L’Anses : Le bien-être d’un animal est  l’état mental et  physique positif  lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que ses attentes »

04/06  -  Observatoire de la Biodiversité : un phénomène d'uniformisation des communautés d'oiseaux est enclenché
Si les espèces d'oiseaux spécialistes d'un habitat régressent continuellement, les espèces généralistes sont en croissance. Les indicateurs en matière de biodiversité restent dans le rouge. "une évolution inquiétante des espèces" et "une destruction des habitats naturels qui se poursuit". Ce bilan fait apparaître entre 1989 et 2015 une régression de 23% des populations d'oiseaux communs les plus sensibles aux dégradations des écosystèmes. Le  rapport de l'ONG BirdLife qui résume l'état de conservation de 541 espèces d'oiseaux dans 50 pays européens va dans le même sens.  -  Pour les espèces spécialistes d'un habitat, la situation est préoccupante. Ainsi, les populations d'Alouette des champs et de Linotte mélodieuse ont  respectivement décliné de 30 et 72% entre 1969 et 2009.
 "
Un constat alarmant" pour la FNE qui demande au nouvel exécutif de multiplier les actions concrètes de protection de la biodiversité et de relancer la dynamique Natura 2000 à l'échelle européenne. Biodiversité  |  24 mai 2017  |  Laurent Radisson
11/06  -  Halte au massacre des blaireaux ! Une nouvelle fois, les destructeurs de la faune sauvage vont pouvoir donner libre cours à leur pulsion de mort. Victime désignée : le blaireau, paisible mustélidé qui va subir la rage des veneurs sous terre . Les mêmes arguments moyenâgeux  CONTESTES PAR LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE sont  invoqués. Pourtant, le blaireau qui se nourrit essentiellement de petits rongeurs est, de fait, l’allié des agriculteurs et, comme tous les prédateurs, un facteur essentiel aux équilibres écologiques  ! Mais il ne faut surtout pas contrarier les veneurs et autres chasseurs obsédés par le plaisir de tuer. La Convention Vie et Nature vous invite à signer cette pétition par laquelle il est demandé à Nicolas Hulot, nouveau ministre de la transition écologique et solidaire, de  (SUITE) classer le blaireau parmi les espèces protégées ! Merci de votre soutien.  .
17/06  -  32 personnalités venues de différents horizons lancent un appel à mettre fin au massacre des loups. Dans les colonnes de "FranceSoir", ils demandent aux pouvoirs publics et aux politiques de ne plus céder aux lobbies de l’agriculture et de la chasse. Source France-Soir. Depuis le début des années 1990, le loup est de retour en France après des décennies d’absence. Ce retour est une véritable chance pour les équilibres naturels de nos régions. Il aurait également dû être une chance pour le développement durable de nos territoires. Ce qui n’a pas été le cas, malgré des sommes colossales dépensées en pures pertes depuis des années. Par son rôle de grand prédateur, le loup permet de conserver une bonne densité d’ongulés sauvages, en limitant l’impact de ces herbivores sur la régénération forestière et en les faisant se déplacer. Lire la suite : Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l'appel de 30 personnalités
24/06 -  Un ver planaire dans l'espace. Quelques millimètres de long, et... deux têtes. Tel est le ver planaire revenu de l'ISS après 5 semaines de séjour dans l'espace. Entretien avec le chercheur Eric Ghigo (directeur de recherche au CNRS), qui cohabite depuis des années avec Dugesia japonica  «  Je n'ai jamais vu un ver planaire évoluer spontanément de la sorte. Il faut rappeler que lorsqu'un ver planaire est amputé, la partie manquante de son corps se reconstitue. Les vers planaires de l'expérience de l'ISS ont été amputés sur Terre, et leur régénérescence s'est déroulée dans l'espace, à l'intérieur de tubes scellés, sans qu'ils fassent l'objet d'aucune manipulation. C'est une fois de retour sur Terre que l'équipe de Boston a constaté que l'un des vers avait deux têtes.
"Les vers planaires nous montrent que, décidément, ce sera compliqué de mener à bien des voyages spatiaux au long cours"
