Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

-  01/09/17  -  REFLECHIR SUR LA CONDITION ANIMALE, CE N’EST PAS FAIRE PREUVE DE SENSIBLERIE IMBECILE, C’EST TOUT SIMPLEMENT FAIRE PREUVE D’HUMANITE.  La règlementation en matière de protection animale évolue peu à peu, mais beaucoup de chemin reste encore à parcourir avant que l’animal soit enfin protégé par un statut juridique à part entière dans notre législation.  En effet, dans le Code civil, l’animal continue de relever du chapitre des biens. Le Code pénal a, lui, évolué différemment et réprime les actes de cruauté commis à l’encontre des animaux, Le Code rural, de son côté, reconnaît depuis 1976 les animaux comme des êtres sensibles à part entière, c’est l’article L 214.  La Convention européenne pour la protection des animaux de ompagnie,  de1987, signée par la France en décembre 1996 et qui est entrée en vigueur en mai 2004, stipule que : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce Nul ne doit causer inutilement des douleurs, des souffrances ou de l'angoisse à un animal de compagnie -  Toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s'en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité (article L. 214-3 du Code rural). (https://www.wwf.fr/sengager-ensemble/relayer-campagnes)
05/09/17 -  « Monsieur le Président de la République, Le peuple Français vous a donné  sa confiance en vous élisant. Aussi, par cette pétition, et avec tout notre cœur, nous vous demandons avec bienveillance de nommer un Ministre du Droit des Animaux et de la protection Animale afin que les lignes bougent véritablement pour cette cause. Depuis toujours, trop d'injustices et de cruautés voient encore le jour contre les animaux sans qu'il y est de vraies sanctions dignes de ce nom appliquées.
Nous espérons sincèrement que vous entendrez nos voix. Très respectueusement. »

-  01/10/17  -  Il y a des techniques alternatives à l'expérimentation animale qui permettent de réduire le nombre d'animaux utilisés dans la recherche, selon des chercheurs australiens. Pour être éthiques ces techniques doivent respecter les 3 recommandations, du zoologiste William Russell et du microbiologiste Rex Burch, qui consiste à tenter, dans la mesure du possible, de remplacer ou le cas échéant de réduire le nombre d'animaux utilisés lors des expérimentations. Et d'améliorer leur bien-être. Actuellement, quelques modèles d'expérimentation in vitro ont vu le jour afin de réduire l'utilisation d'animaux. -   L'un des plus prometteurs est l'organe sur puce qui permet de simuler l'activité d'un organe et de tester des médicaments ou encore des toxines. -  Une autre alternative : l’Human Skin Equivalent. Des tissus reconstitués de la peau humaine en laboratoire plus ( SUITE ) intéressants que les modèles animaux. -  Des dérivés du sang humain ont également pu être synthétisés pour réduire l'utilisation… Cf. Antidote Europe (https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/les-techniques-alternatives-a-l-experimentation-animale-les-plus-prometteuses_115446#xtor=EPR-1-[SEAActu17h]-20170810)
01/11/17  -  « L'ouverture de la chasse, guerre sans honneur faite à la nature -  Vidéo.
La CONVENTION VIE ET NATURE constate que neuf cent mille chasseurs reprennent la guerre sans honneur qu'ils mènent à l'encontre de ce qui persiste de faune dans un espace de plus en plus artificialisé. Une presse paresseuse mentionne l'ouverture de la chasse sans le moindre esprit critique, sans l'ombre d'une analyse d'un fait social parfaitement anachronique. Or la chasse est cruelle, nocive pour les équilibres écologiques, corporatiste et contraire à la démocratie. - Cruelle : nul ne conteste plus que l'animal est un être sensible, ce que consacrent les lois d'ici et d'ailleurs. Tuer uniquement pour se distraire des êtres sensibles représente une dérive inadmissible d'un point de vue éthique. ( SUITE ) La chasse, mort loisir, est condamnable en son principe de ce seul fait.  - Antiécologique : la chasse a anéanti les espèces sauvages, persécute les prédateurs, artificialise la faune par des lâchers massifs d'animaux d'élevage pour alimenter le stand de tirs des chasseurs : millions de faisans, de perdrix, de colverts et élevage en milieu ouvert de sangliers bien souvent croisés avec des porcs domestiques …(https://www.ecologie-radicale.org/)
-  01/12/17  -  Disparition des insectes en Europe : "C'est l'ensemble de la biodiversité qui est en déclin". D'autres animaux, comme les oiseaux, sont aussi en danger menacés par les pratiques agricoles intensives. Et la France est largement concernée.  L'étude scientifique publiée mercredi 18 octobre par la revue PLoS One est très inquiétante : en trente ans, les populations d'insectes auraient chuté de 80%. Cette étude internationale, menée en Allemagne depuis 1989, annonce : "Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76% en moyenne et jusqu’à 82% au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement vingt-sept ans". Le facteur principal avancé par les scientifiques : l'intensification des pratiques agricoles avec, en premier lieu, le recours accru aux pesticides. Ce constat est largement partagé par Vincent Bretagnolle, (CNRS) et responsable de la Zone Atelier "Plaine & Val de Sèvre". Sur ce vaste territoire agricole, il constate lui aussi, depuis vingt-cinq ans, le déclin très fort de nombreux insectes mais aussi de mammifères et de certains oiseaux. (https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/disparition-des-insectes-en-europe-c-est-l-ensemble-de-la-biodiversite-qui-est-en-declin)
Nouvelles de 2017 : -  « Les abeilles sont de plus en plus menacées et les chiffres sont inquiétants : leur mortalité était de 5% en 1997. Vingt ans plus tard, en 2017, elle grimpe à 30%. En cause : l'utilisation de pesticides tels que les néonicotinoïdes, la canicule et l'introduction du frelon asiatique.
La réelle ampleur de l’extinction de masse qui touche la faune a été sous-estimée : elle est catastrophique." C'est le constat alarmant dressé par trois biologistes dans une étude parue dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences  (PNAS). Ces chercheurs américains et mexicains affirment que les vertébrés reculent massivement sur Terre. Au total, 32% des espèces étudiées ont baissé en termes de population et d'étendue. A titre d'exemple, en 2016, il n'y avait plus que 7 000 guépards sur la planète. 
-  2017 a été une année dramatique pour les
défenseurs de l'environnement. : 185 personnes ont été assassinées cette année parce qu'elles défendaient des terres, des animaux, des forêts, . (https://www.globalwitness.org/fr/press-releases/2015-sees-unprecedented-killings-environmental-activists/)
-  01/01/18  -  « Le bonheur de quelques citoyens vaut bien quelques pinsons »
 
