LA  FEMME

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

  (26/11/19  -  Les principales mesures du plan contre les Violences conjugales : La ligne téléphonique sera ouverte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

 2 centres de prise en charge psychologique pour les hommes violents ouvriront dans chaque région, après un appel à projets en 2020.
 La notion d’emprise sera introduite dans le code pénal et une « nouvelle circonstance aggravante pour les auteurs de violences dans le cas de harcèlement ayant conduit au suicide» sera créée.

 Le secret médical sera levé, de façon très encadrée, pour permettre aux professionnels de santé de signaler les « cas d'urgence absolue».
 L’obligation alimentaire qui contraint les enfants à subvenir aux besoins de leurs parents sera supprimée à l'égard du père auteur d'un féminicide. (
La Croix, p8).

26/11/19  -  IVGLaurence Rossignol. Sénatrice socialiste, ancienne ministre des droits des femmes, auteure d'une proposition de loi (rejetée) visant à supprimer la clause de conscience spécifique à l'IVG accordée aux soignants, en 2018. Je considère que cette clause spécifique est superfétatoire. Il existe déjà une clause de conscience générale dans le code de déontologie des médecins qui les autorise à refuser tous actes qu'ils ne voudraient pas accomplir. Elle renforce l'idée que l'IVG est un acte médical à part, comme une entorse à la déontologie médicale. Or quand on fait des études pour devenir gynécologue-obstétricien, on doit accepter qu'une femme n'est pas seulement un individu qui va mettre des enfants au monde, mais aussi une patiente qu'on accompagne dans tous les épisodes de sa vie sexuelle, qui comprend tout aussi bien la contraception et le refus d'une grossesse. Je considère que cette clause spécifique témoigne du refus de cette complexité de la vie sexuelle des femmes.

   Au fond, cette clause est la dernière citadelle des compromis obtenus par les médecins hostiles à l'IVG, au moment du vote de la loi Veil. La notion de détresse pour un avortement, le deuxième entretien préalable à l'IVG ont déjà été supprimés, les délais d'accès rallongés. Ce dernier compromis fait aux adversaires de l'IVG ne peut pas être éternel, en ce qu'il constitue un obstacle supplémentaire à l'accès à l'avortement.  (La Croix, p15)

25/11/19  -  Première femme en France à avoir accédé au rabbinat, Pauline Bebe, 54 ans, a essuyé nombre 1 de remarques sexistes.

Qu'importe le petit nombre de pairs à qui elle a ouvert la voie - cinq autres Françaises sont devenues rabbins depuis son ordination – Pauline, fille d'un pédiatre et d'une avocate, est élevée dans la tradition libérale, un courant minoritaire en France qui se distingue de l'orthodoxie par la simplification des rites et une vision égalitaire du rôle des hommes et des femmes dans l'exercice du culte. « En théorie seulement, précise Pauline Bebe, car en pratique, cela a été compliqué pour moi, même chez les libéraux.» Ses parents, non observants, endeuillés par les déportations, tiennent à ce que leurs enfants reçoivent cette éducation paritaire et l'inscrivent au Talmud Torah, le catéchisme juif, à la synagogue de la rue Copernic (Paris). C'est là qu'elle vit ses premiers contacts avec les textes saints et que se forge en elle le désir de devenir rabbin. Après une double licence d'hébreu et d'anglais, elle veut poursuivre l'approfondissement des Écritures. Il n'existe aucune structure en France pour accueillir cette vocation féminine. Elle contourne l'obstacle en intégrant un séminaire rabbinique anglais. À 25 ans, elle est ordonnée rabbin à la synagogue de West London.

