DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Pollution des sols


LES SOLS

(Le sol ne doit plus être considéré comme un simple support inerte de production, mais comme un écosystème complexe avec un patrimoine biologique riche et fonctionnel, à même de fournir des fonctions et des services pour les sociétés humaines : production alimentaire, mitigation des changements climatiques, dépollution… Cet article décrit les grandes avancées de la recherche dans le domaine de l’écologie des sols ayant permis le développement d’outils et fortement amélioré les connaissances sur la biodiversité Traductions

   Depuis longtemps et jusqu’à récemment le sol a été le domaine des pédologues et des géologues et a été défini par ces domaines scientifiques. Pour les géologues, le sol est une couche presque insignifiante à la surface de l’écorce terrestre, qui peut représenter quelques centimètres jusqu'à plusieurs mètres d’épaisseur. Pour les pédologues, le sol est une matrice en trois dimensions (horizontale, verticale et temporelle), constitué par l’assemblage de particules minérales (sables, limons, argiles) en agrégats de différentes tailles, formes et stabilité. Cette structuration physique lui confère une forte complexité. À ce titre, le sol représente la matrice environnementale la plus hétérogène et structurée de notre planète.
Alors que l’écologie est un domaine scientifique qui est apparu au XVIIIe siècle, les écologues ont commencé sérieusement à s’intéresser au sol depuis une soixantaine d’années. Les raisons de ce désintérêt résultent dans la complexité de cette matrice, de son inaccessibilité, mais aussi sûrement dans la nature « ordinaire » de la biodiversité qu’il héberge, de loin moins porteuse médiatiquement que la diversité des espèces emblématiques connues du grand public. À tout ceci, il faut ajouter que le sol pâtit d’une image culturelle un peu négative qui l’assimile à un lieu de sépulture ou d’enfouissement de déchets. Toutefois, ce regain d’intérêt de la part des écologues, couplé à des évolutions technologiques et méthodologiques très importantes dans nos capacités à caractériser le vivant, a engendré une évolution presque exponentielle des connaissances sur la biologie et l’écologie du sol ces dernières années. Ainsi, ces cinq dernières années plus de 5 000 articles sur l’écologie du sol ont été publiés sur les 15 000 référencés depuis 1950 (source Web of science, 2019 ).

Cette accumulation de nouvelles connaissances a permis de considérer le sol différemment, non plus comme un simple support inerte de production alimentaire ou de construction, mais comme un écosystème qui renferme presque 1/3 de la diversité biologique de notre planète. De plus, cette biodiversité est maintenant démontrée comme fondamentale dans la production de services écosystémiques nécessaires au développement et à la durabilité de notre société. Son importance a notamment été réaffirmée dans le récent rapport de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) pointant l’accélération du taux d’extinction des espèces et l’urgence d’entreprendre des actions de restauration et de protection des milieux, dont le sol, pour le bien de tous (pour information, consulter  https://www.ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment-Fr).

Dans cet article, nous présentons le bilan des connaissances actuelles sur le sol en tant qu’habitat pouvant héberger une très grande diversité d’organismes vivants de taille, de forme et de ressources génétiques différentes. Ce bilan de connaissances sera complété par une description des outils de caractérisation de ces différents organismes, certains pouvant être piégés et observés alors que d’autres, plus microscopiques (bactéries, champignons), ne peuvent être étudiés finement que par des approches de biologie moléculaire basées sur l’étude de l’ADN extrait du sol. Enfin, nous ferons le lien entre cette qualité écologique des sols et leur rôle dans la durabilité de nos modes de production et de vie. Plus précisément, nous décrivons l’importance de la préservation de la qualité écologique des sols comme un enjeu majeur dans le contexte actuel de transition vers des modèles de gestion durables des espaces ruraux et urbains. -  Pierre-Alain MARON, Lionel RANJARD, Directeurs de recherche - UMR Agro écologie, centre INRA Dijon, France  - (techniques-ingenieur.fr)

 

