L’HOMME

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX


( 07/06/19  -  Environ 115 millions de garçons et hommes dans le monde sont recensés comme ayant été mariés alors qu’ils étaient enfants, selon un premier recensement de l’Unicef. (https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/07/les-mariages-d-enfants-concernent-aussi-des-millions-de-garcons_5473083_3210.html)

 

-  17/05/19  -  Cinq grandes causes de suicide chez les hommes. Toutes les 40 secondes, une personne se suicide quelque part dans le monde. Le plus souvent, ce sont des hommes qui mettent fin à leurs jours parce que, en partie, certains d'entre eux ne parlent pas de leurs problèmes et soucis à leurs proches.

   Alors, quels sont ces problèmes dont les hommes ne parlent pas avec leurs proches ? L'utilisation des réseaux sociaux pourrait avoir un impact profond sur la santé mentale. Selon une étude de l'Université de Pennsylvanie, plus nous passons de temps sur les médias sociaux, plus nous sommes susceptibles de nous sentir seuls et déprimés. "Le fait d'utiliser moins de réseaux sociaux entraînerait une diminution significative de la dépression et de la solitude", explique la psychologue Melissa Hunt, l'auteure de cette étude.

   Mais qu'est-ce qui peut être néfaste dans les réseaux sociaux ?

  La solitude : Les jeunes de 16 à 24 ans se sentent plus seuls. Une étude réalisée à Oxford en 2017 révèle qu'il est très difficile pour les hommes d'éviter la solitude. Lorsque la solitude devient une maladie chronique, elle peut avoir de graves répercussions sur la santé physique et le bien-être mental. Des études ont établi un lien entre la solitude et un risque accru de démence, de maladies chroniques et de comportements à risque pour la santé.

  Les pleurs : De nombreuses études suggèrent que les pleurs n'ont pas seulement un effet apaisant, mais qu'ils favorisent également l'empathie et le lien social. Pourtant, "les garçons ne pleurent pas" est encore une idée profondément ancrée dans la tête des gens. Selon une enquête menée en Grande-Bretagne, 55 % des hommes âgés de 18 à 24 ans ont l'impression que le fait de pleurer les rend moins virils. "Nous conditionnons les garçons dès leur plus jeune âge à ne pas exprimer d'émotions, car exprimer des émotions signifie être 'faible'", explique Colman O'Driscoll, ancien directeur exécutif des opérations et du développement chez Lifeline, une organisation caritative australienne engagée dans la prévention du suicide.

  Être le soutien de la famille : Selon une récente enquête britannique, 42 % des hommes ayant des relations hétérosexuelles pensent qu'ils devraient gagner plus que leur partenaire. "J'ai vu en mon père un principal soutien de famille, qui travaille jour et nuit, qui voyage d'un bout à l'autre du pays. Et j'avais envie de vivre comme lui", dit Olumide Durojaiye.

Ressentir le fardeau de la responsabilité financière peut exacerber les problèmes de santé mentale pour n'importe qui. Une étude réalisée en 2015 révèle que pour chaque augmentation de 1 % du chômage, le taux de suicide augmente de 0,79 %.

(https://www.bbc.com/afrique/monde-48285182)

17/05/19  -  Françoise Héritier : "Nous sommes les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles"  Alors que des hommes cèdent à leurs "pulsions irrépressibles et licites" selon Françoise Héritier, ce sont les femmes qui subissent la honte, la souillure et le déshonneur qui s'étend aux leurs. Quels sont les redoutables mécanismes de la violence faite aux femmes ?  Lorsque nous parlons de la violence, des violences exercées à l’encontre des femmes, il ne vient à l’idée de personne de dire par qui… Mais les violences exercées à l’encontre des femmes, et bien il faut le reconnaître, dans toute l’histoire de l’Humanité et encore maintenant, ce sont des violences exercées par l’autre moitié sexuée de l’Humanité. Bien sûr il y a des femmes qui exercent des violences contre d’autres femmes (…) mais généralement ce sont des violences masculines.

