Haut de Page       Accueil

Extraits des Nouvelles de http://www.lacimade.org/

Perpignan - Pyrénées Orientales :
Nicole MATHIEU : 04 68 83 20 71   - 
nicole.mathieu5@wanadoo.fr

()  -  08/11/19  -  Plan immigration : "On est choqué, c'est la 1ère fois qu'un gouvernement s'en prend à l'accès à la santé des demandeurs d'asile" Le gouvernement français a annoncé mercredi de nouvelles mesures censées repenser l'accueil des migrants en France. Parmi les objectifs avancés, celui de "reprendre le contrôle sur la politique migratoire" ou encore de lutter contre "les abus" dans le secteur de la santé, avec notamment l'instauration d'un délai de carence pour les demandeurs d'asile. Or, pour Médecins du Monde et la Cimade, en durcissant les conditions d'accès aux soins, le gouvernement se risque à une politique "dangereuse" qui cible des personnes "en grand besoin".
Le Premier ministre Edouard Philippe a égrené mercredi 6 novembre une vingtaine de mesures pour 
"améliorer (la) politique d’immigration, d’asile et d’intégration". Outre la mise en place de quotas d'immigrés pour certains emplois, l'ouverture de nouveaux centres de rétention administrative ou la volonté de réduire le délai de l'instruction de l'asile, le gouvernement met l'accent sur "les dévoiements et les abus" en matière de soins et propose une série des réformes pour y remédier. 
Or, pour plusieurs associations comme Médecin du Monde, les mesures annoncées en terme d'accès à la santé des personnes étrangères en France "représentent des reculs sans précédent". Dans
un communiqué paru mercredi 6 novembre, dix organisations dénoncent en premier lieu l'instauration d'un délai de carence de trois mois pour l'accès à la protection universelle maladie (PUMa) des demandeurs d'asile. Jusqu’à présent, ces personnes pouvaient bénéficier d'une protection santé dès lors que leur demande d’asile était en cours d'examen.  (infomigrants.net)


01/10/19  -  « La Cimade. Une histoire ». Ce livre histoire de La Cimade publié à l’occasion des 80 ans de l’association est un recueil de témoignages, d’analyses, de repères chronologiques et d’illustrations. 92 pages, 5,00€ (https://boutique.lacimade.org/publications-livre/la-cimade-une-histoire/)

-  01/10/19  -  La troisième édition du Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants a été mise à jour et entièrement remaniée. Elle est encore plus accessible, pour jouer avec nos représentations, et susciter curiosité et réflexions. Repensé sur un mode interactif, ce Petit guide laisse la part belle aux données emblématiques et aux illustrations. Un soin particulier a été porté aux sources, récentes et clairement identifiées à chaque fois (Nations-unies, Eurostat, Insee, Banque mondiale). Un Petit guide conçu pour être glissé facilement dans une poche, consulté, partagé et distribué (gratuitement). (https://www.lacimade.org/publication/decryptage-sur-les-migrations/)

 

21/09/19  -  Ratification de l'accord UE-Afghanistan. Les personnes expulsées vers l’Afghanistan sont en grave danger. Nous devons les protéger !Alors que notre campagne a permis dans un premier temps de freiner l’enfermement de personnes afghanes en rétention pour tenter de les expulser vers Kaboul, les député·e·s viennent de mettre un point final au processus de ratification de l’accord de coopération entre l’Union européenne et l’Afghanistan.

Amnesty International France et La Cimade déclarent :

"En votant cet accord, les député·e·s ouvrent la voie à des renvois plus importants vers l’Afghanistan alors même que la situation dans le pays est catastrophique et dangereuse. À quelques jours d’un débat sur les questions de migrations et d’asile à l’Assemblée nationale, la ratification de cet accord envoie un signal dangereux vers la poursuite et l’intensification d’expulsions de personnes vers des pays qui ne peuvent garantir la protection de leurs droits les plus fondamentaux."

