DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

  ZERO  pesticide …  ou  presque
Infos récentes

()  -  10/04/19  -  Un préfet chargé de coordonner le plan de réduction des pesticides dans les régions. Il va coordonner les acteurs publics et privés engagés en faveur de la réduction des usages de produits phytosanitaires dans toute la France, selon un communiqué commun de quatre ministères (Agriculture, Environnement, Santé et Recherche) Les moyens alloués à la recherche pour réduire l'addiction de l'agriculture et de l'élevage aux produits phytosanitaires de synthèse vont être parallèlement renforcés, avec une dotation de 30 millions d'euros. Les chercheurs sont chargés d'identifier "des voies alternatives" aux phytosanitaires en "mobilisant les leviers" de "l'agroécologie, du biocontrôle, de la génétique et de la prophylaxie" (moyens médicaux contre les maladies, ndlr) pour permettre de "cultiver et protéger autrement", en réduisant "autant que possible le recours aux produits conventionnels". L'appel à projets sera lancé en juin. (https://www.linfodurable.fr/environnement/un-prefet-charge-de-coordonner-le-plan-de-reduction-des-pesticides-dans-les-regions)

 

21/03/19  -  Doute sérieux à propos les pesticides SDHI, soutenus par les grandes firmes de l’agrochimie, avec l’aide de leurs puissants lobbys et la complicité de nos autorités sanitaires, selon Nicolas Laarman de POLLINIS. De récentes études ne cessent d’ailleurs de démontrer les effets ultra toxiques des SDHI sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages, effets plus terribles encore quand ces SDHI sont en interaction avec des insecticides massivement utilisés dans nos champs (1) …(https://infos.pollinis.org/index.php?option=com_acymailing&ctrl=archive&task=view&mailid=988&key=4nlrMlG7&subid=17493116-OkOHknABWN8dFS&tmpl=component&utm_source=newsletter_988&utm_medium=email&utm_campaign=19lha-ouvsdhi-sc)

 

-  20/03/19  -  « Après l’interdiction de leur usage aux collectivités et aux particuliers, 69 herbicides et insecticides de synthèse sont encore autorisés sur environ 20 millions d’hectares de zones non-agricoles, dont la plupart accueillent du public », alertent ce mercredi 20 mars les associations Noé, la Fondation pour la nature et l’homme, Générations futures, la Ligue pour la protection des oiseaux, Terre de liens, Nature et progrès, Bio Consom’acteurs, Canopée et Terre et humanisme. Cet usage concerne notamment les forêts, les terrains de sport ou encore les parcs et jardins. A l’occasion du lancement de la semaine pour les alternatives aux pesticides, ces associations publient un manifeste à l’attention des décideurs politiques. (https://www.environnement-magazine.fr/biodiversite/article/2019/03/20/123532/des-associations-publient-manifeste-zero-pesticide-dans-les-zones-nonagricoles)

 

13/03/19  -  Alain Baraton, jardinier en chef du Grand parc du château de Versailles a interdit l'usage des insecticides à Versailles dès 1999. « Je suis surpris de l'immobilisme de ceux qui nous dirigent » « La bio peut remplacer l'agriculture

conventionnelle, en commençant par éviter le gaspillage. Il y a des études qui montrent que 30 à 40% de ce que l'on produit sont jetés. Arrêtons la démence. -   Permaculture ?, je trouve ça épouvantable. On cherche des qualificatifs pour ce qui est naturel. C'est quoi la permaculture ? C'est respecter la terre, les plantes, les citoyens. C'est cultiver simplement, ce que faisaient les anciens depuis des siècles. . (La Semaine du Roussillon, p5)

 

25/02/19  -  Réduire l'usage des pesticides grâce à l'odorat des insectes. Les insectes choisissent quelle plante manger et sur laquelle pondre par les odeurs, et des chercheurs veulent utiliser cette découverte pour pouvoir, à terme, protéger les cultures de leur appétit vorace. (https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/25/salon-de-lagriculture-les-odeurs-pour-remplacer-les-pesticides_a_23677743/)

 

