Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

ECOLOGIE  -  NATURE
Infos récentes

-  01/01/18  -  Le « One Planet Summit » organisé par la France pour accélérer la réorientation de la finance vers les projets climatiquement compatibles a été marqué par le désengagement de la Banque mondiale qui a annoncé qu'elle ne financera plus le pétrole et le gaz après 2019 et qu’elle rendra compte des émissions de gaz à effet de serre provenant des projets qu'elle finance. (Résumé de ce sommet pour la planète)  -  La Commission européenne : "Il est temps de déclencher un changement de comportement parmi les acteurs de la chaîne de valeur du secteur financier"  -  35 fédérations européennes et internationales d'assureurs et de réassureurs alertent qu'ils intègrent désormais les critères ESG dans leurs stratégies d'investissements à long terme. Ces critères poussent certains assureurs à se désengager des activités émettrices de carbone.  (https://www.actu-environnement.com/ae/news/one-planet-summit-annonce-climat-finance-30255.php4#xtor=ES-6))
[A noter aussi : La finance "verte" est-elle une chance pour l’écologie ou un nouveau danger pour la nature ? 
Voir : Pierre Rabhi et Juliette Duquesne, "Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée .
Pierre-Yves Gomez parle d’hypocrisie de ces entreprises qui prétendent sauver la planète et font de l’optimisation fiscale (qui consiste à gérer les flux de trésorerie interne de manière à payer ses impôts dans les pays où la taxation est la plus faible). On estime à 350 milliards d’€ le manque à gagner pour les Etats ! … (Le Monde 13/01, Idées, p7)]
01/02  -  « Le gouvernement envisagerait une réduction plutôt lente de la part du nucléaire, vers un nombre restreint de fermeture de réacteurs : "Personne ne parle de 0% de nucléaire en France". La programmation pluriannuelle de l'énergie a pour but de réduire la part de l'énergie nucléaire à 50% du mix électrique, ce que Nicolas Hulot a confirmé. -  4 scénarios de RTE existent : Les scénarios "Hertz" qui prévoit de ramener à 50% la part du nucléaire en 2030 (27 réacteurs fermés en 2035) et "Watt" qui propose de fermer les réacteurs français dès leur quarantième anniversaire. Les deux scénarios les plus ambitieux en termes de réduction du parc nucléaire.
( la consommation électrique de l'ensemble de l'Europe recule, et en France à cette date elle sera
20% plus basse que celle de 2016).  Faute de demande suffisante en France, EDF devra se tourner vers l'exportation. (17/01, Philippe Collet, https://www.actu-environnement.com/ae/news/ppe-reduction-nucleaire-scenarios-30477.php4)
[
A noter aussi : 17/08: Ecosia, un moteur de recherche "qui plante des arbres" - 17/09: Le vivant s’étiole  -  06/12: Ecophyto : entre 2008 et 2015, l'usage des pesticides a augmenté de 22%  - 11/12: Invention pour nettoyer les océans des plastiques  -  22/01: Pour désamorcer une bombe les bactéries ?]
01/03 - « Des résidus de pesticides dépassant les limites autorisées retrouvés dans des fruits et légumes
-  L'ONG Générations futures a étudié 19 fruits et 33 légumes non bio consommés en France, en se basant sur les données issues des analyses de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), portant sur la période 2012-2016.
-  Les
résultats du rapport montrent que 72,6% des échantillons de fruits, analysés sur les cinq années de données, et 41,1% de ceux de légumes, portent des traces de pesticides quantifiables. Les plus touchés sont le raisin (89% des échantillons) et le céleri-branche (84,6% des échantillons). https://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-generations-futures-residus-pesticides-fruits-legumes-analyse-repression-fraude-30702.php4#xtor=ES-6
 
