Haut de Page      Accueil

LES  RESTOS DU CŒUR
Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur sont une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique, sous le nom officiel de « les Restaurants du Cœur - les Relais du Cœur ». Ils ont pour but « d'aider et d'apporter une assistance bénévole aux personnes démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l'accès à des repas gratuits, et par la participation à leur insertion sociale et économique, ainsi qu'à toute l'action contre la pauvreté sous toutes ses formes ».

10/10  -  Table ronde.

Geneviève Mejean-Segarra pour le Secours Populaire, Claude Girmens pour la Banque alimentaire et Pierre Olibo pour les Restos du cœur 

66  Pyrénées-Orientales  -  27 rue Monticelli  -  66000 - PERPIGNAN  -  Téléphone : 04.68.85.04.53  -  Contact : ad66.siege@restosducoeur.org  -  Site Internet : http://66.restosducoeur.org/   -  restosducoeur66@wanadoo.fr
Présidente Départementale : Odile BREGAND 
Le secrétariat vous répond du Lundi au Vendredi de 9h à 17h
-  Les centres de distribution  : 
http://66.restosducoeur.org/lescentres.html
Les Restos du Cœur  -   7 Rue Georges Cuvier · 04 68 37 96 14  - 
Site Web  -  Itinéraire
Restos du Cœur  -  27 Rue Monticelli · 04 68 85 04 53  - 
Site Web  -  Itinéraire
Restos Du Cœur  -  30 Rue Joseph Denis · 06 77 68 48 02
http://66.restosducoeur.org/actions.html

Contre la pauvreté et l'exclusion, Un repas, un toit pour faciliter la réinsertion des personnes les plus démunies
-  L’aide alimentaire  - Vêtements  - Logement  - Équipements  - Aides pour se soigner  -  Ateliers de formations  -  Aide au travail  -  Loisirs  -

()  -  25/04/20  -  Les semaines passent et les files d'attente ne cessent de s’allonger. (Extraits)
   Avec la crise sanitaire liée au Covid-lg, le nombre de personnes en demande d'aide alimentaire augmente chaque Jour. Pour faire face à cette croissance, le gouvernement a annoncé, jeudi 23 avril, une enveloppe de 39 millions d'euros à destination des associations à hauteur de 25 millions d'euros - et des territoires - 14 millions.

   Aux 5 millions de personnes qui perçoivent ponctuellement ou régulièrement une aide alimentaire en France, viennent désormais s'ajouter les travailleurs précaires, saisonniers et non déclarés privés d'emploi pendant le confinement, les parents dont le budget nourriture explose avec la suspension des cantines scolaires, les salariés au chômage partiel, les travailleurs indépendants au chômage technique, les étudiants ... « Ce qui nous saute à la figure, c'est la rapidité avec laquelle les ménages précaires basculent dans la pauvreté», souligne Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.
   Patrice Blanc, le président des Restos du cœur, salue « une respiration notable et bienvenue» qui « répond a nos multiples alertes». Depuis trois semaines, l'association fondée par Coluche a multiplié par trois les distributions de rue dans certaines villes. A Paris, place de la République, 600 personnes viennent désormais chaque soir chercher un panier repas, contre 200 en moyenne auparavant.

   Certains montants du plan d'urgence de soutien à l'aide alimentaire du gouvernement sont déjà fléchés en direction de territoires particulièrement « en souffrance ». Ainsi, 2,6 millions d’euros vont être alloués à 2000 foyers en Seine-Saint-Denis et 4 millions d'euros pour les outre-mer - Mayotte, la Guyane et Saint-Martin.    Ces aides prendront notamment la forme de chèques d'urgence alimentaire dont la gestion sera confiée aux préfectures avant d'être distribuées par les CCAS. (…)

   « La crise va durer»

   Entre le manque de bénévoles et l'augmentation rapide de la demande, les associations «tirent» sur tout, décrit le président de la Fédération française des banques alimentaires, Jacques Bailet, « et beaucoup sur les stocks de denrées, principalement les produits secs», précise-t-il. (…)

Chaque famille bénéficiaire du RSA ou de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) recevra 150 euros, plus 100 euros par enfant, et les familles touchant des aides au logement percevront également 100 euros par enfant à charge.

   « Ces aides ponctuelles, c'est important, mais ce qui nous préoccupe, c'est le long terme», alerte Patrice Blanc, des Restos du cœur, qui demande un premier moratoire d'un an sur la suspension de la trêve hivernale et un second sur la mise en application de la réforme de l'assurance-chômage.

   « Il faut par ailleurs relancer d'urgence le dispositif des emplois aidés, plaide Jacques Bailet, des Banques alimentaires. Cela va être le seul moyen pour nous de faire face à la pénurie de bénévoles.» « La crise va durer, il va falloir élargir le périmètre de l'aide exceptionnelle et anticiper sa reconduite dans le temps», abonde Christophe Robert, de la Fondation Abbé Pierre, qui milite pour la création d'un fonds exceptionnel d'aide au paiement des loyers et des charges.