01/07-  Les guêpes, les abeilles, les fourmis et les termites ont réussi la vie en société. On parle même de « succès de l'évolution », car ces "insectes sociaux" ont tout inventé dans l'intérêt général. Voici quelques comportements étonnants:  -  En principe, pour entrer dans une colonie de fourmis, par exemple, il faut montrer « patte blanche ». En clair, avoir la même signature chimique que celle de la colonie, faute de quoi, on est immédiatement rejeté ou même tué. Et bien certains insectes dits « myrmécophiles », c’est à dire qui peuvent s'associer aux fourmis, ont développé des mécanismes d’invisibilité dignes de James Bond. Ils font appel au mimétisme chimique en produisant une signature identique à celle de la colonie(« Insectes sociaux » aux éditions Quae, d’ Eric Darrouzet   -  associations pro animales devant Medrano à Perpignan.
 Doc ;
PeTA ; Fondation 30 Millions d'Amis ; ( SUITE ) Fondation Assistance aux Animaux ; Emilie ; Cirques de France ; Code animal ; One Voice ; ifaw ; 01/09/17  -  REFLECHIR SUR LA CONDITION ANIMALE, CE N’EST PAS FAIRE PREUVE DE SENSIBLERIE IMBECILE, C’EST TOUT SIMPLEMENT FAIRE PREUVE D’HUMANITE.  La règlementation en matière de protection animale évolue peu à peu, mais beaucoup de chemin reste encore à parcourir avant que l’animal soit enfin protégé par un statut juridique à part entière dans notre législation.  En effet, dans le Code civil, l’animal continue de relever du chapitre des biens. Le Code pénal a, lui, évolué différemment et réprime les actes de cruauté commis à l’encontre des animaux, Le Code rural, de son côté, reconnaît depuis 1976 les animaux comme des êtres sensibles à part entière, c’est l’article L 214.  La Convention européenne pour la protection des animaux de ompagnie,  de1987, signée par la France en décembre 1996 et qui est entrée en vigueur en mai 2004, stipule que : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce Nul ne doit causer inutilement des douleurs, des souffrances ou de l'angoisse à un animal de compagnie -  Toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s'en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité (article L. 214-3 du Code rural). (https://www.wwf.fr/sengager-ensemble/relayer-campagnes)
-  01/12  -  L'expérimentation animale : Libération publie la tribune de 400 chercheurs qui dénoncent les caricatures dont fait l'objet la recherche scientifique sur cette question. Les conditions de ces expérimentations sont rigoureusement encadrées. Il est interdit depuis 1986 d'utiliser un modèle animal dans le cas où il existe un modèle alternatif satisfaisant sur le plan scientifique. La recherche de traitements contre Alzheimer, le cancer, le diabète et d'innombrables autres maladies nécessitent ces modèles (animaux). Encourageons la transparence sur les pratiques réelles et non fantasmées et couper court à ces campagnes diffamatoires insultantes envers les acteurs de la recherche et qui désinforment les citoyens", La liste complète des signataires à retrouver i
-  01/10/17  -  Il y a des techniques alternatives à l'expérimentation animale qui permettent de réduire le nombre d'animaux utilisés dans la recherche, selon des chercheurs australiens. Pour être éthiques ces techniques doivent respecter les 3 recommandations, du zoologiste William Russell et du microbiologiste Rex Burch, qui consiste à tenter, dans la mesure du possible, de remplacer ou le cas échéant de réduire le nombre d'animaux utilisés lors des expérimentations. Et d'améliorer leur bien-être. Actuellement, quelques modèles d'expérimentation in vitro ont vu le jour afin de réduire l'utilisation d'animaux. -   L'un des plus prometteurs est l'organe sur puce qui permet de simuler l'activité d'un organe et de tester des médicaments ou encore des toxines. -  Une autre alternative : l’Human Skin Equivalent. Des tissus reconstitués de la peau humaine en laboratoire plus Cf. Antidote Europe (https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/les-techniques-alternatives-a-l-experimentation-animale-les-plus-prometteuses_115446#xtor=EPR-1-[SEAActu17h]-20170810)

