LA  CORRIDA  ?    

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

()  -  31/12/19  -  BULLETIN D'INFORMATION DU FLAC 66 - Décembre 2019

   International : Tauromachie et corridas en perte de vitesse en Amérique du Sud

   Espagne : En décembre 2018, suite à un recours du Partido Popular, le Conseil constitutionnel espagnol annule plusieurs aiiicles de la.L oi sur les conidas aux Baléares qui interdisaient tout sang versé. Le 9 août 2019, une corrida a été organisée à Majorque après deux ans d'interruption.

Ce n 'est pas la première fois que le Tribunal constitutionnel annule une loi régionale visant à interdire ou limiter la tauromachie. En 2016, la Catalogne en avait déjà fait les frais, tandis qu'elle avait aboli sa pratique depuis six ans. La victoire des partisans de la corrida n'est cependant qu'en demi-teinte, puisqu' « il n'y a plus eu de corrida en Catalogne depuis son abolition», assure Roger Lahana, président de l'association No conida, et secrétaire de la Fédération des luttes pour l'abolition des corridas. « Les Catalans n'en veulent pas. Personne n'est prêt à en organiser, et les plus grosses arènes qui se trouvaient à Barcelone ont été transformées en centre commercial», poursuit-il. La corrida divise de plus en plus en Espagne. « Nous sommes convaincus que la fin des corridas est déjà là et qu'il s'agit des derniers moments de ce spectacle mourant», a ainsi déclaré ce vendredi à la BBC Francisco Vasquez Neria, d' Anima Naturalis, l'organisation de défense des animaux en Espagne et en Amérique Latine." (Caroline Vinet). La tauromachie est en nette régression en Espagne. Le ministère de la culture note que les spectacles de corrida se sont réduits de 16 % en quatre ans et ont perdu près d'un cinquième de leur auditoire en moins de dix ans, alors que, -paradoxalement, le nombre de professionnels augmente. On entend dire que certaines –arènes sont pleines, mais c'est parce que beaucoup de corridas ont disparu.

   France: Il y a un marasme général et une grande inquiétude chez les amateurs qui les pousse à de actions de communication sur la prétendue culture de la corrida telle la campagne publicitaire affiches et journaux

menée par l'UVTF (Union des Villes Taurines de France) dans tout le sud de la France où était dit « Taureau, notre culture »

Cet affichage a provoqué une levée de boucliers tant chez des particuliers qui s'en sont émus, que chez EELV de Bordeaux et Toulouse qui ont protesté publiquement sur le fait que l'on veuille inclure cette barbarie dans une quelconque tradition ou culture. EEL V Pays catalan a fait paraître sur le journal l'Indépendant un communiqué ( deux fois) affirmant son opposition à la corrida. Le FLAC66 a également protesté par un communiqué dans les colonnes de l'Indépendant du 16 juillet 2019, p.21.

   Céret : La situation est loin d'être reluisante pour les aficionados. Après l'interdiction de la corrida en Catalogne

sud, Céret s'était préparée à recevoir un "afflux d'Espagnols"'' dans ses arènes et avait tablé sur quatre spectacles. Cette tentative a été un fiasco comme celles de réitérer les corridas lors de la fiesta major de Céret célébrée pour la Saint Ferréol saint patron de Céret mi-septembre, corridas qui attiraient, fut un temps, nombre de spectateurs. Pour que les corridas aient la chance d'obtenir du succès, elles sont incluses dans les « férias ·». Nîmes, Béziers, Millas, Dax etc. n'échappent pas à cette règle. Les férias allèchent des participants venus faire la fête, certains allant dans les arènes.

Cette année, certainement poussée par la recherche de subsides, "L'Association des aficionados cérétans

(Adac) lance une carte socio payante . . .. Une carte pour avoir des moments privilégiés ... " (L'Indépendant du

15-06-2019). N'oublions pas que les statuts de l'ADAC disent renoncer à de l'argent public (Officiellement, seul le Comité de féria de Céret , indépendant des corridas, reçoit des subventions.) et précisent que ses membres doivent s'engager financièrement en cas de coup dur. Où en est financièrement l'ADAC ? Cette aimée encore, c'est l'association Animalibre qui a organisée la manifestation anticorrida de Céret le 13 juillet. Plusieurs personnes du F LAC66 y ont participé .

   Millas: Le FLAC66 a enfin la preuve, après de nombreuses relances (CADA, Tribunal administratif) que la corrida reçoit bien de l'argent public des Conseils départemental et régional. Le FLAC 66 continue son action juridique avec l'aide d'un avocat pour peser sur l'arrêt de ces financements à la torture. Sur la proposition du FLAC66, la FLAC (fédération) a envoyé un courrier à tous les élus du Conseil régional (158) pour bien leur préciser que, contrairement à leurs allégations ("Nous finançons se Lourdement la féria") la Région finance surtout la corrida !

