DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

(19/02/20  -  Puigdemont à Perpignan. Le meeting se prépare. Entre 70 000 et 100 000 personnes sont attendues à Perpignan pour la venue de Carles Puigdemont à Perpignan le samedi 29 février. Les organisateurs ont obtenu l'aval de la préfecture. Les hôtels ont déjà fait le plein ...

On prépare la venue sur le parking du Parc des Expositions le 29 juillet de Carles Puigdemont l'euro député et ex-Président de la Generalitat, qui sera accompagné à cette occasion de deux autres eurodéputés en exil Toni Comin et Clara Ponsati.

On a eu des doutes sur la tenue de ce meeting, qui a lieu en même temps qu'un salon sur les animaux, Animahades qui se tient au Parc des Expositions du 29 février au 1er mars. Doutes levés.

   99 % des hôtels complets. Le meeting aura lieu le 29 février à 12 h et devrait durer deux heures.

Le programme des interventions est établi par les équipes de Puigdemont avec les autres forces politiques catalanes dont ERC. L'Assemblea Nacional Catalana (ANC) qui s'occupe de la logistique au Sud, a déjà rempli près de 400 bus pour l'occasion. Plus de 300 caravanes sont également annoncées.

L'arrivée des 70 000 à 100 000 personnes sur Perpignan a des impacts importants, notamment en terme d'hébergement. Sur le site de réservations  hôtelières Booking, 99 % des places d'hôtels de Perpignan sont déjà remplies pour la nuit du 28 au 29 février. Les hôtels des villes joignables par le train font également le plein : plus de places à Rivesaltes et entre 85 et 95 % des chambres sont déjà louées à Cerbère, Banyuls-sur-Mer, Port-Vendres, Argelès ...

Outre les trois eurodéputés, protégés par leur immunité parlementaire, le meeting accueillera d'autres personnalités catalanes, comme Artur Mas et Quim Torra, ex et actuel, président de la Generalitat, ainsi que des responsables de l'ANC. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, n°1229,p4)

 

 

05/02/20  Philippe Martinez secrétaire général de la CGT, à Perpignan

« Aujourd'hui, on ne débloque pas les sous pour les besoins des services, mais pour répondre à un budget.

 « Il y a une très forte mobilisation des agents d'Enedis sur la réforme de la retraite. Ici, après la tempête, malgré qu'ils aient été en grève, les agents sont allés réparer des lignes, et remettre le courant dans des villages sans électricité. Ils l'ont fait sans être payés. C'est ça le service public. »

-  05/02/20  -Signature du premier « emploi franc » des Pyrénées-Orientales. Ce vendredi 31 janvier, le préfet des P.O. a signé en présence des acteurs de l'emploi le tout premier contrat« emploi franc» sur le département. « Le chômage est en train de baisser mais dans les Quartiers Prioritaires de la Ville, il est toujours très supérieur » commente le préfet Philippe Chopin. Les P.-O. comptent dix de ces quartiers, neuf à Perpignan et un à Elne. L'idée de l'emploi franc, est qu'un employeur qui embauche une personne, peu importe son âge, habitant dans un quartier prioritaire, reçoit jusqu'à 10 000 euros pour un CDD supérieur à six mois ou 15 000, euros pour un CDI, le tout versé en plusieurs fois, et au prorata de la durée pour le CDD.  Ce sont les services de Pôle Emploi qui orienteront vers ce dispositif.
   Ce tout premier contrat est signé entre une entreprise de taxis et ambulances de la côte et une jeune

femme habitant à Saint-Assiscle, qui était au RSA. « J'étais parti pour un CDD, puis on a parlé de l'emploi franc avec le conseiller de Pôle Emploi» raconte l'employeur., « Ça nous permet de la former un peu plus et de partir sur un CD!. »

Selon le directeur de Pôle Emploi Philippe Soursou, il y aurait plus de 4 000 demandeurs d'emploi inscrits, venant de ces quartiers prioritaires. Cette année, 75 de ces emplois francs seront proposés dans le département, mais la ministre du travail Muriel Pénicaud aurait indiqué que s'ils sont pourvus, l'enveloppe serait élargie.  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p4)

 

29/01/20  -  Où est .passé l'argent de la prévention des inondations ?

Dans son dernier rapport sur la commune de Perpignan, la Chambre régionale des comptes relève que la taxe sur la gestion des milieux aquatiques et à la prévention des inondations (GEMAPI) n’a pas été utilisée pour investir à la sécurisation des berges de la Têt. Le produit de cette taxe supplémentaire, payée par les contribuables locaux, doit être affecté intégralement à la communauté urbaine. Or, 434 793 € ont été reversés au budget d'investissement de la ville de Perpignan. Cet argent n'a malheureusement pas servi à la préservation des milieux aquatiques et à la prévention des inondations. La taxe GEMAPI permet d'investir pour la sécurité des ouvrages, notamment des digues. Aujourd'hui le changement climatique avéré augmente le risque d'inondations comme nous venons de le vivre avec la · tempête Gloria. La liste « Enfin, l'écologie » s'engage à affecter l'intégralité des produits de la taxe GEMAPI à la sécurisation de tous les habitants de la Communauté urbaine de Perpignan contre les risques climatiques et la prévention des inondations. Agnês Langevine, (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, n°1226, p2)

 

 

