DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

-  1  -         Le Burkina Faso          (-  2 -)
Le « Pays des hommes intègres »

-  13/07  -  Plan International. Monsieur Yaouba KAIGAMA nouveau Représentant Résident de Plan International au Burkina Faso. Mr. KAIGAMA a rejoint Plan International au Burkina Faso au moment où l’organisation vient de fusionner avec l’ONG de développement BØRNEfonden. Mr. KAIGAMA remplace ainsi Dr. Fatoumata HAIDARA, une année après son départ pour le poste de Directrice du Sahel, responsable du management de P.I. au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Sénégal et en Guinée Bissau. Elle a aussi confié que la Directrice Exécutive de l’organisation basée à Londres appréciait beaucoup le programme du Burkina Faso qu’elle cite comme modèle de transformation organisationnelle, et qui avait tout son appui. (http://lesechosdufaso.net/monsieur-yaouba-kaigama-nouveau-representant-resident-de-plan-international-burkina-faso/)
-  17/07  -  Le Réseau national de Lutte anti-corruption  (REN-LAC) faisant l’état de la corruption au Burkina Faso durant l’année 2017, ce 17 juillet à Ouagadougou, a déclaré la Police municipale, la Douane et la direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM) comme les services les plus corrompus. (https://www.wakatsera.com/corruption-au-burkina-la-police-municipale-la-douane-et-la-direction-des-transports-epinglees/)
-  18/07  -  Aujourd’hui, Nelson Rolihlahla Mandela dit « Madiba » aurait eu 100 ans. Cinq ans après sa mort, le monde entier célèbre, ce jour 18 juillet 2018, le centenaire de Nelson Mandela. (http://lefaso.net/spip.php?article84577)
-  19/07  -  La traite des personnes est une problématique grandissante en Afrique de l’Ouest qui menace la sécurité humaine. Le Burkina Faso, de par son positionnement géographique, est à la fois un pays de recrutement, de transit et de destination des victimes. Entre 2016 et 2017, la région des Cascades enregistrait 115 cas de traite avec 84 hommes et 31 femmes dont l’âge est compris entre 8 et 40 ans. (http://lefaso.net/spip.php?article84596)
-  24/07  -  Pourquoi les jeunes partent. 42 % des Africains de 15 à 24 ans et 32 % des diplômés du supérieur sur le continent déclarent vouloir émigrer. Attirés par le niveau de vie élevé des pays d’accueil, ils fuient le manque de perspectives, et partent aussi, souvent, sous la forte pression de leurs proches. Au Burkina Faso, « Il y a eu un boom de l’école depuis les années 1980. De sorte qu’il ne reste quasiment aucun village sans école au Burkina Faso. Le problème, c’est que le supérieur est un goulot d’étranglement. Le chômage augmente, la fonction publique ne peut plus absorber tout le monde. Structurellement, je suis au regret de constater que tous ces jeunes n’auront pas d’emploi. Le profil des aventuriers est de plus en plus celui de jeunes diplômés ou pouvant l’être à l’université. » (https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Afrique-pourquoi-jeunes-partent-2018-07-24-1200957208#)
 08/08  -  Un statut valorisant pour le corps enseignant. • La mise en œuvre du protocole d’accord en bonne voie • 515 milliards de FCFA pour la clôture des écoles • Un examen spécial pour plus de 4.000 élèves dans le Soum (https://www.leconomistedufaso.bf/2018/08/08/qualite-de-lenseignement-bientot-un-statut-valorisant-pour-le-corps/)
 
09/08  -  La conférence annuelle sur les mines :  les actions, les opportunités et les contraintes que rencontrent les acteurs du secteur minier.  Le département des mines a engagé des réformes au nombre desquelles la création de l’inspection des mines afin de permettre à l’Etat d’assurer le contrôle des activités sur toute la chaine de valeur en matière de mines et de carrières.
Revenant aux résultats atteints par le secteur, Oumarou Idani a informé qu’en 2017 la stabilité du cours de l’or et l’entrée en production des mines de Houndé et de Nétiana ont contribué à accroitre la production d’or qui est passée de 38,5 tonnes en 2016 à 46 tonnes en 2017. Ainsi, la part du secteur dans le PIB est passée de 9,1% en 2016 à 11,4% en 2017. Les recettes d’exportation du secteur ont atteint 1.308 milliards de FCFA en 2017, contre 1.023 milliards de F CFA en 2016. Enfin, le nombre d’emplois créés est passé de 6.696 en 2016 à 9.189 en 2017. (
https://www.leconomistedufaso.bf/2018/08/09/conference-sur-les-mines-un-cadre-de-dialogue-entre-acteurs/)
 