Cette phrase édifiante émane du président de la fédération nationale des chasseurs français qui revendique le droit de tuer des pinsons.
Elle mérite une analyse en ce qu’elle instruit sur la nocivité de la chasse française. « Le bonheur » : Ainsi, ce président des chasseurs reconnaît que tuer leur procure du bonheur. Plus question de gestion, de régulation, de devoir quasi-civique de sacrifier son dimanche à traquer la faune ennemie. Il s’agit de bonheur et du bonheur d’ôter la vie. « Quelques citoyens » : Il avoue que cette jouissance de provoquer la mort de petits oiseaux n’affecte que peu de contemporains, aveu qui nous soulage sur la santé mentale et éthique de la population.
Gérard CHAROLLOIS  -  Communiqué de La Convention Vie et Nature du 26/11/ 2017 (https://www.ecologie-radicale.org/)
-  01/02/18  -  L'animal est-il le prolétaire du XXIe siècle ?
"Le capitalisme industriel a mis la main sur les animaux au XIXe siècle, [et] a vraiment construit un rapport d’exploitation aux animaux en disant que ce qui comptait pour nous du point de vue de notre relations à eux, c’était le profit qu’ils pouvaient dégager." En effet, les animaux d’élevage, qui ont toujours travaillé, ont été - au même titre que les individus - peu à peu pris dans un système économique de production qui a modifié à la fois leur statut et notre rapport à la nature et au vivant.
Jocelyne Porcher, éleveuse devenue sociologue, se posait déjà des questions sur le thème de la bonne volonté des animaux. L’intelligence des animaux au travail l’interrogeait. « Je n’ai rien trouvé dans la bibliographie internationale sur ce que veut dire travailler pour un animal ». (cf. Texte) (https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-vendredi-19-janvier-2018)
(
A noter aussi : 15/01: Loup : une autre gestion est possible !   -  16/01: La pêche électrique interdite par le parlement européen)
-  01/03/18  -  "La maltraitance d'espèce protégée ou domestique doit être punie pour éviter la récidive.
"Dans la région de TARBES, trois individus inqualifiables ont capturé un jeune hérisson et lui ont brûlé le dos. Après qu'il ait tenté de fuir l'animal a été rattrapé par ses bourreaux qui se sont amusés à lui asséner des coups de pieds, à le lancer contre un mur,  l'arroser d'essence et le brûler vif, tout cela suscitant leur hilarité. Dangereux pour tout animal et pour tout humain, ces pervers n'ont pas même été déférés par le parquet de TARBES devant un tribunal. La cruauté dont le petit hérisson a été victime à Vic en Bigorre n'a donc pas sensibilisé la justice, un simple rappel à la loi ayant été appliqué. Malgré son statut d'espèce protégée, aucune sanction n'a été imputée ! https://www.ecologie-radicale.org/
(A noter aussi : 01/02: Le loup : un ennemi pour la vie ? 06/02: Des milliards d'abeilles s'éteignent ?  07/02: Des députés jugent la chasse à courre  "barbare" ; 19/02: Le bien-être animal est un sujet crucial qui préoccupe les éleveurs;  25/02 : Torreilles 66 «Ânes et compagnie »vient en aide aux animaux laissés à l’abandon. Tel : 06 60 23 59 63). 09/03  -  Animaux de la ferme  : quelque 619 vétérinaires en Afrique de l’Ouest ont été formés sur une année. Les formations techniques portent sur les prévisions et la surveillance des maladies, les travaux de laboratoire, la biosécurité, (http://www.commodafrica.com/09-03-2018-sante-animale-639-veterinaires-dafrique-de-louest-formes-par-la-fao-et-lusaid)

