La chasse :
-  CHASSE : -  La régulation de la faune : une imposture des chasseurs
La preuve par la chasse.  un loisir de mort.   -  Le prosélytisme des chasseurs reconnu comme une atteinte aux droits des enfants !

-  Communiqué du 14/01/2013 : Elle s’appelait " Fripouille "

C’était le nom de la chienne abattue par un chasseur sur la propriété de son maître, jeudi dernier sur la commune de Cabasse, dans le Var.

Cette chienne, dressée et douce, a commis la faute "d’oser" se diriger vers le chasseur qui quittait sa propriété après avoir farfouillé dans deux caravanes stationnées là, non pas pour lui montrer les dents, mais pour lui faire la fête ! Car Fripouille était d’une gentillesse extrême et d’une curiosité impressionnante.  -  Alors que son maître la rappelait, pressentant un danger imminent, l’ignoble tueur d’animaux lui a tiré dans le dos à deux reprises...
Le chasseur : premier destructeur de la nature ( Communiqué de la Convention Vie et Nature du 27 Janvier 2017
« 
En séance publique à l’Assemblé nationale, Ségolène Royal a confirmé que des consignes seront données pour que les chasseurs ne soient pas verbalisés.
=>  Vidéo : La chasse ou le plaisir de tuer.

Malgré quelques images très dures, ce montage pédagogique doit être regardé ...cliquez sur la photo.....Méditez également l’ intervention du gamin habillé en orange, et lorsqu’ il dit vers 5.45, je cite.....on peut tirer sur tout le plateau noir, sauf sur silhouette humaine....!!! Un comble lorsqu’ on analyse la trentaine de blessés, certains mortellement, chaque année en France....Et admirez l’ éblouissant final d’ un émouvant sauvetage....
-  12/06  - Consultation au sujet de l'ONCFS : exprimons-nous pour défendre la nature ! Parmi les institutions gangrénées par le lobby chasse, vous rencontrez l'office national de la chasse et de la faune sauvage.
Le conseil d'administration de cet établissement public est possédé par les seuls chasseurs qui y sont majoritaires.
Or, la faune n'appartient pas à ceux qui la détruisent.
La chasse est un loisir nocif pour les équilibres naturels. Elle a fait disparaître les grands prédateurs et artificialise totalement les animaux libres par le massacre de certaines espèces et par les lâchers massifs d'animaux de tirs.
La faune mérite une autre gestion que celle des cotisants aux fédérations départementales des chasseurs.
Il faut démocratiser, rendre honnête et conforme à l'intérêt général la politique de protection de la faune.
Pour cela, il faut changer la composition du conseil d'administration de l'établissement public ONCFS. Les chasseurs ne doivent plus être majoritaires puisqu'ils ne représentent qu'une infime minorité (moins de 2% de la population).
Nous ne nous faisons aucune illusion sur ce que feront les politiciens au pouvoir, dociles serviteurs du lobby chasse. Mais les citoyens doivent prendre la parole et refuser la mainmise d'un groupe de pression nocif sur les institutions publiques.
80% des Français veulent l'abolition de la chasse à courre.
Lorsqu'ils comprendront qu'il leur faut changer leurs dirigeants politiques pour libérer ce pays d'une féodalité de l'arriération et de l'argent, tout ira beaucoup mieux pour l'arbre, l'animal et l'homme ...
La consultation Projet de décret modifiant la composition du Conseil d’administration de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est ouverte sur le site Internet du Ministère de la Transition écologique et solidaire.(
http://www.ecologie-radicale.org/)
Cliquez sur ce lien ci-après pour y accéder