   Est-ce dans la nature de l'homme d'être violent ? La réponse sans équivoque de Françoise Héritier. On nous parle d’une nature, d’une nature qui serait plus violente chez les hommes, qui serait fondamentalement dominatrice, et on nous parle aussi d’accès de bestialité. Dans tous les cas, on a tout faux ! Ce n’est pas une nature, c’est une culture ! C’est justement parce que les humains sont capables de penser, qu’ils ont érigé un système, qui est un système de valences différentielles du sexe. Et cela s’est passé il y a fort longtemps.

   Nous sommes ainsi les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles. Ce n’est donc pas une question de bestialité, de nature, et parce que ce n’est qu’une question de pensée, de culture, de construction mentale, nous pouvons penser que la lutte peut changer cet état de fait. (https://www.franceculture.fr/conferences/hesam-universite/nous-sommes-les-seuls-parmi-les-especes-ou-les-males-tuent-les-femelles)

 

23/04/19  -  La nationalité saoudienne accordée à une androïde ! David Levy (« Love and Sex with Robot ») prédisait que les humains auraient des relations intimes avec les robots d'ici 2050, non seulement pour le sexe mais aussi pour l'amour, l'amitié et le mariage. Est-ce possible? «Il faut sortir de nos certitudes. L'amour n'est pas uniquement une propriété humaine», affirme Olivier Nérot, et il semble bien que l'histoire de la sexualité puisse lui donner raison. Et l'amour n'est-il pas dépendant de l'ocytocine? « Chez l'être humain, l'attachement peut se développer envers tout objet procurant des sensations, des émotions ou des cognitions positives. Il est tout à fait possible d'aimer un humanoïde », déclare la Dr Carole Burte, sexologue à Draguignan.  « Entre la mécanisation de l'humain et l'humanisation de la machine, ces cyborgs sexuels constituent des miroirs reflétant le continuum entre les deux» (www.lequotidiendumedecin.fr , p11)

 

15/04/19  -  L’identité masculine serait en péril, menacée par l’ « inquisition féministe » ou le « totalitarisme » de mouvements comme #metoo ?. C’est ce que répètent écrivains ou éditorialistes réactionnaires, jusqu’à des groupes haineux de « célibataires involontaires », se référant souvent à – ne rigolez pas – la virilité mythifiée des chasseurs préhistoriques. « La crise de la masculinité est une rhétorique politique visant à réaffirmer la domination des hommes. » (https://www.bastamag.net/Les-hommes-se-disent-en-crise-mais-ils-possedent-70-des-richesses-mondiales-et)

 

 -  09/03/19  -  Simone de Beauvoir. Un entretien de 1978 qui interroge toujours les hommes et les femmes d’aujourd’hui. (Le Monde, Idées, p28)

 

04/03/19  -  Google a reconnu avoir plus payé les femmes que les hommes à la même fonction de programmeur, pour un travail de valeur égale. (Enquête) (https://fr.sputniknews.com/international/201903051040253395-google-discrimantion-sexisme-masculin/) (!)

 

-  03/03/19  -  Le géant du numérique Google a décidé de ne pas retirer de sa boutique en ligne l'application Absher, développée à la demande du gouvernement saoudien et faisant l'objet de critiques des défenseurs des droits de l'Homme. En vertu du système de tutelle en place en Arabie saoudite, chaque résidente du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit lui accorder la permission avant tout voyage. C'est ce qui explique peut-être la popularité de l'application controversée: rien que sur Android, Absher a été téléchargée plus d'un million de fois. (https://fr.sputniknews.com/international/201903031040227777-google-arabie-saoudite-application-surveillance/)

 

