LES HUMAINS  -  L’ HUMANITAIRE
Commentaires

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

(01/07/19  -   « Des environnements habitables dans le système solaire» avec Nathalie CABROL, astrobiologiste.

   Quelles sont les conditions favorables à l'émergence de la vie?

Tout d'abord un solvant est nécessaire; sur Terre, c'est l'eau. Il faut aussi une protection contre les radiations ionisantes et les UV qui détruisent !'ADN, laquelle peut être fournie par une atmosphère épaisse ou des océans. Ensuite des nutriments, apportés, par exemple, par les minéraux. Et enfin de l'énergie, qui peut provenir du Soleil ou de réactions chimiques comme celles à l'œuvre dans les fumeurs noirs sous-marins. Quarante ans d'exploration

spatiale montrent que ces environnements sont probablement communs dans le système solaire, les meilleurs candidats étant les satellites glacés de Saturne et Jupiter.

   Selon vous, la vie est-elle apparue ailleurs dans l'Univers?

La chose dont il est le plus difficile de se débarrasser est la vie. Il y a quatre milliards d'années, des conditions proches de celles de la Terre auraient pu permettre à la vie d'apparaître sur Vénus ou Mars. Si c'est le cas, elle peut encore y être. Une forme de vie simple comme les cyanobactéries (algues bleues), apparues très rapidement sur

Terre, est peut-être répandue dans l'Univers.
    L’existence de civilisations avancées dans l'Univers est-elle donc possible?

Quand on regarde la Terre, il y a beaucoup de vie microbienne et quelques centaines d'espèces intelligentes, dont une seule a développé les moyens de quitter sa planète et d'essayer de comprendre l'Univers qui l'entoure.

Les statistiques me disent que la vie simple doit être extrêmement commune dans le cosmos, la vie complexe un peu moins et la vie technologiquement avancée très rare. Mais cela ne signifie pas que cette dernière n'existe pas.

Sciences et Avenir - Juillet/Août 2019 - N° 869/870

 

05/03/19  -  Loi anti-casseurs. Débordé par un mouvement social inédit, le gouvernement se lance dans une surenchère législative liberticide et une répression tous azimuts. La liberté de manifester, droit constitutionnel, est remise en cause par la nouvelle loi anti-casseur  L'article 1 stipule que, sur décision du procureur, les forces de police pourront fouiller à tout moment les manifestants, confondant casseurs et manifestants. L'article 2 donne le pouvoir au Préfet d'interdire à une personne de manifester sur la simple base du soupçon et de ses relations. Le député insoumis Ugo Bernalicis s'est insurgé : « Seule l'autorité judiciaire doit être en capacité d'interdire une personne de manifester. C'est le juge qui est le garant des libertés individuel/es. » Cette fuite en avant autoritaire sur le plan législatif complète la répression qui s'exerce contre les manifestants.
Utilisé plusieurs milliers de fois le lanceur de balles (LBD) a causé d'irrémédiables blessures à des centaines de manifestants. La cour administrative de Nantes a jugé « cette arme dangereuse », le défenseur des droits l'a« jugée inadaptée et qu'elle devait être retirée des opérations de maintien de l'ordre.» Fin février le Conseil de l'Europe a demandé aux autorités françaises dans un mémorandum de «suspendre l'usage du lanceur de balle de défense» afin de «ne pas apporter de restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique» lors des manifestations des Gilets jaunes. La Commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, s'est adressée aux autorités françaises, les appelant à mettre un terme à l'usage du lanceur de balle de défense (LBD) durant les manifestations. Malheureusement le Conseil d'Etat l’a autorisé. L'usage du « délit de groupement» est devenu exponentiel depuis le mouvement des gilets jaunes. On assiste à un nombre jamais observé d'interpellations préventives et de gardes à vue (plus de 5000). La dérive autoritaire est en marche. (
http://www.alterinfo.net/Amnesty-France-explique-pourquoi-la-loi-anti-casseurs-menace-les-libertes-video_a145631.html)

(L'Assemblée nationale a adopté mardi 05/02/19 en première lecture, par 387 voix contre 92, la loi dite «anticasseurs» visant à prévenir les violences dans les manifestations. 50 députés LREM se sont abstenus. Gilbert Collard a dénoncé une loi «liberticide et fasciste»).

 

-  26/02/19  -  De l'hospitalité - Manifeste Normand : Tous, nous voulons nous jumeler, former des écosystèmes de réflexion, de luttes et d’actions pour une société guidée par l’équité, l’écologie, l’hospitalité et la solidarité.

Face aux multiples défis économiques, climatiques ou encore technologiques du monde moderne, nous devons adopter de nouveaux comportements : passer d’une société de l’exclusion à celle de l’inclusion. C’est cet horizon qui doit guider notre développement social. Il est temps de s’inscrire dans un réel constructif, fondé sur le respect de toutes les minorités et dont notre capacité à faire preuve d’hospitalité sera la pierre angulaire.

Notre responsabilité en tant que citoyen.ne.s est de lutter, avec la plus grande détermination contre toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, que ce soit par idéologie ou derrière le masque politique ou juridique d’un calcul économique, cherche à imposer un modèle de société clivé et écologiquement irresponsable.

