Pour la libération de tous les prisonniers politiques catalans

Haut de Page       Accueil

()   Fête nationale catalane. Comme chaque année, le Casal catala et l'ANC de Catalunya Nord, mettent en place des autocars pour participer aux actes de la DIADA (fête nationale catalane), du 11 septembre à Barcelone.

Aller: Les bus sortiront de Perpignan à 9H et du Boulou à 9H30  -  Retour : démarrage de Barcelone à 19H.

Pour ceux que cela intéresse, la feuille d'inscription est donnée dans le lien ci-dessous (full d'inscripcio).

Important: l'inscription est individuelle et la participation aux frais est de 20€  -  Les inscriptions seront confirmées début septembre avec les informations des organisateurs.

   2 liens pour ceux qui ne connaissent pas: https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_nationale_de_la_Catalogne

https://www.courrierinternational.com/article/catalogne-lindependance-au-centre-de-la-diada-la-fete-nationale-catalane

Bonne lecture.  Marie

 

-  02/08/19  -  Pour votre information, hier, 9 personnes, des jeunes dont certains mineurs ont été détenues et 3 autres cités à comparaitre pour avoir manifesté après les élections du 21 Décembre 2017, notamment lors des visites du Roi Felipe VI et du Président Rajoy en Catalogne. Et avant hier, 2 autres personnes ont été condamnées à 1,5 et 1 an de prison pour avoir manifesté lors de l’emprisonnement du Président Puigdemont en Allemagne en 2018.

On leur reproche  à tous d'avoir participé à des manifestations, qui se sont déroulées sans casse, sans pillages.

Outre le fait que l'on touche là au droit de chacun de manifester son désaccord politique, un des piliers de la démocratie, on se souvient tous du sentiment de provocation insupportable de ces visites royales et présidentielles et de la "Cassolade /coups de klaxons" qui les avait accompagné à Barcelone. Le pouvoir espagnol oublie que plus de 2,5 millions de personnes, indépendantistes ou pas, veulent une réponse à leur revendications. Or, aujourd'hui la seule réponse est la répression sous les yeux blasés (ou gênés) de l'Union Européenne qui vient pourtant de condamner la Russie pour des actes similaires. marie.fonollosa@gmail.com

 

31/07/19  -  Le franquisme, cicatrice ouverte de l'Espagne. Près de 45 ans après la fin de la dictature de Franco, l'Espagne s'est contentée d'oublier. Les responsables des crimes commis, des tortures, des violations des droits humains, ont pu se réfugier dans l'impunité par une sombre loi d'amnistie de 1977. Un pays qui se cache les yeux sur son histoire. (https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-dete/la-grande-table-dete-emission-du-mercredi-31-juillet-2019#xtor=EPR-2-[LaLettre31072019])

 

-  14/07/19  -  Pour la première fois, les plus hautes autorités de Catalogne ont été invitées à disserter sur la liberté, l’égalité, la fraternité.  ( Catalogne 3 )

-  12/07/19  Ce vendredi de19 à 20h, nous serons comme tous les vendredis, présents à la veillée du Capitole; ce sera la 75eme Trobada.

   Notre action est modeste, nous ne sommes pas très nombreux mais chaque semaine, notre présence est remarquée, soutenue par des passants tout aussi anonymes que nous, qui nous interrogent et nous encouragent, d'un mot, d'un geste ou d'un bref discours.

   La Catalogne n'est pas dans l'actualité des médias français, mais elle l'est au niveau européen, car l'Etat espagnol vient de porter plainte contre les délégations catalanes à l'étranger; cette plainte révèle que le Ministère des Affaires Etrangères (le Ministère de Josep Borrell qui va bientôt être nommé à la tête de la diplomatie de l'UE) a espionné à Londres, Berlin et Genève de nombreuses personnalités dans leur propre pays du fait de leur sympathie pour les prisonniers politiques catalans. Cela a créé un tollé général dans ces Pays avec des prises de parole très claires au sein de parlements comme ici à la Chambre des Communes britannique (https://www.vilaweb.cat/noticies/video-un-diputat-galles-denuncia-lespionatge-despanya-en-connexio-amb-catalunya/) .

A 1 ou 2 mois de la sentence du Procès contre les 12 indépendantistes catalans, les choses ne se sont pas apaisées car la répression continue, jour après jour dans un climat de division entre les 2 principaux partis catalans, division dont le PS tire un certain profit pour l'instant.

   La face visible de cette répression anti-constitutionnelle est que les prisonniers qui ont été élus lors des dernières élections ne sont pas autorisés à siéger dans leurs respectives chambres; c'est le cas d'Oriol Junqueras (député européen), Joaqui Forn (conseil municipal de Barcelone), Raul Romeva (sénateur), Jordi Turull et Jordi Sanchez, (députés aux Cortès).  Ces 5 leaders ont eu le droit de se présenter car ils ne sont pas condamnés, mais pas d'exercer leur mandat... la raison invoquée est qu'ils pourraient être récidivistes (SIC !!)

   Dans le même moment se mènent d'autres batailles juridiques au tribunal de justice de Catalogne, au Tribunal Suprême d' Espagne, à la Coure européenne des droits Humains de Luxembourg et à l'ONU ou un Groupe de travail réclame la libération immédiate des prisonniers.

