Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

    ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

CATALOGNE  :    1  -    L’INDEPENDANCE
        « 
L'indépendance est irréversible » : Débat « Marianne » / Renée PORTET    -2-  

Message du 28/09/15 21:16
De : "Gent d\'Esquerra de Catalunya Nord" <desquerra@josoc.cat>  Objet : El camí cap a la independència és irreversible

-  El camí cap a la independència és irreversible

Esquerra de Catalunya Nord serà al servei del seu poble per acabar amb la colonització de la nostra terra. 

 

-  La marche vers l'indépendance est irréversible

L'ensemble des forces indépendantistes catalanes formé par l'union de la société civile (ANC, Omnium Cultural, Súmate ...), des représentants des syndicats (CCOO, UGT, SCC), des partis politiques depuis la gauche anti-capitaliste de la CUP, en passant par Esquerra Republicana de Catalunya, Convergència Democràtica de Catalunya (centristes) auquels s'ajoutent les dissidents du PSC, d'ICV et d'Unió Democràtica de Catalunya (démocrates chrétiens), ont obtenu la majorité absolue au sein du Parlement catalan avec un record de participation de prés de 80%.

En Catalogne sud, la marche vers l'indépendance et la justice sociale à travers la création d'une République Catalane a commencé et est irréversible.

Avec cette  situation nous avons l'opportunité et l'espoir non seulement de voir reconnus nos droits historiques en tant que catalans, mais aussi la possibilité de construire un avenir plus digne en Catalogne Nord.

Nos partenaires pour  parvenir à plus de justice et de progrès sur le plan économique et social à travers la coopération transfrontalière ne seront plus Paris ou Madrid, mais Barcelona.

Nous avons la responsabilité historique d'exiger de nos responsables politiques (conseils régionaux et départementaux, députés, sénateurs et maires) ainsi qu'aux responsables des institutions économiques et sociales (CCI Chambre des métiers, syndicats des travailleurs et des employeurs), qu'ils collaborent dés aujourd'hui directement avec la République Catalane pour définir les outils qui doivent nous permettre de faire progresser la vie économique, sociale et culturelle de la Catalogne Nord.

ERC Catalogne Nord sera au service de son peuple pour mettre fin à la colonisation de notre territoire.

ERC Catalunya Nord

 

-  Débat à rappeler entre Marianne et Renée PORTET 

-  Catalogne : danger !   Par Antonio Elorza  -  19/11/2012

La crise espagnole crée un repli nationaliste où Madrid apparaît comme le coupable expiatoire idéal.
Marianne : Pourquoi un tel appel avant les élections régionales catalanes du 25 novembre ?

Antonio Elorza : nous voulons mettre en garde contre les dérives souverainistes du président catalan. Artur Mas. Son pari indépendantiste est dangereux pour la stabilité du pays, car il ne respecte pas l'un des piliers de notre jeune démocratie, à savoir la Contitution. En outre, il utilise les outils de la démocratie, comme les élections régionales, pour imposer un modèle totalitaire et xénophobe. Sa campagne électorale va au-delà du scrutin du 25 novembre, il y a en toile de fond la tenue d'un référendum sur l'indépendance. Or, son combat est fondé sur le rejet de l'Espagne et exclut toutes les voix discordantes. D'ailleurs, on peut voir comment il a réussi à imposer dans la presse un unique message. Il a à sa botte toute la presse catalane, du journal conservateur La Vanguardia au qotidin de gauche El Periodico de Catalunya. Avec ce manifeste, on défend l'idée d'un modèle nacional, où toutes les sensibilités régionales sont prises en compte, on défend aussi l'idée d'Etat plus fédéral et on refuse les stéréotypes sur lesquels Artur Mas fonde sa campagne électorale du type « les Espagnols haïssent les Catalans », ou encore « la Catalogne est soumise à une spoliation ». Ce sont des messages faux, et on ne peut pas le laisser dire n'importe quoi.

Et pourtant, selon les sondages, Artur Mas bénéficie de l'appui de 52% de la population catalane, il est difficile de nier l'existence d'un désir indépendantiste...  

A.E. : En effet, les derniers sondages montrent que les thèses indépendantistes ont gagné du terrain auprès de la population, notamment depuis la Diada, la fête nationale catalane du 11 septembre. Or, les véritables raisons de cette radicalisation ne proviennent pas d'un sentiment nationalite mais d'un ras-le-bol quant à la situation économique du pays. La crise a pour effet un repli nationaliste, comme en Grèce ; or, ici, cela se traduit par un réveil régional. Et, puisqu'il faut trouver un responsable à la mauvaise gestion financière, Madrid est le coupable expiatoire idéal, même s'il est en partie vrai que le gouvernement central est redevable à la Catalogne. Il y a en effet un déséquilibre financier qui doit se résoudre par un réajustement du pacte fiscal.

Quel est le risque de ce pari indépendantiste ?