01/11/17  -  « L'ouverture de la chasse, guerre sans honneur faite à la nature -  Vidéo.
La CONVENTION VIE ET NATURE constate que neuf cent mille chasseurs reprennent la guerre sans honneur qu'ils mènent à l'encontre de ce qui persiste de faune dans un espace de plus en plus artificialisé. Une presse paresseuse mentionne l'ouverture de la chasse sans le moindre esprit critique, sans l'ombre d'une analyse d'un fait social parfaitement anachronique. Or la chasse est cruelle, nocive pour les équilibres écologiques, corporatiste et contraire à la démocratie. - Cruelle : nul ne conteste plus que l'animal est un être sensible, ce que consacrent les lois d'ici et d'ailleurs. Tuer uniquement pour se distraire des êtres sensibles représente une dérive inadmissible d'un point de vue éthique. …(https://www.ecologie-radicale.org/)
-  01/12/17  -  Disparition des insectes en Europe : "C'est l'ensemble de la biodiversité qui est en déclin". D'autres animaux, comme les oiseaux, sont aussi en danger menacés par les pratiques agricoles intensives. Et la France est largement concernée.  L'étude scientifique publiée mercredi 18 octobre par la revue PLoS One est très inquiétante : en trente ans, les populations d'insectes auraient chuté de 80%. Cette étude internationale, menée en Allemagne depuis 1989, annonce : "Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76% en moyenne et jusqu’à 82% au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement vingt-sept ans". Le facteur principal avancé par les scientifiques : l'intensification des pratiques agricoles avec, en premier lieu, le recours accru aux pesticides. (https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/disparition-des-insectes-en-europe-c-est-l-ensemble-de-la-biodiversite-qui-est-en-declin)
Nouvelles de 2017 : -  « Les abeilles sont de plus en plus menacées et les chiffres sont inquiétants : leur mortalité était de 5% en 1997. Vingt ans plus tard, en 2017, elle grimpe à 30%. En cause : l'utilisation de pesticides tels que les néonicotinoïdes, la canicule et l'introduction du frelon asiatique.
La réelle ampleur de l’extinction de masse qui touche la faune a été sous-estimée : elle est catastrophique." C'est le constat alarmant dressé par trois biologistes dans une étude parue dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences  (PNAS). Ces chercheurs américains et mexicains affirment que les vertébrés reculent massivement sur Terre. Au total, 32% des espèces étudiées ont baissé en termes de population et d'étendue. A titre d'exemple, en 2016, il n'y avait plus que 7 000 guépards sur la planète. 
-  2017 a été une année dramatique pour les
défenseurs de l'environnement. : 185 personnes ont été assassinées cette année parce qu'elles défendaient des terres, des animaux, des forêts, . (https://www.globalwitness.org/fr/press-releases/2015-sees-unprecedented-killings-environmental-activists/)

 

-  23/10/2018  -  « NOUVELLE ÉTUDE : UNE INITIATIVE MONDIALE DESTINÉE À REMPLACER L’UTILISATION D’ANIMAUX DANS LA FORMATION DES CHIRURGIENS : Les 119 simulateurs dont PETA a fait don en faveur de 22 programmes chirurgicaux partout dans le monde permettent d’épargner de terribles mutilations à des milliers d’animaux et de former les praticiens de manière plus efficace.

Paris — Le Journal of Surgical Education vient de publier la toute première étude consacrée à la modernisation mondiale du programme de formation Advanced Trauma Life Support (ATLS), qui a permis d’éviter de mutiler et de tuer des milliers d’animaux tout en améliorant les compétences essentielles des chirurgiens et en réduisant les coûts associés aux laboratoires de formation.

