LES  ETRANGERS

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

()  -  07/12/19  - JUSTICE POUR LES CHIBANIS ! (SALARIÉS, RETRAITÉS, ÉTRANGERS)  -  Le Collectif «SOS chibanis» est soutenu par: ASTI, CIMADE, LDH, Mouvement de la paix, MRAP,CGT, USR-CGT, CNT, FSU, Solidaires, EELV, Génération·s, FI, NPA, PCF Pour tout contact: 09 67 25 01 47. Permanence: 7, rue Émile-Zola, 66000 Perpignan, les lundi de 14 h 16 h.

   Des conditions de vie précaires :

Les retraités étrangers ont été dans leur grande majorité recrutés dans leur pays d’origine dans les années soixante, pour satisfaire un besoin de main d’œuvre bon marché, lié à l’essor économique de l’époque. Premières victimes des crises successives, souvent au chômage, ils sont devenus la proie de patrons sans scrupules qui les ont exploités et ne les ont pas déclarés. À la fin de leur vie professionnelle, ils perçoivent des retraites dérisoires et ne survivent que grâce aux aides sociales.

   Des contraintes difficilement supportables :

Mais ces aides sont soumises à des conditions strictes et complexes. Les allocations logement exigent une présence sur le territoire de huit mois au moins par an, l’allocation vieillesse de six mois, l’allocation handicapée de neuf mois. Les vieux retraités s’y perdent. D’autant plus qu’ils sont victimes de contrôles administratifs abusifs et tatillons, toujours à charge, et sans possibilité de contestation. Avec pour conséquence des réclamations de remboursement d’indus qui aggravent leurs conditions matérielles d’existence.

   Un avenir sans perspective :

Corsetés par une réglementation sévère, les Chibanis sont ainsi condamnés à vieillir et à mourir en France, loin de leurs familles, avec pour seule consolation des voyages limités au pays. En 2016, l’instauration d’une allocation de réinsertion familiale et sociale a soulevé bien des espoirs. Très avantageuse pour l’État français, elle se substitue au minimum vieillesse (quoique très inférieure) et fait l’économie des allocations logement. En effet, elle permet le retour définitif parmi les siens. Hélas… elle est réservée aux seuls occupants de foyers de travailleurs ! Discrimination absurde par le logement qui frappe la grande majorité des Chibanis.
  
La loi doit évoluer :

 -  Droit de justification et de contradiction face aux contrôles administratifs.  -  Effacement de la dette des indus, très souvent le fruit de la complexité des règlements.

 -  Harmonisation des obligations de présence sur le territoire : six mois pour toutes lesaides sociales.  -  Pour les volontaires, extension de l’aide à la réinsertion pour tous les Chibanis.

   Il y a 10 ans, grâce à la large mobilisation des Chibanis et du Collectif « SOS Chibanis » (, beaucoup d’entre eux avaient retrouvé leurs droits. Il est urgent aujourd’hui de nous remobiliser pour soutenir leurs revendications, pour une retraite digne et le droit à vieillir auprès de leurs familles s’ils le

souhaitent. https://asti66.org/accueil/afficher_page.php?num_page=1 --  SOS Chibanis, Sarah Jumel, TC, p7  (http://letc.fr/


20/11/19  -  Sur l'islamophobie. Un climat pestilentiel et menaçant s'installe en France à l'encontre de nos concitoyens de confession ou culture musulmanes. L'attentat commis le 28 octobre, par un militant d'extrême droite, contre la mosquée de Bayonne, est un signal d'alarme. Hier, des Juifs avaient eux-mêmes été les cibles de tueurs animés par la haine de l'autre. Le racisme est toujours un appel au meurtre. Il est grand temps de prendre la mesure de la menace. Le président de la République en amalgamant, comme il le fait, immigration, droit d'asile, islam, intégrisme et terrorisme, porte une lourde responsabilité dans cette dérive et dans les risques de suspicion

généralisée et de violence qu'elle peut susciter. Ce ne sont ni l'immigration ni les musulmans qui menacent la cohésion de la France mais un capitalisme prédateur, qui met en péril l'avenir des humains et de la planète. Hommes et femmes de gauche, démocrates et républicains, il nous appartient de nous lever pour le dire toutes et tous ensemble. Opposons-nous massivement à l'islamophobie, à l'antisémitisme, à toutes les discriminations, à toutes les incitations à la haine. Nicolas Garcia - PCF66 (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

23/10/19  -  Saint-Cyprien 66 -  Le Lions club reçoit 3 Maasaï accompagnée par Jacques Pumareda président du comité de jumelage, d'amitié et d'échange entre les peuples d'Alénya, Le Lions club s'est engagé en juin 2019 à améliorer les conditions de vie et de santé de ce peuple au Kenya. Les représentants Masaï sont arrivés à Alénya pour une durée de 20 jours et viennent rendre compte des travaux du projet de Baringo qui consisteront à produire et distribuer de l'eau potable à plusieurs villages qui en manquent énormément. Ce projet comprendra également des travaux d'extension d'un dispensaire et la création d'une maternité, indispensables. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p10)

 

 