25/02/19  -  Le raisin du futur. Pour éviter les pesticides des viticulteurs expérimentent des cépages hybrides résistants aux maladies de la vigne. La viticulture, en toute discrétion, ne cesse d'évoluer. Et prépare l'une de ses plus grandes révolutions du siècle. A titre d'exemple, le Syndicat des côtes-du-rhône prévoit l'interdiction du désherbage chimique sur la moitié de la surface des parcelles. Et puis, le bio s'étend. Pour l'emploi des pesticides et herbicides, c'est une bonne nouvelle. Mais l'agriculture bio est elle-même critiquée, notamment en raison de l'utilisation du cuivre, seul produit autorisé pour lutter contre le mildiou, champignon qui ravage les raisins lors des printemps pluvieux. Et voilà une innovation folle. On les appelle les « cépages résistants» obtenus par hybridation entre une vigne classique et une vigne sauvage. Une trentaine de variétés sont à l'étude, certaines ont déjà obtenu une autorisation de plantation. Pour l'INRA, ils ont vocation à être déployés sur l'ensemble du vignoble français à l'horizon 2030. Qui peut prédire le succès de ces nouveaux raisins? La seule question qui vaille est toute simple: est-ce que c'est bon? Hé bien ... c'est difficile à dire. Pour en avoir goûté, ce n'est pas mal du tout. Mais les vignes sont encore si jeunes qu'il n'y a pas de recul pour évaluer leur durée de vie, la garde des vins et surtout sa complexité. De l'innovation, de la création et l'espoir d'une agriculture exempte de traitements phytosanitaires, ça fait rêver. (Le Monde, p7)

-  22/02/19  -  Aujourd’hui, l’Inra a remis un rapport sur le programme de recherche « Cultiver et protéger autrement » doté de 30 millions d’euros, qui propose une feuille de route claire et ambitieuse pour que la communauté scientifique élabore avec les acteurs du monde agricole de nouvelles pratiques alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires ». (https://www.environnement-magazine.fr/pollutions/article/2019/02/22/123112/alternatives-aux-phytosanitaires-inra-remet-rapport-gouvernement)


-   09/02/19  -  Paul François, association « Phyto-victimes », est en procès contre MONSANTO. « Un paysan contre Monsanto » Fayard, 2017. Bien que les pesticides sont responsables de plusieurs pathologies, les politiques nient (Pas de preuves dit Agnès Buzyn !) ou sont en retard (déni de responsabilité) .( M, le magazine du Monde, p13)

-  06/02/19  -  "Comme pour le reste de la biodiversité, les oiseaux et les insectes volants, le déclin de nos abeilles s’accélère. Nous pressons les pouvoirs publics de sortir notre agriculture de sa dépendance aux pesticides. Les abeilles et autres pollinisateurs ne sont pas assez protégés face aux produits phytosanitaires: pour y remédier, l'Anses propose mardi de durcir la législation et de mieux évaluer les risques pesant sur ces insectes indispensables à l'agriculture. (https://www.linfodurable.fr/environnement/lanses-recommande-de-durcir-la-legislation-pour-mieux-proteger-les-abeilles-9398) - 

-  16/01/19  -  L'Agence européenne des produits chimiques (Echa) a ajouté, mardi 15 janvier, six nouvelles substances à la liste des substances extrêmement préoccupantes (SVHC), qui en compte maintenant 197.Les substances   -  concernées sont les suivantes : 2,2-bis(4'-hydroxyphenyl)-4-methylpentane,   -  Benzo[k]fluorantène, Fluoranthène, Phenanthrène, Pyrène et 3-benzylidène camphor. Cette dernière substance est classée en raison de ses propriétés de perturbateur endocrinien (https://www.actu-environnement.com/ae/news/Echa-6-substances-liste-preoccupantes-32708.php4#xtor=ES-6)

 

