagne pour le projet des Eoliennes flottantes du Golfe du Lion (EFGL) a été lancée le 22 octobre dernier et s’est déroulée jusqu’à la fin de l’année 2019, « le plafond fixé à 1.000.000 d’euros ayant été atteint en moins de deux heures après son ouverture au niveau national », précise Enerfip. La campagne a bénéficié des dons de plus de 850 souscripteurs, dont 11% de résidents locaux et 60% de résidents de la région. « Comme convenu, les sommes investies sous forme d’un prêt seront consacrées au financement de la seconde campagne de mesure du vent en mer actuellement en cours et qui devrait s’achever au début de l’été 2020 », précise Enerfip. Des mesures qui permettront d’affiner la future production de la ferme pilote, dont la construction débutera en 2021.
« Le projet prévoit la construction et l’exploitation de trois éoliennes flottantes de 10 MW, à plus de 16 km au large de Leucate (Aude) et Le Barcarès (Pyrénées-Orientales) », rappelle Enerfip. Cette ferme devrait être mise en service au premier semestre 2022 pour une durée de 20 ans. (environnement-magazine.fr)

 

  26/12/19  -  Deux constructeurs d’éoliennes vont équiper les flotteurs des quatre fermes pilotes françaises. Siemens Gamesa avec une 8 MW pour le flotteur SBM Offshore – IFPEN destiné à Provence Grand Large d’EDF Renouvelables et MHI Vestas avec des éoliennes de puissance de 9,5 MW pour les flotteurs Naval Energies d’Eolfi à Groix et Eolmed mené par Quadran énergies marines à Gruissan. Et pour le consortium Les Eoliennes Flottantes Golfe du Lion – LEFGL à Leucate, ce sera une première avec une 10MW.

Interview exclusive de Jean-Mathieu Kolb, directeur du projet Les éoliennes flottantes Golfe du Lion.Pour la ferme pilote du Golfe du Lion à Leucate, vous avez choisi de placer sur les flotteurs WindFloat de Principle Power, trois turbines V164-10,0 MW de MHI Vestas en remplacement des quatre Haliade de 6 MW et c’est une première.         Pourquoi avoir fait le choix de tester une machine dont la puissance est augmentée mais qui n’a pas encore été testée ? Vous permettez ainsi à MHI Vestas de bénéficier d’un site de tests en France ?Jean-Mathieu Kolb : La vie est faite d’opportunités… et nous a conduit à retenir la turbine VESTAS 10 MW pour équiper la ferme pilote éolienne flottante EFGL. Certes, il s’agit d’un nouveau modèle, mais MHI Vestas est l’un des leaders sur le marché et nous apporte toute son expérience, avec en plus une plateforme d’éolienne qui a déjà été testée en mer.
   Nous allons ainsi pouvoir installer une machine de la gamme « 10 MW et + » dans l’éolien flottant. Cela ouvre une nouvelle ère qui bénéficiera à l’ensemble de la filière.
En effet, c’est un chemin nécessaire pour rendre l’éolien flottant compétitif, alors autant se rapprocher le plus possible des éoliennes qui vont faire le marché du futur. (lemondedelenergie.com)

23/11/19  -  L’entreprise Vestas Offshore Wmd, un des leaders du marché mondial de l'éolien en mer, fournira sa plus récente turbine pour le projet au large de Leucate et du Barcarès. La turbine de 10 MW est la plus puissante jamais installée sur un  flotteur. Cette ferme pilote fournira de 25 à 30 MW: soit l'équivalent de la consommation électrique annuelle de plus de 50 000 personnes tout en réduisant à trois le nombre de ses structures. La mise en service de la ferme est prévue au 1er semestre 2022. (Il est proposé un financement participatif à la population par EFGL) (L’Indépendant, p24)

28/10/19  -  L'éolien offshore se déploie rapidement le long de la côte belge. Plus de 200 éoliennes sont implantées à ce jour au large des ports d'Ostende et Zeebruges, une technologie qui veut se développer pour gagner des parts dans la distribution mondiale d'énergie. (francetvinfo.fr)