10/08  -  Adama Sawadogo  Né au Burkina Faso, confronté au problème des enfants nés sans identité, Adama a eu une idée de génie (https://www.telestar.fr/societe/temoignages/adama-sawadogo-mon-invention-permettra-a-des-millions-d-enfants-d-avoir-enfin-une-identite-367788)
 11/08  -  Le Programme alimentaire mondial (PAM) assiste près de 600.000 personnes en situation d'insécurité alimentaire au Burkina Faso. Une partie de ces personnes reçoit de la nourriture et l'autre partie de l'argent. Vendredi, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a prêté au Burkina Faso 4.303 tonnes de produits vivriers dont 2.053 tonnes de maïs, 1.000 tonnes de sorgho, 1.000 tonnes de mil et 250 tonnes de riz local remboursables, grain pour grain, à compter de janvier 2019, et destinées aux populations en difficulté alimentaire. (http://french.china.org.cn/foreign/txt/2018-08/11/content_58476830.htm)

 05/09  -  La situation sécuritaire au Burkina Faso s’est détériorée ces derniers mois. Après le nord du pays, la région de l’Est est désormais la cible d’attaques régulières.
-  Mahamoudou Savadogo : La situation sécuritaire se dégrade de jour en jour et devient inquiétante. Il n’y a pas encore de revendication terroriste, mais quand on analyse les incidents, il s’agirait d’un seul et même groupe. On voit que la cellule utilise la même stratégie que les djihadistes des pays voisins : elle s’est formée en s’appuyant sur des chefs influents des communautés locales. Ses leaders seraient des fils de dignitaires de la région, radicalisés après un séjour au Mali pour étudier le Coran. Le mode opératoire prouve qu’il s’agit d’individus maîtrisant parfaitement le terrain et la forêt, donc natifs de la région et expérimentés dans l’art de la guerre...
(https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/05/nous-assistons-a-la-naissance-d-une-nouvelle-cellule-terroriste-au-burkina-faso_5350644_3212.html
 10/09  -  Moustiques génétiquement modifiés contre le paludisme : Une équipe de chercheurs africains a annoncé qu’elle avait obtenu le feu vert du gouvernement du Burkina Faso afin de relâcher des moustiques génétiquement modifiés dans la nature. Cela devrait notamment permettre de limiter la propagation du paludisme à moyen terme. (https://dailygeekshow.com/paludisme-moustique-genetiquement-modifie-afrique-mutation-genetique/) -  11/09  -  Droits des enfants : il existe des acquis importants notamment dans le domaine de l’éducation et de la santé mais force est de constater qu’il y’a encore des insuffisances. Il s’agit de la traite des enfants dans les sites d’orpaillages ainsi que le phénomène des enfants en situation de rue qui constituent une violation des droits de l’enfant. Beaucoup d’effort reste à mener afin de changer positivement cette tendance au Burkina Faso. (http://www.rtb.bf/2018/09/des-osc-renforcent-leurs-capacites-en-matiere-de-protection-de-lenfant/)

 -  17/09  -  Une double attaque terroriste a tué 8 personnes samedi à l’Est du pays entraînant en représailles des frappes aériennes de l’armée burkinabé dans la région de Pama. (https://www.lopinion.fr/edition/international/apres-mali-deterioration-securite-burkina-faso-inquiete-france-162293)
20/09  -  Le CDP : «tous les indicateurs sont au rouge au Burkina Faso, les terroristes continuent de terroriser les populations et s’en prennent de manière barbare aux forces de défense et de sécurité, la misère se lit sur tous les visages, la crise du logement s’est installée, la corruption, le népotisme, l’incivisme fiscal, les libertés fondamentales plus que jamais en danger, une technique d’interpellation et d’emprisonnement pour tentative de déstabilisation du pays actuellement en vogue et, pour couronner le tout, la politisation de l’administration car la carte du parti au pouvoir est devenue parfois une contrepartie pour avoir une promotion». (CDP : Congrès pour la démocratie et le progrès) (http://lesechosdufaso.net/situation-nationale-le-cdp-se-defend-et-tire-a-boulets-rouges-sur-le-pouvoir-2/)

