L’ ENFANCE        
Les Infos récentes

Les engagements de la Charte sur le droit au jeu

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

(07/02/20  -  L'école ne protège plus. Sans-papiers. Quatre familles albanaises des P.-0. (huit familles en tout en Occitanie) ont été expulsées Le même jour. Ce qui rappelle les rafles d'un temps qu'on pensait révolu. La politique d'un renvoi massif de familles albanaises, déboutées du droit d'asile, est maintenant actée. Et planifiée par Frontex, agence européenne de surveillance des frontières. L'expulsion de quinze familles albanaises résidant en Occitanie était prévue. Un charter. Finalement, « seules » huit familles ont été expulsées, dont quatre des P.-O.

Pourquoi les familles albanaises précisément ? Parce que selon l'Office de protection des réfugiés (qui porte mal son nom), l'Albanie est un pays sûr. Outre les faits, ce sont aussi les méthodes proches de l'ignominie. Les familles déboutées, assignées à résidence en hôtel, antichambre de l'expulsion, doivent se rendre à la police aux frontières (PAF) deux fois par semaine avec leurs enfants. C'est là qu'on peut les embarquer comme ils sont venus, sans leurs affaires. Inutile de dire leur stress et celui de leurs enfants à chaque fois qu'ils se rendent à la PAF.

   Lundi 27 janvier une famille venue signer, s'est vue signifier son expulsion. Sauf que leur fils, scolarisé au collège Camus, était en classe de neige. Qu'à cela ne tienne. La PAF est venue arrêter le gamin au retour du bus. Et la famille a été expulsée. Pire encore en Lozère. A l'annonce de leur expulsion, la maman, enceinte de 6 mois a fait un malaise. Conduite au service gynéco de l'hôpital de Mende. Entre deux, le papa a été emmené à l'école de sa fille de quatre ans par la PAF. Les enseignants n'ont rien pu faire, et ont remis l'enfant à leur père. Le père et la fille ont été expulsés. La mère est toujours à l'hôpital de Mende.

   L'école n'est plus un sanctuaire. Au mépris des lois. Dont la circulaire Valls du 19 octobre 2013 qui précise que « l'exécution de mesures d'éloignement d'étrangers en situation irrégulière ne doit en aucun cas  donner lieu à des interventions au sein ou aux abords des écoles et établissements scolaires ». A.-M. D  -  (http://letc.fr/, le Travailleur Catalan, n°3820, p10)

 

 

(30/01/20)  -  Pour les enfants atteints de pathologies ou de handicaps. Entreaide. l'association "Souris à la vie" s'entoure de partenaires pour offrir joie de vivre, et aide aux familles.

L'association Souris à la vie vient au soutien de familles dont les besoins médicaux demandent un grand investissement financier. Les devis aux sommes importantes sont pris en charge en partie par l'Etat. Seulement, pour adopter totalement le principe de " à but non lucratif", nul argent ne transite pas par I ‘association. Martial Flament à l'origine de l'association : « Je fais partie d'une génération qui a une véritable défiance envers les organismes tels que le Téléthon ... pourtant créées par des personnes fabuleuses. Aujourd'hui ce sont des business sans nom, engendrant des détournements de fonds.

Nous voulions mettre avant le fait que, sans argent, nous pouvions offrir des savoir-faire, du partage. Le gouvernement ne donnant pas suffisamment, on fait appel à la générosité des gens. Finalement on demande aux pauvres de donner. » Souris à la vie propose plus de 450 activités permettant à plus de 137 enfants encadrés par des bénévoles adultes et enfants, de bénéficier de prestations diverses. Les moments de partage existent grâce au tissu social et aux partenaires privés, qui organisent des événements au profit direct de familles sélectionnées sur des critères d'urgence. « Voir les enfants évoluer est un bonheur. Nous vivons des histoires fabuleuses, comme celle du petit Ali, hémiplégique, dont la maman se sentait dépassée. Nous avons été présent pour qu'elle change son regard sur la situation. Désormais Ali a regagné en autonomie et a conduit seul un karting l'été dernier. C'est incroyable ! La richesse de Souris à la vie est de donner de l'importance et de la considération. » L'association est ouverte aux enfants qui vivent des détresses psychologiques, autant que physiques.

Pour plus d'informations, visitez la page Facebook de l'Association ou le site: http://sourisalavie66.wix.com/sourisalavie66  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p6)

 

17/01/20  -  Aide sociale à l'enfance: Le documentaire "Mineurs en dangers" diffusé sur M6  ce 19/01, alerte sur les défaillances de la protection de l'enfance.  Déjà abandonnés ou retirés de leur famille, ces enfants n’y trouvent pas le réconfort et l’encadrement nécessaire à leur prise en charge. Pire, ils sont parfois livrés à eux-mêmes, dans des bâtiments ouverts sans aucune activité prévue, dans un ennui destructeur, quand ils ne se livrent pas à des activités comme le trafic des drogues ou la prostitution. (huffingtonpost.fr)

 