06/10/19  -  Des chercheurs misent sur la force des vents en altitude afin de produire de l’énergie avec des cerfs-volants ou des drones.  Financée par Google et Shell, l’américaine Makani amarre ses drones à des plateformes océaniques, par un câble de 500 m de long.. Une flotte de drones de 50 mètres d’envergure, faisant des cercles d’un rayon de 120 mètres à 500 mètres d’altitude, envoyant au sol 5 mégawatts d’électricité. Tel est le projet de l’équipe de Mojtaba Kheiri, de la faculté de génie de l’Université Concordia. « Au sol, la vitesse du vent est de zéro, dit M. Kheiri. Il faut donc que le vent ralentisse progressivement quand il s’approche du sol. À partir de 100 mètres, on commence à avoir des vitesses beaucoup plus grandes, qui génèrent plus d’énergie éolienne. » (.lapresse.ca)

22/07/19  -  A Saint-Nazaire (Loire-Atlantique),  présentation de la première turbine de l’Haliade-X 12 MW. Il s’agit de la turbine éolienne en mer la plus puissante jamais conçue. (https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2019/07/23/125457/plus-grande-turbine-eolienne-mer-monde-ete-presentee-saintnazaire  )

04/07/19  - Floatgen fait ses preuves. Dix mois après sa mise en service sur la plateforme d'essai Sem-Rev, au large du Croisic, l'éolienne flottante Floatgen (2 MW) livre de premiers résultats supérieurs aux attentes. "Ils permettent de valider haut la main toutes les innovations de ce projet, indique Centrale Nantes, qui pilote le site d'essai. Sur le premier semestre 2019, l'éolienne flottante - qui est aussi la première éolienne en mer en France - a produit un total de 2,2 GWh". L'éolienne affiche une disponibilité de 68% au premier trimestre 2019 et de plus de 90% au cours du deuxième trimestre.        Elle a également résisté à la tempête Miguel, le 7 juin dernier, et à "une combinaison de houle de 4,4 mètres de hauteur significative (et des vagues allant jusqu'à 8.5 mètres) et de vents de 22 m/s (avec des rafales allant jusqu'à 103 km/h)". La technologie flottante a également résisté à trois typhons au Japon où un démonstrateur est également installé. La particularité du système développé par Ideol repose sur un carré flotteur en béton.
  
Les tests se prolongeront encore un an. Le flotteur équipera ensuite les éoliennes de la ferme pilote de Gruissan (Eolmed), qui verra le jour à l'horizon 2020-2021. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/Eolienne-flottante-floatgen-ideol-33732.php4#xtor=ES-6)

26/06/19  -  En 2021, quatre éoliennes exploiteront les forces du vent à 16 kilomètres de la côte, au large de Leucate (Aude). Le projet des éoliennes flottantes du golfe du Lion porté par le producteur d’énergie Engie est le premier à tester des machines qui ne seront pas ancrées au sous-sol marin. (…) Des “biohuts” ont été installés. “Ce sont des substrats d'huîtres, d'acier et de bois dont les anfractuosités sont favorables à l'installation et au développement des larves d'espèces marines”, poursuit Gilles Lecaillon. Car les chercheurs veulent savoir si des poissons, des coquillages ou des crustacés d'intérêt économique peuvent s'installer dans ces habitats artificiels.  (https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/developpement-durable/les-energies-marines-et-la-biodiversite-feront-elles-bon-menage_134836)

 

 -  04/06/19  -  Moulins de Flandre s'engage à protéger l'avifaune. Il s’agira de « connaître précisément l’impact des éoliennes offshore sur l’avifaune, grâce à Fly’R Sea, service de détection et de dénombrement des oiseaux et des chauves-souris en mer, à l’aide d’un radar flottant 3D », précise Moulins de Flandre dans un communiqué. Ce qui permettra de développer des mesures d’évitement et de réduction. (https://www.environnement-magazine.fr/biodiversite/article/2019/06/04/124693/parc-eolien-mer-dunkerque-moulins-flandre-engage-proteger-avifaune)

 

 

Floatgen (30/04/18 )

Ci-dessus,   Nature   -  EOLIENNES EN MER :   Infos

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page