16/02/19  -  Aux Etats-Unis, 2 hommes se font face. L’un se distingue par sa force, son naturel taiseux et son rôle de « père de famille » se tenant à distance du quotidien de la maisonnée, l’autre est plus investi dans l’éducation de ses enfants, ne refuse pas de partager le pouvoir avec les femmes et ne craint pas de s’ouvrir aux autres. La querelle des deux mâles est devenue l’un des plus vifs débats aux Etats-Unis. Le malaise masculin est profond. Une association fait des recommandations pour l’accompagnement des garçons et des hommes. Le « premier sexe » est mal en point. Il souffre du rôle que la société lui attribue, et à l’ « idéologie » qui demande aux hommes de se plier à certaines valeurs : la quête de la réussite, le rejet de tout signe de faiblesse, le gout du risque, de l’aventure et de la violence. Cette armure étouffante, renforcée par l’injonction « sois un homme », rendrait les hommes particulièrement fragiles. Marc-Olivier Bherer (Le Monde, En évidence, p4)

 

 

-  29/11/18  -  PROSTATE : L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), première cause de consultation en urologie. Deux millions d'hommes environ sont touchés en France et chaque année, 100 000 nouveaux cas de troubles urinaires liés à une HBP sont constatés, et un sur 10 devra recourir à la chirurgie. Si un certain nombre d'explorations sont quasi-systématiques dans l'évaluation : interrogatoire, toucher rectal, analyse d'urine, débitmètrie et résidu post-mictionnel), d'autres sont à proposer en fonction du patient.  Bien que non systématique, le PSA a un triple intérêt potentiel: évaluation du risque de progression, du volume prostatique et diagnostic d'un cancer de la prostate» HBP et troubles de la sexualité sont souvent liés. Chez certains le traitement médical et chirurgical peut avoir des répercussions négatives sur les 4 composantes de la sexualité masculine: libido, érection, éjaculation et orgasme. La chirurgie entraîne le plus souvent une perte ou une diminution de l'éjaculation antérograde et il faudra prévoir 5, 10 ou 15 ans plus tard, une nouvelle opération pour réduire le volume de la prostate. Cette nouvelle chirurgie améliore la fonction urinaire et permet également d'arrêter le traitement médicamenteux. Inversement, elle conduit souvent à une perte de l'éjaculation antérograde et peut induire d’autres soucis. (Le Quotidien du médecin, p8)

-  15/10/18  -  Ostéoporose : Les fractures de fragilité osseuses concernent plus la femme (40 %) que l'homme (15 %), mais chez ce dernier la mortalité associée aux fractures sévères (hanche, vertèbre, bassin, humérus) est plus .importante

Chez l'homme âgé déjà fracturé comme chez la femme, les fractures sévères s'accompagnent d'une mortalité accrue. Mais la mortalité est 2 à 3 fois plus importante chez l'homme après ce type de fracture que chez la femme.  Le congrès de la SFR de décembre 2019  devrait donner des recommandations sur l'ostéoporose de l'homme .( www.lequotidiendumedecin.fr, p13)   (VOIR)


-  13/03/18  -  Virilité - Etre un homme, est-ce "avoir des couilles" ?  « https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/la-virilite-24-tous-des-garcons-manques#xtor=EPR-2-[LaLettre13032018])

-  22/03/08  -  Réaliser l'union du féminin et du masculin en soi. Alain Boudet  -  (http://www.spirit-science.fr/doc_psycho/HommesFemmes.html)

 

-  « Un homme est un être humain de sexe masculin et d'âge adulte. » . Wikipédia

Des différences à comprendre entre l’homme et la femme.  Claude Le Guen dans l’Œdipe originaire, p153 à 170, nous donne quelques pistes (Divergences, chapitre VIII) que j’évoque à ma façon.  Les hommes et les femmes sont différents bien que presque tout leur soit commun. Au début de leur différence peut-être la désignation du sexe, énoncée à l’enfant par ses parents, source ensuite des comportements typés de  son sexe. Le pénis qu’on a ou qu’on n’a pas. La castration et l’œdipe vécus différemment. Pour éloigner  les garçons des mères, les pères inventent l’initiation ou l’école.- (…)

 

(La SUITE des HUMAINS par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Humains)

Ci-dessus  Les HUMAINS  -   LES ÄGES  -  L’HOMME

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info