LA  FEMME

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

  ()  -  16/02/20  -  Le corps des femmes, la bataille de l’intime. Sujet occulté, gênant, voire tabou, les règles sortent du domaine de la seule intimité pour entrer dans celui du politique. Un rapport parlementaire présenté par les députées Laëtitia Romeiro Dias (LRM) et Bénédicte Taurine (LFI) a été publié le 11 février. Il consigne 47 recommandations pour “la déconstruction des tabous”, agir pour que les règles soient moins génératrices “d’angoisses et de souffrances”.

   Parmi ces prescriptions : rendre plus transparente la composition des protections périodiques, favoriser leur distribution gratuite aux femmes en situation de précarité, informer et éduquer dès le plus jeune âge, “lancer une grande campagne d’information dès la classe de 6e en dissociant d’abord ce sujet de l’éducation à la sexualité”
  
Pour l’universitaire, en s’appropriant le contrôle de leur règles – entre la possibilité de les faire cesser chimiquement ou de réinvestir au contraire leur signification – les femmes échappent à “des millénaires d’asservissement aux rythmes de la nature”au regard de l’histoire, c’est une rupture anthropologique majeure.”       Philosophie magazine <webmaster@philomag.com>

 

 

10/02/20  -  L’IA doit servir la lutte pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Isabelle Rauch, députée (LRM) de Moselle et 13 députés et experts appellent à agir pour une intelligence artificielle inclusive, qui ne soit pas un vecteur supplémentaire de discriminations.

   Les espoirs placés dans l'intelligence artificielle (IA) se sont multipliés ces dernières années. Des géants· de la tech aux start-up, tous les acteurs du numérique se sont progressivement emparés de cette innovation et contribuent à son évolution exponentielle. Si le gouvernement s'attaque, à juste titre, à la mise en place d'une stratégie nationale cohérente en faveur de son développement, il ne faudrait cependant pas se précipiter dans une course à l'IA sans réfléchir profondément aux conséquences de cette techn9logie sur l'avenir.

   L'IA, qui génère des aides à la décision dans des domaines de plus en plus nombreux, n'est pas une intelligence. Elle ne dispose ni d'une conscience, ni d'une raison, ni d'imagination. Elle ne crée rien: ses capacités d'action reposent uniquement sur l'absorption de millions de données qui lui permettent d'analyser une situation et de prendre une décision.

Les algorithmes doivent donc « apprendre ». Or, comme tout processus d'apprentissage, celui-ci peut être biaisé, notamment par des données du passé qui présentent" un certain nombre de caractéristiques propres à des époques ou à des faits sociaux qu'il n'est pas souhaitable de voir se perpétuer à l'avenir par le truchement d'une machine reproduisant des archaïsmes à grande échelle.

   Il en est ainsi des inégalités entre les femmes et les hommes, qui sont inscrites dans les données d0nt se nourrissent les algorithmes et dont l'IA est incapable de reconnaître le caractère discriminant. Si l'on n'y prend garde, les algorithmes reproduiront nos stéréotypes de genre et perpétueront la place inégale des femmes par rapport aux hommes dans nos sociétés, ce constat étant valable pour d'autres formes d'inégalités, et encore plus pour les inégalités croisées.

   Depuis quelques années, de nombreuses personnes alertent sur ce risque. Une récente étude portant sur les publicités ciblées de Google montre qu'à profil équivalent, les offres d'emploi proposées aux femmes sont moins rémunérées que celles destinées aux hommes. De même, les logiciels de traduction donnent aux mots anglais non genrés « doctor » et «nurse» des traductions genrées en français: «un»

docteur et «une» infirmière.

Structure de domination patriarcale

Le sexisme dans l'IA revêt un second aspect non moins important: celui qui touche le monde du numérique et de l'IA en particulier. Les femmes y sont sous-représentées et occupent souvent des postes moins importants hiérarchiquement que leurs collègues masculins. Il y a seulement 12 % de chercheuses dans le secteur de l'IA, tout comme parmi les salariés du numérique en France. Les études scientifiques ou d'ingénieurs restent rarement associées aux filles, qui doivent trop souvent lutter pour s'y affirmer, à l'école comme en entreprise.

   Enfin, le sexisme dans l'IA revêt un troisième aspect: il reproduit une structure de domination patriarcale. C'est, par exemple, le cas de certains algorithmes de rencontres, qui apparient les jeunes femmes  éduquées avec des hommes plus vieux ou plus âgés.

Il importe donc non seulement de diversifier les données utilisées et les concepteurs et conceptrices de l'IA, mais aussi de faire particulièrement attention à la structure des algorithmes eux-mêmes.

   Nous ne nous résolvons pas à la description fataliste d'un avenir calamiteux, ni à la puissance des géants de la tech, qui semblent parfois faire douter les Etats et les citoyens de leurs capacités d'action.

   Un travail de longue haleine nous attend, afin d'améliorer la sensibilisation du public ainsi que la formation des professionnels. Nous voulons que notre pays, déjà 'connu pour la qualité de ses chercheurs dans ce domaine, devienne un pionnier de l'IA éthique et inclusive. (…) Nous appelons chacune et chacun, chercheuses et chercheurs, universitaires, entrepreneuses et entrepreneurs, élues et élus de la République, responsables syndicaux et associatifs, citoyennes et citoyens, à se mobiliser pour faire de l'IA un outil de lutte pour l'égalité entre les femmes et les hommes. • Ce texte est aussi signé par 13 députés et experts. Retrouvez la liste complète des signataires sur Lemonde.fr  (https://www.lemonde.fr/, le journal, p27)

 

08/02/20  -  Milagro Sala en prison : un scandale qui grandit et qui implique les pouvoirs de Jujuy, Argentine

(…)  Il est important de se souvenir que le 14 décembre de cette année-là, Milagro Sala, avec son organisation Tupac Amaru a commencé un sitting sur la Plaza Belgrano, devant le siège du gouvernement pour réclamer des subventions pour les coopératives. Morales avait manifestement décidé de ne pas faire bénéficier l’organisation de subventions.