-  18/07/2018  -  Un rapport pointe du doigt les 35 plus grosses entreprises de viande et de produits laitiers du monde émettrices de gaz à effet de serre (GES). "Ces sociétés font pression pour des accords commerciaux qui augmenteront les exportations et les émissions, et elles sapent les solutions climatiques réelles comme l'agroécologie qui profitent aux agriculteurs, aux travailleurs et aux consommateurs." (https://www.actu-environnement.com/ae/news/climat-rapport-viande-produits-laitiers-emissions-ges-31712.php4#xtor=ES-6)
(-  14/05/2014  -  Déforestation pour créer des pâturages, pollution des eaux par les déjections animales, émissions de méthane par les ruminants qui contribuent à accroître l'effet de serre : la consommation de protéines animales impacte très fortement l'environnement. La substitution des apports protéiques d'origine animale par des protéines végétales s'impose donc à grande échelle. Mais pour réussir cette transition alimentaire, avec des légumineuses par exemple, pas question de s'y prendre n'importe comment. Pour abaisser durablement la consommation de viande – sans prôner sa suppression totale, mais plutôt d'en manger moins mais de meilleure qualité – il est important que chacun y aille à son rythme et apprenne à cuisiner les solutions alternatives pour conserver un vrai plaisir de manger. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/apprendre-cuisiner-moins-de-viande-21636.php4)
13/10 :  Contre la chasse : manifestation unitaire à Paris le 13 Octobre :  https://www.stop-chasse.fr/
Une manifestation contre la chasse se tiendra à Paris le 13 Octobre. Elle rassemblera  les militants de nombreuses associations de défense de la nature et des animaux, mais aussi tous ceux qui ne supportent plus les agressions infligées à la faune sauvage par pure distraction et la confiscation quasi permanente des milieux naturels par le monde de la chasse. Nos revendications seront les suivantes : Indépendance de la police de la chasse ; Interdiction de chasser les espèces en mauvais état de conservation ; Interdiction de chasser en périodes de reproduction ; Interdiction des pièges tuants ; Fin des chasses dites « traditionnelles » (glu, lèques, lacs, pentes, tendelles…) ; Abolition de la vènerie sous terre pour toutes les espèces ; Abolition de la chasse à courre pour toutes les espèces ; Abolition de la chasse dans les espaces protégés (Parcs Nationaux, Réserves naturelles, réserves biologiques) ; 2 jours par semaine sans chasse ni piégeage (dont le dimanche) et l'intégralité des vacances scolaires ; Visite médicale annuelle obligatoire pour le permis de la chasse avec contrôle de la vue.

retrouvons-nous afin de demander une réforme radicale de cette pratique, avant son interdiction TEL 06 76 99 84 65
-  03/11  -  Dans l'Oise, nouvelle manifestation contre la chasse à courre !

