DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

-  GEOTHERMIE  
( Biomasse )-  ( Eoliennes : Terrestres  -  En Mer )   
(
Energies Marines et Hydrauliques )  (Solaire

  
GEOTHERMIE : Le principe consiste à extraire l’énergie géothermique contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou pour la transformer en électricité. Dans les couches profondes, la chaleur de la Terre est produite par la radioactivité naturelle des roches du noyau et de la croûte terrestre : c’est l’énergie  nucléaire produite par la désintégration de l’uranium, du thorium et du potassium.
  
Il faudrait 5 350 usines géothermiques de 100 MW. Le coût du géothermique serait aussi de 5 centimes le kWh. Sans parler des installations individuelles pour l’approvisionnement des particuliers.  (Géothermie)
-  28/02/2011 : La géothermie est une source d'énergie particulièrement intéressante dans un pays comme l'Islande. Mais on exploite aussi la vapeur sortie des entrailles de la Terre en Italie. La région de Larderello, en Toscane,  fournit ainsi de l'électricité à près d'un million de foyers. En France, la géothermie représente un potentiel non négligeable, comme l'avait souligné à plusieurs reprises Haroun Tazieff.

Plus la température de l'eau extraite d'un forage géothermique est importante, plus elle contient d'énergie thermique utilisable. Parmi les sources les plus prometteuses figurent celles où l'eau se trouve dans un état dit supercritique. Rappelons que de l'eau est supercritique lorsque sa température et sa pression sont supérieures à celles du point critique (Tc=376 °C et Pc=221 bar). L'eau présente alors des propriétés physicochimiques étonnantes, intermédiaires entre liquide et gaz. (https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcanologie-islande-forage-geothermique-atteint-magma-28224/)