Son retour en France et ses débuts à la synagogue de Beaugrenelle, du Mouvement juif libéral de France, déclenchent les passions. « Il y avait des gens très pour, et d'autres très contre. J'ai subi nombre de moqueries, de remarques sexistes», raconte-t-elle, sans amertume. Après une querelle avec sa communauté d'origine, Pauline Bebe, elle-même mariée à un rabbin et mère de quatre enfants, devient le rabbin de la communauté juive libérale d'Île-de-France dans le 11• arrondissement, fondée et taillée à sa mesure. « C'est seulement alors . que j'ai pu laisser libre cours à ma créativité. Quand on est la première femme à exercer une profession, il faut d'abord prouver qu'on peut faire la même chose qu'un homme.» Considère-t-elle pour autant qu'il existe une manière particulière

d'exercer le rabbinat quand on est une femme? « Je ne sais pas ce que  c'est que le masculin et le féminin, tranche-t-elle. Je revendique une vision nongenrée de l'humanité.» Héloïse de Neuville   (La Croix, p27)

 

 

04/11/19  -  Pollution atmosphérique, une menace pour les enfants. La pollution atmosphérique chez les femmes enceintes et les enfants sont très préoccupants, de nombreuses études l'ont confirmé. Chez les nourrissons, la pollution atmosphérique est une cause de mortalité significative.  Par rapport aux zones les moins polluées, les chercheurs ont constaté une augmentation du risque de décès dans les zones les plus polluées comprise entre 20 % et 40 % pour les décès toutes causes confondues chez les nourrissons (âgés de moins d'un an); des chiffres similaires pour les décès néonataux (survenant dans les 28 jours suivant la naissance). Le risque de décès pour les nourrissons augmente de 7 % avec la pollution en dioxyde d'azote (NO2,  de 4 % pour  les particules de diamètre ≤ 10 μm. (PMl0), et de 19 % pour le dioxyde de soufre (SO2 ).

   Une deuxième étude, a évalué l'effet de la pollution atmosphérique (PMIO) au cours de la grossesse, de la petite enfance et de l'enfance sur la fonction pulmonaire d'enfants à l'âge de 8 et 15 ans. Environ 14000 ont été inclus dans l'analyse. Résultat, chaque augmentation de 1 mg/m3 de l'exposition aux PMlO durant le premier trimestre de la grossesse est associée à une diminution de 0,8 % de la fonction pulmonaire.

Elles sont plus nettes chez les garçons et chez les enfants dont la mère avait un niveau d'éducation moins élevé ou fumait.  (www.lequotidiendumedecin.fr, p14)

 

05/10/19  -  Les femmes à la rue sont de plus en plus nombreuses. Rupture, violence, chômage, addiction… Elles sont toutes victimes de drames à répétition.  Enfermées dehors, elles vivent une épreuve quotidienne.  Sans soins, sans ressources et sans repères, elles sont peu à peu emportées par la spirale de la précarité et se retrouvent en grande insécurité.

L’ARCHE D’AVENIR, LE FOYER POUR FEMMES : ces deux structures de la Mie de Pain permettent aux femmes désocialisées malgré elles de reprendre pied avec une existence stable et structurée.  Accueillir de façon inconditionnelle, anonyme et gratuite

Mettre à jour ses papiers, faire valoir ses droits, accéder à une formation ou un emploi adaptés, rechercher un logement autonome… chaque personne hébergée bénéficie d’un accompagnement individuel pour retrouver une place dans la société. Un soutien psychologique est également proposé aux femmes qui en ont besoin.

Mais quand on a appris à survivre dans la rue, le retour à l’autonomie ne se fait pas sans difficulté. · Aidez-nous à soutenir les femmes en danger  -  La Mie de Pain <service.dons@miedepain.asso.fr>

-  03/10/19  =>  La Haute Autorité de santé (HAS) publie des recommandations sur les violences faites aux femmes au sein du couple. Les chiffres restent désespérément stables : en 2018, en France, 121 femmes ont été tuées par leur (ex)partenaire. Elles étaient 130 en 2017 et 118 en 2014. Quelque 219 000 majeures ont déclaré être victimes de violences en 2018, 223 000 en 2015. Sans compter les violences psychologiques et verbales.

Parmi la petite majorité de victimes qui parlent de leur situation, 30 % consultent un psychiatre ou un psychologue et 27 % un médecin, avant les services sociaux (21 %), les commissariats (seulement 19 % déposent plainte) ou les associations (10 %), selon l'observatoire national des violences faites aux femmes. (…)

   -  En cas de situation à risque élevé, conseiller à la victime de prévoir des mesures de sécurité pour se protéger en cas d'urgence sous la forme
d'un
Plan de sécurité à préparer de façon anticipée :

  • Une liste des numéros d'urgence.  -  • La photocopie des documents personnels.  -  • Un double des clés et de l'argent de côté.

