Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

21/05  -  « Les Insectes, une alimentation durable pour le futur  ?! La première étude pour mesurer les impacts environnementaux et identifier les points chauds associés à la production commerciale d'insectes a été publiée. L'étude a démontré que l'élevage de criquets est peut être un moyen durable de produire des aliments pour animaux. Quinze impacts environnementaux différents ont été étudiés, y compris le potentiel de réchauffement planétaire, l'épuisement des ressources et l'eutrophisation. Beaucoup de gens ont vu les insectes comme un moyen d'abaisser le fardeau environnemental de la production animale. «Les insectes, dans de nombreux cas, peuvent être comparables à ceux de la viande et du poisson en termes de valeur nutritionnelle » L'élevage d'insectes est reconnu, partout dans le monde, comme la meilleure alternative environnementale pour nourrir les populations futures.
En
Thaïlande, l'élevage de criquets existe depuis près de 20 ans Dans le monde, en Asie et en Afrique particulièrement. il y a plus de 2 000 espèces d'insectes régulièrement consommées. La pratique (tolérée) de l’alimentation pour l’homme à base d’insectes est peu répandue en Europe, mais tend à s’envisager. Des livres renseignent, des boutiques vendent des insectes prêts à manger ou des insectes vivants pour l’élevage (risques) ! Evidemment, c’est toujours manger...du vivant ! (Voir)
28/05  -  SOUFFRANCE ANIMALE : Manifestation des associations pro animales devant Medrano à Perpignan.
Une dizaine de militants de la cause animale (
AnimaLibre, C’est assez !) était hier à  l’entrée du parc des expositions à Perpignan, où le cirque Medrano a planté son chapiteau. Contrairement au cirque Joseph Bouglione (et d’autres précédemment) qui a annoncé ce mardi l’arrêt des numéros avec des animaux, à Medrano, cette idée ne semble pas d’actualité ! « Tant qu’il y aura des cirques avec des animaux, nous serons présents pour dénoncer leur captivité et leur souffrance, assure une des responsables de ces associations. Nous sommes contre la captivité à vie des animaux que l’on maltraite et qui souffrent pour le seul plaisir des gens. Nous sommes là pour informer le public sur cette situation intolérable ». Doc ; PeTA ; Fondation 30 Millions d'Amis ; ( SUITE ) Fondation Assistance aux Animaux ; Emilie ; Cirques de France ; Code animal ; One Voice ; ifaw ; (Pourquoi la mairie ne prendrait pas comme d’autres communes un arrêté pour dire non aux cirques avec animaux ?(Voir modèle de délibération au conseil municipal)
04/06  -  Observatoire de la Biodiversité : un phénomène d'uniformisation des communautés d'oiseaux est enclenché
Si les espèces d'oiseaux spécialistes d'un habitat régressent continuellement, les espèces généralistes sont en croissance. Les indicateurs en matière de biodiversité restent dans le rouge. "une évolution inquiétante des espèces" et "une destruction des habitats naturels qui se poursuit". Ce bilan fait apparaître entre 1989 et 2015 une régression de 23% des populations d'oiseaux communs les plus sensibles aux dégradations des écosystèmes. Le  rapport de l'ONG BirdLife qui résume l'état de conservation de 541 espèces d'oiseaux dans 50 pays européens va dans le même sens.  -  Pour les espèces spécialistes d'un habitat, la situation est préoccupante. Ainsi, les populations d'Alouette des champs et de Linotte mélodieuse ont  respectivement décliné de 30 et 72% entre 1969 et 2009.
 "
Un constat alarmant" pour la FNE qui demande au nouvel exécutif de multiplier les actions concrètes de protection de la biodiversité et de relancer la dynamique Natura 2000 à l'échelle européenne. Biodiversité  |  24 mai 2017  |  Laurent Radisson
11/06  -  Halte au massacre des blaireaux !
Une nouvelle fois, les destructeurs de la faune sauvage vont pouvoir donner libre cours à leur pulsion de mort. Victime désignée : le blaireau, paisible mustélidé qui va subir la rage des veneurs sous terre . Les mêmes arguments moyenâgeux  CONTESTES PAR LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE sont  invoqués. Pourtant, le blaireau qui se nourrit essentiellement de petits rongeurs est, de fait, l’allié des agriculteurs et, comme tous les prédateurs, un facteur essentiel aux équilibres écologiques  ! Mais il ne faut surtout pas contrarier les veneurs et autres chasseurs obsédés par le plaisir de tuer. La Convention Vie et Nature vous invite à signer cette pétition par laquelle il est demandé à Nicolas Hulot, nouveau ministre de la transition écologique et solidaire, de  (SUITE) classer le blaireau parmi les espèces protégées ! Merci de votre soutien. Cliquer sur l'image pour atteindre la pétition .
17/06  -  32 personnalités venues de différents horizons lancent un appel à mettre fin au massacre des loups. Dans les colonnes de "FranceSoir", ils demandent aux pouvoirs publics et aux politiques de ne plus céder aux lobbies de l’agriculture et de la chasse. Source France-Soir. Depuis le début des années 1990, le loup est de retour en France après des décennies d’absence. Ce retour est une véritable chance pour les équilibres naturels de nos régions. Il aurait également dû être une chance pour le développement durable de nos territoires. Ce qui n’a pas été le cas, malgré des sommes colossales dépensées en pures pertes depuis des années. Par son rôle de grand prédateur, le loup permet de conserver une bonne densité d’ongulés sauvages, en limitant l’impact de ces herbivores sur la régénération forestière et en les faisant se déplacer. La filière bois qui est la seconde activité économique en zone de montagne y trouve donc également son compte. A l’instar de ce qui se passe dans les pays voisins, la présence de grands prédateurs est un facteur très fort de développement du tourisme nature. Lire la suite : Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l'appel de 30 personnalités