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-30702-rapport-generations-futures-residus-pesticides-repression-fraude.pdf
[
A noter aussi : 02/18: Etat des lieux des résidus de pesticides dans les aliments en France (+ 26/05/15 : Un livre :Pesticides) ;  26/02: « Certains pesticides encore nécessaires » Interfel  -  Et aussi : 07/02: Linky : la Cour des comptes pointe les nombreux défauts du compteur communicant  (+16/01/18: Qu’en est-il des champs électromagnétiques des compteurs communicants ?) ; 09/02: Résistances à l’éolien en mer !;
10/02: Les
métaux rares, questions sur leur exploitation; 19/02: Eolienne terrestre pour endroits isolés ; 23/02: Les panneaux solaires thermiques
-  01/04  -  Le déclin massif de la biodiversité menace l’humanité.
L’érosion continue de la vie sauvage met en danger les conditions de vie des populations, alertent les experts mondiaux de l’IPBES, le « GIEC de la biodiversité ». Partout sur la planète, le déclin de la biodiversité se poursuit, « réduisant considérablement la capacité de la nature à contribuer au bien-être des populations ». Ne pas agir pour stopper et inverser ce processus, c’est mettre en péril « non seulement l’avenir que nous voulons, mais aussi les vies que nous menons actuellement ». Tel est le message d’alerte délivré par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), réunie du 17 au 24 mars à Medellin (Colombie), pour sa 6e session plénière. ( http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/03/23/sur-tous-les-continents-la-nature-et-le-bien-etre-humain-sont-en-danger_5275433_3244.html#7A6Go2u6Oyqk1uGc.99)
[A noter aussi : L’eau « supercritique » et les processus magmatiques liés aux volcans ;  Les pistes pour rendre opérationnelle la stratégie nationale de la biodiversité ;  Et aussi : 22/03 : Le coup de gueule de Nicolas Hulot sur la biodiversité ; 26/03 : La dégradation des terres impacte d'ores et déjà les deux cinquièmes de l'humanité.]
-  01/05  -  La journaliste Élise Lucet nous interpelle à propos de la loi sur « les secrets d’affaires » par cette vidéo. La proposition de loi sur le secret des affaires va être examinée en commission mixte paritaire le 17 mai 2018. Avant, six spécialistes expliquent en vidéos les dangers d’une telle loi pour le travail des chercheurs, des ONG, des journalistes, des lanceurs d’alerte, ainsi que pour le droit fondamental à l’information des citoyens d’une manière générale. Sociétés de journalistes et associations indiquent que la proposition de loi érige « le secret des affaires en principe, et la révélation d'informations d'intérêt public en exception » (…) Une campagne a été lancée par le collectif "Stop secret d'affaires" (https://info.pollinis.org/secrets-daffaires-appel-urgent-elise-lucet/?utm_source=newsletter_716&utm_medium=email&utm_campaign=18mtd-ouv) (http://www.pollinis.org/videos-loi-secret-des-affaires-un-danger-pour-la-liberte-dinformation/)   -  26/05 : Discutée le 24/05, la loi inquiète toujours, mais déjà protège mieux  les lanceurs d’alerte et les journalistes, et pas assez leurs sources. (Le Monde, p7)
[A noter aussi : 26/03, Dégradation des terres pour les 2/5è de l'humanité -  06/04, La suspension de Linky ? -  12/04, Une politique énergétique absurde ?; -  15/04, Alerte scientifique sur les fongicides]
-  Le 19 avril, les députés européens viennent de voter un règlement qui libère les agriculteurs bio ! Désormais, ils pourront vendre leurs propres semences en toute liberté même si elles ne figurent pas dans le « catalogue officiel » des semences « brevetées », créées et vendues par les multinationales de l’agro-chimie. Les semences paysannes traditionnelles peuvent mieux s’adapter aux changements, climatiques notamment et ne sont pas moins productives que les semences industrielles. Le règlement facilite la conversion au « bio », Les exploitations « mixtes » (bio et non bio) ne seront autorisées que si les deux activités sont clairement séparées, avec des mesures « pour éviter la contamination » ; et de vrais contrôles sur le « label bio » » auront lieu (https://www.youtube.com/watch?v=k60Hg8yOpQY)

-  01/06  -  La France vit désormais au-dessus de ses moyens. A partir du 5 mai, la France vit à crédit. Son empreinte écologique se dégrade d'années en années. Le WWF appelle à engager une transition écologique plus ambitieuse.
   Si le monde entier vivait comme les Français, dès le 5 mai 2018 nous aurions déjà consommé l'ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an. C'est ce que révèle un
rapport du WWF France réalisé en partenariat avec Global Footprint Network. Dans ce monde, l'humanité aurait alors besoin de 2,9 planètes Terre par an pour subvenir à ses besoins contre 1,7 en prenant la moyenne mondiale. Au niveau planétaire, le "jour du dépassement" arrive en effet plus tard : en 2017, il était le 2 août.
   Le 5 mai, la France entre donc en déficit écologique. Après une amélioration entre 2008 et 2015, cette date  (
SUITE de la page d’accueil) aurait recommencé à se dégrader depuis, selon l'ONG : "signe que la transition écologique n'est pas assez ambitieuse". Ainsi, la France aurait accumulé 33 années de dette écologique depuis 1961. Pour Pascal Canfin, directeur général du WWF France, "le constat est clair : si la planète était une entreprise, elle serait en faillite".
  
