BOUGE TOIT                                           Pauvreté                                             LOGEMENT 
“Eradiquer la pauvreté extrême est davantage qu’un simple devoir moral,
c’est une obligation légale en vertu de la législation actuelle sur les droits de l’homme”.
     

()  -  17/04/19  -  une salle de bain itinérante pour les sans-abri : Bulle prendra la route dès cette semaine. Inauguré ce lundi 15 avril, le camping-car aménagé effectuera des maraudes dans Montpellier et ses alentours pour offrir un moment d'hygiène aux personnes sans-abri ou mal logées. Elles trouveront à l'intérieur une douche, un lavabo, des toilettes, des produits d'hygiène ainsi que des vêtements propres si besoin, mais également un kit à emporter comprenant brosse à dents, déodorant, serviette hygiénique, savon et tout le nécessaire de toilette. (https://www.linfodurable.fr/social/montpellier-une-salle-de-bain-itinerante-pour-les-sans-abri-10704)

 

10/02/19  -  Suède : des panneaux publicitaires aident les SDF à trouver un refuge. Les panneaux sont équipés de baromètres : lorsque les températures descendront en dessous de - 7° C, les publicités laisseront la place à des informations permettant aux personnes sans domicile de repérer les refuges ouverts les plus proches. Au-dessus de - 7° C, les panneaux diffuseront également des informations à destination des citadins "lambdas" à propos de l'aide qu'ils peuvent apporter aux sans-abris, en les dirigeant vers les centres sociaux qui collectent les dons de nourriture et de vêtements. (https://www.linfodurable.fr/social/suede-des-panneaux-publicitaires-aident-les-sdf-trouver-un-refuge-9410)


31/01/19  -  Suicides d’agriculteurs, l’hécatombe silencieuse. Hommes ou femmes, ils sont de plus en plus nombreux à mettre fin à leurs jours en France. Même si des structures ont été mises en place pour leur venir en aide, le malaise est profond. Un monde en voie de disparition, comme l’avait prévu Henri Mendras en écrivant La Fin des paysans, en 1967, et pourtant vital, sans cesse soumis à des injonctions contradictoires. Ancestral par son rythme, mais lancé à pleine vitesse dans le capitalisme financier, la tyrannie des cours mondiaux, les investissements démesurés. Sommé de produire toujours plus et toujours plus vite, puis accusé d’empoisonner la population. Combien sont-ils, ces paysans qui, lassés de « crier leur douleur » ou incapables de l’exprimer, finissent par user du seul moyen qu’il leur reste pour que tout s’arrête ? (https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/31/suicides-d-agriculteurs-l-hecatombe-silencieuse_5416940_3224.html) (« La contagion suicidaire », la Croix 05/02/19, p7)


23/01/19 -  Christophe Devys remplace, mercredi 23 janvier, l’ancien du Secours catholique François Soulage à la tête du collectif Alerte de lutte contre la pauvreté. Créé en 1994, ce collectif est le porte-voix des 38 associations (Emmaüs, Secours catholique Cimade, ATD Quart Monde, Armée du salut, familles rurales…) qui réfléchissent aux questions d’exclusion et de pauvreté au sein de l’Uniopss. Désigné à sa tête il y a quatre ans, François Soulage, qui avait précédemment présidé le Secours catholique de 2008 à 2014, avait su remobiliser Alerte grâce à un véritable talent de communicant. À l’aise dans les sphères ministérielles, cet ancien du cabinet Rocard avait aussi su faire du collectif un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics, notamment au moment du plan pauvreté de l’ère Hollande et de la stratégie pauvreté du mandat Macron.

