BOUGE TOIT                                                                                   Pauvreté                                                                                   LOGEMENT
 
« Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera.
Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. » Serment d’Hippocrate.

(14/02/20  -  « Pauvreté en France. Statistiques. Le constat est unanime. Que ce soit pour l'lnsee, l'Dxfam, l'Observatoire des inégalités ou la fondation Abbé Pierre, la pauvreté a considérablement augmenté en France.

   Mauvaise nouvelle pour le gouvernement : selon l'lnsee la pauvreté a fortement augmenté en France l'an passé (+ 0,6 point). Concrètement 400 000 personnes ont basculé dans la pauvreté en 2018 pour atteindre 9 millions, soit 14, 7 % des Français, qui sont désormais considérés comme pauvres.

Le seuil de pauvreté est déterminé en fonction du niveau de vie médian. Mais ce seuil de pauvreté varie selon les observateurs. Il peut être fixé à 40 % du revenu médian, ce qui représente un revenu de 684 €, ou à 50 % soit un revenu de 855 € ou encore à 60 % soit 1026 € par mois. C'est ce dernier seuil à 60 % qui est utilisé par l'Observatoire des Inégalités, dans la plupart des débats publics et ici.

li faut aussi tenir compte du « risque de pauvreté après transferts sociaux » car il inclut les prestations sociales. Là aussi le pourcentage des Français pauvres a augmenté d'un point -de 12,5 % à 13,4 %- de 2008 à 2017.

   Les causes : Selon Pierre Madec, économiste à Observatoire français des conjectures économiques, « la baisse de l'a/location logement a représenté environ 30 € de moins par mois par ménage et cela a suffi à faire basculer dans la pauvreté de nombreux Français ». Affirmation corroborée par le chiffre de 35 % des locataires du parc HLM vivant désormais sous le seuil de pauvreté.

Par ailleurs les inégalités, mesurées par l'indice de Gini a connu sa plus forte progression depuis 2010 selon l'Insee. La mise en place par Emmanuel Macron du prélèvement forfaitaire unique (38 400 € pour les plus fortunés à la place de l'impôt sur les revenus du capital), la réforme de l'impôt sur la fortune, limité à la fortune immobilière, a creusé les inégalités.
Pour Louis Morin, sociologue à l'Observatoire des inégalités, ces statistiques sont d'autant plus  inquiétantes qu'il y a une amélioration de l'économie. Autre indicateur inquiétant, la stagnation du nombre des allocataires du RSA depuis trois ans alors qu'il ne cessait de diminuer. La pauvreté se stabilise, mais signifie aussi le manque de créations d'emplois. Pour  lui, les politiques publiques ne sont pas dirigées vers les plus pauvres. « Avec 7 milliards d'euros, on supprime 5 millions de pauvres en France. Alors que concrètement, on fait 30 milliards d'euros de cadeaux fiscaux aux plus riches ».

La pauvreté ne frappe pas au hasard

Plus d'un enfant sur dix vit sous le seuil de pauvreté du fait des bas revenus de ses parents. Les jeunes de 20 à 29 ans comptent 11,8 % de pauvres, les plus touchés étant les non diplômés. Dans le reste de la population, ce sont les adultes très peu qualifiés, les personnes âgées, les handicapés, les femmes seules avec enfants. Bref les plus vulnérables. La pauvreté veut dire aussi que 4,8 millions de personnes ont dû faire appel à l'aide alimentaire en 2015. Sûrement plus en 2018. Que 4 millions de personnes sont mal logées, soit dans un logement dégradé, trop petit, ou dorment dans leur voiture.

Sans le système de protection sociale, tel qu'il existe encore avec tous ses défauts, le rôle de l'habitat social et des services publics gratuits, le taux de pauvreté ne serait pas de 14 % mais 22 % des Français vivraient sous le seuil de pauvreté.

Traiter la pauvreté d'un côté, avec un plan pauvreté oscillant entre aide et sanction, et contribuer à l'accentuer d'un autre par une politique ne favorisant que les riches, ne peut que déboucher sur une impasse »  -  (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, n° 3821, p12)

 

03/02/20  -  Publication de la Banque mondiale sur la question spécifique du revenu de base. Le livre est disponible en téléchargement gratuit, accessible sur la page Web de la Banque mondiale qui lui est consacrée. (En Anglais)
   « Plus précisément, le livre examine en quoi l'UBI diffère des autres programmes d'assistance sociale ou les complète en termes d'objectifs, de couverture, d'incidence, d'adéquation, d'incitations, d'effets sur la pauvreté et les inégalités, de financement, d'économie politique et de mise en œuvre. Il passe également en revue les expériences passées et actuelles des pays, examine la gamme complète des propositions de politiques existantes, fournit des résultats originaux à partir de simulations d'avantages micro-fiscaux et expose une série de considérations autour de l'analyse et de la pratique de l'UBI. » (
https://www.youtube.com/watch?v=IeGtaKs5EdE&feature=emb_title) (: souligné en Français)
   Le documentaire "RBUI, Revenu de base universel et inconditionnel, Notre droit de vivre" parle du droit de tous les êtres humains à subsister simplement parce qu'ils sont nés. C'est une idée historique, mais elle s'est répandue de façon spectaculaire ces dernières années, surtout parce que la technologie menace de laisser la majorité de la population au chômage. Le documentaire se compose principalement d'interviews, non seulement des fondateurs, qui travaillent sur cette idée depuis plus de trente ans, mais aussi d'universitaires et de militants, qui nous parlent de leurs activités et de leurs expériences à travers le monde.
   Au niveau européen, le Mouvement catholique du revenu de base est mobilisé cette année 2020 dans le but de recueillir le nombre nécessaire de signatures pour soutenir l’initiative au sein du Parlement européen et pour faciliter le dialogue entre les pays qui ont et n’ont pas encore mis en œuvre ses projets pilotes. 
La Grèce a 15771 signatures. Bientôt, l’ Initiative sur le revenu de base annoncera ses actions, nous invitant tous à participer à une initiative financière si prometteuse que ses sympathisants croient qu’elle peut nous aider à sortir de la pauvreté dans le monde. (pressenza.com)

