SUITE  page

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel, de la Planète, des HUMAINS
ET DES ANIMAUX

()  -  23/04/19  -  Au bien-être des poules pondeuses. La poule, animal rustique par excellence, est soumise à une maltraitance parfois extrême. Lorenzo Piqueras vient de réaliser bénévolement, pour le compte d'une association Les Jardiniers des Hucherolles, de Chinon, un poulailler cinq étoiles qui héberge six gallinacés issus de trois races différentes.  Picota, Céline, Amarante, Célestine, Grisette et Léonore - leurs prénoms – devraient pondre, chacune, entre 180 et 200 œufs par an, destinés à être distribués gratuitement. Il n'est pas interdit de voir ce projet comme une réponse au massacre industriel qu'on connaît

   Une autre initiative, celle de Poulehouse, à Coussac-Bonneval (Haute-Vienne). qui commercialise des « œufs éthiques », vendus 1 euro, pondus par des poules, gardées en vie, de plus de 8 mois. « Le consommateur accepte de payer cette somme dans la mesure où elle contribue à développer un nouveau modèle d'élevage». La PME s'apprête à ouvrir le marché des œufs de poules issues de la technique dite « sexage in ovo». Ce procédé de prédiction du sexe avant la naissance se veut une réponse à la cruauté subit par des dizaines de millions de poussins mâles tués à la naissance, chaque année en France, par gazage ou broyage.  Le sexage dans l’œuf consiste à percer dans la coquille, au laser, un trou d'un diamètre de 0 ,3 mm, au 9• jour d'incubation, afin de prélever une minuscule quantité de liquide. Mise au contact d’un produit réactif, la goutte prélevée permet alors de distinguer les œufs males des œufs femelles. A l'issue du test, les premiers rejoindront l'industrie alimentaire pour animaux ; les seconds deviendront des poules pondeuses. Leurs œufs seront vendus avec le  slogan «Sans tuer de poussins mâles» au même prix, 6 euros la demi-douzaine. (https://www.lemonde.fr/. p28)

 

-  16/04/19  -  Le Parlement européen a confirmé mardi l'interdiction de la pêche électrique dans toute l'UE à partir de la mi-2021, lors d'un vote en session plénière à Strasbourg   (https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1560)

 

 

01/04/19  -  La France dans le viseur de la Ligue pour la protection des oiseaux. L’association accuse Paris de ne pas respecter la directive européenne sur la conservation de l’avifaune sauvage. La France, où les chasseurs ont toujours eu l’oreille des gouvernements de tout bord politique, s’affranchit du droit communautaire par « des manquements récurrents aux obligations de protection de l’avifaune », accuse la LPO. C’est ainsi que presque tous les ans, Paris autorise la chasse des oies sauvages au-delà de la période légale, qui s’arrête le 31 janvier. Piégeage des grives à la glu, une pratique que la France est l’un des derniers pays européens à autoriser et dont les défenseurs de la faune dénoncent la « cruauté ». « Pas moins de 66 espèces d’oiseaux sont chassables en France, contre une moyenne européenne de 39, déplore le président de la LPO. Cela, alors même que 18 d’entre elles sont en mauvais état de conservation, dont deux, la tourterelle des bois et le fuligule milouin, le sont au niveau mondial. » (ETC.) Cette situation témoigne du mépris de l’Etat pour les associations. Il est intolérable de devoir consacrer autant de temps et d’énergie à ces recours », proteste Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO. (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/01/la-france-dans-le-viseur-de-la-ligue-pour-la-protection-des-oiseaux_5444297_3244.html)

 