(https://www.la-croix.com/France/Christophe-Devys-nouveau-porte-voix-collectif-Alerte-contre-pauvrete-2019-01-23-1200997558)
 
-  17/12/18  -  Martin Ravaillon expert des questions relatives à la lutte contre la pauvreté dans le monde
« La pauvreté s’est considérablement réduite dans le monde au cours des trois dernières décennies. En 1981, plus de la moitié de la population vivait avec moins de 1,25 dollar par jour ; en 2010, ce taux s’élevait à 22 % [Olinto et alii, 2014]. Au début des années quatre-vingt, 1,8 milliard de personnes vivaient avec moins de 1,25 dollar par jour, contre 1,3 milliard aujourd’hui (dont les deux tiers résident en Asie), alors même que la population mondiale s’est accrue de 35 % sur la période. Les nouvelles estimations des parités de pouvoir d'achat (PPA) pourraient même suggérer que l'extrême pauvreté toucherait finalement aujourd'hui 870 millions de personnes [Brookings, 2014]
-  La croissance économique apparaît comme la principale explication de la diminution de la pauvreté que nous avons pu observer à travers le monde
durant ces trente dernières années. En l’occurrence, la croissance de pays émergents comme la Chine et l’Inde ont joué un rôle déterminant dans cette évolution. Selon les estimations d’
Aart Kraay (2006), la croissance des revenus moyens expliquerait entre 70 et 95 % du recul de la pauvreté. D’autres analystes estiment que cette dernière s’expliquerait pour les deux tiers par la croissance économique et le tiers restant par la réduction des inégalités. En observant les performances de 118 pays au cours des quatre dernières décennies, David Dollar, Tatjana Kleineberg et Aart Kraay (2013) mettent en évidence une forte relation entre la croissance globale des revenus et la croissance du revenu moyen des quintiles les plus pauvres : les revenus des 40 % des ménages les plus pauvres s’accroissent généralement de façon équiproportionnelle avec les revenus moyens, ce qui amène Dollar et ses coauteurs à conclure que « la croissance est une bonne chose pour les pauvres ».
-  Divers travaux ont cherché à évaluer la sensibilité de la pauvreté à la croissance et aux inégalités à travers deux indicateurs : l’élasticité-croissance et l’élasticité-inégalités de la réduction de la pauvreté. Par exemple, 
Martin Ravallion (1997, 2004) constate que la croissance réduit d’autant plus la pauvreté que le degré d’inégalités est faible : une hausse de 1 % des niveaux de revenu réduit la pauvreté de 4,3 % dans les pays ayant de très faibles niveaux d’inégalités et seulement de 0,6 % dans les pays très inégalitaires. Il existerait en l’occurrence une relation négative entre le niveau initial d’inégalités et la valeur de l’élasticité-croissance de la réduction de la pauvreté. En outre, il affirme que la réduction des inégalités peut directement contribuer à faire reculer la pauvreté. François Bourguignon (2003) constate que l’évolution de la pauvreté est étroitement liée aux variations du revenu et des inégalités, ainsi qu’aux niveaux initiaux de développement et d’inégalités. En l’occurrence, l’élasticité-croissance de la réduction de la pauvreté serait fonction croissante du niveau de développement d’un pays. Humberto Lopez et Luis Servén (2006) montrent que, pour un seuil de pauvreté donné, l’élasticité-croissance de la réduction de la pauvreté s’accroît au fur et à mesure que les niveaux de pauvreté diminuent : l’impact de la croissance sur la pauvreté serait plus fort dans les pays riches que dans les pays pauvres, si bien qu’il semble plus difficile pour ces derniers de réduire rapidement la pauvreté.
Pedro Olinto, Gabriel Lara Ibarra et Jaime Saavedra-Chanduvi (2014) se sont demandés si la croissance économique contribuera à l’avenir à réduire aussi amplement la pauvreté qu’elle le fit par le passé. Pour cela, ils ont cherché à déterminer et comparer l’élasticité-inégalités et l’élasticité-croissance de la réduction de la pauvreté en observant un large échantillon de pays sur la période 1980-2010. Ils mettent en évidence une relation positive et décroissante entre l’élasticité-inégalités et les taux de pauvreté. En revanche, l’élasticité-croissance ne présente pas une telle relation avec les taux de  pauvreté : l’élasticité-croissance de la réduction de la pauvreté s’accroît ou reste constante avec le niveau initial de pauvreté. Ainsi, au fur et à mesure que le taux de pauvreté décline, l’élasticité-inégalités de la réduction de la pauvreté s’accroît plus rapidement que l’élasticité-croissance. En d’autres termes, à partir d’un certain seuil de pauvreté, la réduction des inégalités est davantage susceptible de contribuer à la réduction de la pauvreté que ne le fait la croissance économique.
Ainsi, relativement aux politiques stimulant la croissance, les politiques visant à réduire les inégalités ont un rôle de plus en plus important à jouer au fur et à mesure que la pauvreté recule. En outre, il n’est précisément pas certain que la croissance mondiale soit aussi élevée ces prochaines décennies qu’elle le fut au cours des trois dernières, ce qui devrait encore davantage réduire sa capacité à faire reculer la pauvreté à l'avenir. Olinto et ses coauteurs en concluent que les autorités publiques devraient de plus en plus se focaliser sur la réduction des inégalités si elles désirent réduire davantage la pauvreté. Ces résultats confirment l’idée de certains auteurs comme Nobuo Yoshida, Hiroki Uematsu et Carlos Sobrado  (2014) qui suggèrent que l’accélération de la croissance économique ne suffira pas pour éliminer l’extrême pauvreté d’ici 2030 comme l’avait déclaré la Banque mondiale en établissant ses Objectifs du millénaire pour le développement. » (Voir  Les inégalités de richesse de Piketty )