Des manifestants prônant le respect du vivant étaient présents (comme chaque année !) pour protester contre les chasseurs à courre venus célébrer dans leurs ridicules costumes d'opérette la Saint-Hubert, fête des chasseurs, fête des destructeurs de la faune sauvage et de la biodiversité.  La ténacité de ces militants force l'admiration par leur présence sans faille depuis tant d'années. Qu'ils se rassurent : quoiqu'en pensent nos "politiques", la maison " chasse " a commencé de vaciller car les français, dans leur grande majorité,  rejettent désormais ces loisirs de mort, et souhaitent entretenir avec la nature et les animaux une relation apaisée. Un résumé de l'événement dans la vidéo ci-dessous. (http://www.ecologie-radicale.org/)
-  07/11 -  Le ministère dit de l’écologie contre nature. La CONVENTION VIE ET NATURE constate que pour répondre aux attentes démocratiques de moins de chasse, pour pallier aux graves insécurités générées par les chasseurs à l’origine de nombreux accidents en cet automne, le ministre de l’écologie a reçu la fédération nationale des chasseurs et, audace extrême, a incité les chasseurs à « de bonnes pratiques ».
Le 2 novembre, le ministre prend un arrêté : élever les quotas de prélèvements de vanneaux et de pluviers dans les Ardennes, à hauteur de 1200 vanneaux, alors que 200 devaient initialement être tués et 30 pluviers au lieu de 10.
Ainsi, plus les chasseurs occasionnent d’homicides, plus l’opinion publique réclame des dimanches sans chasse, plus l’image du loisir de mort se dégrade et plus la génuflexion ministérielle s’abaisse devant sa majesté cynégétique.
Etonnant n’est-ce pas ?
Ne faisons aucun commentaire, mais rappelons simplement des faits, rien que des faits.
Monsieur François de RUGY fut élu député vert de LOIRE ATLANTIQUE.
Il quitta son parti en cours de mandat pour fonder un micro-parti favorable au gouvernement de Manuel VALLS.
Il participa aux primaires de la « belle alliance populaire » dont tous les candidats s’engagèrent à soutenir celui qui sortirait vainqueur de cette primaire gagnée par Benoît HAMON.
François de RUGY soutint Emmanuel MACRON et devint un temps président de l’assemblée nationale avant d’accéder au ministère de l’écologie suite à la démission de Nicolas HULOT le 28 août dernier.
Des faits, et cela suffit.
Un détail encore : Nicolas HULOT démissionna au lendemain d’une réunion, à l’ELYSEE, avec les chasseurs qui en partirent couverts de cadeaux.
Le lobby des chasseurs pouvait se réjouir de la nomination au ministère de François de RUGY, un écologiste qui ne leur fait pas peur !
La liste des animaux « nuisibles » devrait prochainement être révisée.
Devinez ce que va faire le ministre !
Renards, fouines, corvidés devront attendre encore l’avènement d’un gouvernement responsable, éclairé et tout simplement démocratique.
La chasse n’est que la rencontre nauséabonde entre le plaisir d’un homme et la souffrance et la mort d’un être sensible.
Abolissons-la !  Gérard CHAROLLOIS  (
http://www.ecologie-radicale.org/)
-  15/12  -  La chasse à la glu jugée « cruelle » par les défenseurs des oiseaux. Le principe de cette chasse à la glu est simple : grives (quatre espèces sont ciblées : la grive musicienne, draine, mauvis, litorne) et merles noirs se posent sur ces pièges englués. Le chasseur vient les décoller et les nettoyer à l’aide de cendres ou, plus souvent, d’un dissolvant. Le petit oiseau – la taille varie de vingt à trente centimètres selon l’espèce, et le poids n’excède pas 100 grammes – est alors mis en cage. Il servira d’appelant pour attirer, en chantant, d’autres grives, et permettre aux chasseurs de les tirer. Cette chasse se pratique de l’aube, une heure avant le lever du soleil, jusqu’à 11 heures.
En 2004, la Cour de justice de l’Union européenne a condamné l’Espagne, jugeant que les conditions de la chasse à la glu y étaient contraires à cette directive, notamment son article 8, qui précise que les Etats membres doivent interdire le recours à tout moyen de capture ou de mise à mort « non sélective ». Ce fut une incitation pour la LPO à réattaquer l’arrêté de 1989. « Il est incompréhensible que ce qui a été interdit en Espagne ne le soit pas en France. Et même avec la bonne volonté du chasseur, l’oiseau remis en liberté a de grandes chances de ne pas survivre », avance l’avocat Mathieu Victoria, qui a défendu le recours de la LPO, le 6 décembre, devant le Conseil d’Etat. Et de citer le Centre national d’informations toxicologiques vétérinaires qui, dans une note du 1er février 2018, indiquait : « Penser qu’une fois délivrés et relâchés, les oiseaux sont sauvés et peuvent réintégrer leur environnement sans dommage est illusoire, Yves Verilhac, le directeur général de la LPO, ne décolère pas. Accompagné de militants locaux, il visite des postes de feu profitant de l’absence des chasseurs. « Cette chasse a beau être légale, il faut la faire cesser. Le combat est juridique, médiatique aussi, en montrant l’horreur de cette pratique. Et comment peut-on affirmer que seules des grives sont attrapées ? Tous les petits passereaux en sont victimes, les mésanges, les rouges-gorges, les fauvettes… », assène Yves Verilhac. (Le Monde, Planète, p5)
-  15/12  - 
Chasses traditionnelles : Lors de la discussion de la loi relative à la biodiversité, en juin 2016, un amendement avait visé la chasse à la glu, à l’initiative de la députée écologiste (Val-de-Marne) Laurence Abeille. Sans succès. Ces chasses perdurent, bénéficiant de dérogations au niveau européen. Au-delà de la chasse à la glu, autorisée dans cinq départements de Provence-Alpes-Côte d’Azur, La Ligue de protection des oiseaux (LPO) dénonce d’autres types de chasse dite « traditionnelle ». Dans le Massif central, on chasse les grives à la « tendelle », piège formé d’une grosse pierre, une lauze, tenue par quatre bâtonnets, avec quelques baies pour attirer l’oiseau qui se fait alors écraser. Dans les Ardennes, c’est la « tenderie » : la grive est étranglée par un lacet en crin de cheval. Dans le Sud-Ouest, ce sont les alouettes des champs qui sont chassées au moyen d’une « matole », une cage en fer. Attirés par un appelant, les oiseaux viennent picorer des grains et sont faits prisonniers. (Le Monde, Planète, p5)

 

 


DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

« Ne passez pas par là le dimanche … »  Un court-métrage réalisé par Ivan BOUGNOUX ... : un réquisitoire "choc" contre les flingueurs ...

-  Face aux accidents, randonneurs et sportifs réclament une trêve dominicale pour profiter de la nature en toute sécurité. 8 français sur 10 demandent l'arrêt de la chasse le dimanche   (sondage IFOP janv. 2016

-  17/10/2018  -  Samedi, une battue était organisée par des membres de l’Association communale de chasse agréée de Montriond. Un jeune chasseur de 22 ans a mortellement touché un homme sur son VTT. Stop à la chasse le week-end ! (https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/interdire-chasse-france-week/25092 

 

Ci-dessus  -    L’Animal    -   LA CHASSE

(La SUITE de L’ANIMAL par le SOMMAIRE ou par l’ACCUEIL ou par la LISTE des pages Animales)

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info