Haut de Page       Accueil


(
) -   20/02/20  -  L’Abattoir végétal Saint-Germain ne violente pas les légumes ! L’Abattoir Végétal s'installe avec le même esprit vegan sur la rive gauche de Paris.

Ava Farhang et son équipe ont prouvé sur les pentes de Montmartre (61, rue Ramey) que la cuisine vegan n'était pas réservée à une clientèle militante. Bien au contraire, éclectique et gourmande, elle se dévoile dans une ambiance joyeuse de partage. Bienvenue dans une partie fine de légumes, céréales, légumineuses et fruits que !'Abattoir Végétal accommode aux saveurs du monde entier.

Pour se lancer, les mini-aubergines rôties, mangue, yaourt végétal etzaatar (mélange d'épices libanais), ou une généreuse pita libanaise garnie de patates douces, herbes fraîches, grenade, pistaches. L’Italie est présente aussi, avec une burrata crémeuse et ses légumes de saison, des gnocchis sans gluten au pesto et un risotto à la truffe. Voici un généreux riz frit thaïlandais (Khao Pad Saparod) aux poivrons, cacahuètes et pousses de soja, servi dans un demi-ananas, le tofu façon teriyaki avec des notes sucrées-salées. Inratable duo de mini-burgers aux cèpes!

Pour irriguer, bières La Parisienne, cidres Appie et vins bio de nos régions: Pour le dessert, les pâtisseries vegan de la Maison Lendemaine, la brioche perdue avec ricotta et fruits de saison ou l'ananas rôti à la badiane, granola maison, yaourt végétal aux zestes de citron vert. Vous avez demandé les cocktails?

L’Abattoir Végétal a conçu une offre vegan qui rend hommage aux femmes. Le Frida, librement inspiré d'une Margarita, allie la tequila, l'ananas, la coriandre, l'agave et le citron vert dans un mélange fruité et végétal. Édith revisite le gin tonie avec du matcha, du citron vert et de la menthe. Alors que Piaf offre sa saveur fraîche et herbacée sans alcool. Des assiettes métissées et des cocktails enivrants de midi à minuit, un joli programme !  Menus19et24€.Carte40€.Brunch le dimanche jusqu'à 16 heures, 32 €. Fermé lundi. H. L. 9, rue Guisarde, Paris 6 e,tél. 09.83.54.56'76, abattoirvegetal.com  (www.lequotidiendumedecin.fr  le journal n°9810, p18)

 

13/03/20  -  Le Régime végétarien abaisserait le risque d'infections urinaires, notamment chez les femmes..  C’est ce que montre une étude qui a suivi 10 000 bouddhistes taïwanais pendant 10 ans. Un nouveau bienfait du régime végétarien? 
   L’étude est la première à examiner si le régime sans viande réduit le risque d'infections urinaires. Cette étude a recruté en 2005 des bénévoles de la Fondation bouddhiste Tzu Chi, une organisation d'œuvres caritatives et de secours. Tous les membres Tzu Chi ont pour règle de ne pas boire d'alcool ni de fumer et un tiers sont végétariens. Au total, la cohorte a  compté 9724 participants (63%defemmes), dont 3 257 végétariens (72 % de femmes) et 6467 non-végétariens (58 % de femmes), sans antécédent d'infection urinaire. Après avoir rempli un questionnaire de fréquence alimentaire, ils ont été suivis de 2005 à 2014.

   Pendant ces dix ans, 217 dans le groupe végétarien ont été diagnostiqués avec une infection urinaire, contre 444 dans le groupe non-végétarien. Globalement, l'analyse montre que les végétariens ont un risque d'infections urinaires abaissé de 16 % (RR de 0,84; En analysant différents sous-groupes, l'association protectrice entre le régime végétarien et les infections urinaires s'observe principalement chez les femmes (RR de 18 %), les personnes n'ayant jamais fumé (RR de 20 % ) et pour les infections urinaires simples, sans facteur de risque de complications (RR de 19 %).

Consommation accrue de légumes

Cette baisse du risque d'infections urinaires pourrait être liée à l'élimination de la viande mais aussi à la

consommation accrue de légumes, selon le Dr Chin-Lon Lin de l'université médicale Tzu Chi qui a dirigé l'étude. En effet, les infections urinaires sont généralement causées par des infections ascendantes à bactéries Escherichia coli (E. coli), via la voie intestin fécès-urètre. Or, le régime végétarien est associé à une flore bactérienne intestinale différente. De plus, des études récentes ont montré que la viande, telle que le poulet et le porc, constitue le principal réservoir des souches B. Coli causant les infections urinaires

   L’élimination de la viande pourrait donc réduire le risque d'introduire ces bactéries dans l'intestin.

Par ailleurs, la richesse en fibres du régime végétarien pourrait être un facteur protecteur, notamment en

abaissant le pH intestinal, ce qui inhiberait la croissance des E. coli. Enfin, les antioxydants et divers nutriments abondants dans le régime végétarien pourraient jouer un rôle protecteur via l'immunité. Il est clair que des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ce potentiel effet bénéfique du végétarisme.
   Les auteurs admettent la faible taille de leur cohorte et le fait que l'analyse n'a pas pris en compte certains facteurs comme la consommation d'eau et la fréquence des rapports sexuels. Dr Véronique Nguyen-  (
www.lequotidiendumedecin.fr  le journal n°9808, p6)

 

-  01/02/20  -  L'équation végétarisme = défense des animaux : pas si juste

Jocelyne Porcher, sociologue à l’INRA,  mène des travaux sur la relation de travail entre éleveurs et animaux. Pour la chercheuse, l'animalisme, loin d'être un humanisme, est une arme de destruction de nos liens extraordinaires avec les animaux, liens qui nous permettent d'être humain. Humain grâce aux animaux, avec les animaux. Mortels comme eux, vulnérables comme eux, communicatifs et curieux, comme eux.