Publiée par le Dr. Marie Crandall, professeur de chirurgie à la Faculté de médecine de l’Université de Floride de Jacksonville, et Shalin Gala, vice-président des méthodes laborantines internationales de PETA, l’étude décrit la collaboration inédite établie entre PETA et Simulab Corporation, le fabricant du simulateur médical TraumaMan, qui a révolutionné la manière dont les chirurgiens de 22 pays apprennent à soigner les blessures traumatiques humaines lors des formations ATLS à l’aide d’une technologie de simulation avancée. Contrairement aux animaux, les simulateurs sont à la fois rentables et réalistes d’un point de vue anatomique, et permettent aux chirurgiens en formation de s’exercer aux gestes chirurgicaux jusqu’à les maîtriser parfaitement.

Pratiquement tous les cours d’enseignement du célèbre programme ATLS – parrainé par l’American College of Surgeons – aux États-Unis, au Canada et dans d’autres pays occidentaux sont désormais prodigués à l’aide du simulateur TraumaMan de Simulab ou d’autres méthodes non animales. Jusqu’à présent, dans le cadre des programmes ATLS disposant d’un budget limité dans d’autres pays, les médecins en formation devaient ouvrir à vif l’abdomen, la gorge, la poitrine ou encore les pattes de milliers de chiens, de chèvres, de cochons et de moutons vivants chaque année.

« Les chirurgiens du monde entier méritent de bénéficier des formations médicales les plus éthiques et efficaces qui soient, et cela passe par l’utilisation de simulateurs réalistes capables de saigner, de respirer et de simuler l’anatomie humaine, explique Shalin Gala. La collaboration nouée entre PETA et Simulab Corporation offre aux médecins les outils dont ils ont besoin pour apprendre à soigner les humains tout en épargnant la vie de milliers d’animaux. »

PETA a mené une étude auprès des programmes ATLS de 64 pays entre 2012 et 2017. Sur les 56 programmes ayant répondu à l’étude, 18 (32,1 %) ont affirmé avoir recours à des méthodes de formation non animales tandis que 38 (67,8 %) ont expliqué utiliser des animaux pour les formations chirurgicales et ont cité les contraintes financières comme le principal obstacle à l’adoption de méthodes de simulation humaine. Dans le cadre de sa collaboration avec Simulab, PETA a fait don de 119 simulateurs TraumaMan – pour une valeur avoisinant les 3 millions de dollars – à des programmes ATLS de 22 pays. Ainsi, 75 % des programmes ayant répondu à l’enquête ont affirmé avoir désormais recours exclusivement à des méthodes de simulation non animales, épargnant chaque année à plus de 2 000 animaux de terribles mutilations et une mort atroce.

PETA, dont la devise proclame notamment que « les animaux ne nous appartiennent pas et nous n’avons à les utiliser pour nos expérimentations ni à leur faire subir la moindre forme de maltraitance », explique que contrairement aux animaux, les systèmes TraumaMan sont facilement transportables, peu coûteux, et réutilisables. Des études ont démontré que les médecins se formant aux gestes chirurgicaux essentiels sur les modèles TraumaMan sont plus efficaces que ceux s’exerçant sur des animaux. Pour en savoir plus, cliquez ici. » (https://www.petafrance.com/espace-media/nouvelle-etude-une-initiative-mondiale-destinee-a-remplacer-lutilisation-danimaux-dans-la-formation-des-chirurgiens/)


 

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

« Ouvrez ouvrez
la cage aux oiseaux
Regardez-les s'envoler c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des p'tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte
vers la liberté »
Pierre Perret

VIE   des   ANIMAUX  
Commentaires

Infos récentes  -  Références

Un joli Blaireau

Ci-dessus,   LES ANIMAUX /  Commentaires

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info