LES HUMAINS  -  L’ HUMANITAIRE
Infos

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

(11/03/20  -  « Recours à la force pas toujours justifié, banalisation des armes intermédiaires, fin de la doctrine « zéro blessé » : l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture pointe les évolutions du maintien de l’ordre français.

ENQUÊTE. Violences, bavures : des policiers racontent.

C’est en tout cas une des questions que soulève le rapport de l’Acat, publié ce mercredi 11 mars. Le document décrit dans le détail le changement progressif des techniques de gestion des foules par la police française.

Au centre des conclusions, l’Acat pointe un glissement de la doctrine du maintien de l’ordre à la française, passé d’une pratique de la mise à distance à la volonté d’aller au contact des manifestants – ce qui est à l’origine de multiples dérives, selon l’Acat. Aujourd’hui, et notamment à Paris, l’idée est d’aller au contact, sans forcément interpeller d’ailleurs, poursuit Marion Guémas. On ne s’interdit plus moralement de blesser des manifestants pour sauver des vitrines. » (…)  (la-croix.com)

07/03/20  -  « Municipales: comment le RN gère ses mairies :

Espérant s'imposer dans de nouvelles villes, le parti d'extrême droite met en avant le bilan de son action dans les municipalités conquises en 2014.

 A la tête de mairies fortement endettées et soucieux d'afficher une image de gestionnaires, les élus RN n'ont pas augmenté les impôts.

Plusieurs villes ont ainsi préféré laisser les finances locales dans le rouge ou ont vendu le domaine foncier municipal à des promoteurs privés.
Avec plus de police et de vidéosurveillance, l'accent est mis sur la sécurité, mais aussi la chasse aux migrants et une politique culturelle identitaire.
Selon l'étude annuelle de Kantar-OnePoint, Marine Le Pen rétablit son image dans l'opinion, après son échec de 2017. (https://www.
lemonde.fr/, le journal,  n°23377, p1)

 

01/03/20  -  De nouvelles frappes turques en Syrie. Samedi matin la police grecque a repoussé à l'aide de gaz lacrymogène des réfugiés cherchant à entrer en Grèce à partir de la Turquie, qui a annoncé qu'elle ne bloquerait plus le passage des migrants vers l'Union européenne en raison de l'intensification des combats en Syrie. (L’Indépendant, le journal – International)

-  29/02/20  -  FACE AU DRAME en Syrie qui se joue dans la province d'Idlib. L'ampleur de la catastrophe humanitaire - près d'un million de personnes jetées sur les routes par l'offensive du régime-, l'escalade militaire, avec la perte d'au moins 33 soldats turcs, tués par un bombardement syrien jeudi 27 février, et l'implication des forces russes se conjuguent dans un défi moral et politique majeur pour l'Europe. Impuissance des Européens qui n'ont été réellement actifs que dans la gestion des répliques sismiques : la crise humanitaire, les flux migratoires.

   La Russie soutient l'offensive de Damas, qui veut reprendre le contrôle de l'intégralité de son territoire. La France commence enfin à mettre des mots sur le comportement des forces russes. La tribune des ministres des affaires étrangères européens, parmi lesquels Jean-Yves Le Drian, accuse clairement l'aviation russe ( Suite de la page d’accueil) et ses frappes, qui «visent délibérément des hôpitaux et des centres de santé» dans la région d'Idlib, et dénonce ces « violations massives du droit international humanitaire». La Russie s'est rendue coupable de crimes de guerre répétés, couvrant également de ses mensonges ceux de l'armée syrienne. (Extraits) (https://www.lemonde.fr/, le journal,  n°23371, p35)

 

15/02/20  -  De moins en moins de médecins. Le nombre de personnes vivant dans un territoire sous-doté en médecins généralistes est passé de 2,5 millions en 2015 à 3,8 millions en 2018, en raison notamment de nombreux départs en retraite, selon une étude du ministère de la santé publiée vendredi. En cause? « La diminution globale du nombre de médecins en activité ( ...) que les nouvelles installations ne compensent pas», en raison « de l'effet prolongé des numerus clausus » ayant limité le nombre de praticiens formés au cours des dernières décennies. (https://www.lemonde.fr/, le journal, p9)

 

15/02/20  -  Le principal syndicat de magistrats Interpelle le gouvernement

L'Union syndicale des magistrats (USM), le principal syndicat de la profession, a déclaré jeudi «partager» le constat des avocats «d'une justice à bout de souff1e » et appelé le gouvernement à « trouver très rapidement» une issue à la grève des robes noires contre la réforme des retraites. Dans un communiqué, l'USM « appelle le gouvernement à prendre enfin la mesure du désarroi exprimé par l'ensemble des acteurs de la chaîne judiciaire». - (AFP.)  (https://www.lemonde.fr/, le journal, p9)

 

(31/01/20)  -  En Espagne la coalition de gauche enchaîne les mesures sociales. Le salaire minimal va augmenter de 5,5 % en 2020. Patronat et syndicats ont paraphé, jeudi 30 janvier, la première grande mesure sociale du nouveau gouvernement de gauche au pouvoir en Espagne. Après une hausse record de 22,3 % en 2019, la coalition formée par le PSOE (socialiste) et Podemos (gauche radicale) augmentera le salaire minimal (SMI) de 5,5 % en 2020, pour atteindre 950 euros mensuels (sur quatorze mois, soit 13300 euros brut annuels). La mesure sera portée en conseil des ministres le 4 février et appliquée de manière rétroactive à partir du 1er janvier. Elle devrait concerner plus de 2 millions de personnes.