-  12/11/18 -  Près de 8 % des ménages rencontrés par les équipes du Secours catholique vivent au-dessus du seuil de pauvreté fixé à 60 % du niveau de vie médian des Français. C’est l’un des constats du rapport annuel 2018 du Secours catholique. Il révèle également que : Les adultes de 20 à 45 ans représentent les deux tiers des personnes aidées

La surreprésentation des jeunes actifs est d’autant plus vraie pour les femmes : près de 4 femmes sur 5 rencontrées et âgées de moins de 40 ans vivent au sein de familles avec enfants et la moitié d’entre elles sont des mères isolées

Les enfants pauvres sont plus jeunes : le rapport révèle une surreprésentation des jeunes de moins de 20 ans (rencontrés au travers de leur famille) et près de la moitié des enfants au sein des familles rencontrées ont moins de 10 ans

À l’inverse des jeunes femmes, les hommes ayant recours au Secours catholique ont généralement moins de 25 ans et sont souvent isolés et sans enfant : 60 % d’entre eux sont des hommes seuls, parmi lesquels les étrangers sont fortement surreprésentés. Bien que toujours minoritaire, la part des adultes âgés de plus de 50 ans ayant recours au Secours catholique continue d’augmenter : ils représentent, en 2017, un tiers des hommes et des femmes rencontrés (contre 1 quart en 2010) (https://www.previssima.fr/actualite/les-adultes-de-20-a-45-ans-representent-les-2-3-des-personnes-aidees-par-le-secours-catholique-rapport-annuel-2018.html)


-  18/10/18 -  ONU : la fin de la pauvreté est une « question de justice » Journée mondiale de lutte contre la misère. Antonio Guterres, a fait remarquer la relation fondamentale entre l’éradication de la pauvreté et le respect de l’égalité des droits de l’homme pour tous. Les personnes vivant dans la pauvreté sont touchées de manière disproportionnée par de multiples violations des droits de l’homme. 700 millions de personnes vivent dans l’exclusion et sont incapables de satisfaire leurs quotidiens élémentaires. (https://www.temoignages.re/social/droits-humains/onu-la-fin-de-la-pauvrete-est-une-question-de-justice,94164)

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info 

Ci-dessus  -   L’HUMANITAIRE -  LA PAUVRETE  ***   E-MAIL   ***   Haut de Page    ***    Accueil 

 (La SUITE de l’ HUMAINITAIRE  par la LISTE des pages Humanitaires)