-  15/01/19  -  Glyphosate ; les autorités sanitaires ont plagié Monsanto. « il est clair que l’adoption par le BfR, sans recul critique, d’informations biaisées, incorrectes ou incomplètes fournies par les fabricants [de glyphosate] a influencé la base même de son évaluation » de la dangerosité du produit controversé. Or, c’est sur la foi de cette évaluation préliminaire que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et les experts des Etats membres ont conclu que le glyphosate ne posait pas de danger cancérogène, ouvrant ainsi la voie à sa réautorisation en Europe. En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait, au contraire, conclu au caractère « cancérogène probable » du glyphosate.( https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/15/glyphosate-l-expertise-de-l-ue-minee-par-le-plagiat_5409233_3244.html)

 

15/01/19  -  Kamikatsu, commune japonaise comptant 1600 habitants, s’est lancée pour défi en 2003 d’atteindre un taux de réduction des déchets de 100 % en 2020 (pour les Jeux Olympiques d’été à Tokyo). (https://www.linfodurable.fr/environnement/japon-kamikatsu-ville-pionniere-du-zero-dechet-8971)

 

-  02/01/19  -  La vente de produits phytopharmaceutiques "de synthèse chimique" est désormais interdite aux utilisateurs non professionnels (voir la liste du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation). Depuis le 1er janvier 2017, ceux-ci étaient vendus sous clef, avec un conseil personnalisé. Demeurent autorisés les produits de biocontrôle, ceux à faible risque et ceux autorisés en agriculture biologique dès lors que leur autorisation de mise sur le marché comporte la mention EAJ ("emploi autorisé dans les jardins").
.
(https://www.linfodurable.fr/environnement/terminee-la-vente-de-pesticides-chimiques-aux-jardiniers-amateurs-8810)

-  18/12/18  -  Oui, la France exporte de l’atrazine vers les pays en développement. Et elle n’est pas le seul pays européen à le faire. Un herbicide dont la commercialisation et l’utilisation sont interdites en France et dans toute l’Union européenne depuis 2003. L’information a été dévoilée par l’ONG suisse Public Eye en mai 2017. L’organisme avait alors alerté le grand public sur l’exportation suisses d’atrazine. Le Monde a de son côté dévoilé les mêmes pratiques pour la France : «Depuis le mois de janvier, la France a autorisé l’exportation de sept cargaisons d’atrazine vers la Chine, la Suisse, le Pakistan, le Soudan, l’Ukraine et l’Azerbaïdjan», (https://www.liberation.fr/checknews/2018/12/18/la-france-exporte-t-elle-un-herbicide-interdit-dans-l-ue-vers-les-pays-en-voie-de-developpement_1697722)


15/11/18  - La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). I.:'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. • Glyphosate, chlordécone et récemment métam-sodium, les dossiers qui font ces derniers temps la« une » des médias font plus que jamais planer la possibilité d'une menace générale des pesticides pour la santé des populations. Avec plus de 1000 substances actives dont environ 300 autorisées en France et plus de 60 000 tonnes/an, l'affaire n'est pas mince. Le classement des substances cancérogènes est souvent sous-estimé par absence d'études». L’absence de données n'est pas synonyme d'absence de toxicité.

   Pour ce qui est de la population générale, l'exposition aux pesticides peut être domestique (phytosanitaires, insecticides) mais reste essentiellement alimentaire, via les résidus retrouvés sur les végétaux.  « Les consommateurs "bio" commencent à faire ressortir des bénéfices à éviter les pesticides sur la santé, pour le risque de cancers et surtout de troubles métaboliques »

   Face à une jeune femme enceinte ou désirant avoir un enfant, il faut poser la question de son lieu de vie, de son usage des

pesticides domestiques et de son exposition professionnelle. Elle peut aussi consulter son médecin du travail pour savoir à quoi

elle est exposée. Il faut conseiller une « hygiène chimique », qui concerne les pesticides mais aussi les cosmétiques, les plastiques.

   Concernant les enfants, Il y a quelques mois, la présence de fipronil dans les œufs belges a fait scandale. Or il est présent dans le collier antipuce du chat que les -enfants caressent! Il ne faut pas oublier que, outre l'alimentation, les enfants sont exposés aux pesticides et aux insecticides domestiques.  (Le Quotidien du médecin p2)



 

(La SUITE de NATURE par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Nature)

Ci-dessus,   NATURE  -   ZERO PESTICIDE   :  Infos

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info