19/03/19  -  L’humain n’a pas le monopole de la culture : singes, baleines ou mouches peuvent acquérir socialement des comportements nouveaux. Longtemps, l’étude des animaux a érigé un interdit majeur : l’anthropomorphisme. Pourtant, des scientifiques accumulent les exemples de comportements locaux acquis indépendamment des contraintes génétiques ou environnementales. On a défini la culture pour que ça colle avec l’humain, et seulement avec l’humain, car nous sommes convaincus de détenir une place unique dans le monde, supérieure à tous les autres, et n’avons cessé, depuis Descartes, de chercher tout ce qui nous distingue des autres animaux. (…) ce qui doit nous intéresser, c’est la roue. Et la roue de la culture, elle dépasse de très loin notre espèce. » Etienne Danchin a apporté la preuve que les mouches drosophiles disposent des capacités cognitives pour se transmettre culturellement des comportements. Vous avez bien lu : les mouches drosophiles, pouvaient acquérir une préférence sexuelle par apprentissage social, autrement dit par observation d’un congénère, et que cette préférence pouvait se transmettre de génération en génération. (https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/03/18/l-homme-n-a-pas-le-monopole-de-la-culture_5437894_1650684.html)

 

 

11/03/19  -  Une association réclame l'interdiction de la pêche au vif en France. c’est-a-dire l’utilisation d’un vertébré vivant – poissons, petits mammifères, amphibiens – en tant qu’appât, afin d’attirer un prédateur qui mordra à l’hameçon. «C’est le pire de la souffrance animale, commente Amandine Sanvisens, présidente de l’association Paris Animaux Zoopolis. Ils sont souvent maintenus dans des petits volumes d’eau pendant plusieurs jours et l’hameçon reste planté dans le corps des poissons pendant des heures.» La présidente dénonce le manque d’encadrement de la pêche de loisir. «On considère que l’animal est un jouet sous prétexte qu’il n’a pas d’expression vocale ni faciale comme les mammifères, et qu’ils ne méritent aucun respect.» Or, un rapport de l’Inra sur la conscience animale réalisé en 2017 souligne que «de nombreux animaux, y compris les poissons, sont capables des mêmes processus d’évaluation que ceux qui déclenchent des émotions conscientes chez les humains». Et que «les cerveaux d’oiseaux et de poissons ont des structures homologues à celles des mammifères, qui leur permettent vraisemblablement d’éprouver consciemment la douleur. On peut affirmer qu’au moins les vertébrés sont équipés de systèmes nerveux qui traitent les processus conscients d’informations complexes, et en particulier les émotions négatives causées par des stimuli nociceptifs». En Europe, l’Allemagne, l’Autriche (Haute-Autriche et Carinthie), l’Ecosse, l’Irlande (en eau douce) et la Suisse notamment ont déjà interdit l’utilisation d’appâts vivants. (https://www.liberation.fr/france/2019/03/11/une-association-reclame-l-interdiction-de-la-peche-au-vif-en-france_1713839)(https://www.liberation.fr/planete/2018/11/01/les-animaux-d-eau-douce-disparaissent-en-silence_1689037)

 

 

-  01/03/19  -  L'entraide, unique mot d'ordre chez les fourmis: Ces insectes misent sur la coopération, que ce soit pour maîtriser leur environnement, se soigner ou se battre. Et quand il s'agit de se déplacer sur des kilomètres, elles sont les championnes du génie civil ! Ainsi, les fourmis tisserandes n'hésitent pas à utiliser leurs corps pour former une passerelle entre deux branches et permettre à leurs congénères de poursuivre leur chemin. En cas de nids-de-poule, les individus dont la taille correspond exac­tement aux trous rencontrés les comblent pour permettre au groupe de maintenir son allure.Pour traverser un cours d'eau, elles forment un radeau avec leur corps. Les fourmis kamikazes, dites explosives, rompent la paroi de leur abdomen pour libérer un liquide collant et toxique afin de tuer l'ennemi, ou du moins le tenir à distance. En y laissant leur vie.