02/10/19  -  SOS Racisme saisit la justice et le CSA. La " Convention de la droite », évènement à la gloire de Marion Maréchal Le Pen, a réuni ce samedi le gratin de la haine d'extrême droite. Fil twitter jouant sur I' «ambiguïté» dans le rapport au nazisme, discours anti arabes et anti-immigrés, attaques contre le concept d'égalité ... La prétendue recherche de l'alliance de différentes droites aura, sans surprise, été le grand défouloir des haines racistes et réactionnaires. Dans cet ensemble, un discours a été d'une particulière violence et a connu un traitement singulier : celui d’Éric Zemmour. En effet, ce qu'il faut voir dans ce discours, c'est quasiment un appel( .. . ) à la haine.( .. . ) Ce discours a connu un destin singulier puisqu'il a été diffusé en direct par LCI, alors que la chaîne ne pouvait sérieusement ignorer la violence qui en découlerait. Au regard de cette situation, SOS Racisme a confié à ses avocats le soin d'étudier la possibilité du dépôt d'une plainte contre  Eric Zemmour et saisira le CSA ( ... ). Lise Garnier - SOS Racisme.  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

24/09/19  - L'immigration, pas un danger pour l'Europe ! « Protection de notre mode de vie européen»: Non, l'immigration n'est pas un danger pour l'Europe ! C'est avec stupeur que nous apprenons que le portefeuille européen sur les questions migratoires portera désormais le nom de« Protection de notre mode de vie européen ». Cette sombre rhétorique cherche manifestement à faire apparaître les migrants comme une menace pour l'Europe, dangers contre lesquels l'Europe devrait se protéger, se prémunir, se défendre.( ... ) .A l'heure où des milliers de migrants se noient quotidiennement en Méditerranée, l'Europe ne doit rien céder aux théories mortifères du « Grand Remplacement » et de «l'invasion migratoire». Ce qui fait aujourd'hui l'intérêt du projet européen, ça n'est pas la définition défensive d'un mode de vie placé dans un bocal de formol. C'est cette capacité à rassembler sous une même bannière une multitude d'individus et de réalités bien différents. ( ... ) Face à ce projet d'Europe régressive, nous répondrons par plus de solidarité partout, pour toutes et tous ! Romane Pierrepont - SOS Racisme (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo,p2)

-18/09/19  -  Un sondage réalisé par Ipsos-Sopra Steria a mis en évidence que la plupart des Français, à savoir 63%, considèrent qu’il y a trop d’étrangers dans leur pays. Qui plus est, d’après ce sondage, 66% des Français estiment que les étrangers qui viennent en France «ne font pas d’effort pour s’intégrer» (crashdebug.fr/)

Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LES ETRANGERS

Ci-dessus  -    Ancienne illustration des origines de nos frères humains dont beaucoup sans doute nous en apprendraient par leur bon sens, leurs connaissances et leur humanité.

Fernand Reynaud 
(1926-1973) 
« J’aime pas les étrangers »

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

09/10/19  -  Liberté, égalité, identité ? « Évoquer la race en France c’est s’aventurer sur un champ de mines ». C’est par ces mots que la journaliste Rokhaya Diallo débute son nouveau livre qu’elle publie aujourd’hui aux éditions Textuel. (franceculture.fr)

-  04/10/19  -  "Blanchité" et race : pourquoi ce déni tenace ?  Comme le mot "race", les "Blancs" sont entrés par la petite porte dans le monde académique. Déni, tabou ou désaccord plus frontal : longtemps on n'a pas pensé les Blancs en France, où être "une personne de couleur" c'est surtout être Noir ou Arabe. Ça change, notamment grâce au concept de blanchité. (franceculture.fr).

-  09/10/17  -  Usages et mésusage du concept de « race » - Un certain retour de la race dans les sciences biologiques et biomédicales : Par ex. on propose à des clients de start-up de génomique de leur dévoiler leur « ascendance raciale » exprimée en pourcentages. Ou on affine le traitement de certaines pathologies en fonction du « profil racial » des patients (J’ai moi-même réagi auprès de Mylan qui commercialise Enalapril, et avertit les « patients de race noire et d’autres races » d’effet différent pour eux. Mon correspondant a répondu qu’il acceptait de faire remonter mon observation; je proposais qu’on parle plutôt de « personne de couleur noire »).
La définition de l’Unesco en 1950 « La race est moins un fait biologique qu’un mythe social » bien que largement bénéfique a été jugée excessive et polémique par nombre d’anthropologues et de généticiens. Des travaux historiques récents font apparaître une grande diversité des positions exprimées.
Les mobilisations antiracistes se sont raréfiées au fur et à mesure que s’opérait une véritable  « réinscription génétique de la race » et sa « molécularisation »...
Cf. Luc Berlivet, Débats, Le Monde, p26. (Nadia Abu El-Haj)
-  https://www.franceculture.fr/sciences/le-concept-de-race-peut-il-sappliquer-lespece-humaine#xtor=EPR-2-[LaLettre12072018]
-  10/2015  Dans une conférence tenue à l'Université de Nantes, intitulée "La Fabrique de la 'race' et diffusée en octobre 2015 sur le site internet de France Culture, la philosophe Magali Bessonne défendait elle aussi l’usage du concept de "race" pour déconstruire les discours racistes et combattre les discriminations, tout en reconnaissant son invalidité "dans un sens biologique" : "Elle existe comme principe de vision et de division du corps social. C’est une expression de Bourdieu, mais qui est assez utile, parce qu’on garde, avec cette idée de vision, l’idée que la race est historiquement ce qu’on voit, ce qu’on a appris à voir comme saillant dans les différences entre les individus, et c’est un principe de division parce que cette perception racialisante, qui crée la race, a des effets sur les mécanismes de stratification sociale, de production des inégalités." Hélène Combis-Schlumberger