01/04/18  -  Deux nouvelles études scientifiques du CNRS et du Muséum d'histoire naturelle révèlent une diminution d'un tiers des populations d'oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990. Cette diminution apparaît directement corrélée aux pratiques agricoles intensives. En moyenne, les populations d’oiseaux se sont réduites d'un tiers en quinze ans", A une vitesse vertigineuse, les espèces spécialistes des milieux agricoles comme l'alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan disparaissent. Loin d'être enrayé, le déclin s'est même accéléré ces deux dernières années. "En 23 ans, toutes les espèces d'oiseaux de plaine ont vu leurs populations fondre : l'alouette perd plus d'un individu sur trois (-35%) ; avec huit individus disparus sur dix, les perdrix sont presque décimées", révèle le CNRS. Ces deux études mettent clairement en évidence la corrélation ( SUITE ) entre ces baisses de population d'oiseaux et les pratiques agricoles intensives, même si elles ne démontrent pas scientifiquement le lien de causalité. En effet, alors que des espèces généralistes adaptables comme le pigeon ramier, le merle noir, la mésange charbonnière ou le pinson des arbres ne déclinent pas à l'échelle nationale, leur population diminue aussi lorsqu'elles fréquentent les milieux agricoles, explique Benoît Fontaine, co-responsable du programme de sciences participatives au Muséum. Les deux organismes de recherche mettent en avant plusieurs facteurs liés à l'intensification des pratiques agricoles, plus particulièrement depuis 2008 : fin des jachères imposées par la politique agricole commune, flambée des cours du blé, sur-amendement au nitrate, généralisation des insecticides néonicotinoïdes.
  Si les causes semblent multifactorielles, le rôle des pesticides semble prépondérant : Par ex.
l'intoxication directe des oiseaux via la consommation de graines traitées par les néonicotinoïdes. Mais la menace est aussi indirecte avec l'effondrement des populations d'insectes comme l'a montré en octobre dernier l'étude allemande révélant que plus de 75% des insectes avaient disparu outre-Rhin depuis 1989. "On atteint un niveau proche de la catastrophe écologique", alertent les deux organismes de recherche qui annoncent dès cette année un "printemps silencieux" dans de nombreuses régions de plaines céréalières, en référence à l'ouvrage de la biologiste américaine Rachel Carson paru en 1962.   "Si cette situation n'est pas encore irréversible, il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques ; et d'abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd'hui les clés pour infléchir la tendance", alertent les organismes de recherche à l'attention des politiques. Et ce, d'autant plus, que les agriculteurs seront les premières victimes de la disparition des pollinisateurs et de la microfaune présente dans les sols. Or, pour l'instant, les changements de pratiques agricoles restent anecdotiques, estime M. Fontaine. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/disparition-oiseaux-etudes-CNRS-Museum-catastrope-ecologique-30881.php4)

[A noter aussi : -  01/03 : Les chiens comme objet d’étude ; 25/03 : Une loi pour interdire la corrida aux moins de 14 ans ; -  28/03 : Nicolas Hulot relance le chantier ours]

VOIR  SOMMAIRE

    ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL  -  Adresses

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

LES  ANIMAUX
Infos Précédentes
 et  Infos
Anciennes

LES  ANIMAUX
Les Infos Récentes  de la page d’Accueil

sont complétées sur cette page ci-dessous

Simples notes

de lecture