DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

()  -  08/01/20  -  L’hydrogène, l’éternelle illusion. Aujourd’hui, le regain d’intérêt pour l’hydrogène suscité par la médiatisation de la transition énergétique entretient une illusion persistante perçue comme étant devenue une réalité mais le mur des coûts est solide.
L’hydrogène (H2) est une
terrible illusion comme énergie alternative aux combustibles fossiles. Les médias semblent fascinés par ce gaz perçu comme une panacée, mais entre la science et la perception publique ou politique, il y a un abîme.

Cette erreur commune persiste notamment parce que Jeremy Rifkin, un gourou dans le domaine de l’hydrogène, a présenté The Hydrogen Economy dans laquelle ce gaz remplacerait les combustibles fossiles pour la production d’électricité et les transports.

   Bon orateur répétant son mantra depuis maintenant plus de 15 ans, Rifkin a réussi à convaincre de nombreux politiciens, en particulier dans l’Union européenne (UE), que la révolution de l’hydrogène était en marche. Mais l’effet magique « abracadabra » ne fonctionne pas dans la science et l’économie.

La « société hydrogène »

L’hydrogène n’est pas une source d’énergie mais un vecteur d’énergie dont l’avantage est de ne produire que de l’eau en se combinant à l’oxygène de l’air. Mais il doit d’abord être produit à partir d’autres énergies car il n’existe presque pas à l’état libre dans la nature où les deux principales ressources contenant des atomes d’hydrogène sont l’eau et les hydrocarbures.

L’hydrogène est une matière première de base de l’industrie chimique et sa production est bien connue depuis longtemps.

Déjà dans les années 1970, la production d’hydrogène par électrolyse de l’eau devait être un nouveau miracle. Tout allait fonctionner avec cette « énergie  alternative ». Le secteur domestique allait être investi par l’hydrogène distribué par conduite souterraine dans les zones urbaines pour produire de l’électricité par pile à combustible et l’eau chaude sanitaire, et pour cuisiner.

   Bien entendu il devait également être utilisé pour remplacer les produits pétroliers dans le secteur du transport.

Ce rêve s’est fracassé sur l’évaluation des coûts… D’autant plus que le contre-choc pétrolier du milieu des années 1980 a sifflé la fin de la récréation idéologique après la chute du prix du pétrole et du gaz.

L’intérêt pour la production d’hydrogène via la décomposition thermique de l’eau dans des réacteurs à haute température (HTR) est brièvement apparu au début des années 2000 à l’initiative, notamment, du prix Nobel Carlo Rubbia.

   Des recherches sont en cours pour trouver de nouvelles façons plus économiques de produire de l’hydrogène, mais aucune percée n’est encore en vue.

La production d’hydrogène

 Seulement 4 % de toute la production mondiale d’hydrogène provient de l’électrolyse mais… en tant que sous-produit de la préparation électrolytique du chlore et de l’hydroxyde de sodium !

Le reste provient du charbon (4 %), du pétrole (7 %), et surtout du gaz naturel méthane (85 %) par le procédé industriel du vaporeformage.

   Ce procédé produit 10 kg de CO2 par kg d’H2 (qui occupe 11 m3 à température et pression ambiante) utilisé principalement pour la synthèse d’ammoniac (52 %) composant les engrais. Il est aussi utilisé dans le raffinage du pétrole et la pétrochimie (38 %) pour éliminer le soufre. C’est un produit noble et de luxe à haute valeur ajoutée dans l’industrie. (https://www.contrepoints.org/2020/01/08/361820-lhydrogene-leternelle-illusion)

 

 

24/12/19  -  H2RES : De l'hydrogène vert au Danemark pour la mobilité grâce à un démonstrateur exploitant de l’électricité provenant de 2 éoliennes offshores 3,6 MW de la centrale électrique de Avedøre, gérée par Ørsted, pour obtenir de l’hydrogène renouvelable. (h2-mobile.fr)

 

13/12/19  -  Un moyen moins coûteux de fabriquer de l’hydrogène à partir de l’eau. Des scientifiques de l’UNSW Sydney, de l’Université Griffith et de l’Université de technologie de Swinburne ont démontré que la capture d’hydrogène en le séparant de l’oxygène dans l’eau peut être effectuée en utilisant des métaux à faible coût comme le fer et le nickel (comme catalyseurs), ce qui accélère la réaction chimique, tout en nécessitant une quantité moindre d’énergie.
À noter que le fer et le nickel, que l’on trouve en abondance sur Terre, remplaceraient le ruthénium, le platine et l’iridium, des métaux précieux qui jusqu’à présent, sont considérés comme des catalyseurs de référence dans le processus de « fractionnement de l’eau ». «
Ce que nous faisons, c’est enduire les électrodes de notre catalyseur pour réduire la consommation d’énergie. Sur ce catalyseur, il y a une minuscule interface à une échelle nanométrique où le fer et le nickel se rencontrent au niveau atomique, ce qui devient ensuite un site actif pour la séparation de l’eau : c’est là que l’hydrogène peut être séparé de l’oxygène et capturé comme carburant, et l’oxygène peut être rejeté comme un déchet respectueux de l’environnement »,(https://trustmyscience.com/decouverte-moyen-moins-cher-fabriquer-hydrogene-a-partir-eau/)

