Haut de Page       Accueil

ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

La Valentine

le plus grand des bateaux restaurés

par l’équipe de Claude Le Garrec

2  -  ESCAPADE ÀU  GRAU-DU-ROI     -     Le tablier de grand-mère        - 1 -

« Te souviens- tu du tablier de ta Grand' Mère ? 

Le principal usage du tablier de Grand'Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau ; il était  merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions,  pour nettoyer les frimousses salies. 

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, les poussins à réanimer, et parfois les œufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides ; et quand le temps était frais, Grand'Mère s'en emmitouflait les bras. 

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine. 

Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes.  Après que les petits pois aient été récoltés venait le tour des choux.  En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière. 

A l'heure de servir le repas, Grand'Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes au champ savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.
Grand'Mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite fille la pose là pour décongeler.

Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses. »

 

Un commentaire d’ Inès

« Oh oui je m'en souviens, mais c'était mon arrière-grand-mère. Une solide Française des Ardennes.
On allait cueillir des mûres sur la colline en été et on faisait des confitures.
En automne on cueillait les pommes et on les déposait côte à côte dans le grenier. Elles devenaient toutes fripées avec le temps et dégageaient un parfum inoubliable.
Il n'y avait pas l'eau courante à la maison, elle faisait ses lessives à la fontaine d'en face avec un savon de Marseille et une batte en bois.

Le linge était étendu dans le pré pour sécher.
Elle tuait elle-même ses poulets et ses lapins, et moi je prenais la fuite.

Le WC était au fond du jardin, une cabane en bois, une large planche en bois trouée au-dessus d'un grand seau qu'on vidait sur le compost pour faire du fumier pour le potager.
Oh oui, je me souviens bien de la grand-mère Octavie. »

Sur la mer Mé, Mé,Mé… 

Ohé ohé !

Inès et quelques amis de l’Association de Claude

Le Garrec

2  -  ESCAPADE ÀU  GRAU-DU-ROI     -     Le tablier de grand-mère        - 1 -

« Te souviens- tu du tablier de ta Grand' Mère ? 

Le principal usage du tablier de Grand'Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau ; il était  merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions,  pour nettoyer les frimousses salies. 

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, les poussins à réanimer, et parfois les œufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides ; et quand le temps était frais, Grand'Mère s'en emmitouflait les bras. 

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine. 

Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes.  Après que les petits pois aient été récoltés venait le tour des choux.  En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière. 

A l'heure de servir le repas, Grand'Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes au champ savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.
Grand'Mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite fille la pose là pour décongeler.

Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses. »

 

Un commentaire d’ Inès

« Oh oui je m'en souviens, mais c'était mon arrière-grand-mère. Une solide Française des Ardennes.
On allait cueillir des mûres sur la colline en été et on faisait des confitures.
En automne on cueillait les pommes et on les déposait côte à côte dans le grenier. Elles devenaient toutes fripées avec le temps et dégageaient un parfum inoubliable.
Il n'y avait pas l'eau courante à la maison, elle faisait ses lessives à la fontaine d'en face avec un savon de Marseille et une batte en bois.

Le linge était étendu dans le pré pour sécher.
Elle tuait elle-même ses poulets et ses lapins, et moi je prenais la fuite.

Le WC était au fond du jardin, une cabane en bois, une large planche en bois trouée au-dessus d'un grand seau qu'on vidait sur le compost pour faire du fumier pour le potager.
Oh oui, je me souviens bien de la grand-mère Octavie. »

Sur la mer Mé, Mé,Mé… 

Ohé ohé !

Inès et quelques amis de l’Association de Claude

Le Garrec