15/01/20  -  Réforme des retraites : Nouvelle mobilisation importante à Perpignan  Jeudi 9 janvier. Les manifestants contre la réforme des retraites entament une nouvelle série de rassemblements à Perpignan. Plusieurs milliers de personnes ont ainsi convergé vers lüh sur la place Catalogne, avant de se déplacer sur les grands axes de la ville en  commençant par le boulevard des Pyrénées. Les syndicats et de nombreuses professions du public et du privé étaient présents. On a pu voir notamment avocats, pompiers ou cheminots. Quelques lycéens étaient également sur place, de même que des groupes politiques. On a aussi vu flotter quelques drapeaux anarchistes. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p3)

 

03/01/20  -  « Lancement officiel du Pacte pour la Transition à Perpignan.  Afin d'aider à répondre aux enjeux écologiques, sociaux et démocratiques de notre époque, un collectif de citoyens et d'associations se mobilise pour interpeller les listes candidates aux élections municipales. Depuis 2 ans, 60 organisations nationales préparent le Pacte pour la Transition: 32 mesures concrètes, simples, et applicables directement à l'échelle d'une commune. Ce Pacte est conçu pour impulser des idées de changement et se présente comme un outil de dialogue avec les candidats aux élections municipales de mars 2020.

Les mesures proposées concernent diverses facettes de la vie d'une commune depuis l'éclairage public jusqu'aux cantines scolaires et aux transports. « Le mandat 2020-2026 que recevront les élus correspond à une période décisive pour le climat, parce qu'une énorme partie de l'enjeu du 1,5 ou 2 °G se joue à ce moment et que beaucoup de leviers de transformation se situent dans les territoires», déclare Eric Le Balier membre d'Alternatiba66 et du collectif local. « Le Pacte pour la Transition vise à favoriser et organiser la participation citoyenne pour activer ce changement dans toutes les communes ». Les mesures du Pacte pour la Transition sont portées par un collectif local à Perpignan et des collectifs s'organisent dans

d'autres villes et villages du département (Argelès, Le Boulou, Sorède, Millas ... ). Ces collectifs sont citoyens, transversaux et indépendants des partis et des listes. Ils demanderont des RDV à l'ensemble des candidats pour leur présenter la démarche, et leur proposer de s'engager à mettre en œuvre au moins 10 mesures prioritaires. Les candidats devront respecter trois principes transversaux de mise en œuvre (sensibilisation de l'ensemble des acteurs de la commune, coconstruction élues/habitants, prise en compte systématique des enjeux de long terme). Un Pacte pourra alors être signé formalisant un engagement mutuel entre une liste candidate aux élections municipales et le collectif. Les signatures seront rendues

publiques avant les élections ». Collectif Pacte pour la transition 66  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

-  29/11/19  -  Maria Lluis : EXPOSITION  -  Peinture - Dessin  Du 29 novembre 2019 au 10 janvier 2020. INVITATION VERNISSAGE  -  Samedi 30 novembre 2019 et Dimanche 1er décembre 2019, à partir de 17 heures  -  Ouvert tous les jours sauf dimanche de 15h à 19h.  -  Le matin sur rendez-vous au 04 68 56 98 41, 62, Avenue Marcelin Albert - 66000 Perpignan.-
-  J’ai aimé cette exposition d’une artiste en apothéose. Elle va à l’essentiel pour créer avec une main sure et libre.
Des visages, des dos, des attitudes féminines, des grandes fleurs, des couleurs. La force de la maturité de celle qu’on a vu évoluer. De la vie, de la réserve, de la beauté par une grande dame du pays. CD.

 

22/11/19  -  CONSEIL POUR UNE RÉPUBLIQUE CATALANE. Une délégation locale « pour faire d'un drame une arme» ce jeudi 21 novembre. Une agora bien étroite pour contenir le public venu assister à la présentation officielle de la délégation nord catalane du Consell per la Republica Catalana forte d'un groupe de soutien de 25 militants locaux et en quête d’adhérents de toute sensibilité. Pour l’ occasion deux membres du Conseil ont répondu présents : la personnalité politique Carme Garcia i Suàrez et l'artiste et figure de proue du combat pour la culture ca!alane Lluis Llach, vers qui tous les projecteurs ont été tournés.

Cette association de droit français a été créée ce mois-ci pour garantir la défense des droits de l'homme, soutenir le droit à l'autodétermination ou l'indépendance de la Catalogne, s'ériger contre la répression,« et faire d'un drame, une arme », a défendu la présidente et journaliste Julia Taurinya, accompagnée de son vice-président Joan-Lluis Lluis. écrivain. « C'est une utopie ! On a l'occasion de créer un pays neuf de A à Z, a-t-elle confié. Depuis la Catalogne nord, notre force pour parler du problème et l'internationaliser est notre .distance, avec une totale liberté d'action. » Dans un message vidéo, cette « fraternité des deux côtés des Pyrénées » a été adoubée par l'ancien président catalan aujourd'hui en exil, Carles Puigdemont, qui dirige le Conseil depuis Waterloo (Belgique) pour rendre effective la proclamation de la République catalane d'octobre 2017. (Laura Causanillas  -  L’Indépendant, p3)

 

-  20/11/19  -  Une délégation à Perpignan du Conseil pour la République de Carles Puigdemont. Le Conseil per la Republica Catalana, organe indépendant présidé par Carles Puigdernont depuis son lieu d'exil, vient de se doter d'une délégation en Catalogne Nord. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

 

LE ROUSSILLON  -  PERPIGNAN
Infos +/- récentes et datées

Ci-dessus, LE ROUSSILLON / Infos +/- récentes et datées

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page