DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

()  -  26/03/20  -  A Perpignan, le préfet, l'hôpital et l'ARS répondent aux questions

Pendant un peu plus d'une heure, le préfet Philippe Chopin a répondu aux questions des internautes accompagné du Dr Hugues Aumaitre, chef du service des maladies infectieuses et tropicales au centre hospitalier de Perpignan et de Guillaume Dubois délégué départemental de l'agence régionale de santé  (france3-regions)

 

 

20/03/20  -  Coronavirus : un centre de consultation médicale dédié au Covid-19 créé à Perpignan. Les services sanitaires adaptent leurs modes d'accueil à l'évolution de l'épidémie et s'organisent. A Perpignan, un centre de consultation médicale dédié au Covid-19 a ouvert ce vendredi matin. Il est opérationnel 7 jours sur 7, de 8h à 20h, dans l'ancien hôpital militaire, rue du Docteur Zamenhof.

Le centre médical, composé de médecins généralistes et autres professionnels de santé a pour objet d’examiner les patients présentant les premiers symptômes du COVID-19 et permettra de les diriger ensuite vers la solution de suivi ou de prise en charge la plus adaptée.
   Le centre de consultation, ouvert 7 jours sur 7, de 8h à 20h, se situe dans les locaux du Département : ancien hôpital militaire, rue du Docteur Zamenhof, en face de la Dalle Arago.
Pour les personnes à mobilité réduite, l’entrée accessible est au 32 avenue du Maréchal Foch. Les usagers automobilistes sont invités à stationner sur le parking de la dalle Arago, ouvert et gratuit pendant toute la durée d’ouverture du centre médical. 

   Il y a une dizaine de pièces prévues pour les consultations. Ce sont des locaux médicaux. Des médecins généralistes libéraux volontaires et des internes sont là pour accueillir les malades et pour répondre au numéro vert. Il s'agit aussi de soulager le standard du 15" précise le secrétaire général de la Préfecture des Pyrénées-Orientales. (france3-regions.francetvinfo.fr)

 

 

06/03/20  -  Une place pour les femmes dans la ville. Femmes en politique. Caroline Forgues, tête de liste de «L'Aiternative!» pour les élections à la mairie de Perpignan, propose de repenser la ville de Perpignan pour ses concitoyennes.

   Comment percevez-vous le fait d'être femme et vos convictions politiques?

Il y a un élan démocratique chez les femmes non encartés. Avoir de nombreuses femmes engagées au sein de la liste permet de créer des garde-fous. La méthode des assemblées permet de ne pas ressentir de rapport de domination directe. Le nombre important de femmes présentes dans la liste limite les dérives. Nos pratiques démocratiques changent la société. Le municipalisme permet par une constitution locale une conduite collégiale du pouvoir. Il y a des dispositifs à créer, par exemple, il faut donner des possibilités de participation par une aide pour la garde des enfants.
  
Comment représenter les femmes dans la ville ?

Actuellement le pouvoir est très concentré. Le projet c'est de donner la parole, l'ensemble des commissions doit être paritaire. Dans les associations c'est souvent les femmes qui bougent. Il faut les accompagner pour une véritable parole politique dans la ville. Il faut aussi diffuser les valeurs à l'intérieur de l'institution en formant les agents. Les  formations doivent avoir un objectif d'égalité. L'idée c'est d'avoir une grille de lecture systématique à laquelle se référer et qui sera mise en place par la commune. La création d'une mission égalité constituée de plusieurs piliers permet d'avoir un regard transverse à l'ensemble de la collectivité. Dans ce cadre les hommes eux aussi doivent participer à l'émancipation collective. Ils ont un rôle à jouer pour faire évoluer le cadre.

   Quelles réponses, peut apporter la collectivité aux femmes victimes de violences?

Rompre l'isolement des femmes avec des acteurs sur le terrain. Il faut les orienter vers des structures afin de sortir de la violence et les agents doivent y être formés. Il y a l'aspect de l'accueil d'urgence que l'on peut mettre en place par un plan général à discuter avec le conseil départemental. Il faut une réactivité pour éviter que la violence atteigne un point de non-retour, en travaillant avec les agents.

   Quelles mesures mettre en place dans l'espace public pour lutter contre le harcèlement sexuel ?

Il faut inclure dans la conception du projet la possibilité de se déplacer en sécurité. Ça inclut de repenser les  transports mais aussi l'éclairage public. Les femmes se déplacent davantage à pied car il y a les déplacements quotidiens avec les enfants, elles ont moins d'accès à la voiture. Il faut repenser l'espace public. Pouvoir s'asseoir, penser, repenser un espace inclusif et agréable pour tout le monde. Dans le cahier des charges, on a inclus l'idée que les transports devraient limiter les trajets à pieds. (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, le journal, 6-12/03, n° 3824, p7)

 

 

19/02/20  -  Puigdemont à Perpignan. Le meeting se prépare. Entre 70 000 et 100 000 personnes sont attendues à Perpignan pour la venue de Carles Puigdemont à Perpignan le samedi 29 février. Les organisateurs ont obtenu l'aval de la préfecture. Les hôtels ont déjà fait le plein ...

On prépare la venue sur le parking du Parc des Expositions le 29 juillet de Carles Puigdemont l'euro député et ex-Président de la Generalitat, qui sera accompagné à cette occasion de deux autres eurodéputés en exil Toni Comin et Clara Ponsati.

On a eu des doutes sur la tenue de ce meeting, qui a lieu en même temps qu'un salon sur les animaux, Animahades qui se tient au Parc des Expositions du 29 février au 1er mars. Doutes levés.