Simultanément, le FLAC 66 ·a écrit aux élus EEL V du même Conseil régional pour les féliciter de leur prise de position concernant la campagne de l'Union des villes taurines de France évoquée plus haut et pour leur apporter la preuve du financement public de la corrida de Millas. Des réponses obtenues de leur part, il ressort qu'ils votent contre toute subvention régionale pour ces spectacles et affament leur opposition totale à la corrida.

Des membres du FLAC66 ont participé à la manifestation anticorrida organisée par Animalibre à Millas le dimanche 10 août. Ils en ont rapporté un petit reportage photo qui témoigne que les petites arènes de Millas (2500 places) sont à moitié vides, que le préfet Philippe Chopin est un aficionado qui assiste à la corrida de Millas ( avant lui, le préfet Vignes faisait de même). Etaient présents, comme chaque année, Mme Beffara, maire de Millas, Robert Olive, maire de St Féliu d'Amont et ancien député, André Manent, maire de St André et de M. Fossat, nouveau sous-préfet de Prades. Apparemment, Mme Beffara, enveloppe d'invitations à la main, fournissait les billets d'entrée à tout ce beau monde (qui paie? les contribuables?)

   A Carcassonne, les journaux rendent compte de corridas "décevantes" pour les amateurs : mises à mort ratées, bétail qui ne tient pas ses promesses, toreros médiocres dont à peine quelques-uns tirent leur épingle du jeu .. . Malheureusement, cela ne suffira peut-être pas à faire cesser cette cruauté au pied de la Cité.

La manifestation de Rodilhan (Gard) à laquelle ont participé 2 membres du FLAC66 a eu lieu le dimanche 27/10 (250 à..300 participants}, Auparavant, le-FLAC66-était-également-représenté à la manifestation de Lunel. (Hérault) organisée le 21 juillet.

   En octobre 2019, le congrès des maires des P.O. accueillait Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées. Cette dernière fort peu à propos faisait l'éloge de la corrida dans son discours. Averti par un  élu, le FLAC 66 a envoyé un courrier de protestation à tous les maires du département ainsi qu'aux sénateurs, députés et conseillers régionaux issus des Pyrénées-Orientales qui étaient présents à ce congrès. Une copie de cette lettre a été adressée également au Président de la République et au Premier ministre. A la suite de cette lettre, le député Romain Grau a proposé de recevoir le FLAC66. L'entretien du FLAC66 (Jean Pierre Dunyach, Patrick Lechartier) avec le député a été cordial, celui-ci dénonçant clairement la corrida. Diverses pistes pour lutter contre cette pratique ont été évoquées ainsi que la perspective d'autres contacts avec le député. Pour sensibiliser les élus à notre lutte contre la barbarie des arènes, le FLAC66 projette de solliciter des rencontres avec d'autres candidats aux élections municipales.

"Torturer et assassiner des taureaux pour le simple spectacle appartient à l’Age sombre et non au Sud du XXI siècle". J.M. COETZE - Prix Nobel de Littérature (2013)  -  Le FLAC 66 (Front 66 des Luttes pour !'Abolition des Corridas), association apolitique et laïque, milite pour que les citoyens soient informés : - de la réalité de la corrida et de son financement par de l'argent public, - de l'embrigadement des enfants dans les écoles de tauromachie, - de leur présence inappropriée dans les arènes lors de corridas ...Le FLAC66 agit avec des associations poursuivant le même but pour faire évoluer la législation qui mènera à  l'abolition totale de cette pratique archaïque.

Depuis janvier 2015, les animaux sont reconnus « êtres sensibles » et pourtant chaque année dans notre département (à Céret et à Millas), on torture à mort, dans des arènes, plusieurs dizaines de bovins, sacrifiés l'un après l'autre devant un public voyeur d'agonies sanglantes. Comment peut-on adhérer à ces pratiques archaïques ? Que penser des élus, qui, utilisant l’argent public, permettent la poursuite de ces horreurs pour flatter le sadisme ?

Ces gens-là, fermés à la compassion envers tout être vivant, n'ont donc jamais entendu parler de progrès de la civilisation et des mœurs ? A nous de le leur rappeler par notre refus de la corrida. Nous réclamons son abolition.

Rejoignez le FLAC66. Notre association a besoin de toutes les bonnes volontés, nous avons besoin de vous. FLAC 66 - flac66@wanadoo.fr

Samedi 25 janvier 2020  (au siège du FLAC66) ASSEMBLÉE GÉNÉRALE : ORDRE DU JOUR • Bilan moral – vote • Bilan financier – vote • Election du collège administrateur • Projets 2020 • Questions diverses.