  • Un sac contenant des effets de première nécessité (et les mettre en lieu sûr).

  • Identifier à l'avance un lieu où se réfugier (dans la famille, chez des amis ou au sein d'une association).

  • Convenir avec de la famille ou des amis de confiance d'un message codé destiné à les alerter en cas de danger imminent.

   • Numéros d'urgence : • Violences Femmes lnfo: 3919   -   • Demande d'hébergement d'urgence : 115
- On peut appeler le 15 ou se présenter aux urgences 24h/24, 7j/7

   • Sites d'information  :  www.stop-violences-femmes.gouv.fr (à conseiller aux victimes et qui comporte également une rubrique dédiée aux professionnels)   -   « Declicviolence » : http://declicviolence.fr/index.html  -  Cet extrait du document de la HAS a été publié par (www.lequotidiendumedecin.fr, p6)

 

Ci-dessus  -   Les HUMAINS  -   LES ÄGES  - LA FEMME

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

-  Données, références : - VIOLENCES CONJUGALES : Le site « DECLIC violence »  (26/11/19  :  La Croix, p8).

03/04/18  -  L’alcool favorise le cancer du sein le plus meurtrier chez la femme, a souligné l'Institut national du cancer (IN Ca) en présentant ses données 2017. L’alcool est à l'origine de 8 081nouveauxcas par an, plus que tous les autres cancers: colorectal (6 654 cas), de la cavité buccale et du pharynx (5 675 cas), du foie (4 355 cas), de l'œsophage (1807 cas) et du larynx (1284 cas). (Lire la suite, www.lequotidiendumedecin.fr,  p6)

-  05/03/18  Au-delà de XX et XY  -  Biologiquement, il n'y a pas que deux sexes. La catégorisation sexuée de l'espèce humaine uniquement en femelles d'un côté et mâles de l'autre ne correspond pas à une réalité scientifique.

• Si la question du genre et des identités sexuelles admet l'existence d'une grande pluralité de situations vécues par les individus, celle du corps sexué n'a longtemps pas été débattue et continue de véhiculer des stéréotypes pourtant battus en brèche par un nombre désormais important d'études scientifiques.

   Pour Joëlle Wiels, biologiste et directrice de recherche au CNRS « il y a un dogme, trop bien établi, du binarisme sexué» dont l'objet est de valider « la domination masculine comme un état de fait qui structure la société tout entière». « tous les êtres humains ne sont pas répartis entre ceux qui possèdent une paire de chromosomes X et ceux qui ont un X et un Y. Dès le début des années 1960, les scientifiques ont observé des caryotypes qui présentent des formules atypiques et on sait désormais que certaines d'entre elles ne sont pas si rares. Ainsi on peut estimer qu'il y a 30 000 personnes en France qui ont 3, voire 4 chromosomes X, autant qui ont l X et 2 Y et 60 000 individus qui ont 2X et 1 Y». Ces variations au niveau chromosomique confortent donc l'existence d'une intersexuation biologique, d'autant que la surexpression ou la sous-expression de certains gènes au moment de la différenciation

sexuée, qui intervient à la septième semaine de l'embryogenèse, influent également sur le phénotype. « On peut avoir deux chromosomes X et des organes génitaux mâles ou être XY et avoir des organes génitaux femelles», explique la biologiste pour qui il est évident que« la génétique est plus complexe que l’état civil» (…).

   Benoît Thelliez  ( Extraits du Quotidien du médecin, p11)

-  04/03/14  -  Une société sans stéréotypes de genre, est-ce possible ? Souhaitable ? Réponse de l'anthropologue Françoise Héritier. (http://www.universcience.tv/video-francoise-heritier-et-le-genre-6108.html)

-  « Le Féminin de l'Être » Annick de Souzenelle : Après le temps du féminisme, mouvement social dont Annick de Souzenelle note à la fois la nécessité historique et les limites, et après le temps d'une féminité artificielle exploitée par la publicité, l'heure est venue d'explorer le sens du féminin. (https://www.albin-michel.fr/ouvrages/le-feminin-de-letre-9782226120557)   -  (Jouissance)

21 avril 1944. Les femmes deviennent «électrices et éligibles» dans les mêmes conditions que les hommes.