24/06 -  Un ver planaire dans l'espace. Quelques millimètres de long, et... deux têtes. Tel est le ver planaire revenu de l'ISS après 5 semaines de séjour dans l'espace. Entretien avec le chercheur Eric Ghigo (directeur de recherche au CNRS), qui cohabite depuis des années avec Dugesia japonica  «  Je n'ai jamais vu un ver planaire évoluer spontanément de la sorte. Il faut rappeler que lorsqu'un ver planaire est amputé, la partie manquante de son corps se reconstitue. Les vers planaires de l'expérience de l'ISS ont été amputés sur Terre, et leur régénérescence s'est déroulée dans l'espace, à l'intérieur de tubes scellés, sans qu'ils fassent l'objet d'aucune manipulation. C'est une fois de retour sur Terre que l'équipe de Boston a constaté que l'un des vers avait deux têtes.
"Les vers planaires nous montrent que, décidément, ce sera compliqué de mener à bien des voyages spatiaux au long cours" (SUITE)
01/07-  Les guêpes, les abeilles, les fourmis et les termites ont réussi la vie en société. On parle même de « succès de l'évolution », car ces "insectes sociaux" ont tout inventé dans l'intérêt général. Voici quelques comportements étonnants:  -  En principe, pour entrer dans une colonie de fourmis, par exemple, il faut montrer « patte blanche ». En clair, avoir la même signature chimique que celle de la colonie, faute de quoi, on est immédiatement rejeté ou même tué. Et bien certains insectes dits « myrmécophiles », c’est à dire qui peuvent s'associer aux fourmis, ont développé des mécanismes d’invisibilité dignes de James Bond. Ils font appel au mimétisme chimique en produisant une signature identique à celle de la colonie. Ils peuvent ainsi circuler sans problème dans la fourmilière et évidemment profiter de la nourriture apportée par les ouvrières. Et parfois même tuer les larves des fourmis pour les manger. Et tout cela malgré un aspect physique entièrement différent ! Allain Bougrain-Dubourg. (« Insectes sociaux » aux éditions Quae, d’ Eric Darrouzet 01/08  Miroir brisé de la tauromachie
Quel plaisir peut-on prendre à tuer les animaux ? Qu'est-ce qui fait que l'on puisse jouir du spectacle de la souffrance des animaux ? Il y a évidemment des gens qui tuent des animaux pour se nourrir, des gens qui chassent eux-mêmes. Ce que nous avons été jadis : des chasseurs, des pêcheurs et ensuite des cueilleurs etc., parce qu'il nous fallait manger. Michel Onfray
Et puis un jour, nous avons eu des personnes dédiées... des gens qui s'occupaient de tuer les animaux - les chasseurs - qui rapportaient au foyer, et des gens qui découpaient les animaux ou des gens qui élevaient, puis qui tuaient les animaux. Mais il y a quelque chose de particulier dans le fait qu'il y ait du plaisir à faire souffrir les bêtes, du plaisir à les tuer. Michel Onfray
Donc il y a un paradoxe à jouir de faire souffrir. Et il y a un paradoxe plus grand encore à entendre les gens, qui jouissent d'une souffrance qu'ils infligent, nier qu'ils jouissent de cette souffrance qu'ils infligent. Michel Onfray, 25.07.2017
http://upc.michelonfray.fr/wp-content/uploads/2017/06/SYNOPSIS-4.pdf
01/09  -  REFLECHIR SUR LA CONDITION ANIMALE, CE N’EST PAS FAIRE PREUVE DE SENSIBLERIE IMBECILE, C’EST TOUT SIMPLEMENT FAIRE PREUVE D’HUMANITE.  La règlementation en matière de protection animale évolue peu à peu, mais beaucoup de chemin reste encore à parcourir avant que l’animal soit enfin protégé par un statut juridique à part entière dans notre législation.  En effet, dans le Code civil, l’animal continue de relever du chapitre des biens. Le Code pénal a, lui, évolué différemment et réprime les actes de cruauté commis à l’encontre des animaux, Le Code rural, de son côté, reconnaît depuis 1976 les animaux comme des êtres sensibles à part entière, c’est l’article L 214.  La Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie,  de1987, signée par la France en décembre 1996 et qui est entrée en vigueur en mai 2004, stipule que : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce Nul ne doit causer inutilement des douleurs, des souffrances ou de l'angoisse à un animal de compagnie -  Toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s'en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité (article L. 214-3 du Code rural).
05/09  -  « Monsieur le Président de la République, Le peuple Français vous a donné  sa confiance en vous élisant. Aussi, par cette pétition, et avec tout notre cœur, nous vous demandons avec bienveillance de nommer un Ministre du Droit des Animaux et de la protection Animale afin que les lignes bougent véritablement pour cette cause. Depuis toujours, trop d'injustices et de cruautés voient encore le jour contre les animaux sans qu'il y est de vraies sanctions dignes de ce nom appliquées.
Nous espérons sincèrement que vous entendrez nos voix. Très respectueusement. »