   Pour la sociologue, cesser de manger de la viande nous entraînerait vers une société qui l'inquiète : « l'agriculture sans élevage produirait une société sans bêtes, qu'il s'agisse d'animaux de ferme ou de compagnie. La finalité des productions animales industrielles et intensifiées, c'est le profit. Il n'y en a pas d'autre. Dans ce système, les animaux sont des choses. Leur existence est niée. Tout comme l'existence des salariés enfermés avec eux dans les usines. L'industrie des productions animales est fondée sur la violence et sur le déni de la vie. Ce qui est juste l'inverse de là où on élève les animaux dont la finalité est de vivre et travailler avec eux. Et donc de produire et de tirer un revenu de cette production. » (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, le journal, n° 3819, p9)

 

-  12/09/19  -  Comportements à risque : Le régime vegan expose à des carences, tout comme les troubles de restriction ou d'évitement de l'ingestion des aliments.
Les carences nutritionnelles sont rares en France et seule la déficience en fer concerne les enfants, en l'absence de consommation de lait de croissance. (…) Les laits de croissance contiennent de 20 à 30 fois plus de fer que le lait de vache, ce qui permet, après l'âge d'un an et jusqu'à l'âge de trois ans, de réduire nettement le risque de déficience en fer», (Les déficiences en fer même modérées : risque de retard de développement cérébral, peu ou pas réversible, même sans anémie, et baisse des défenses immunitaires.)

   Au-delà du recours à un lait de croissance, le mode d'alimentation joue aussi un rôle dans la prévention de cette déficience. Le fer héminique, contenu dans la viande, le poisson et les abats est celui ayant la meilleure biodisponibilité (30 à35 %), mais les apports sont limités afin d'éviter un excès de protéines. La biodisponibilité du fer non héminique, présent dans les légumes, est basse, de 5 %, mais peut toutefois être améliorée en associant certains aliments au cours d'un même repas: légumes riches en fer (lentilles, épinards, etc.) et viande rouge ou abats suivis d'agrumes frais riches en vitamine C. «Ce type de repas peut être conseillé plusieurs fois par semaine pour améliorer le statut martial », indique le Dr Bocquet

Le problème de la carence en vitamine D s'est ·déplacé et on n'observe quasi plus de rachitisme chez les

jeunes enfants, chez lesquels la supplémentation médicamenteuse est bien faite en plus de la consommation des laits infantiles qui sont tous enrichis en vitamine D. Le risque concerne aujourd'hui plutôt les adolescents qui ne s'exposent pas au soleil, en particulier les jeunes filles qui portent tôt le voile; de plus la prescription de vitamine D ( en automne et à la fin de l'hiver) n'est pas souvent réalisée à cet âge, alors que la croissance osseuse est très rapide.

   Végétariens,végétaliens

Les parents sont de plus en plus nombreux à adopter un mode d'alimentation excluant viandes et poissons (végétarien), voire tout produit ou sous-produit d'origine animale (végétalien ou vegan). Le régime   végétarien est possible chez l'enfant s'il est parfaitement équilibré, associant notamment dans un même repas des végétaux complémentaires (légumineuses et céréales, fruits oléagineux ou graines). En revanche, le régime végétalien est dangereux pour l'enfant car il expose à des problèmes nutritionnels sévères: carences en vitamine B12 et D3, en fer et en iode.« Les parents doivent être informés des risques encourus et un signalement doit éventuellement être fait auprès du substitut du procureur en charge des mineurs», précise le Dr Bocquet.
  
PickyeatingetARFID

Certains enfants deviennent très sélectifs dans leur alimentation (trouble précoce de l'alimentation ou picky eating), mais gardent l'appétit et leur croissance est normale: c'est la période de néophobie, transitoire et non pathologique. Une situation le plus souvent banale chez les petits enfants, qui débute vers 18 mois et s'estompe à partir de six ans. Elle doit être distinguée du trouble d'alimentation sélective et/ou d'évitement de l'ingestion d'aliments (Avoiciant andRestrictiveFoodlntakeDisorder [ARFIDJ), qui a été intégré aux troubles du comportement alimentaire du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Ce trouble, qui toucherait 3 % de la population, se caractérise par un manque d'intérêt à manger ou l'éviction de certains aliments du fait de leurs caractéristiques sensorielles. Souvent rapporté chez des enfants anxieux, il peut entraîner des carences nutritionnelles, parfois sévères. (www.lequotidiendumedecin.fr  le journal, n° 9769, p18)

 

 

 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX


Antispécisme                 LE  VEGETARISME

Ci-dessus  -    L’Animal-   LE VEGETARISME

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

Guide du nouveau végétarien : Table des matières : 2 Avant-propos  -  4 L’alimentation végétarienne – Un art de vivre  -  9 Le mythe des protéines  -  12 Le fer  -  13 Le calcium dans les végétaux  -  17 Le soja  -  18 Les oméga-3  -  19 Et le lait ?  -  22 Et les œufs ?23 Les 4 nouveaux groupes d’aliments  -  25 Trouver son poids de santé et le conserver avec plaisir  -  27 L’alimentation végétarienne pendant la grossesse  -  30 L’alimentation des enfants – Pour prendre un bon départ  -  35 Les trois petits pas pour devenir un végétarien efficace  -  37 Végétaliser son alimentation – Ou comment transformer vos repas habituels en délicieux repas végétariens bons pour la santé 50 Célèbres… et végétariens !  -  http://www.vegetarisme.fr/