L'ineffable Josep Borrell à fort à faire à essayer d’éteindre plusieurs feux simultanés, de museler et de culpabiliser les rares supports à la République Catalane

Il répète comme un mantra que l'Espagne est une démocratie consolidée basée sur la séparation des pouvoirs (lui-même en est pourtant un contre-exemple) et que les 9 prisonniers ont commis un "coup d'Etat". En quoi consiste ce "Coup d'Etat" ? J. Borrell l'explique volontiers:  dans le fait de convoquer le référendum d'auto-détermination du 1er octobre 2017 et en autorisant un débat parlementaire les 6-7 septembre 2017 qui a conduit au vote de la loi de transition juridique.

Le concept de "Coup d'Etat démocratique " ne cesse de laisser perplexe, d'autant plus que les prisonniers sont accusés de rébellion (pacifique bien sur), sédition (?) et malversation (dans une région sous tutelle ou le moindre Euro dépensé devait être autorisé).  Alors qu'aucun n'est condamné (J.Borrell ne connait pas la présomption d'innocence) et pire, que les Jordis qui ont été emprisonnés sans motif en octobre 2017 n'étaient pas des responsables politiques, mais des présidents d'ONG.

La lettre qu'il a écrite il y a quelques jours au Président du Crans Montana Forum qui s'est tenu à Genève a le mérite d'être directe.  " La loi est, dans un État de droit, la garantie de la démocratie." dit-il . Heureusement que non, sinon l’apartheid régnerait toujours aux USA et en Afrique du Sud .(https://www.tdg.ch/reflexions/niez-espagne-qualite-detat-droit/story/14662918 ) Marie

 

-  04/07/19  -  « Demain sera la 74 ème semaine de veillée pour demander la libération des 9 prisonniers politiques catalan; ceux-ci sont toujours en prison préventive (depuis octobre et décembre 2017 et mars 2018), sans avoir été inculpés. L'ONU et Amnesty international ont exigé la mise en liberté des 2 présidents d'association  et de Carme Forcadell qui ne peuvent en aucun cas être tenus responsables de rébellion.  Les 6 autres sont des membres de l' ex-Gouvernement de la Généralité de Catalogne et ils n'ont fait que soutenir la tenue d'un référendum d'autodétermination ...en aucun cas ils n'ont pris les armes pour renverser l'Etat espagnol.

   Depuis 1 semaine, ils sont rentré dans les prisons catalanes qu'ils avaient quitté début janvier dernier pour être présents à leur procès. Le verdict est en délibération et le sera encore un certain temps.

   Cette semaine, ce ne sont pas les prisonniers politiques qui ont fait l'actualité, du moins pas de manière directe, mais les 3 députés catalans élus au parlement européen, puis "suspendus".

   Mardi 2 juillet, jour du 1er débat parlementaire, le peuple catalan s'est déplacé à Strasbourg pour faire entendre sa voix.

Via 80 bus, 3 avions charters, le train et un nombre important de voitures, environ 10 000 personnes ont parcouru plus de 1000 km pour être présents devant le Parlement Européen.

La ville de Strasbourg à fait passer une annonce très particulière pour informer les usagers des lignes de tram qui desservent  le PE : "En raison d'une manifestation du peuple catalan,..."

   Oui, c'est bien un échantillon représentatif  du peuple catalan qui s'était déplacé.  Des gens du peuple, de toutes les origine sociales, de tous les âges, certains les plus jeunes en poussette et les plus fragiles en fauteuil fauteuil roulant.  Un peuple tranquille et déterminé qui m'a ému et qui m'a aussi transmis aussi sa force. Quoi qu'il se passe, ce peuple obtiendra un jour ou l'autre gain de cause.

Carles Puigdemont et Toni Comins étaient à 8km de là, de l'autre côté du Pont de l'Europe, à Kehl. On les a dissuadé de passer en France, car il y avait des agents espagnols infiltrés dans la manifestation et la ville, prêts à les capturer.  Je doute que  l'important service d'ordre mis en place aient pu /voulu les protéger.

Mais les manifestants, n'ont a aucun moment exigé leur présence.  Ils savent parfaitement quel est l'enjeu réel de ces élections et de cette manifestation: le Président Puigdemont doit absolument rester libre de ses mouvements.

   A l'extérieur du parlement, 10 000 catalans et sympathisants venus d'Espagne et de toute l'Europe, pour réclamer justice (du jamais vu). Dans le Parlement, A. Tajani présidant pour la dernière fois les débats face à une drôle d'assemblée composée de brexiteurs qui lui ont tourné le dos en signe de protestation, de nouveaux d’Extrême droite parfaitement à l'aise et de députés qui ont décidé de parler de la Catalogne. La voix la plus forte a été celle de Matt Carthy , député irlandais qui a défendu avec brio le peuple catalan.

   Dehors les discours dans toutes les langues rappelant la légitimité du vote populaire et l'attachement du peuple catalan aux valeurs européennes.  Dedans, des anti-européens ayant pignon sur rue (et solde)... c'etait une situation surréaliste.

   Dans la soirée on apprenait de Josep Borrell , le brutal pourfendeur de catalans  du gouvernement de P. Sanchez était nommé  chef de la diplomatie européenne....cela a jeté un froid.  Celui-ci  a immédiatement déclaré que l'affaire catalane était une affaire interne à l'Espagne qui ne ferait l'objet d'aucun débat au niveau européen. On connait sa position sur le procès catalan. Si vous voulez la connaitre, regardez son excellent  interview à "Conflict Zone" (https://www.youtube.com/watch?v=8UinbGbdyfQ), c'est édifiant.  Marie

 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

   1  -  CATALOGNE
  
2  - 
LE PROCES         3  -  Les Interviews

Ci-dessus  -    Les HUMAINS  -   LES PAYS  :  LA CATALOGNE DU SUD

(La SUITE des HUMAINS par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Humains)

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page