   Il s'inquiète également de l'absence de mesures destinées aux étudiants et jeunes précaires. « Les travaux pour finaliser cette aide sont en cours», a déclaré M. Denormandie.

Jeudi, à Marseille, le Stade-Vélodrome a ouvert ses portes à la distribution alimentaire pour trois jours: à la mi-journée, 500 étudiants s'étaient déjà inscrits, souligne M. Blanc, des Restos du cœur, organisateurs de cette opération en partenariat avec l'OM Fondation.

LOUISE COUVELAIRE  -  (https://www.lemonde.fr/, le journal,  n°23419, p12)

 

-  25/03/20  -  Restos du cœur de Perpignan : Le centre de distribution cambriolé en pleine crise sanitaire

Mardi 17 mars. Selon les responsables des Restos du Cœur, dans la soirée, la police surprend en flagrant délit trois individus en train de dérober la marchandise du centre de distribution, rue Aristide Bergès à Perpignan. Grâce à leur intervention une partie de la marchandise a pu être récupérée et le site a été mis en sécurité. Environ 850 kg de produits ont été dérobés. Ce serait la 2e fois depuis le début de l'année que le centre de Perpignan est visité. « Dans un contexte particulièrement difficile, nous sommes dans l'incompréhension totale » commente la présidente Odile Bregand. « Comment peut-on s'en prendre aux plus démunis. Aujourd'hui, nous nous efforçons d'ouvrir nos centres. Nos bénévoles sont pour certains âgés ou de santé fragile. Si vous pouvez nous aider, faites-le. Nous avons besoin de bras pour l'entrepôt, pour la distribution alimentaire et les repas distribués aux gens de la rue. On compte sur vous. » (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, n° 1234, p3)

 

-  14/02/20  ...Les Restos du cœur. « -Depuis 35 ans ils aident des milliers de nos concitoyens à survivre.

Odile Brégand est la présidente des Restas du Cœur des Pyrénées-Orientales. Elle nous accueille au siège de l'association alors qu'une dizaine de bénévoles s'affairent à ranger les palettes de denrées alimentaires qui viennent d'être livrées. Entre deux coups de fil, le règlement d'un problème de clés, le papier à signer, elle explique l'activité des Restas. Les Restas, c'est dans les P. -0. deux salariés et près de 600 bénévoles qui œuvrent dans 20 centres répartis dans le département.

   Une aide à l'année. « On accueille tout le monde. Bien sûr nous apportons une aide alimentaire. » Une aide qui aujourd'hui dure toute l'année. Dans les P.-O., durant les 16 semaines de l'hiver 2018, 670 605 repas ont été servis à 4620 familles, soit 10 128 personnes, tandis que 797 537 repas ont été servis à 7744 personnes (3706 familles) durant l'été 2019. « Mais aujourd'hui nous avons considérablement élargi nos interventions. » Et de citer l'accompagnement vers l'emploi, l'aide au logement, les conseils budgétaires et le micro-crédit, les conseils juridiques, les ateliers de français, le soutien scolaire, les sorties culturelles et les loisirs ... « Sans compter Le Resto-bébés qui accueille les enfants de Perpignan âgés de moins de 18 mois. Environ 200 mamans viennent ainsi chaque mois toucher lait, couches, emprunter du matériel et surtout profiter d'un moment convivial. » Et puis les Restos aident aussi ceux qui vivent dans la rue, avec un point chaud petit déjeuner et deux points chauds fixes le soir qui accueillent entre 60 et 70 personnes.

   La détresse et la honte. Odile Brégand souligne que de nombreuses personnes âgées, en  particulier à la campagne, n'osent pas aller aux Restos alors qu'ils pourraient y prétendre..Une sorte de honte d'autant plus insupportable que ce sont les victimes d'une situation qui, le plus souvent, leur échappe totalement, qui se sentent coupables.

   « Nous touchons des denrées du Fonds européen d'aide aux plus démunis et nous en collectons auprès des entreprises du marché Saint-Charles. J'en profite pour annoncer la collecte nationale qui aura lieu les 6, 7 et 8 mars prochains. » Mais l'inquiétude se fait jour quant à la prochaine refonte du Fonds européen. « Obtiendrons-nous encore les quantités nécessaires ? »

Et pour payer tous les frais, les transports, il faut beaucoup d'argent. « Et nous en manquons cruellement malgré l'aide du national, de la ville, du Conseil départemental. Et surtout les dons de particuliers. » C'est pour récolter des fonds que les Restos organisent par exemple une calçotada le 1er mars prochain à Toulouges. » (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, n° 3821, p10)

 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

img

Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LES RESTOS DU COEUR

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page