   99 % des hôtels complets. Le meeting aura lieu le 29 février à 12 h et devrait durer deux heures.

Le programme des interventions est établi par les équipes de Puigdemont avec les autres forces politiques catalanes dont ERC. L'Assemblea Nacional Catalana (ANC) qui s'occupe de la logistique au Sud, a déjà rempli près de 400 bus pour l'occasion. Plus de 300 caravanes sont également annoncées.

L'arrivée des 70 000 à 100 000 personnes sur Perpignan a des impacts importants, notamment en terme d'hébergement. Sur le site de réservations  hôtelières Booking, 99 % des places d'hôtels de Perpignan sont déjà remplies pour la nuit du 28 au 29 février. Les hôtels des villes joignables par le train font également le plein : plus de places à Rivesaltes et entre 85 et 95 % des chambres sont déjà louées à Cerbère, Banyuls-sur-Mer, Port-Vendres, Argelès ...

Outre les trois eurodéputés, protégés par leur immunité parlementaire, le meeting accueillera d'autres personnalités catalanes, comme Artur Mas et Quim Torra, ex et actuel, président de la Generalitat, ainsi que des responsables de l'ANC. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, n°1229,p4)

 

05/02/20  Philippe Martinez secrétaire général de la CGT, à Perpignan

« Aujourd'hui, on ne débloque pas les sous pour les besoins des services, mais pour répondre à un budget.

 « Il y a une très forte mobilisation des agents d'Enedis sur la réforme de la retraite. Ici, après la tempête, malgré qu'ils aient été en grève, les agents sont allés réparer des lignes, et remettre le courant dans des villages sans électricité. Ils l'ont fait sans être payés. C'est ça le service public. »

-  05/02/20  -Signature du premier « emploi franc » des Pyrénées-Orientales. Ce vendredi 31 janvier, le préfet des P.O. a signé en présence des acteurs de l'emploi le tout premier contrat« emploi franc» sur le département. « Le chômage est en train de baisser mais dans les Quartiers Prioritaires de la Ville, il est toujours très supérieur » commente le préfet Philippe Chopin. Les P.-O. comptent dix de ces quartiers, neuf à Perpignan et un à Elne. L'idée de l'emploi franc, est qu'un employeur qui embauche une personne, peu importe son âge, habitant dans un quartier prioritaire, reçoit jusqu'à 10 000 euros pour un CDD supérieur à six mois ou 15 000, euros pour un CDI, le tout versé en plusieurs fois, et au prorata de la durée pour le CDD.  Ce sont les services de Pôle Emploi qui orienteront vers ce dispositif.
   Ce tout premier contrat est signé entre une entreprise de taxis et ambulances de la côte et une jeune

femme habitant à Saint-Assiscle, qui était au RSA. « J'étais parti pour un CDD, puis on a parlé de l'emploi franc avec le conseiller de Pôle Emploi» raconte l'employeur., « Ça nous permet de la former un peu plus et de partir sur un CD!. »

Selon le directeur de Pôle Emploi Philippe Soursou, il y aurait plus de 4 000 demandeurs d'emploi inscrits, venant de ces quartiers prioritaires. Cette année, 75 de ces emplois francs seront proposés dans le département, mais la ministre du travail Muriel Pénicaud aurait indiqué que s'ils sont pourvus, l'enveloppe serait élargie.  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p4)

 

29/01/20  -  Où est .passé l'argent de la prévention des inondations ?

Dans son dernier rapport sur la commune de Perpignan, la Chambre régionale des comptes relève que la taxe sur la gestion des milieux aquatiques et à la prévention des inondations (GEMAPI) n’a pas été utilisée pour investir à la sécurisation des berges de la Têt. Le produit de cette taxe supplémentaire, payée par les contribuables locaux, doit être affecté intégralement à la communauté urbaine. Or, 434 793 € ont été reversés au budget d'investissement de la ville de Perpignan. Cet argent n'a malheureusement pas servi à la préservation des milieux aquatiques et à la prévention des inondations. La taxe GEMAPI permet d'investir pour la sécurité des ouvrages, notamment des digues. Aujourd'hui le changement climatique avéré augmente le risque d'inondations comme nous venons de le vivre avec la · tempête Gloria. La liste « Enfin, l'écologie » s'engage à affecter l'intégralité des produits de la taxe GEMAPI à la sécurisation de tous les habitants de la Communauté urbaine de Perpignan contre les risques climatiques et la prévention des inondations. Agnês Langevine, (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, n°1226, p2)

 

 

15/01/20  -  Réforme des retraites : Nouvelle mobilisation importante à Perpignan  Jeudi 9 janvier. Les manifestants contre la réforme des retraites entament une nouvelle série de rassemblements à Perpignan. Plusieurs milliers de personnes ont ainsi convergé vers lüh sur la place Catalogne, avant de se déplacer sur les grands axes de la ville en  commençant par le boulevard des Pyrénées. Les syndicats et de nombreuses professions du public et du privé étaient présents. On a pu voir notamment avocats, pompiers ou cheminots. Quelques lycéens étaient également sur place, de même que des groupes politiques. On a aussi vu flotter quelques drapeaux anarchistes. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p3)

 

03/01/20  -  « Lancement officiel du Pacte pour la Transition à Perpignan.  Collectif Pacte pour la transition 66  (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

 

LE ROUSSILLON  -  PERPIGNAN
Infos +/- récentes et datées

Ci-dessus, LE ROUSSILLON / Infos +/- récentes et datées

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page