Pour faire ces choix, elles ne se contentent pas d'observer : plusieurs études récentes ont démon­tré que les fourmis s'orientent grâce à de multiples représentations et mémoires : olfactive (8), visuelle, comptage de pas (9), orientation par rapport aux étoiles et au champ magnétique (10). Une équipe de chercheurs germano­suisse a ainsi découvert en juil­let 2018 (11) que les redoutables guerrières africaines appelées fourmis Matabele (Megaponera analis), de retour de raid contre les termites, ont préféré emprun­ter un chemin inconnu, plus long mais moins difficile que l'itinéraire qu'elles avaient pris à l'aller. Avec un gain de temps de 35 % à la clé. Les Matabele ont par ailleurs révélé une autre capacité éton­nante (12), observée pour la pre­mière fois chez des invertébrés : elles ont mis en place un service de secours aux soldats blessés dès que ceux-ci émettent un signal. de détresse chimique. Elles savent également endiguer une épidémie. Des travaux menés par une équipe suisse (13) ont montré que lorsqu' un pathogène menace la colonie, les fourmis noires des jardins (Lasius niger) pratiquent la quarantaine : les malades sont isolés et soignés par des infirmières. ERTC. (Sciences et Avenir, Mars 2019, p 60-63)  (MILLE MILLIARDS DE FOURMIS au grand potentiel d'adaptation : Du 18 mars au 8 septembre, Montbéliard (Doubs), Pavillon des sciences. www.pavillon-sciences.com/web)

 

 

23/02/19  -  Hymne aux insectes : « Sous sa cuirasse de guerre, il demeure impénétrable. Son cœur (car il en a un) bat-il à la manière du mien? Ce qu'on voit mal inquiète. Provisoirement on le tue. Il est si petit d'ailleurs, qu'avec lui, on n'est pas tenu d'être juste.» En 1857, l'historien Jules Michelet, qui s'élevait déjà avec effroi contre les exterminations animales, écrit L'insecte, dont il fait l'éloge. Nous les méprisons, regrette-t-il, parce qu'ils sont muets, semblent ne pas respirer et ne nous ressemblent en rien. Alors nous nous demandons: «Ce masque fixe, immobile, condamné à ne rien dire, est-il celui d'un monstre ou d'un spectre?» « Non, répond Michelet, rappelant le rôle éminent des insectes dans la nature. Il est, lui, l'Insecte, le grand destructeur et fabricateur, l'industriel par excellence, l'actif ouvrier de la vie. Michelet relève tout ce que nous leur devons, du miel à la soie, mais aussi tout ce qu'ils nous ont inspiré: « Les arts proprement dits, les beaux-arts, profiteraient encore plus que l'industrie de l'étude des insectes. L'orfèvre, le lapidaire, feront bien de leur demander des modèles et des leçons.» Quant à l'architecture, elle a beaucoup appris des arches ogivales des termitières et des alvéoles des ruches. (Le Monde, p5) 

-  17/02/19  -  Disparition des insectes : une catastrophe silencieuse.  « Les personnes de plus de 40 ans se souviennent des pare-brise, phares et calandres de voiture constellés de cadavres d'insectes. La propreté des voitures actuelles est le signe d'une disparition massive d'insectes qui doit nous alarmer. L'agriculture moderne a permis, par l'usage massif d'« intrants », une augmentation considérable de la productivité des cultures. Elle atteint depuis quelques décennies des limites dues à l'impact environnemental de ses pratiques. En effet, l'accroissement de productivité qu'elle a permis n'est pas dû à une révolution biologique dans le contrôle de la photosynthèse, mais à un recours sans cesse accru aux engrais chimiques et aux pesticides, dont les conséquences écologiques néfastes sont connues. Dès les années 60, la naturaliste américaine Rachel Carson décrivait dans son best-seller Silent Spring la lente éradication des peuplements d'oiseaux par l'usage irréfléchi du DDT et d'autres insecticides organochlorés.

 

-  02/02/19  -  Des scientifiques mettent en garde contre la disparition des populations d'insectes qui met en danger les écosystèmes de la planète et la survie de l'humanité...  :( https://www.crashdebug.fr/sciencess/15641-des-scientifiques-mettent-en-garde-contre-la-disparition-des-populations-d-insectes-qui-met-en-danger-les-ecosystemes-de-la-planete-et-la-survie-de-l-humanite)

 

 

 

DES ANIMAUX

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page  du site

Je contribue à sauver, protéger et soigner des animaux sans défense. Tu peux aider aussi. Va sur le site www.ifaw.org.