 

22/09/19  -  Strasbourg va produire de l’hydrogène propre à partir de biomasse dès 2021. C’est un procédé unique au monde qu’ont mis au point deux entreprises françaises, Haffner Energy, une PME basée dans la Marne, et Réseaux-Gaz de Strasbourg (R-GDS). Il s’agit de fabriquer de l’hydrogène vert à partir de biomasse, sans émettre de CO2. Une trentaine de bus strasbourgeois pourraient ainsi rouler chaque jour à partir de 2021. Avec Hynoca, le gaz sera produit grâce à la thermolyse (chauffage à 400 degrés) de déchets forestiers et agricoles, une technique moins coûteuse que l’électrolyse de l’eau et des énergies renouvelables. (novethic.fr)

 -  06/09/19  -  Guillaume Pépy, patron de laSNCF,a annoncé le 29 ,août la commande de 15 trains régionaux à hydrogène à Alstom. Une victoire pour la Région et sa présidente Carole Delga qui se sont largement mobilisées autour du développement de cette nouvelle technologie pour les transports. «Je suis très fière que notre initiative, portée conjointement par les Régions Occitanie, Nouvelle Aquitaine et Grand Est, porte ses fruits. Dès l'été dernier, nous avions mobilisé l'ensemble des Régions françaises afin de permettre un nombre de commandes suffisant pour le lancement des productions par Alstom. La concrétisation de ces commandes par .la SNCF est une avancée importante et confirme la position de précurseur de la Région Occitanie qui a voté récemment un plan de 150 millions d 'euros pour le développement de sa filière hydrogène vert.».

L'un des intérêts du train à Hydrogène tient au fait qu'il n'émet aucun polluant. La Région Occitanie a déjà annoncé l'acquisition de trois des quinze rames attendues dans les deux ans. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo p16)

 

30/08/19  -  Hydrogène : un projet de production à partir de biomasse officiellement lancé à Strasbourg. La future usine mettra en œuvre une première étape de thermolyse de plaquette forestières pour produire un combustible solide (biochar) et un gaz de synthèse (syngas). L'hydrogène sera ensuite produit par une phase optimisée de vapocraquage du syngas. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/hydrogene-biomasse-strasbourg-hynoca-33961.php4)

 

29/08/19  -  Les microgouttelettes d'eau seraient capables de produire spontanément du peroxyde d'hydrogène. De manière d'autant plus importante que les gouttelettes sont petites. Et lorsque les gouttelettes sont recombinées pour former de l'eau, le peroxyde d'hydrogène formé n'est pas perdu. De quoi peut-être révolutionner le secteur de l'industrie chimique. (https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/chimie-surprise-gouttelettes-eau-produisent-spontanement-peroxyde-hydrogene-77398/)

 

12/07/19  -  La plateforme Vig’hy, lancée par l’Afhypac ce jeudi 11 juillet, est un outil cartographique qui recense et localise les projets, initiatives et stations de recharge d’hydrogène en France. « Vig’hy possède un système de tri qui permet aux utilisateurs d’affiner précisément leurs recherches », explique l’association. Ainsi, pour les stations de recharge, l’observatoire détaille l’accessibilité de la station, sa date d’ouverture, les niveaux de pression ou encore la typologie des véhicules pouvant s’y recharger. Pour les projets en cours, Vig’hy détaille les domaines d’application (intégration des EnR, différents types de mobilité, power-to-gas, résidentiel...) ou encore l’état d’avancement du projet. (https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2019/07/12/125280/afhypac-publie-observatoire-hydrogene-france)

 

12/07/19  -   Loïc Lemaitre a mis au point un avion à hydrogène, dans ses tout nouveaux locaux à Saint-Cyprien. Son prototype de moteur achevé, il lance ses premières levées de fonds. « Il y a beaucoup d'enthousiasme autour de mon projet», se réjouit-il. Il travaille depuis des années sur la mise au point d'un avion fonctionnant avec une pile à combustible et de l'hydrogène. Un modèle pour lequel il a innové en mettant en place un système de pales inversées qui permet une meilleure utilisation de l'air et donc une meilleure propulsion.

 Pas de bruit, de pollution et faibles coûts. Le projet vise à terme la construction d'un avion d'une capacité de 9 à 12 places, propre en terme d'émission de CO2. Il permettrait de relier rapidement pour un coût raisonnable les centaines

d'aéroports français dont la plupart sont insuffisamment utilisés et notamment sur des liaisons transrégionales.

.L'hydrogène sera produit sur site, cela veut dire pas de camions pour véhiculer le fuel  Il y a des avantages en cascade. ( .. .) (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo p7)

 

10/07/19  -  L’Occitanie a adopté, ce 27 juin, un plan "hydrogène vert" à hauteur de 150 millions d'euros. (https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo  , p7)

 

 

L’HYDROGENE   
Infos récentes

Énergies durables

Ci-dessus,   NATURE  -   ENR  -  HYDROGENE   :  Infos

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page