-  Le Burkina Faso est devenu une zone de repli des terroristes. (La diplomatie française s’inquiète de la faiblesse de la réponse des autorités, et ce n’est certes pas l’interdiction de la circulation nocturne des motos dans l’est du pays qui changera grand-chose.)
(
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-avance/le-burkina-faso-contamine-par-le-terrorisme_2925521.html)
-  Opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue : (Au total, 1379 femmes et enfants ont été retirés de la rue, Selon la ministre Ilboudo entre le 9 et le 22 août 2018,  ce sont 653 enfants et 308 femmes et jeunes filles qui ont été retirés de la rue et placés dans des centres d’accueil. Elle a ajouté que 418 enfants et mineures travailleuses de sexe recueillis dans un premier temps, ont opté par la suite, de quitter les centres d’accueil de leur propre initiative.) (http://www.fasozine.com/tribune/5067-operation-de-retrait-des-enfants-et-des-femmes-en-situation-de-rue-le-regard-critique-de-l-upc.html)
 -  29/09  -  Plusieurs milliers de personnes pour la première grande marche de l'opposition ont marché dans les rues de Ouagadougou samedi contre le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, demandant notamment une réponse aux attaques djihadistes qui ont fait près de 120 morts en trois ans. "Non à l'insécurité, au terrorisme, à la corruption, au chômage, à la vie chère et à la précarité", ont scandé les manifestants, qui ont arpenté les artères de la capitale burkinabè après s'être rassemblés place de la Nation pour cette première marche organisée par l'opposition depuis l'élection du président Kaboré, en novembre 2015. (https://fr.euronews.com/2018/09/29/burkina-plusieurs-milliers-de-personnes-pour-la-premiere-grande-marche-de-lopposition)