Comparée aux autres pays, la France se situe parmi le peloton de tête des pays européens, entre l'Allemagne et le Royaume-Uni, indique le WWF France. L'Italie, l'Espagne ou le Portugal font mieux qu'elle mais elle reste derrière les Etats-Unis, le Canada, ou encore l'Australie dont le jour du dépassement est en mars.
  
Une empreinte écologique trop importante : Ces dates se calculent en fonction de l'empreinte écologique. Celle-ci vise à comparer la consommation effective par les activités humaines des ressources renouvelables avec le taux de régénération de la nature. "A cette fin, elle estime les surfaces terrestres et maritimes biologiquement productives nécessaires à la fourniture des biens et des services que nous consommons, puis la compare à la superficie disponible (la biocapacité de la Terre)", explique le rapport.
   Depuis trois ans, l'empreinte écologique du pays est repartie à la hausse. Son augmentation, de 5%, serait essentiellement liée à l'accroissement de la composante carbone qui s'explique, entre autres, par le faible prix des produits pétroliers à la même période. Aujourd'hui, plus de la moitié de l'empreinte écologique de la France est causée par l'empreinte carbone liée à la combustion d'énergies fossiles. Autres postes importants dans l'empreinte écologique : les cultures et les produits forestiers. L'empreinte écologique peut aussi être rapportée aux fonctions de consommation. En France, les empreintes de consommation associées au logement, au transport et à l'alimentation constituent plus des deux tiers de l'empreinte écologique.
  
Engager une vraie transition écologique : "La réduction de l'empreinte observée autour de 2010 dans les pays européens – notamment méditerranéens – s'explique surtout par la crise économique subie depuis 2008, et non pas par des changements structurels prospères", regrette l'ONG. Elle souhaite que des mesures soient prises pour véritablement engager la transition écologique et ainsi améliorer la date du "jour du dépassement". Elle propose pour cela quatorze mesures. Du côté de l'alimentation d'abord, elle appelle le gouvernement à soutenir les modes de consommation responsables, en particulier la baisse de consommation de viande, à encourager l'agriculture biologique et le stockage de carbone dans les sols agricoles, et à avancer une stratégie de lutte contre la déforestation importée. Pour la mobilité, le WWF France demande au gouvernement de soutenir le déploiement du vélo et de mettre en place des zones à circulation restreinte (ZCR) dans les villes. Pour l'énergie, l'association souhaite que le gouvernement développe les énergies renouvelables, notamment en honorant les objectifs de la loi de transition énergétique. La neutralité carbone, défi transversal, fait aussi partie des objectifs à atteindre.
   Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, réagit à l'annonce de cette date.
"Nous ne pouvons pas vivre à crédit, car nous détruisons et gaspillons des ressources qui manqueront cruellement aux générations futures", déclare-t-il dans un communiqué. Il indique qu'il faut changer d'échelle dans le développement des solutions comme les énergies renouvelables, l'aménagement du territoire et la lutte contre l'artificialisation des sols, l'agriculture sans pesticides, la lutte contre la déforestation importée. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/jour-depassement-france-5-mai-wwf-31213.php4)

[A noter aussi : -  25/05: La biodiversité augmente la stabilité de la végétation face aux fluctuations climatiques ; 27/05: Faisant fi du principe de précaution le Fipronil autorisé ; -  28/05: Construire avec et autour de l'arbre ;   -  30/05: Linky, passage en force : France2, le14/06]

04/06  -  Nombreux arbitrages gouvernementaux qui ne vont pas dans le sens de l’urgence écologique : loi Elan en faveur de l'accélération de l’urbanisme au détriment de la lutte contre l’artificialisation des sols, report de l’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans le mix énergétique d’ici 2025, ou encore feu vert à l’importation de 300.000 tonnes d’huile de palme par le groupe Total ! (https://www.actu-environnement.com/ae/news/gouvernance-macron-bilan-environnement-emission-tv-video-prudhomme-roubet-enmarche-france-insoumise-31398.php4#video&xtor=EREC-107)

Simples notes

de lecture

 

ECOLOGIE 
Infos Précédentes 
Infos
Anciennes

Vous êtes ici : Accueil   »   Ecologie Récente