LES  ETRANGERS

« Fini de rire »  de Martine et Jean-Claude Vernier
13 octobre 2014 : ouverture de la chasse aux sans papiers en Europe

-  07/11 : Pour les réfugiés et les migrants, refuser la stratégie du « jugement dernier »

-  10/11 : La leçon de droit international de Syriens exilés
-  16/11 :
L'asile, c'est pas facile

=  2015 :  Nommer nos enfants pour le monde de demain
Un cri
Un contrôle des étrangers aussi brutal que myope
Entre les grilles
Encore choisir la France malgré le refus d'asile
Syriza osera-t-il relâcher les migrants bloqués en Grèce?
1%, c'est le rendement de la chasse européenne aux passeurs de migrants
L'omelette norvégienne, modèle de la politique migratoire?
Les étrangers « indésirables » deviennent invisibles
Pas significatif
L'Europe soliloque

Immigré·e·s: le GISTI pose sa tente à Mediapart
La honte
Anjouan-Mayotte : la mer Méditerranée n’est pas le seul cimetière maritime de migrants

C'est beau comme du Kafka ! (1/2)

C'est beau comme du Kafka ! (2/2)

Aucun être humain n’est illégal

Errance et gâchis humain
Anjouan-Mayotte : la mer Méditerranée n’est pas le seul cimetière maritime de migrants
Penser l'ouverture des frontières

-  Ils ne veulent pas repartir ? « Qu'on les enferme ! » ordonne Père Ubu
Plus de développement entraîne plus de migration

"Accueil" des migrants : l'été du bétonnage

Comment vivre le traumatisme de la migration dite illégale ?
Rejet de l'étranger : une démonstration d'efficacité

Crise des migrants à Calais : Emmaüs rompt tout dialogue avec le gouvernement

-  4è trimestre :

Pénaliser un demandeur d'asile pour avoir utilisé une fausse identité pour quitter son pays
où il était menacé

Noria d'exilés entre Calais et la France d'un peu partout
Une tentative de pilotage par l'UE des politiques africaines
Opérations de déstockage d'exilés bien encombrants
-=  2016 :  2016, année du rebond de la résistance ?
Ados étrangers sans famille laissés sans toit
En finira-t-on jamais avec les conditions de travail plus qu'indignes imposées aux étrangers?
-  02/03 :
Dans les coulisses de Roissy : l'enfermement des étrangers en aérogare
-  05/03  : 
Du Kärcher symbolique au lance-flamme bien réel, la grande peur du personnel
de gouvernement

-  31/03 :
Travailleurs privés de droit au séjour, le travail hors la loi

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

-  31/05/19  -  Le système Dublin nuit gravement au droit d'asile. Une manifestation régionale contre le règlement Dublin, qui oblige les réfugiés à demander l'asile dans le 1er pays européen où ils sont entrés, a eu lieu au Perthus samedi le 25 mai. La campagne « Stop Dublin » a organisé des manifestations dans toutes les régions de France pour demander l'abrogation du règlement Dublin. En Occitanie, c'est symboliquement à la frontière franco-espagnole du Perthus que se sont rassemblés les militants venus de l'Hérault, du Gard, du Tarn, de la Haute-Garonne et bien sûr des P.O.  Lieu symbolique, car des dizaines de milliers de républicains espagnols, les indésirables d'alors, ont franchi la frontière en 1939. Date symbolique, à la veille des élections européennes.

Dublin et le droit d'asile : « C'est un mécanisme égoïste où les États se déchargent sur les autres de leurs responsabilités »  Ainsi. un réfugié entré en Europe par l'Italie, et ayant continué sa route en France, ne peut demander l'asile en France. S'il le fait, il sera automatiquement placé en « procédure Dublin » et renvoyé en Italie . .. qui le renverra vers son pays d'origine. Les États, dont la France, se rendent ainsi complices des expulsions vers des pays à haut risque. En France, plus d'un demandeur d'asile sur trois (37%) a été « dubliné » en 2018. Les expulsions forcées ont progressé de 20% en deux ans, signe d'un durcissement des politiques d'accueil. Les nombreuses associations des P.-0. qui ont appelé à soutenir la manifestation, le collectif bienvenue aux migrants 34, l'inter-collectif des Cévennes, les États généraux des migrations de Toulouse et de nombreux jeunes « dublinés » ont défilé au milieu de magnifiques banderoles en scandant des slogans pour l'abrogation de ce règlement et pour revenir à une véritable politique d'asile en Europe.  (A.-M. Delcamp  (Extraits du http://www.letc.fr/  N° 3789,  p7)