La question migratoire est interdépendante des questions environnementales, sociales, économiques et politiques. (https://www.change.org/p/manifeste-normand)  (VOIR)

 

-  03/12/18  -  Génome et droits humains : Comment entrer dans la complexité du vivant par l’image ? Des tubes à essai colorés enfermant une molécule d’ADN de forme hélicoïdale ? Des mains de chercheur maniant une pipette ? Pourtant, il fallait bien signifier l’importance du sommet international sur l’édition du génome humain qui s’est ouvert à Hong Kong mardi dernier. Le rendez-vous est d’autant plus nécessaire qu’un chercheur chinois vient d’annoncer la naissance de deux enfants dont un gène avait été « corrigé », avant l’implantation des embryons dans l’utérus d’une femme. De nombreux organismes scientifiques et éthiques dans le monde, dont le Comité consultatif national d’éthique français, ont clairement exprimé leur désaccord, voire leur condamnation, devant une pratique scientifiquement contestable et éthiquement inquiétante.

Les gènes, dont le père Thierry Magnin, à la fois théologien et homme de science, nous rappelle qu’ils sont un patrimoine que nous recevons et que nous transmettons, ne sont certes pas le tout de ce qui fait l’homme – son histoire, ses relations, son environnement comptent. Mais ils en sont un élément essentiel : modifier, corriger ce patrimoine, et rendre cette correction transmissible, est une frontière que beaucoup de chercheurs ne souhaitent pas franchir. (https://www.la-croix.com/Debats/Chroniques/Genome-droits-humains-2018-12-03-1200987091)

 

01/02/18  -  A OuagadougouRaïssa Compaoré, Journaliste et activiste.
 (https://www.la-croix.com/Journal/A-Ouagadougou-rempart-solidaire-2018-01-25-1100908587)
[
A noter aussi : 12/01: Les athées égyptiens, cible des autorités  -  12/01: Relancer l’enseignement du fait religieux à l’école  - 13/01:  Muhammad Yunus, chantre du « social business »  -  30/01: « Lettre à Bendjebel » d’Etienne Huc, ancien appelé d’Algérie.]


-  18/01/18  -  « Lettre ouverte au préfet, au maire de Perpignan, aux propriétaires de locaux vacants.   -  Nous sommes en hiver, des gens dorment dans la rue, dans le froid, la saleté, le danger, parce qu’ils n’ont pas les moyens de se loger, parce qu’ « il n’y a pas de place pour eux à l’auberge » -  Nous sommes en hiver, des hommes, femmes, enfants, sont priés de dégager des logements qui les abritaient parce que leur demande d’asile a été rejetée. Ils ne peuvent pas retourner dans leur pays qui ne veut plus les accueillir. Ou bien, ils ne le veulent à aucun prix, parce que dans leur pays, disent-ils « sûr » ils risquent la mort.  -  Monsieur le préfet, n’avez-vous pas vu tous ces immeubles vides ou à moitié, appartenant à l’Etat ou à des collectivités? Qu’attendez-vous pour les réquisitionner comme vous en avez le droit et le devoir quand des personnes sont sans abri? En Meurthe et Moselle, le préfet l’a fait, lui!  -  Monsieur le maire de Perpignan, n’avez-vous pas vu tous ces immeubles vides appartenant à des particuliers? Qu’attendez-vous pour instaurer la taxe sur les locaux vacants comme vous en avez la possibilité?  -  Mesdames et Messieurs possédant des immeubles dans Perpignan, vides, certains depuis des années, et pour lesquels vous payer des impôts fonciers parfois bien élevés, ne croyez-vous pas qu’il serait judicieux de les mettre à disposition de personnes sans logis ? Elles les entretiendraient, au moins, en y habitant !  -  Pourquoi ne pas essayer ? Préfet, élus, propriétaires, vous avez les moyens d’agir, qu’attendez-vous ? Françoise Marill (TC, p6)


-  01/01/18  Il faut s'attaquer à ce qui restreint les possibilités économiques des plus pauvres dit Martin Ravallion (Extraits) Pour l'économiste australien la lutte contre la pauvreté et les inégalités a certes progressé dans le monde et réduit le nombre de gens très pauvres (1 dollar/jour, ou 0.85 €). Mais un examen des données révèle que les inégalités dans un même pays tendent, en moyenne, à croître, et par ailleurs que la hausse du niveau de vie des plus pauvres ne bouge pas. Les politiques publiques doivent s'attaquer à ces problèmes moralement inacceptables qui entravent l'action publique, Les grandes inégalités sapent les conditions d'une croissance économique durable.  (http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/15/l-absence-de-consensus-autour-des-inegalites-entrave-l-action-publique_5230191_3234.html)
 (La Croix, le 14/12/2017)  (https://www.la-croix.com/Economie/Monde/Le-fleau-inegalites-frappe-fort-partout-2017-12-14-1200899528)

Les hommes  : 
Infos récentes
Références 

Ci-dessus,   LES HUMAINS /   Commentaires

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page