D’autres sites en Français sont complets et intéressants. Allez les voir :

PGJ   - Ciel des Hommes  - Flashespace  - Futura-Sciences  - ESA  -  Observations

ASTRONOMIE
Infos +/- récentes et datées

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

(10/03/20  -  Bételgeuse ne s'est pas refroidie, elle est juste couverte de poussière, confirme une étude. Les astronomes du monde entier la surveillent comme le lait sur le feu depuis plusieurs mois. Et pour cause : l'éclat de Bételgeuse, célèbre étoile située à environ 600 années-lumière de nous, a subi à la fin de l'année 2019 une inhabituelle baisse de luminosité. Alors que certains la voyaient déjà nous réserver le spectacle d'une supernova –  autrement dit de son effondrement sur elle-même –, la supergéante rouge a fini par reprendre de la vigueur à la mi-février, nous prouvant ainsi que son heure n'était pas encore venue.
   Lundi 9 mars 2020,
une publication d'ores et déjà validée par The Astrophysical Journal vient peut-être de clôturer pour de bon la "saga Bételgeuse". Emily Levesque, professeur d'astronomie à l'Université de Washington, et Philip Massey, astronome au Lowell Observatory, y affirment que l'importante baisse de luminosité subie par l'étoile aurait bien été causée par un nuage de poussière massif et non par un refroidissement de l'étoile. (Suite de la page d’Accueil) Cet amas poussiéreux serait ainsi venu s'interposer à la manière d'un filtre devant l'astre. Depuis les premières observations de la baisse de luminosité de l'étoile, la théorie du nuage de poussière était jugée la plus plausible par les chercheurs travaillant sur Bételgeuse. (sciencesetavenir.fr) 

21/01/20  -  Solar Orbiter, le nouveau satellite de l'ESA destiné à étudier le Soleil, partira de Cape Canaveral le 6 février. Le satellite doit permettre d'obtenir les toutes premières images des régions polaires du Soleil et de mieux comprendre le fonctionnement notre étoile. Cette mission est très importante, car elle permettra également d'étudier les connexions Terre-Soleil afin de pouvoir expliquer et prévoir des phénomènes météorologiques spatiaux, tels que les tempêtes solaires.
   Une fois dans l'espace, la sonde utilisera la gravité de Vénus pour remonter
le plan de son orbite au-dessus des pôles du Soleil et ainsi nous offrir de tous nouveaux points de vue sur notre étoile. Elle passera dans l'orbite de Mercure afin de suivre une orbite elliptique la plus proche du Soleil. Les températures près du Soleil étant 13 fois plus élevées que près de la Terre, un bouclier thermique ultramoderne protégera les instruments scientifiques du satellite.  (esa.int/)  -  Le lancement sera diffusé en direct sur Internet à partir de 05h00 CET sur https://www.esa.int/esawebtv

 

08/01/20  -  La constellation d’Orion est facilement reconnaissable dans le ciel nocturne. Les étoiles les plus brillantes qui la composent forment une sorte de sablier. Le centre est constitué de trois étoiles, parfaitement alignées, qui représentent la ceinture d’Orion. En cette fin de semaine de début janvier 2020, vous la trouverez facilement, vers le sud. Elle sera dans le voisinage immédiat de la Lune, un peu en dessous.

Dans la mythologie grecque, Orion est un chasseur intrépide qui était assez fort pour tuer n’importe quel animal.

Actuellement, une étoile de cette constellation intéresse les astronomes : Bételgeuse.

Cette étoile est une géante rouge ; géante car elle est environ 1 000 fois plus grande que le Soleil mais elle est seulement une quinzaine de fois plus lourde et rouge car, sa température de surface étant plus petite que celle du Soleil, elle émet une  lumière rouge orangé.

Si on classe les étoiles selon leur éclat apparent dans le ciel, elle occupait la dixième place mais dernièrement elle vient de dégringoler à la vingtième place.

Les scientifiques ont constaté que la luminosité (les astronomes parlent de magnitude) de cette étoile variait régulièrement sur une longue période mais elle n’avait jamais été aussi faible. Une explication probable serait que cette étoile nous annonce son explosion « imminente ». Elle deviendrait une supernova, un phénomène rare et observable même en plein jour.

Sachant que cette étoile est à près à 500 années-lumière, on observe aujourd’hui l’étoile telle qu’elle était quand François Ier était roi de France… L’explosion a d’ailleurs peut-être déjà eu lieu depuis plusieurs siècles mais l’information ne nous est pas encore parvenue ou alors elle aura lieu dans plusieurs siècles. L’imminence en astronomie est toute relative. (Cf « L’évanouissement de Bételgeuse »)

Stéphane Leblond, président du Club d’astronomie de Louviers (normandie/louviers)

Le 18 décembre, à 09h54m20 CET, Cheops, le satellite spatial de l'ESA, a décollé sur un lanceur Soyouz-Frégate depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française.
 Il doit accomplir une passionnante mission, celle d'analyser les exoplanètes gravitant autour d'étoiles autres que le Soleil.

   À environ 12h43 CET, le centre de contrôle de la mission, situé à l'Institut national de technique aérospatiale (INTA) à Torrejón de Ardoz, près de Madrid en Espagne, a reçu, via la station au sol Troll, des signaux en provenance de l'engin spatial. Ceux-ci ont permis de confirmer la bonne réussite du lancement.