 

26/12/19  -  SIGNEZ NOTRE PÉTITION POUR DONNER DU POIDS À LA LETTRE ENVOYÉE AUX DÉPUTÉS ET SÉNATEURS !
La SPA lance une pétition nationale afin de faire prendre conscience aux pouvoirs publics de l’urgence d’interdire les corridas en France, tradition qui repose sur des pratiques barbares et la souffrance animale !

En 2019, il est intolérable qu’un Etat moderne comme la France accepte sur son territoire la pratique des corridas. Aujourd’hui, nous en appelons à la mobilisation de chaque citoyen. Par votre signature, vous avez le pouvoir de donner du poids à ce combat qui nous concerne tous !


Monsieur le sénateur, le député, 

Nous nous adressons à vous aujourd’hui afin de vous inciter à faire un choix simple et à répondre à une question : acceptez-vous que sur notre territoire se déroulent des évènements cruels et générant une intense souffrance ? Posée sous cette forme, votre réponse ne fait évidemment aucun doute. 

En charge du respect de l’ordre public vous ne pouvez en tant qu’élu admettre que sur notre territoire de tels actes puissent être tolérés, notamment parce que soucieux du droit vous avez à cœur également de voir sanctionnés de tels faits.  
C’est pourtant bien le cas. Chaque année, à la vue de tous, enfants compris, des animaux sont jetés dans des arènes afin de faire l’objet d’incroyables sévices. La violence d’un tel spectacle autorise toutes les violences exercées chaque jour sur les animaux. 

Comment apprendre aux enfants qu’un animal n’est pas un jouet mais un être sensible, tel que d’ailleurs reconnu dans l’ensemble des codes de notre pays, qui souffre et qu’il faut respecter si dans le même temps, notre pays continue à autoriser le spectacle dégradant de la souffrance des animaux ?

Alphonse de Lamartine disait : « On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux, un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas » Avons-nous en France, pays des droits de l’homme, deux visions de la cruauté, des sévices, ou une seule, unique qui doit être sanctionnée ? 

Monsieur le Député, monsieur le sénateur, aurez-vous le cœur de nous répondre et de soutenir une réécriture indispensable de la loi permettant d’abolir la corrida de notre pays et ainsi prouver que nous avons qu’un seul cœur ?

Ou tournerez-vous les yeux vers ailleurs comme tant d’autres afin de ne pas faire face à une question qui nous regarde tous, celle de la violence au quotidien dont les animaux sont les victimes, sans défense ?  (https://corrida.la-spa.fr/?utm_campaign=2019-PETITION-CORRIDA&utm_source=ORIXA&utm_medium=EMAIL)

 

Du 22 au 24 août : la FLAC tiendra un stand aux prochaines Journées d'été d'EELV à Toulouse !. Compte tenu de leur excellent score aux dernières élections Européennes (3ème force nationale), de nombreuses personnalités de tous horizons seront présentes. Ainsi, nous pourrons étaler au grand jour l'étendue de cette barbarie indigne d'un pays civilisé qui a pour nom, la corrida. MERCI EELV !  https://jde.eelv.fr/le-lieu/

Thierry Hély  -   Président de la FLAC  -  www.flac-anticorrida.org  -  http://www.flac-anticorrida.org/agir/adherer/  - 
https://twitter.com/FLACinfos  -  06 23 94 84 83

-  22/08/19  -  Mettre des flammes sur les cornes d’un taureau, le tirer avec des cordes, le lâcher dans les rues d’un village et le rendre fou face à des fêtards hystériques. Le Correbou pratiqué dans le sud de la Catalogne et dans la région de Valence indigne chaque année les amis des animaux. (https://www.equinoxmagazine.fr/2019/08/22/la-cruaute-des-correbous-la-tauromachie-catalane-suscite-le-malaise/)


21/08/19  -  Vous avez dit culture catalane ?

Après la ville de Céret, c'est à celle de Millas, ou plus exactement Millars, son nom originel catalan de baptême millénaire, où à son tour a eu lieu la fièvre taurine. La ''feria, novillada", (noms d'emprunt hispano-castillants) dure plusieurs jours, réunissant vacanciersetfêtards, amateurs de cet "art" d'un autre temps. En Catalogne, ces corridas ont été interdites. Est-ce par respect animal, ou pour son symbole espagnol, refusé énergiquement ?Toujours est-il que chez eux, la Corrida a vécu ... Les âmes sensibles ne s'en plaindront pas ... A 15h nous étions plus de 300 ! : https://youtu.be/JEf9rFMbpvQ  (https://www.anticorrida.com/lettre/07-06-19-distribution-de-tracts-sur-le-marche-nimois/)

 

 

Ci-dessus,   LA CORRIDA  /   Divers

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

Contre la corrida

 

- Manifestations

-Protection
de l’enfance

de l’animal

Les chevaux