-  03/11/2015  -  Créé en 1985, un réseau de chaleur alimenté par la géothermie profonde fournit assez de chaleur pour 29.000 habitants
-  30/11/2017 -  Le collège Anjou à Sablé-sur-Sarthe se chauffe grâce à la géothermie au gaz naturel. Les pompes à chaleur ont pris le relais Leur mise en place a nécessité des travaux de forage avec la création de 9 puits (7 de 200 m et 2 de 100 m) permettant d’aller puiser les calories renouvelables du sol. les pompes au gaz naturel ont deux avantages sur les pompes électriques : « n’ayant pas besoin de compresseur, il n’y a moins d’usure mécanique et plus d’utilisation de fluides polluants. Pour GRDF : « la solution PAC gaz permet d’obtenir un gain de rendement et de facture par rapport à des chaudières gaz à condensation de 50 % environ ainsi qu’une diminution des émissions de CO2 également de 50 %. »  (https://actu.fr/pays-de-la-loire/sable-sur-sarthe_72264/geothermie-gaz-college-anjou-sable-sur-sarthe-la-pointe-progres-matiere-chauffage_14037084.html)
-  06/02/2018  -  Un rapport officiel propose de remettre à plat la réglementation encadrant la géothermie de minime importance (moins de 200m). La procédure administrative pourrait être simplifiée, tout comme l'obligation de qualification des foreurs (qualiforage géothermie). (https://www.actu-environnement.com/ae/news/petite-geothermie-reglementation-forage-30595.php4#xtor=ES-6)
-  14/03  -  La ville de Cachan accueille une première mondiale en matière de géothermie VIDEO. C'est la technique du forage sub-horizontal qui a été retenue pour la rénovation des puits géothermiques de Cachan (94). Déjà employée dans le domaine pétrolier, mais inédite dans celui de la géothermie, cette technologie va faire bondir la production de chaleur de la ville de 30%. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/video-cachan-geothermie-sub-horizontal-chaleur-30834.php4#video&xtor=ES-6)  (12/04/)
-  19/03  -  Une centrale de géothermie a été inaugurée en 2017 capable de produire du chauffage urbain pour 3 400 logements en construction
Eau de Paris a lancé des forages dans la nappe de l'Albien et vend la chaleur qu'elle produit à la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain, la CPCU. C'est cette compagnie, qui, à son tour, pourra distribuer à Clichy-Batignolles ce chauffage en conservant, en parallèle, une solution alternative pour l'approvisionnement car la production sera insuffisante, même si les chiffres annoncent aujourd'hui une production de chauffage à hauteur de 83% grâce à la géothermie.
L'Albien, un aquifère de 100 000 km². Un aquifère est une formation géologique assez poreuse pour laisser l'eau circuler librement. En moyenne, c'est à 600 m de profondeur que se trouvent les nappes de l'Albien. Elles se situent au-dessus des nappes géothermiques du Néocomien et du Dogger Parisien. Ces nappes sont assez profondes pour être épargnées par la pollution de surface et ainsi être utilisées pour alimenter Paris en eau et en chauffage. La température de l'eau est ici entre 25 et 28°. Aujourd'hui, l'accès a été restreint afin de privilégier son utilisation pour alimenter Paris en eau potable et miser sur les énergies renouvelables. (https://e-immobilier.credit-agricole.fr/Actualites/La-geothermie-pour-chauffer-un-quartier-entier-a-Paris)
-  20/03  -  La géothermie à Fontainebleau, c’est une longue histoire qui a plombé pendant des décennies les comptes de la Ville. Depuis 1991, après l’échec de la géothermie, c’est un système de chauffage au gaz qui utilise les tuyaux existants. Mais en mars 2019, ce sera la fin du contrat, et la Ville a décidé de se tourner vers le bois. Demain, c’est une chaudière biomasse qui pourrait chauffer l’hôpital et les écoles, et peut-être tout l’ouest de la ville. Le bois utilisé proviendrait des forêts de la région, dans un rayon de moins de 100 kilomètres, et le projet pourrait créer jusqu’à 50 emplois ! Le maire est confiant : « Le marché du bois énergie est beaucoup plus mûr. (https://actu.fr/ile-de-france/fontainebleau_77186/fontainebleau-ville-veut-tenter-pari-chauffage-ecolo_16002916.html)
-  25/03  -  Fini le fioul et le gaz. À Dammarie-les-Lys, c’est désormais la géothermie. Deux puits prélèvent de l’eau à 71 °C dans le sous-sol pour fournir eau chaude et chauffage à plusieurs milliers d’habitants. À la clé : moins de pollution et de charges. La centrale de géothermie et son réseau de 5 km de long après deux ans de travaux et 26 M€ investis. « Nous avons creusé deux puits à 1 800 m de profondeur où coule une source quasi inépuisable : la nappe du Dogger, où l’eau est à 71 °C », « Nous récupérons cette chaleur par un système semblable au bain-marie », décrit un technicien. Pour être clair, ce n’est pas l’eau de la nappe du Dogger qui coule dans les radiateurs et dans la piscine, mais une eau chauffée grâce à cette chaleur du sous-sol.  « Ce système évitera d’émettre environ 7 000 tonnes de CO2 dans l’air par an », « Nos charges devraient baisser, notamment grâce à une TVA à 5,5 % sur la géothermie qui devrait être répercutée par notre bailleur » (http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/dammarie-les-lys-la-geothermie-chauffe-les-habitants-eleves-et-nageurs-25-03-2018-7627815.php)
-  27/03  -  L'édition 2018 du salon GeoTHERM, le plus grand salon professionnel européen sur les géothermies, qui propose également un congrès, a eu lieu du 1er au 3 mars dernier à Offenburg en Allemagne. Les équipes du BRGM étaient présentes et ont participé : à un stand commun avec le réseau TRION (link is external) et les membres de l'AFPG (link is external), afin de rencontrer les professionnels et de mettre en avant son expertise ; -  aux premiers ateliers de GEODEEP, cluster (link is external) de la géothermie française pour la chaleur et l’électricité au sein duquel les acteurs représentant l’ensemble de la chaîne de valeur nécessaire au développement de projets complets s’associent pour promouvoir leur savoir-faire à l’international ; (link is external) -  à des rencontres avec leurs partenaires, notamment ceux des projets : GRETA, (link is external) qui vise au développement de la géothermie de surface dans l’espace alpin,  -  DeepEGS (link is external), qui a pour objectif de faire de la géothermie profonde une véritable filière énergétique verte,  -  Geowell (link is external), qui développe des technologies fiables, respectueuses de l’environnement et compétitives pour les puits géothermiques haute température,  -  et Gemex (link is external), coopération entre l’Europe et le Mexique pour la recherche sur les systèmes géothermiques améliorés
Développer l’usage de la géothermie sous toutes ses formes est un objectif du BRGM. Le potentiel de cette énergie renouvelable venant de la chaleur de la Terre est encore insuffisamment exploité, d’autant que la géothermie offre beaucoup des possibilités : du chauffage/refroidissement d’une maison individuelle à celui d’un quartier jusqu’à la production de chaleur industrielle et d’électricité. Le BRGM emploie ses capacités d’appui aux politiques publiques et de recherche/développement/innovation pour faire de la géothermie un pilier de la transition énergétique.Source : BRGM  -  (http://www.geothermie-perspectives.fr/actualites/annonces/brgm-geotherm-2018)
-  04/04  -  La Réunion, l’éruption du Piton de la Fournaise vient de nouveau rappeler que le volcan est pour notre île une source d’énergie inépuisable, écologique et qui ne demande qu’à être exploitée.( https://www.temoignages.re/economie/l-eruption-du-piton-de-la-fournaise-rappelle-le-potentiel-de-la-geothermie-a-la-reunion,92770)
-  05/04  -  La centrale de géothermie de Champigny de 1985 permet une économie de 30% aux abonnés. 7200 équivalents logements sont aujourd’hui chauffés et alimentés en eau chaude par le puits de géothermie de Chennevières. L’équivalent de 4 000 seront chauffés par le nouveau puits. 13 000 t équivalent CO2 sont économisées chaque année grâce au réseau de géothermie de Champigny. (http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/champigny-ca-chauffe-pour-le-second-puits-de-geothermie-05-04-2018-7648227.php)
-  14/04  -  Le canton de Fribourg planche sur un moyen de créer de la chaleur et de l'électricité via la géothermie profonde. Les premières études sont en cours et révèlent des conditions géologiques «relativement favorables» (https://www.lematin.ch/suisse/soussol-fribourg-bientot-source-energie/story/14867168)

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

1) : Les ressources d’énergie fossiles à problème : Le Nucléaire pollue le sol et  produit 25% de GES (Gaz à Effet de Serre) de + que l’éolien, en comptant la construction des réacteurs, l’enrichissement et le transport de l’uranium. Le Charbon, avec recapture et stockage du CO2 : Le stockage en sous-sol augmente les polluants atmosphériques et accroit les effets délétères liés à l’exploitation, transport et utilisation du charbon. On doit brûler + de fossiles pour capturer et enfouir le carbone. L’Éthanol :La réaction de combustion forme du CO2 et de la vapeur d'eau, principal GES. Le Pétrole émet 35 % des émissions de CO2,  le charbon 44 % et 20 % le gaz naturel. (Le secteur gazier génère en outre des émissions de méthane (CH4), gaz dont le potentiel de réchauffement global est 25 fois plus élevé que celui du CO2). Biomasse : (l'ensemble des matières organiques d'origine végétale) occupe des terres arables ; dégage du CO2 ; peut entrainer une déforestation importante et la pollution des eaux et des sols.