 

-  10/05/19  -  De plus en plus de mineurs isolés ou non accompagnés viennent chercher refuge en France. Leur nombre varie suivant les critères utilisés parmi ceux qui sont visibles, mais beaucoup ne le sont pas. Ceux qui sont pris en charge bénéficient de la protection de l’Etat jusqu'à leur majorité, souvent difficile à établir. Mais le système peine à prendre en compte leurs traumatismes et leurs histoires et ces enfants qui arrivent en piteux état en France ne sont pas au bout de leurs souffrances. Entretien avec Eric Sandlarz, psychanalyste, psychologue clinicien au Centre Primo Levi, un organisme en pointe pour les réfugiés victimes de torture et de violences politique dans leur pays d'origine. (http://www.rfi.fr/afrique/20190412-etre-mineur-isole-etranger-france-eric-sandlarz-centre-primo-levi?fbclid=IwAR3P1bGqyhp13MXwBxXdaTfibrMWZxuxAtiv_QjyMUxdrvQuQp5X1uCzqeQ)

 

                  

Dans une conférence tenue à l'Université de Nantes, intitulée "La Fabrique de la 'race' et diffusée en octobre 2015 sur le site internet de France Culture, la philosophe Magali Bessonne défendait elle aussi l’usage du concept de "race" pour déconstruire les discours racistes et combattre les discriminations, tout en reconnaissant son invalidité "dans un sens biologique" : "Elle existe comme principe de vision et de division du corps social. C’est une expression de Bourdieu, mais qui est assez utile, parce qu’on garde, avec cette idée de vision, l’idée que la race est historiquement ce qu’on voit, ce qu’on a appris à voir comme saillant dans les différences entre les individus, et c’est un principe de division parce que cette perception racialisante, qui crée la race, a des effets sur les mécanismes de stratification sociale, de production des inégalités." Hélène Combis-Schlumberger

09/10/2017  -  Usages et mésusage du concept de « race » - Un certain retour de la race dans les sciences biologiques et biomédicales : Par ex. on propose à des clients de start-up de génomique de leur dévoiler leur « ascendance raciale » exprimée en pourcentages. Ou on affine le traitement de certaines pathologies en fonction du « profil racial » des patients (J’ai moi-même réagi auprès de Mylan qui commercialise Enalapril, et avertit les « patients de race noire et d’autres races » d’effet différent pour eux. Mon correspondant a répondu qu’il acceptait de faire remonter mon observation; je proposais qu’on parle plutôt de « personne de couleur noire »).
La définition de l’Unesco en 1950 « La race est moins un fait biologique qu’un mythe social » bien que largement bénéfique a été jugée excessive et polémique par nombre d’anthropologues et de généticiens. Des travaux historiques récents font apparaître une grande diversité des positions exprimées.
Les mobilisations antiracistes se sont raréfiées au fur et à mesure que s’opérait une véritable  « réinscription génétique de la race » et sa « molécularisation »...
Cf. Luc Berlivet, Débats, Le Monde, p26. (Nadia Abu El-Haj)
-  https://www.franceculture.fr/sciences/le-concept-de-race-peut-il-sappliquer-lespece-humaine#xtor=EPR-2-[LaLettre12072018]



Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LES ETRANGERS

(La SUITE de l’ HUMAINITAIRE  par le SOMMAIRE ou par l’ACCUEIL ou par la LISTE des pages Humanitaires)

Ci-dessus  -    Ancienne illustration des origines de nos frères humains dont beaucoup sans doute nous en apprendraient par leur bon sens, leurs connaissances et leur humanité.

Fernand Reynaud 
(
1926-1973) 
« J’aime pas les étrangers »

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info