   Un mois plus tard, Milagro Sala a été arrêtée dans le cadre de cette protestation sociale, accusée de perturber l’ordre public. Ce fait ne peut pas donner suite à plus de 48 heures de détention et une amende. C’est ce laps de temps qu’ont utilisé Morales et l’appareil judiciaire à ses ordres pour dénoncer et monter des poursuites à l’encontre de la militante sociale. Quatre ans se sont écoulés et Milagro est toujours détenue (aujourd’hui assignée à résidence), tout comme d’autres membres de la Tupac. Cette détention constitue le cas le plus immoral de persécution politique en démocratie.

   Fruit du hasard, cette semaine, la radicale Josefa Herrera a été titularisée au Bureau Anti-corruption de Jujuy. Elle fut conseillère de Gerardo Morales au Sénat. Interrogée sur sa proximité avec le Gouverneur, Herrera a fait une déclaration qui restera dans les anales à Jujuy : « Je resterai indépendante, ce sont les instructions de monsieur le gouverneur ». ( pressenza.com)

 

05/02/20  -  Entretien avec Pamela Palenciano, monologuiste espagnole, poursuivie pour avoir dénoncé la violence contre les femmes et, à travers cela, la violence d’un système construit sur l’inégalité. C’est la raison par laquelle elle est devenue la cible de l’extrême droite de Vox. Toutes les critiques de l’extrême droite envers l’éducation en matière d’égalité et de violence de genre se sont concentrées, ces dernières semaines, sur une figure, une femme : Pamela, empêchée de s’exprimer au Parlement de Madrid La solidarité n’a pas tardé à se manifester. Pamela parle de tout cela dans cet entretien.
   « L’extrême-droite est partout dans le monde, avec les mêmes discours. Les personnes qui ont conseillé Trump sont les mêmes que celles qui ont conseillé VOX et ce qu’elles font, c’est implanter une idéologie commune, elles essaient de faire reculer dans le monde entier tous les droits que nous, féministes, avons obtenus au cours des dix dernières années. Ils disent que c’est une idéologie de genre, de la haine des femmes envers les hommes… C’est le même discours qu’ils utilisent au Brésil, en Espagne, etc. » 
(pressenza.com)

 

18/01/20  -  « Sous les feux de la haine de l’extrême droite autrichienne.

Écologiste, avocate engagée dans la défense du droit d'asile, originaire de Bosnie, la nouvelle ministre de la justice autrichienne Alma Zadic est la cible d'une violente campagne de haine du FPÔ sur les réseaux sociaux. "Ce n’est pas un hasard si les attaques sont d’abord dirigées contre une femme. Celles-ci doivent se donner encore plus de mal pour faire de la politique. » Avec sa sagesse et son flegme qui plaît tant aux Autrichiens, leur président, Alexander Van der Bellen, a résumé en quelques mots le malaise qu'a déclenché l'extrême droite locale en visant la nouvelle ministre de la justice, figure du premier gouvernement écolo-conservateur de l'histoire autrichienne, intronisée mardi 7 janvier.

   (…)  (M, Le magazine du Monde, p26)

 

 

Ci-dessus  -   Les HUMAINS  -   LES ÄGES  - LA FEMME

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

-  Données, références : - VIOLENCES CONJUGALES : Le site « DECLIC violence »  (26/11/19— La Croix, p8).

03/04/18  -  L’alcool favorise le cancer du sein le plus meurtrier chez la femme, a souligné l'Institut national du cancer (IN Ca) en présentant ses données 2017. L’alcool est à l'origine de 8 081nouveauxcas par an, plus que tous les autres cancers: colorectal (6 654 cas), de la cavité buccale et du pharynx (5 675 cas), du foie (4 355 cas), de l'œsophage (1807 cas) et du larynx (1284 cas). (Lire la suite, www.lequotidiendumedecin.fr,  p6)

-  05/03/18  Au-delà de XX et XY  -  Biologiquement, il n'y a pas que deux sexes. La catégorisation sexuée de l'espèce humaine uniquement en femelles d'un côté et mâles de l'autre ne correspond pas à une réalité scientifique.

• Si la question du genre et des identités sexuelles admet l'existence d'une grande pluralité de situations vécues par les individus, celle du corps sexué n'a longtemps pas été débattue et continue de véhiculer des stéréotypes pourtant battus en brèche par un nombre désormais important d'études scientifiques.    (…).

   Benoît Thelliez  ( Extraits du Quotidien du médecin, p11)

-  04/03/14  -  Une société sans stéréotypes de genre, est-ce possible ? Souhaitable ? Réponse de l'anthropologue Françoise Héritier. (http://www.universcience.tv/video-francoise-heritier-et-le-genre-6108.html)

-  « Le Féminin de l'Être » Annick de Souzenelle : Après le temps du féminisme, mouvement social dont Annick de Souzenelle note à la fois la nécessité historique et les limites, et après le temps d'une féminité artificielle exploitée par la publicité, l'heure est venue d'explorer le sens du féminin. (https://www.albin-michel.fr/ouvrages/le-feminin-de-letre-9782226120557)   -  (Jouissance)

21 avril 1944. Les femmes deviennent «électrices et éligibles» dans les mêmes conditions que les hommes.