Mobilisons-nous pour demander la levée de toutes les procédures d’expulsion qui visent des ressortissant·e·s afghan·e·s.
Selon la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan, au cours des six premiers mois de l’année 2019, 1366 civils ont été tués et 2446 blessés. Malgré la dégradation manifeste de la situation dans ce pays et en dépit d'un nombre record de victimes civiles, les pays européens ont accéléré le rythme des expulsions de ressortissant·e·s afghan·e·s en prétendant que des régions du pays sont "sûres". Nous devons agir ; Pétition  - (courrier.lacimade.org/)

-  06/09/19  -  Le ministère de l’éducation nationale n’en démord pas. Après 16 ans et la fin de l’obligation scolaire, il considère que ses services ne sont plus tenus de scolariser les jeunes qui en font la demande. Ce raisonnement repose sur une confusion entre l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans et le droit à l’éducation qui ne comporte aucune limite d’âge. Une erreur tellement grossière qu’on a du mal à imaginer qu’elle ne cache pas un objectif plus inavouable.

Tout a commencé en 2015 quand le rectorat de Paris a refusé d’affecter dans un établissement scolaire un mineur isolé étranger âgé de 16 ans révolus. Saisi par le jeune, le tribunal administratif de Paris a reconnu son droit à l’éducation. Mais le ministère de l’éducation nationale a fait appel. En mai dernier, la cour administrative d’appel de Paris a confirmé en tout point la décision du tribunal[1]. Le ministère vient de se pourvoir devant le Conseil d’État.

(https://www.lacimade.org/presse/un-ministre-de-leducation-ne-devrait-pas-faire-ca/)

04/09/19  -  En septembre, des millions d’enfants retrouvent le chemin de l’école. Mais pas tous ceux qui ont fui la guerre et les persécutions dans leurs pays d’origine…Ni tous ceux qui vivent dans des campements de fortune ou avec leurs parents sans papiers…Privés de droits, ballotés de squats en centres d’hébergement d’urgence, ils ne connaissent que la peur et l’exclusion. Des centaines d’enfants isolés de moins de 18 ans souvent jugés « majeurs », sont exclus des systèmes de protection, et se retrouvent à la rue, livrés à eux-mêmes.  Barbelés, présence policière, conditions matérielles déplorables, violences dans les centres de rétention administrative…
Aucun enfant n’y a sa place ! Et pourtant, chaque semaine, des enfants sont enfermés en rétention !

Ses droits ne peuvent pas s’effacer au seul motif qu’il est un enfant «migrant» ou que ses parents sont des personnes migrantes.
Or des milliers d’enfants sont niés dans leurs droits uniquement parce qu’on veut alléger les budgets des départements en charge de l’Aide Sociale à l’Enfance. Résultat : des enfants vivent dans la rue, le 115 refusant de les prendre en charge quand l’administration les déclare majeurs. Ils n’ont plus que le secours éventuel des associations et des particuliers.

Pour nous, à La Cimade, l’intérêt des enfants est prioritaire.
Forte du soutien de 140 000 signataires d’une pétition appelant à mettre fin à l’enfermement en rétention des enfants, La Cimade a interpellé le président de la République et les parlementaires pour que la France cesse cette pratique traumatisante. Suite à notre mobilisation, un groupe parlementaire travaille sur ce sujet.
Notre demande est claire : l’interdiction définitive de l’enfermement des enfants.

Un enfant doit être protégé plutôt que soupçonné !
Les équipes bénévoles de La Cimade sont actuellement engagées dans des actions de contentieux devant les tribunaux administratifs et la Cour européenne des droits de l’Homme pour la protection, l’hébergement et la scolarisation de ces jeunes.

La Convention internationale des droits de l’enfant fête ses 30 ans en 2019. C’est l’occasion de manifester votre engagement à nos côtés pour faire valoir ces droits et protéger des milliers d’enfants en France.
Pour continuer d’agir avec efficacité, votre mobilisation et votre soutien nous sont plus que jamais nécessaires.
https://donner.lacimade.org/b/mon-don?utm_medium=email&utm_campaign=RENTREE19&utm_source=EMAIL_RENTREE19

 

29/08/19  -  Depuis le début de l’année 2019, une personne sur sept meurt ou disparaît en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre les côtes européennes. Pour la même période en 2018, c’était une personne sur 17, et une personne sur 46 en 2017. Des chiffres effrayants et probablement plus élevés, le nombre de bateaux quittant les côtes africaines demeurant inconnu.

