ENR : BIOMASSE  -  EOLIENNES  -  HYDRAULIQUE  -  HYDROGENE  -  GEOTHER.  -  SOLAIRE

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des
HUMAINs ET DES ANIMAUX

BIODIVERSITE


()  -  22/05/19  -  Importance des plantes pour la biosphère et pour les humains. La biodiversité est menacée par la disparition des abeilles, ours blancs, pandas, baleines…mais aussi de la flore. "Si vous enlevez les plantes il n'y a plus d'abeilles, il n'y a plus rien, c'est radical, C'est à la base de tous les écosystèmes. Ce sont elles à l'origine des sols, c'est l'élément essentiel de tout le monde vivant, de tous les réseaux trophiques [la chaîne alimentaire, ndlr]. Si vous enlevez les plantes, tout le reste se casse la gueule..."  L’étude de Marc Jeanson évoque d'ailleurs la disparition imminente de près de 33 % des récifs coralliens et de 34 % des conifères. La forêt amazonienne est depuis longtemps devenue le symbole de la déforestation. Sur les 3 000 milliards d'arbres recensés sur la planète, 390 milliards d'entre eux étaient localisés dans la forêt surnommée le "poumon de la planète"… (https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/biodiversite-pourquoi-sommes-nous-aveugles-au-sort-des-plantes)

 

10/05/19  -  Le gouvernement a lancé le jeudi 9 mai, l’initiative « Territoires engagées pour la nature ». « A travers cette action du plan biodiversité, il s’agit de fédérer l’ensemble des acteurs d’un territoire autour de la protection de la biodiversité » (https://www.environnement-magazine.fr/biodiversite/article/2019/05/10/124335/biodiversite-lancement-initiative-territoires-engages-pour-nature)

 

09/05/19  -  4 gestes à adopter pour participer à notre échelle à la protection de la biodiversité(Voir Ecologie Quotidienne)
1- Réduire sa consommation de viande  -  2- Éviter les produits avec de l’huile de palme  -  3 - Dire non au plastique  -  4 - Manger bio

(https://www.linfodurable.fr/environnement/4-gestes-adopter-pour-participer-notre-echelle-la-protection-de-la-biodiversite-11072)

 

07/05/19  -  Les 5 et 6 mai derniers, la France a accueilli les ministres de l’environnement du G71 à Metz ainsi que neuf autres pays invités2. Lors de ce sommet, une charte dite « de Metz sur la biodiversité » a été adoptée.
Celle-ci reconnaît l’importance des enjeux liés à la biodiversité, qui « revêt une importance primordiale pour toute la vie sur Terre, y compris les êtres humains ». Cette charte reconnaît également « le rôle important des peuples autochtones et des communautés locales, des femmes et des jeunes en ce qui concerne la diversité biologique », ou encore les conclusions de la COP14 selon lesquelles la plupart des objectifs d’Aichi pour la biodiversité de sont pas sur la voie d’être atteints d’ici 2020. La charte engage ainsi les Etats signataires à « accélérer et intensifier les efforts pour mettre fin à la perte de biodiversité », à renforcer les stratégies et actions politiques, et les recherches en matière de biodiversité. Par ailleurs, cette charte prévoit « d’encourager l’engagement d’autres acteurs et parties prenantes », ainsi que l’élaboration et la mise en œuvre d’un « cadre mondial post-2020 pour la biodiversité ».( https://www.environnement-magazine.fr/biodiversite/article/2019/05/07/124315/g7-adopte-charte-metz-pour-biodiversite)

 

 

29/04/19  -  150 experts réunis à Paris pour un sommet inédit sur la biodiversité. Un rapport de 1800 pages sera rendu public lundi 6 mai, et sera accompagné d'un "résumé pour les décideurs" qui présentera des pistes d'actions pour "sauver" la biodiversité. (https://www.linfodurable.fr/environnement/150-experts-reunis-paris-pour-un-sommet-inedit-sur-la-biodiversite-10883)

 

25/04/19  -  Médicaments, pollinisation des cultures, régulation du climat... La nature rend aux hommes des "services" vitaux, menacés par le déclin accéléré de la biodiversité. Bien souvent "les gens ne font pas le lien entre nature et sécurité alimentaire, eau potable, cohésion sociale...", regrette Bob Watson, président de la plateforme scientifique sur la biodiversité (IPBES), qui se réunit à partir de lundi à Paris. "Or la perte de biodiversité a des implications économiques et sociales (...) Et ce ne sont pas juste les grands animaux charismatiques qui comptent, mais bien le coléoptère, le ver de terre, la chauve-souris... qui sont la clé de voûte des écosystèmes".  (https://www.linfodurable.fr/environnement/insectes-arbres-ou-coraux-des-especes-vitales-pour-lhomme-10808)

01/04/19  -  Le respect de la loi sur les pesticides n’est absolument pas une priorité pour les instances européennes, encore moins leur suppression. Sommes-nous à ce point "dé-naturés" qu’il n’existe aucun sursaut politique pour s’en émouvoir ? d'Inès Trépant, politologue, auteure de "Biodiversité. Quand les politiques européennes menacent le Vivant", Ed. Yves Michel (2007). (https://www.lalibre.be/debats/opinions/biodiversite-en-danger-le-silence-glacant-de-l-europe-5ca0d687d8ad58747745427f)