16/09/19  -  Dégradation des sols : Faire de l'atteinte de la neutralité en matière de dégradation des sols d'ici 2030 un objectif national. Telle est la décision sur laquelle se sont accordés les Etats parties à la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), réunis du 2 au 13 septembre à News Delhi (Inde) dans le cadre de leur 14e conférence (COP14). (actu-environnement.com/)

 

-  11/06/19  -  Le lent poison des déchets radioactifs « oubliés » (lemonde.fr/)

 

- 18/01  -  L'industrialisation de l'agriculture a radicalement transformé le processus de production de nos aliments, mais aussi le tissu social, l'emploi, les paysages et la qualité des écosystèmes. Aujourd'hui, 2 000 pesticides contenant 500 substances chimiques différentes sont utilisés en Europe. Or, les évaluations manquent ou sont incomplètes quant aux conséquences de ces pesticides, sur notre santé mais aussi sur la qualité des sols. De premières recherches menées dans le cadre de deux projets financés par l'UE, iSQAPER et RECARE, montrent que la plupart des sols européens sont contaminés par les pesticides.
Depuis 1960, les rendements mondiaux moyens en riz, en blé et maïs ont plus que doublé, mais dans le même temps, l'utilisation des
pesticides a été multipliée par 15 à 20 et l'utilisation des engrais par 7 (Oerke, 2006).
(…)  
(https://www.notre-planete.info/actualites/1690-pollution-sols-pesticides-Europe)


-   « Pour guérir la Terre,  il faut soigner notre tête »

Ci-dessus,   NATURE   LES SOLS  -  Pollution des sols

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page


Pollution des sols
agricole, forestier, urbain, etc.). Un sol pollué devient à son tour une source possible de diffusion directe ou indirecte de polluants dans l'environnement, via l'eau, les envols de poussières, émanations gazeuses ou via une reconcentration et transfert de polluants par des organismes vivants (bactéries[1], champignons, plantes à leur tour mangés par des animaux). (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_des_sols)

 


()   -  29/04/19  -  Labours intensifs, pesticides, monocultures... L'activité humaine bouleverse la santé de nos sols. Ils sont de moins en moins fertiles, car de moins en moins vivants. Depuis trente-cinq ans, Lydia et Claude Bourguignon, alertent sur l'érosion des sols. À Marey-sur-Tille (Côte-d'Or), le constat est alarmant sur le sol d'un champ, à cause des engrais chimiques et du labour. Le sol finit par se désagréger sous la pression de l'eau. En France, le phénomène est particulièrement marqué dans le Sud-Ouest, la région Rhône-Alpes, la Bretagne et le Nord. Le couple a comparé de la terre d'un champ conventionnel et d'un bio. Le contraste est saisissant. Dans l'échantillon bio, toute une vie se déploie tandis que dans la terre labourée et traitée, il n'y a quasiment rien. (https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/biodiversite-les-sols-sont-de-moins-en-moins-fertiles_3421115.html)

 

-  03/12/18  -  Rivières et sols contaminés, déchets industriels laissés à l'abandon, produits agricoles rejetés dans la nature, décharges sauvages#AlertePollution, c'est une enquête participative de franceinfo.fr, lancée à l'occasion de la COP24 en Pologne, pour vous donner la possibilité de signaler des sites pollués près de chez vous, et nous permettre d'enquêter sur ces situations (https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/alerte-pollution/alertepollution-cinq-questions-sur-l-enquete-participative-de-franceinfo-lancee-pour-la-cop24_3052839.html#xtor=EPR-51-[alertepollution-cinq-questions-sur-notre-premiere-enquete-participative-lancee-pour-la-cop24_3083189]-20181203-[bouton]) 


-  23/11/18  -  Les microplastiques "Une fois libérés, ils peuvent être extrêmement persistants dans l'environnement, certains ayant une demi-vie estimée à des milliers d'années. Cela signifie que leur accumulation sur des terres agricoles est une source de préoccupation, car nous ne pouvons actuellement évaluer les risques pour l'environnement résultant de cette accumulation et de cette exposition à long terme" (https://www.actu-environnement.com/ae/news/microplastiques-concentrer-sols-32448.php4#xtor=ES-6)