A.E. : Il y a un risque d'escalade qu'il ne faut pas négliger. Artur Mas a, certes, lancé son message indépendantiste par démagogie politique , mais il existe une frange de la population qui est prête à « aller au carton » avec Madrid. Cela peut se traduire par une déclaration unilatérale d'indépendance. Dans les faits cela revient à une insumission fiscale, commerciale, etc. La Catalogne sortirait de l'Espagne et, donc, de l'Union européenne. Sans parler des risques totalitaires, l'installation d'un gouvernement régional dictatorial, où toute voix contraire au catalanisme est rejetée du pays. C'est déjà le cas dans les institutions catalanes. En cette période de crise, les dérives populistes totalitaires sont à craindre, et la trajectoire vers l'indépendance de la Catalogne n'est pas à prendre à la légère.                                                                                Propos recueillis par Diane Cambon

 

-  Lettre de Renada PORTET à Marianne en réponse à ces tristes propos :

                                           À Marianne, « Journal des lecteurs »

Chers amis,

Au nom de ma fidélité à Marianne, et parce que je serais trop malheureuse d'avoir, par trop grande déception, à me désabonner de mon hebdomadaire préféré, je vous supplie d'arrêter de publier n'importe quoi sur la Catalogne.

On méconnaît si bien la question en France qu'il vous faudrait au moins lire, basiquement, l'excellent livre de Pierre Vilar : « Le fait catalan ». Et surtout, je vous en supplie, quand vous prenez ce sujet : n'allez pas chercher vos informations à Madrid !

A Madrid, où gouvernent en ce moment les gens du PP (Partido Popular) qui sont les purs héritiers de Franco. Ne le savez-vous donc pas ?

     Dans votre dernier numéro, bien que vous ayez pris la précaution de le présenter sous forme « d'entretien », le titre même, en gros, en noir et en gras, est d'une agressivité odieuse ((je n'ose le réécrire tellement il me fait mal...) Oui: odieuse, étymologiquement, car il y a de la haine dans les propos de cet Espagnol, comme il y en a sur sa figure et dans ses yeux.

     Et tout est faux, dans son argumentaire ! Ou : à reverser sur lui-même. Ce qui est le comble. De la mauvaise foi.

Vous méconnaissez tellement la question, mes amis, qu'il y aurait trop à vous expliquer.

     Déjà, physiquement, de par la géographie physique (et avant que l'automobile ou l'avion exist(ass)ent), la Catalogne et le  « reste » de la péninsule étaient séparés ; on disait: « Las Españas » pour désigner l'ensemble du territoire. De tous les fleuves espagnols », l'Ebre est le seul à déboucher dans la Méditerranée. Tous les autres : Duero, Tajo, Guadalquivir, débouchent dans l'Atlantique ; c'est-à-dire que les « pentes » étant contraires, cela faisait deux territoires dos-à-dos. Deux Espagnes qui se tournent le dos. Physiquement déjà. Au départ. Cela explique aussi, en partie, la possibilité de cet Etat catalan de tout le Moyen-Age, qui a existé, en tant que Etat de droit et souverain, puissant et riche, qui a même dominé un temps en Méditerranée (Gênes, Naples, la Sicile, catalane de 1282 à 1556, puis espagnole jusqu'en 1860, Athènes et Neopàtria), un Etat catalan qui n'a pas à rougir de sa brillante civilisation ou de sa littérature. Ramon Llull (1232-1316) a professé en Sorbonne sur quatre périodes (dont une prolongée sur 2 ans), invité par cette brillantissime Université de l'Europe de cette époque... Et je suis sûre que vous ignorez que c'est le Droit maritime catalan qui est encore en vigueur dans le monde entier. Combien de jeunes juristes français ai-je entendus étonnés d'apprendre la chose !     ( SUITE )

                                                                                                                                        

« L'indépendance de la catalogne, quel avenir ?  De la dictature franquiste à l’autonomie et à l’autodétermination »
Becat Joan  -  Terra Nostra Revue - 07 Mars 2013 (10€) (Franco-catalan)  Librairie Torcatis.  -  Sommaire :  (+ photos d’histoire)
1  -  Que se passe-t-il en Catalogne ? 
2  -  Les antécédents du statut d’autonomie de Catalogne : La Généralitat historique; les bases de Manresa et la Mancommunitat; le statut de 1932 et la Généralitat Républicaine; la Généralitat en exil; la répression franquiste en Catalogne.
3  -  La restauration de la Généralitat et l’autonomie de la Catalogne : La résistance au franquisme en Catalogne; la transition politique en Espagne et en Catalogne; L’Espagne, l’Etat des Autonomies; le statut d’autonomie et la cadre politique en Catalogne.
4  -  La rupture de statut quo et du vivre ensemble : La révision avortée du Statut d’autonomie de la Catalogne; les manifestations millionnaires de juillet 2010 et de septembre 2012; Vers l’autodétermination et la constitution d’un Etat.
5  -  Douze questions sur l’autodétermination de la Catalogne. 1/ Quels sont les enseignements des élections autonomiques du 25 novembre 2012 ?  2/ Catalogne a-t-elle un poids économique suffisant pour être viable ?  3/ Le déficit fiscal de la Catalogne est-il réel ? Est-il excessif ?  4/  La Catalogne pourrait-elle payer les retraites, la santé et les politiques sociales ?  5/ Qu’est-ce qu’une autonomie ? Qu’est-ce qu’un Etat fédéral ?  6/ Que faut-il pour proclamer une indépendance et devenir un Etat souverain ?  7/ La Catalogne saurait-elle et pourrait-elle assumer son rôle d’Etat ?  8/ Que se passerait il avec la dette publique ?  9/ La Catalogne dans l’Union Européenne serait-elle dedans ou dehors ? Perdrait-elle l’euro ?  10/ Quelle solvabilité financière la Catalogne pourrait-elle avoir dans l’Union Européenne ?  11/ La situation vue depuis les autres Pays Catalans  12/ La situation vue depuis la Catalogne Nord et depuis la France.