19/02/19  -  « L'humanité détruit la biodiversité de manière incroyablement méthodique. Un tiers des espèces sont menacées d'extinction et, au cours des 100 dernières années, 200 espèces de vertébrés ont disparu. Selon le WWF, en 40 ans, 60 % du vivant sauvage a disparu. Une mobilisation planétaire est indispensable pour enrayer cette chute. Plusieurs grands rendez-vous internationaux donnent cette opportunité dans les deux ans qui viennent : assemblée des Nations unies pour l'environnement, rapport de l'IPBES, G7, G20, congrès de l'UICN. Et surtout la 15e conférence des parties (COP15) à la convention sur la biodiversité biologique qui se tiendra fin 2020 en Chine. » (https://www.actu-environnement.com/ae/news/Biodiversite-objectifs-simples-reussir-mobilisation-Yann-Wehrling-32915.php4#)

-  06/02/19  -  "Comme pour le reste de la biodiversité, les oiseaux et les insectes volants, le déclin de nos abeilles s’accélère. Nous pressons les pouvoirs publics de sortir notre agriculture de sa dépendance aux pesticides. Les abeilles et autres pollinisateurs ne sont pas assez protégés face aux produits phytosanitaires: pour y remédier, l'Anses propose mardi de durcir la législation et de mieux évaluer les risques pesant sur ces insectes indispensables à l'agriculture. (https://www.linfodurable.fr/environnement/lanses-recommande-de-durcir-la-legislation-pour-mieux-proteger-les-abeilles-9398)

31/01/19  -  Quand la nature s’invite dans les projets. Sur les chantiers, dans les friches urbaines ou dans les projets de restauration, les gestionnaires sont amenés à prendre en compte la nature qui s’installe de manière transitoire. Des solutions se dessinent pour que cette nature temporaire soit un atout pour la biodiversité sans freiner les projets. (https://www.environnement-magazine.fr/biodiversite/article/2019/01/31/122672/decryptage-quand-nature-invite-dans-les-projets)  Abonné.

24/01/19 -  Disparition de la biodiversité : un risque systémique pour l’économie encore peu évalué.   « Les activités humaines sont responsables de la destruction des habitats et de l’épuisement des ressources naturelles.
Cependant, nos économies reposent sur le capital naturel. Les écosystèmes fournissent gratuitement, chaque année,
près de 100 milliards de dollars de services économiques. Chaque bien que nous produisons et consommons est le fruit de la transformation d’un produit naturel–peu importe la complexité de la filière d’approvisionnement. Des écosystèmes sains sont également essentiels pour absorber nos émissions de carbone et limiter le réchauffement climatique. Il est donc indispensable que les acteurs économiques prennent mieux en compte la préservation des ressources
. »

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/disparition-de-la-biodiversite-un-risque-systemique-pour-l-economie-encore-peu-evalue-146840.html


-  01/01/19  -  Le déclin de la biodiversité
 : D'ici à 2050, 38 à 46 % des espèces animales et végétales pourraient disparaitre dans le monde. Tel est le constat dressé par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et lés services écqsystémiques, qui a mobilisé, durant trois ans, 550 chercheurs bénévoles. À l'échelle de l'histoire de la Terre, cela représente la sixième grande extinction. « Nous sommes dépendants du bon état des écosystèmes et de la biodiversité, et l'exemple le plus évident est peut-être le rôle des pollinisateurs dans notre agriculture. » La biodiversité participe aussi à la dépollution et à la lutte contre les changements climatiques, via la capture du carbone ou la régulation de la température. En Europe, les mousses et plantes hépatiques, les poissons d'eau douce et les amphibiens sont particulièrement en danger. (La Recherche, Janvier 2019, IPBES, p)

    24/01/18  -  L’Office français de la biodiversité fait la part belle aux chasseurs. (VOIR)

 

-  11/12/17  -  Biodiversité : l'Agence française pour la biodiversité (AFB), le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et le CNRS créent un centre d'expertise et de données sur la nature pour l'ensemble des territoires français, dans les domaines marins et terrestres, cette unité se place en appui aux politiques publiques tout en renforçant les liens entre la recherche et l'expertise environnementale sur les enjeux de connaissance de la nature et de ses interactions avec la société",

 

-  19/07/16  :  La loi contre la nature ? 
La loi sur la biodiversité a été adoptée par l’Assemblée nationale mardi 19 juillet. Le terme d’un long marathon pour cette loi, qui enregistre en fait de nombreux reculs de la politique de la nature, comme l’estiment les auteurs de cette tribune.

François de Beaulieu est naturaliste, Gilles Clément est jardinier, Pierre Lieutaghi est ethnobotaniste, Bernadette Lizet est ethnologue, Marie-Paule Nougaret est journaliste.

La technique est rodée : ça s'est passé les derniers jours de la session à l’Assemblée nationale, avant la fermeture pour l’été. La loi qui met fin à la protection de la nature a été votée en douce, le 19 juillet, entre l’aspiration aux vacances et le vacarme des attentats.

En dix-sept mois de débat, depuis le 24 mars 2015, aucun élu n’a relevé la férocité de ce titre :« Loi pour la reconquête de la nature, de la biodiversité et des paysages ».

Nature trop rebelle, trop belle, trop sauvage, une évadée, une réfugiée indésirable qu’il faut punir et exploiter. Déjà le ministère de Mme Royal ne comporte plus de Direction de protection de la nature. Ce genre d’institution, ça va en Allemagne, en Italie, en Espagne ou en Suisse, mais en France, voyons, soyons sérieux. La Nature c’est vous — mais peut-être y a-t-il lieu, justement, de s’inquiéter d’une férocité si bien assumée.(…)Article Reporterre 

 

 



Ci-dessus,   LA NATURE   /   Commentaires

Pages suivantes

Nucléaire  -Schiste  -Montagne  -Mers et Océans  -Arbres et forets  -Réchauffement  -Coop 24  -Pollutions : air, eau, sols, lumière  

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info