ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

Euphorbia cyparissias


'
Euphorbe petit-cyprès.


Famille :
Euphorbiacées.

 

Tous les Euphorbes produisent un latex blanc généralement très toxique. Au contact de la peau, le latex provoque parfois des inflammations. Soyez donc vigilant.

SUITE...

Monnaie-du-Pape ou Lunaire annuelle.

Brassicacées.

 

Cette espèce se situe surtout au Nord. On peut la trouver dans les bois frais à l'ombre ou en semi-ombre.

Lunaria rediviva

Lunaire vivace ou Lunaire odorante

 

On peut la trouver dans les bois frais à l'ombre.

 

Cruciata laevipes

 

Gaillet croisette ou Croisette velue ou Herbe à miel.


Rubiacées.


On la trouve dans les zones de friches, à la lisière de la forêt, dans les prairies. Elle fréquente les milieux frais et humides. Elle est absente des zones sèches ou très humides et des milieux acides.

 

Fumaria officinalis

 

Fumeterre officinale ou  Fleur de terre.


Papavéracées.


Son nom évoque celui de la fumée. C'est sans doute parce qu'elle semble légère, aérienne d'après certains auteurs. Pour d'autres, et ceci est plus vraisemblable, c'est parce qu'elle dégage une odeur âcre de fumée.

Stachys recta

 

Epiaire droite. Stachus (en grec épi (en référence à la disposition des fleurs)


 Lamiacées

.
Répartition :
Cette espèce se trouve sur une grande partie du territoire. Son milieu est préférentiellement sec et calcaire.

 

Ophrys insectifera

 

Ophrys mouche.

orchidées.

Répartition :
Cette espèce se retrouve un peu partout sur l'ensemble du territoire, sauf à l'Ouest et en Corse. Cette orchidée n'est pas rare dans les bois et pelouses calcaires en région parisienne. C'est une espèce de pleine lumière ou de demi-ombre.

Sinapis arvensis        Moutarde des champs.
Brassicacées.
Sur une grande partie Nord du territoire. On la retrouve dans les zones de friche, aux bords des champs, dans les terrains en jachère. Elle aime plutôt les terrains calcaires.

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Découvrir la flore avec Frédéric MELANTOIS

Extrait

 

du

réseau

de

la botanique franco

phone

-  La plus ancienne des plantes à fleurs connue : Montsechia (130 millions d’a.) Ovaire et tube pollinique visibles.
Le Nénuphar détrôné (115 millions) !

-  Le premier Manifeste citoyen pour la sauvegarde des terres agricoles et du climat, Filière Paysanne invite tous les acteurs individuels ou collectifs, qui se sentent concernés, à signer le Manifeste

01 09 = Gilles Clément : "Avec la création d’un jardin, on entre dans une dimension politique"

 « Le jardinier Gilles Clément revient sur les principaux concepts résultant de ses recherches et de ses réalisations associées telles que le Jardin en Mouvement, le Jardin Planétaire ou encore le Tiers-Paysage. Tout semble lié pour ce jardinier qui défend le concept de "génie naturel" permettant de mieux comprendre la nature, en exploitant sa diversité sans la détruire. On m’a appris à éliminer, tuer, tout ce qu’on ne garde pas, tout ce qu’on ne cultive pas. Le jardinier respecte quelque chose qui est un mouvement physique sur le terrain. C'est la raison pour laquelle ce mode de gestion je l’ai appelé le monde en mouvement, il change tout le temps. C’est une co-création avec la nature.
La première des raisons dans laquelle on peut dire que la planète est un jardin, c’est le brassage planétaire. Historiquement, le tout premier jardin, où l’homme abandonne son nomadisme pour se sédentariser, c’est un petit enclos ou il met à l’intérieur les choses qu’il veut cueillir. Il va importer des moyens techniques qui viennent de plus en plus loin. Une population animale et végétale se régule quand cela n’est plus viable. Nous non. Nous accroissons sur la planète sans faire de réflexion, on impose de façon arbitraire. C’est toute la différence avec l’architecture car si on l’abandonne elle devient une ruine. Si on abandonne le jardin, il devient une forêt, et c’est bien. »
Gilles Clément : Une écologie humaniste  Aubanel, 2005