Pourtant, les arrivées sur les côtes européennes, en particulier par la Méditerranée centrale, ne cessent de baisser. Au début du mois d’août 2019, l’agence européenne Frontex annonçait une baisse globale de 30 % des arrivées irrégulières sur le territoire européen par rapport à 2018. Selon le communiqué de l’agence, les arrivées via la Méditerranée centrale pour les sept premiers mois de 2019 représentent « un peu plus du quart du total des arrivées à la même période en 2018 ». C’est à dire une baisse de plus de 75 %. (https://www.lacimade.org/mediterranee-centrale-une-personne-migrante-sur-sept-meurt-ou-disparait/)

 

-  12/07/19  -  Les équipes de La Cimade sont heureuses de vous présenter notre Rapport d’activité 2018Cette année 2019 est l’année des 80 ans de La Cimade. Ainsi, notre action auprès des personnes exilées s’inscrit dans une longue histoire de solidarité active qui a commencé en 1939 dans les camps de la Seconde Guerre mondiale. La Cimade a besoin de votre appui financier pour renforcer les actions d’accompagnement juridique, de sensibilisation, de plaidoyer et d’accueil. (https://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2019/07/Rapport-activit%C3%A9-La-Cimade-2018.pdf)

 

-  28/06/19  -  Monsieur Castaner, votre politique d’enfermement en rétention a franchi la ligne rouge (Jusqu’au 31 08 2019)  -  Des hommes et des femmes s’automutilent ou tentent de se suicider dans les centres de rétention administrative (CRA). D'autres se révoltent face à la violence et aux humiliations. Des lignes rouges ont été franchies par le gouvernement dans sa politique d'expulsion à tout prix. Adressons un message clair au ministre de l'Intérieur : "Monsieur Castaner, votre politique d’enfermement en rétention a franchi la ligne rouge".
Les hommes, les femmes et les enfants enfermé·e·s dans les centres de rétention administrative français* sont dans une situation de désespoir rarement égalée. Des personnes étrangères s’automutilent ou tentent de se suicider dans les CRA. Au cours de ces quinze derniers mois, deux hommes se sont donné la mort dans ces lieux où l’administration enferme des personnes pour les expulser du territoire français. D’autres se révoltent ou expriment leur désespoir à travers des lettres publiques, des grèves de la faim, des émeutes ou des tentatives d’incendie. Ces actes qui se multiplient à une fréquence inédite sont le résultat d’une politique inacceptable qui a conduit à une situation extrêmement alarmante.
La Cimade, qui intervient dans 8 CRA pour accompagner les personnes enfermées dans l’exercice de leurs droits, prend l’initiative d’interpeller publiquement le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, premier responsable de ce choix d’utiliser l’enfermement en rétention comme outil principal d’une politique d’expulsion. Cette politique du gouvernement banalise la privation de liberté des personnes étrangères.(…) (
https://www.lacimade.org/agir/petitions-appel/monsieur-castaner-votre-politique-denfermement-en-retention-a-franchi-la-ligne-rouge/)

 

28/04/19  -  La France doit "prendre en considération cette politique dégradante et inhumaine et qu'on en change", a déclaré dimanche 28 avril sur franceinfo Christophe Deltombe, président de l'association Cimade qui vient en aide aux migrants. La deuxième marche citoyenne de soutien aux migrants et demandeurs d’asile a commencé dimanche 28 avril en Italie et doit se terminer le 8 mai à Calais. Selon Christophe Deltombe, "il faut rétablir de la solidarité entre les pays européens". (https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-la-france-doit-prendre-en-consideration-cette-politique-degradante-et-inhumaine-et-qu-on-en-change_3419457.html)

 

29/03/19  -  Le gouvernement est en train de mettre en place un nouveau fichier national : relevé d’empreintes, photos, informations personnelles, numéros de téléphone, etc… Pour ficher qui ? Des enfants ou adolescent·e·s ! Des filles et des garçons mineurs isolé·e·s et de nationalité étrangère qui sollicitent la protection de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Nous parlons de jeunes qui ont souvent connu le pire dans leur chemin d’exil, et à qui on réserve un accueil policier. Il est indigne que la France mette en place un tel fichier avec pour objectif de contrôler des mineur·e·s.  -  LA CIMADE. -   PETITION  -  (https://www.lacimade.org/agir/petitions-appel/non-au-fichage-des-enfants-etrangers/)

 

 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Ci-dessus  -    L’HUMANITAIRE -   LA CIMADE

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

LA CIMADE