21/01/20  -  « Davos, la montagne de dollars  -  (Libération)
Tels les dieux sur l’Olympe, les grands capitalistes de la planète se réunissent une nouvelle fois sur la «montagne magique» de Davos, chère à Thomas Mann. Comme souvent, mais un peu plus compte tenu des contestations qui montent contre l’ordre libéral cher à leur cœur, le sommet a donné de larges signes d’ouverture. Ainsi, Greta Thunberg est venue évangéliser les foules de sa juvénile et fiévreuse rhétorique, précédée, à l’opposé idéologique, par un Donald Trump toujours aussi offensif, venu dans cet aréopage faire oublier au monde qu’il est le troisième président américain de l’histoire à être soumis à une
procédure d’impeachment.
   Une longue théorie d’experts, de savants, de responsables d’ONG et d’universitaires viennent côtoyer les chefs d’Etat qui se pressent toujours à ce vaste raout du grand capital, marqué par une rare concentration de matière grise et de richesse sonnante et trébuchante, digne de la caverne l’Ali Baba. On ne sait si cette station en altitude est un sommet de la pensée, puisqu'elle comprend aussi, par la force des choses, son lot commun de crétins des Alpes. Elle est en tout cas, pour une semaine, beaucoup plus qu’une éminence neigeuse, une montagne de dollars.
   Klaus Schwab, fondateur et organisateur de la cérémonie, ouvre autant que possible les portes de son forum à des voix dissidentes, ce qui lui permet d’ouvrir tout autant ses poches, où tombe chaque année une manne qui lui a permis de constituer au fil des ans une solide fortune. Il reçoit les milliardaires, ce qui a permis d’en devenir un lui-même à leur simple contact. Une version toute personnelle de ce «ruissellement» qui sert de mantra à l’économie libérale, dont il est un fervent adepte.
   C’est le paradoxe permanent de ce jamboree de l’argent, qui se penche doctement sur les inégalités mondiales ou sur le réchauffement climatique : il en est le symbole éclatant. Les inégalités forment le fond de sauce de ces agapes. Le sommet est financé grâce aux contributions très onéreuses versées à Schwab par les grandes entreprises. Loin d’être une assemblée paritaire des bons esprits de la planète ou des acteurs du changement économique et social, elle sert surtout de séminaire de formation permanente pour les maîtres du monde désireux d’en humer la rumeur tout en respirant l’air pur de la Suisse, ce qui leur permet d’évaluer les facteurs généraux qui commanderont l’évolution de leur cours de Bourse.
   Quant au réchauffement climatique, avec une telle densité de jets privés, d’hélicoptères-taxis et de grosses cylindrées, sans compter le chauffage à prix d’or d’hôtels vénérables où ces excellences se protègent d’un froid glacial, on n’ose calculer le bilan carbone de l’opération. On entend au sommet de Davos des appels angoissés devant l’augmentation des émissions de CO2. Ayons mauvais esprit : la mesure la plus immédiate et la plus efficace pour réduire ces émissions consisterait tout bonnement à le supprimer ». Laurent Joffrin  (
Libération <newsletter@newsletter.liberation.fr)

20/01/20  -  Les inégalités ne cessent de se creuser : c'est le constat d'Oxfam à la veille du 50e Forum économique mondial, à Davos en Suisse. L'ONG met à jour les dernières données sur les inégalités dans le monde et chaque année, les richesses se concentrent un peu plus. C'est encore le cas en 2019 : les 1% les plus riches de la planète possèdent désormais plus du double du reste de l'humanité, soit 92% de la population mondiale. "Une minorité d'hommes blancs se taille la part du lion" résume l'ONG, et le rythme de réduction de la pauvreté est deux fois inférieur à celui de 2013. Des disparités de revenus en constante augmentation, alors que les gouvernements les favorisent.
Pour Pauline Leclère, porte-parole d'Oxfam France, "
les inégalités sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde. Elles ne sont pas une fatalité, elles sont le résultat de politiques sociales et fiscales qui réduisent la participation des plus riches - entreprises et particuliers - à l'effort de solidarité par l'impôt et fragilisent le financement des services publics. Transports, éducation, santé, système de retraites sont sacrifiés."  (franceinter.fr)

 

15/12/19  -  Le logement des plus pauvres au cœur des priorités des Petits Frères des Pauvres.
 Notre région est la 3° de France où le taux de pauvreté est le plus important. Et le 3° arrondissement de Marseille est même considéré comme le plus pauvre d'Europe avec la moitié de la population vivant sous le seuil de pauvreté», souligne d'emblée Manuel Pinto, directeur de la Fraternité régionale Méditerranée. « C'est aussi l'une des régions où /'écart entre /es plus pauvres et /es plus riches est le plus important. Enfin, c’est une région très contrastée, entre Marseille et ses nombreux logements insalubres, et la Côte d'Azur où /es prix de /'immobilier sont tellement élevés que nos aînés n'ont plus /es moyens de se loger. » (…)

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

Ci-dessus  -   L’HUMANITAIRE -  LA PAUVRETE  ***   E-MAIL 

    ***   Haut de Page    ***    Accueil