03/01/20  -  « Solidarité : Trêve de Noël pour les enfants de sans-papiers. Samedi 21 décembre, le comité de soutien, avec l'aide des " Cartables d'identité », a organisé un Arbre de Noël dans les locaux du Travailleur catalan pour les enfants de sans-papiers. »  Si la fête de Noël des enfants de sans-papiers était organisée par le comité de soutien aux sans-papiers pour la cinquième année consécutive, c'est la nouvelle association « les Cartables d'identité » qui a entièrement pris en charge la collecte des jouets, leur emballage et leur distribution. Suite au choc de l'expulsion d'une de leurs élèves, Amarilda, les enseignants du collège Pons ont décidé de créer une association « les Cartables d'identité » afin de venir en aide aux enfants et aux familles sans papiers. Ils ont notamment obtenu un partenariat avec le Secours populaire qui a mis à la disposition des familles assignées à résidence en hôtel un lieu pour cuisiner. Nombre de ces familles ayant été expulsées, cette activité reste pour l'instant en sommeil.
L'association a alors pu s'investir à fond dans le Noël des enfants. Ses bénévoles ont accompli un travail titanesque. Ils ont collecté et trié plus de 500 jouets dans divers collèges et lycées (Pons, Jean-Moulin, Saint-Exupéry, Maillol, Picasso) et sur l'école Lamartine. Sur la base des listes d'enfants fournies par les associations de défense des étrangers, la Cimade, I' Asti et du Secours populaire, ils ont emballé 150 cadeaux puis les ont étiquetés au nom de chaque enfant. Est-il besoin de rappeler que les 42 familles réunies ce jour-là autour de cet Arbre de Noël n'ont aucun revenu ?  Et donc aucun moyen d'offrir des cadeaux, voire une simple fête de Noël à leurs enfants. Leur joie de voir leurs enfants heureux en écoutant les contes de Wilfried, en participant au Caga Tio avec Pere, en voyant arriver le Père Noël ou en découvrant leur cadeau était comparable à celle de leurs enfants. L'esprit de Noël ne serait-ce pas la solidarité ? »
A.-M. D. (http://letc.fr/, le journal Le Travailleur Catalan, p6)

 

16/12/19  -  Depuis quelques années, les autorités françaises veulent imposer aux filles et aux garçons de 11 ans de se faire vacciner contre le papillomavirus. Ce virus serait en effet l’un des facteurs déclenchants du cancer du col de l’utérus.
Voici 6 raisons qui me feraient réfléchir avant de faire vacciner mes enfants s’ils avaient l’âge requis, et qui me poussent à être
100% contre une obligation vaccinale concernant ce vaccin.

1/ Cette vaccination n’est pas efficace.

Les vaccins Gardasil ou Cervarix visent à immuniser votre corps ou celui de votre enfant contre certains virus qui pourraient déclencher le cancer du col de l’utérus. Il existerait environ 200 virus de ce type (2). Certains sont réputés très dangereux, comme le HPV 16 ou le HPV 18, d’autres moins. Certains comme le HPV31 seraient dangereux mais non présents dans les vaccins…Selon de nombreux médecins, ce vaccin n’est pas efficace (3,4).

Il permettrait de lutter contre 15% des virus dangereux. C’est maigre.

2/ Ces vaccins ne sont pas sûrs. Ils pourraient avoir fait de très nombreuses victimes.
3/ Les études sur le vaccin sont incomplètes.
4/ Le Japon et l’Autriche ne recommandent plus cette vaccination auprès de leur population en raison des effets secondaires qu’elle provoque.

5/ Les médias n’hésitent pas à mentir pour vanter ce nouveau produit.

6/ Les salariés des laboratoires pharmaceutiques n’en veulent pas pour leurs propres enfants.

Il y a aujourd’hui trop de flou, trop de business, trop de conflits d’intérêts autour de ce vaccin pour que l’on puisse accepter une obligation vaccinale. Ce serait un scandale absolu.

Le vaccin existe. Personne n’empêche ceux qui veulent se faire vacciner de le faire. Ce serait très injuste d’ailleurs.

Alors, s’il vous plaît, aidez-nous à défendre les jeunes filles et les jeunes garçons et leurs familles qui ne souhaitent pas qu’on leur impose une vaccination qui n’est pas nécessaire.

Ces vaccins ne sont pas sûrs. Ils représentent une manne colossale pour les labos et pour l’Etat.

Il existe d’autres moyens de prévention efficaces. Soutenez ceux qui demandent la liberté pour tous !

Vous donnerez aux adolescents le droit de réfléchir et de poser des choix pour leur vie d’adulte.  Signez ici la pétition.
Références : Julien - Les Lignes Bougent <petitions@mail.leslignesbougent.org>

 

28/11/19  -  Le robot des 5-12 ans.  Ce petit robot éducatif français, développé-par lastart-up Main bot avec !'École Polytechnique, est évolutif et personnalisable. Il initie les 5-12 ans à la programmation à la robotique et à l'intelligence artificielle grâce à des jeux collaboratifs (30 actuellement, 60 de plus en2020). Les comportements du robot sont programmables depuis l'application Winky-Labsursmartphone ou tablette et l'enfant peut lui-même créer ses propres applications Winky, le transformer par exemple -en réveil ou imaginer un jeu interactif. Sachant qu'une fois l'application programmée, on peut jouer sans tablette, seul ou en famille (200 €, exclusivité Fnac). (www.lequotidiendumedecin.fr,  p22)

 

22/11/19  -  Serge Tisseron, Psychiatre et psychanalyste : « L'âge est le premier élément à prendre en compte pour évaluer les conséquences de l'exposition des enfants à la pornographie. Avant la puberté, ses effets sont ravageurs. L'enfant a envie d'imiter les adultes car cela lui donne l'impression de grandir. Ainsi, observe-t-on des comportements déviants - comme ces petits garçons qui soulèvent la jupe des filles -qui peuvent conduire ces enfants à devoir consulter. (…) (La Croix, p8)

 

 

Ci-dessus  -    Les HUMAINS  -   LES ÄGES  -  L’ENFANCE 

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page