-  05/10  -  Au moins 6 soldats ont été tués jeudi 4 octobre dans une nouvelle attaque terroriste dans l’est du pays. Si cet éditorialiste burkinabé salue l’intervention de la force française Barkhane qui a mené une frappe aérienne, il s’inquiète de la dégradation de la situation. (https://www.courrierinternational.com/article/le-burkina-faso-dans-loeil-du-cyclone-terroriste)
07/10  -   Colloque de sémiotique. Koudougou ; 20 et 21 mai 2019 : « Construire le sens, bâtir les sociétés » ...Comment le sens oriente-t-il les sociétés ? Comment les sociétés font-elles sens ? Le présent colloque international veut examiner les modes sous lesquels le sens et les sociétés entretiennent des rapports transformationnels ou tensifs. Il interroge, dans un regard croisé et réfléchi, la contribution des sciences du sens et du langage à la construction des sociétés, d’une part et l’impact des dynamiques des sociétés sur le sens en circulation, d’autre part. (https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-de-semiotique-construire-le-sens-b-tir-les-societes_87207.php)
-
11/10  -  Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira (promouvoir la conscience et l’engagement citoyens et la culture démocratique au Burkina.) 3 facteurs peuvent expliquer pourquoi sous l’ancien régime, il n’y avait pas d’attaques et maintenant, il y a des attaques 1/. Parce que notre ancien président était le facilitateur dans la sous-région. Lorsque ces groupes terroristes prenaient donc des otages, c’est lui qui faisait le facilitateur pour libérer ces otages, par exemple par des rançons. 2/.  Notre Armée s’est divisée depuis que le président (Blaise Compaoré, ndlr) est parti. Vous savez très bien que le RSP (régiment de sécurité présidentielle, ndlr) était considéré comme l’unité la plus solide de notre Armée. Mais en même temps, c’était l’unité qui commettait des exactions vis-à-vis du peuple et c’est pour cela que le peuple a exigé et obtenu sa dissolution. Quoi qu’on dise, cela a affaiblit la capacité de notre Armée. 3/ c’est la gouvernance actuelle. Si les Burkinabè ne sont pas unis, nous ne pouvons pas vaincre les terroristes. (http://lefaso.net/spip.php?article85852)
11/10  -  Des élèves appelant leurs camarades à déserter les cours sont souvent aperçus dans les rues d’Ouagadougou, jonchés sur des motos, les visages masqués à l'aide de tissus ou de casques. ! Le conseil des ministres a demandé aux ministres de la Sécurité et de l'Éducation de prendre toutes les dispositions pour que cela cesse ! (http://french.china.org.cn/foreign/txt/2018-10/11/content_65682606.htm)
12/10  -  Au Burkina Faso, les femmes ont marché ce jeudi à Ouagadougou pour soutenir les forces de défense et sécurité en lutte contre le terrorisme. Selon la porte-parole des associations qui ont participé à la marche, ces attaques ont pour un seul objectif : déstabiliser le pays et toute la sous-région, d'où l'appel lancé en direction de la communauté internationale afin qu'elle intervienne vite pour freiner l'avancée des terroristes. (http://www.rfi.fr/afrique/20181012-burkina-faso-marche-femmes-contre-le-terrorisme)
-  14/10  -  Journée internationale de la jeune fille au Burkina, à travers une exposition de photographies en lien avec les grossesses précoces en milieu scolaire. Centre-Nord au cours de l’année scolaire 2017-2018, parmi les filles âgées de 10 à 16 ans, 176 sont tombées enceintes. Au Centre-Sud, ce sont 116 cas. Centre–Est s’est retrouvée avec 200 cas pendant l’année scolaire 2016-2017. Les jeunes filles, à l’âge soit de 13 ou 14-15 ans, ont été mariées soit de force ou de façon volontaire. «Nous voulons l’égalité entre les filles et les garçons, partout dans le monde et spécialement en Afrique de l’Ouest. Nous voulons le leadership de ces jeunes filles», a souhaité la Directrice régionale du Sahel, Dr Fatoumata Haidara, soulignant au passage: «Si on investit dans l’éducation de la jeune fille, nous pouvons avancer dans le développement à travers le monde et nous pensons qu’en supportant ces jeunes filles dans nos familles et communautés, nous pouvons avancer dans notre  développement». (http://lesechosdufaso.net/grossesses-precoces-en-milieu-scolaire-lheure-et-grave/)
15/10  -  Orpaillage : l'autre mal de l'éducation au Burkina : ruée des scolaires vers les sites d’orpaillage, d’où déscolarisation, mauvaise fréquentation de l’école, aggravation des échecs scolaires. Sur les sites d’orpaillage, vous pouvez trouver plusieurs centaines de nos jeunes qui travaillent là-bas. Impressionnant et émouvant : tout autour de la colline, nous voyons des élèves tirant à l’aide d’une corde sur une manivelle entre deux poteaux en fer bien fixés, des sacs pleins d’agrégats. D’autres enfants nous accueillent, cigarette en main. Lors de notre passage, il y avait un « tout-petit » âgé de 12 ou 13 ans qui ressortait d’un trou, le corps tout blanc de poussière. (https://www.mediaterre.org/education/actu,20181015175703,5.html)
-  16/10  -  Droits humains : Le Burkina félicité à l’ONU pour les efforts accomplis. Dans le cadre de l’Examen périodique universel (EPU), le ministère en charge des Droits humains a organisé une session de restitution des résultats du passage du Burkina Faso au 3e cycle, au profit des acteurs nationaux : Plus de 80 Etats, institutions et OSC ont pris la parole pour féliciter le Burkina Faso. 204 recommandations lui ont été adressées afin de poursuivre les efforts entrepris (184 ont été acceptées et 20 ont été rejetées). (http://lefaso.net/spip.php?article85933)
-  17/10  -  Le gouvernement burkinabé compte éradiquer la faim d’ici à 2030 (https://www.vivafrik.com/2018/10/17/le-gouvernement-burkinabe-compte-eradiquer-la-faim-dici-a-2030-a20017.html)
-  23/10  -  Même au Burkina : Quels antidotes contre la belle-mère ou les amies briseuses de foyer?
(
http://lesechosdufaso.net/quels-antidotes-contre-la-belle-mere-ou-les-amies-briseuses-de-foyer/)

Vous êtes ici : Accueil   »   SOMMAIRE    »   Le Burkina Faso 1

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.

Premier discours du Conseil national de la Révolution d’août 1983 prononcé
par le capitaine
Thomas Sankara :