   Cheops, le satellite de caractérisation des exoplanètes, est le fruit d'un partenariat entre la Suisse et l'ESA, 10 États membres de l'ESA ayant fourni une importante contribution. Il s'agit de la première mission de l'ESA consacrée à l'étude des planètes extrasolaires, également appelées exoplanètes. Elle doit permettre d'analyser des planètes déjà identifiées en dehors de notre système solaire, et d'obtenir des informations fondamentales sur la nature de ces mondes étrangers si éloignés. (esa.int) (https://esamultimedia.esa.int/multimedia/publications/BR-342/BR_342-Cheops_FR_web.pdf

 

 -  09/12/19  -  « Premier plongeon dans la fournaise solaire.

Pas moins de quatre articles publiés dans la dernière livraison de la prestigieuse revue Nature annoncent les premiers résultats de la sonde solaire Parker. Depuis 2018, elle effectue des orbites autour de notre étoile dont elle s'est déjà approchée plus près qu'aucun engin auparavant. 

Protégée par un épais bouclier thermique, la sonde solaire de la Nasa, mise en orbite en juillet 2018 a déjà plongée à trois reprises dans la fournaise solaire. En tout, jusqu'en 2025, elle effectuera 24 orbites autour de notre étoile, le point d'approche minimum entre la sonde et le Soleil – le périhélie — se réduisant progressivement jusqu'à atteindre 10 rayons solaires (7 millions de km). A cette distance inédite, une flopée d'instruments mesurent en permanence le champ magnétique, mais aussi le flux de particules qui s'échappe en continu du Soleil – le vent solaire – et enregistrent des images. Les premières données révèlent un environnement solaire plus tourmenté que ce qu'on imaginait.  . (larecherche.fr)

 

02/12/19  -  La Voie lactée inonde les gorges du Tarn (Point Sublime, Cévennes). Réalisée en fin de nuit le printemps dernier, cette image montre l'éclat puissant de Jupiter au-dessus de la nébuleuse obscure de la Pipe. La haute sensibilité utilisée pour révéler les méandres de la Voie lactée accentue l'éclat de la pollution lumineuse des villages de St-Rome-de-Dolan et Les Vignes dont l’éclairage artificiel éclaire les gorges et la silhouette du Roc Aiguille. Vous pouvez comparer cette image avec celle de ma Lettre 149, prise un peu plus d'une heure après, à l'orée de l'aube.
Le causse palpite sous le Soleil vertical et je me suis blotti contre un pin constellé de pelotes blanches pour atteindre son ombre efflanquée. L’orage qui secouait violemment le monde hier soir semble loin à présent que le bleu est l’unique expression du ciel. Au creux des roches, j’entends le ruissellement discret de l’eau qui s’enfonce, appelée par des vides immenses. Goutte après goutte, elle s’insinue dans les fractures anciennes, roulant au hasard des pentes vers le port souterrain qui l’attend. Là, chargée d’argent minéral, elle s’élancera dans le vide et connaîtra la brève extase d’une chute apparemment sans fin avant d’exploser dans l’obscurité au contact d’un sol que des milliers d’années ont obstinément hissé vers elle. L’eau ignore qu’elle contribue ainsi à l’édification des colonnes délicatement ouvragées que nous admirons. Dans quelques heures, la nuit s’emparera du monde et mes pensées qui s’étaient enfoncées dans la chair crevassée du Méjan s’élèveront vers la coupe scintillante du ciel. L’éclat stellaire s’abattra sur moi comme une averse, ruisselant glorieusement dans les failles de ma conscience. La lumière des étoiles est-elle l’eau qui bâtit en nous l'inimaginable dans lequel une autre espèce verra un jour la beauté à l’état pur ? (http://www.leguideduciel.net/lgdc/lgdctextes/lgdc155.php)

01/11/19  -  Constellations, planètes : découvrez la carte du ciel de novembre 2019 : Ce mois-ci, Mercure est à l'honneur. Le 11 novembre 2019, entre 13h35 et 19h04, Mercure passera devant le Soleil. Elle se présentera sous la forme d'un point cheminant lentement de l'est vers le nord-ouest du disque solaire, occultant moins de 0,003% de la surface de l'astre du jour. A 16h20, la distance entre Mercure et le centre du Soleil sera minimale et s'élèvera à 75,9'', soit 1/25 du diamètre apparent de notre étoile.
Découvrez la carte du ciel visible à la mi-novembre vers 19h (cliquez dessus pour agrandir l'image).
Faites tourner votre smartphone ou tablette de manière à ce que le nom de la direction dans laquelle vous observez soit écrit à l'endroit. Les constellations et les étoiles que vous retrouverez dans le ciel qui vous fait face sont toutes celles dont le nom est lisible sans trop pencher la tête. La position des planètes visibles à l'œil nu est indiquée pour le 15 du mois.
Notre carte tracée pour une latitude de 47° nord montre le ciel visible en France métropolitaine, et plus largement en Europe et dans le monde, à l'intérieur d'une bande s'étendant de 40 à 54° de latitude nord. Si vous êtes au nord du 47e parallèle, l'étoile Polaire sera plus haute dans votre ciel et plus basse dans le cas contraire. (
sciencesetavenir.fr)

08/10/19  -  L'astrophysique à l'honneur pour le prix Nobel de physique 2019( franceculture.fr)
01/10/19  -  Un trou noir se cacherait au cœur même du système solaire. (cnews.fr)
19/09/19  -  Euclid, une mission destinée à percer les mystères de l’énergie noire et de la matière noire.  (esa.int/)

 

 

 

 LES PAGES DU SITE  :  avec la date de la dernière info pour chaque page

Ci-dessus,   ASTRONOMIE  /   Infos +/- récentes et datées  ***                       
Haut de Page   ***  Accueil  ***    (La SUITE de l’ASTRO par cette LISTE )    ***    Abréviations