   « C'est un élan pour améliorer les conditions de vie des gens qui ont le plus souffert de la crise», s'est réjoui le secrétaire général des Commissions ouvrières.

Les syndicats, qui réclamaient 1 000 euros mensuels, ont aussi rappelé au gouvernement son engagement d'augmenter le SMI jusqu'à 60 % du salaire moyen en 2023, soit environ 1200 euros. « C'est un accord raisonnable pour lequel tout le monde a dû céder», a commenté le président de la Confédération espagnole de l’organisation entrepreneuriale.

Contrairement à 2019, cette hausse n'a pas provoqué de levée de boucliers au sein du patronat, parce que les scénarios alarmistes, qui prévoyaient des licenciements massifs à la suite du bond du SMI l'an dernier, ne se sont pas réalisés.

   La rapidité avec laquelle la négociation a été scellée n'en a pas moins surpris. D'autant que le monde économique en général, et la CEOE en particulier, avait exprimé ses craintes face à l'entrée de Podemos au gouvernement, exigeant « rigueur budgétaire et orthodoxie économique», ainsi que« modération et stabilité». (https://www.lemonde.fr/, le journal, p16)

 

22/01/20  -  La gauche présente un contre-projet de réforme des retraites

A deux jours de l'examen en Conseil des ministres du texte de loi sur les retraites, treize formations de gauche, dont le PCF, le PS et EE-LV, présentent mercredi leur contre-projet, avec retraite minimum au niveau du smic et meilleure prise en compte de la pénibilité.

«Dans le débat sur l'âge du départ à la retraite, nos formations défendent des options différentes», admettent ces formations qui soulignent toutefois être «d'accord pour refuser tout allongement de cotisations», dans leur plateforme.

Les signataires de cette plateforme commune demandent la réinstauration «des quatre critères de pénibilité supprimés par la loi» de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud : le port des charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et le risque chimique.

Ils veulent également une retraite minimum «au niveau du smic» et jugent «impératif» de revenir sur la réforme de l'assurance chômage qui pénalise ceux «qui connaissent des carrières discontinues avec un passage par le chômage».

Autres priorités : l'instauration d'une «règle d'or qui assure la parité du niveau de vie entre les retraités et les travailleurs, dans le public comme dans le privé», la réalisation de «l'égalité hommes-femmes», et la garantie d'un «droit à la retraite en bonne santé». (liberation.fr)

 

04/10/19  -  Lettre ouverte à Emmanuel Macron Emmanuel Macron le président de la République a lancé un débat sur l'immigration qui légitime le discours du Front national. le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, précise ses positions sur le sujet.

« Monsieur le Président, Vous voulez parler immigration ? Eh bien parlons-en ! [ ... ]

Le sujet mérite mieux que d'être instrumentalisé pour diviser les citoyens, pour imposer votre duo avec l'extrême droite et au final pour flétrir notre République.
Parlons de ces familles qui quittent des pays dont les richesses sont pillées, dont les États sont placés sous tutelle de banques internationales et de dictateurs corrompus, dont les infrastructures publiques ont été bradées à des multinationales ! [ ... ]

Parlons de la taxe sur les transactions financières que vous avez refusé d'élargir pour ne pas heurter le monde de la finance, nous privant de deux milliards d'euros destinés à ces pays.

Parlons des 5 milliards d'euros que représente la contribution des migrants à la création de richesses dans notre pays, quand I' Aide médicale d'État, que vous voulez remettre en cause, ne coûte que 900 millions.

Parlons de celles et ceux qui fuient tous ces conflits dans lesquels nous portons une part de responsabilité, dont l'OTAN a été l'acteur ces dernières années [ ... ]. Comment peut-on laisser mourir en Méditerranée des hommes, des femmes, des enfants qui fuient le chaos, les bombes, parfois nos bombes ?

Parlons des migrations à venir, que causeront le dérèglement climatique et son lot de catastrophes naturelles. [ ... ] Parlons donc des moyens à développer en urgence pour que l'Europe tienne ses engagements en faveur du climat.

Parlons de ces travailleurs sans papiers que de très grandes entreprises exploitent sans vergogne en les contraignant à la clandestinité. Quand allez-vous les régulariser ? [ ... ]  Fabien Roussel, Secrétaire national du PCF, député du Nord

(L'intégralité de cette lettre à retrouver sur le site du Travailleur Catalan du 04/10/19)  (http://www.letc.fr, et sur le journal p3)

 

Ci-dessus,   LES HUMAINS /   Infos

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page