 

01 10  -  Il y a des techniques alternatives à l'expérimentation animale qui permettent de réduire le nombre d'animaux utilisés dans la recherche, selon des chercheurs australiens. Pour être éthiques ces techniques doivent respecter les 3 recommandations, du zoologiste William Russell et du microbiologiste Rex Burch, qui consiste à tenter, dans la mesure du possible, de remplacer ou le cas échéant de réduire le nombre d'animaux utilisés lors des expérimentations. Et d'améliorer leur bien-être. Actuellement, quelques modèles d'expérimentation in vitro ont vu le jour afin de réduire l'utilisation d'animaux. -   L'un des plus prometteurs est l'organe sur puce qui permet de simuler l'activité d'un organe et de tester des médicaments ou encore des toxines. -  Une autre alternative : l’Human Skin Equivalent. Des tissus reconstitués de la peau humaine en laboratoire plus ( SUITE ) intéressants que les modèles animaux. -  Des dérivés du sang humain ont également pu être synthétisés pour réduire l'utilisation du sang des limules capable de détecter les bactéries. Des tests d'activation des monocytes, du plasma et des cytokines ont été créés afin de remplacer le pouvoir de détection de la protéine LAL des limules. -  Les simulations par ordinateur comme par exemple de la toxicité des biocides sur l'organisme. Mais le programme informatique a besoin d'être nourri avec des données recueillies sur des modèles animaux pour extrapoler les résultats. -  L’utilisation de nouveaux médicaments sous microdosage permet d'éviter tout risque de complication et peuvent donc parfois être administrés directement chez l'homme. Mais l'utilisation des animaux reste nécessaire pour étudier les effets des médicaments à des doses thérapeutiques.  -  ‘Selon cette étude’, Se passer totalement des animaux est impossible pour le moment. « Les techniques alternatives permettent de réduire la dépendance de la recherche pour les animaux, elles ne peuvent pas encore totalement les remplacer » Cf. Antidote Europe

 

VOIR  SOMMAIRE

    ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL  -  Adresses

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

LES  ANIMAUX
Infos Précédentes
 et  Infos
Anciennes

LES  ANIMAUX
Les Infos Récentes  de la page d’Accueil

sont complétées sur cette page ci-dessous

Simples notes

de lecture