DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Haut de Page       Accueil

()  -  10/04/19  -  Considéré comme un atout pour la transition énergétique mondiale, l’hydrogène est aujourd’hui au centre de l’attention des équipementiers automobiles des quatre coins du globe.  De l’Asie (Toyota, Hyundai) à l’Europe (Daimler) en passant par l’Amérique du Nord (General Motors), de nombreux fabricants se lancent en effet dans la conception de voitures zéro émission grâce à la technologie de l’hydrogène-énergie.  Aujourd’hui, les coûts de production ont baissé et l’hydrogène se présente comme une solution viable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports.  Soucieux de se positionner sur ce marché, Michelin et Faurecia ont décidé d’unir leur force afin de créer un leader mondial des systèmes de piles à hydrogène. (https://www.lemondedelenergie.com/michelin-faurecia-hydrogene/2019/04/10/)

 

08/04/19  -  Le président de GreenGT présentait son prototype aux Assises de l’automobile, jeudi 28 mars au Mans. « La barre est assez haute, nous allons nous comparer au top du top en course d’endurance, au milieu de voitures et de technologies confirmées. C’est un challenge excitant, prouver que l’hydrogène peut concurrencer le thermique ! » Voilà l’un des objectifs de la société créée en 2008 par une bande de passionnés, avec la « conviction que la combinaison entre moteur électrique et stockage d’hydrogène est l’avenir de la mobilité. » (https://www.20minutes.fr/magazine/24h-du-mans-mag/2490235-20190408-greengt-voiture-carbure-hydrogene)

05/04/19  -  Hynamics. Cette nouvelle filiale de EDF a pour ambition de proposer un hydrogène bas carbone.  L’hydrogène -- qui sert encore essentiellement à l'industrie -- est produit à 95 % à partir de sources fossiles. À une température comprise entre 700 et 1.100 °C, de la vapeur d'eau réagit avec le méthane qui se cache dans le gaz naturel pour donner, in fine, du dioxyde de carbone et de l'hydrogène. Du dihydrogène (H2), plus exactement. Une technologie que les spécialistes connaissent sous le nom de vaporeformage. Une technologie surtout fortement émettrice de CO2 puisque pour chaque kilogramme d'hydrogène produit, il se dégage 10 kilogrammes de CO2 ! Hynamics, propose de produire de l'hydrogène par électrolyse de l'eau.  L'idée est simple : utiliser de l'électricité pour décomposer de l'eau (H2O) en oxygène (O) et en hydrogène (H2). Et dans le cas présent, une électricité décarbonée, bien sûr. Celle que EDF produit à partir de panneaux solaires photovoltaïques, d'éoliennes, de centrales hydrauliques, mais aussi de centrales nucléaires. .( https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/energie-hydrogene-bas-carbone-industrie-mobilite-75587/)

 

18/03/19  -  Produire de l’hydrogène à partir d’eau de mer, c’est possible. (Source) (https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-produire-hydrogene-partir-eau-mer-cest-possible-12879/)

 

 

10/03/19  -  1er appel à projets hydrogène lancé par le gouvernement. Celui-ci souhaite favoriser la production d’hydrogène décarboné, c’est-à-dire issu de modes de production qui n’ont pas recours aux énergies fossiles et dont le transport est assuré avec des solutions d’acheminement vertueuses. Dans le cadre de son plan hydrogène, la France ambitionne notamment de produire au moins 10% de son hydrogène à partir de ressources renouvelables d’ici  2023. (https://www.lemondedelenergie.com/gouvernement-appel-offres-hydrogene-industrie/2019/03/10/)

 

25/02/19  -  Valérie Bouillon-Delporte, « Strategic hydrogen leader » chez Michelin et présidente d’Hydrogène Europe. La conférencière a exposé tout l’intérêt des moteurs électriques à pile à hydrogène et la position de l’industrie française sur ce secteur au potentiel prometteur. (http://www.jss.fr/Cercle_des_strateges_disparus__les_enjeux_de_l%E2%80%99hydrogene-1545.awp?AWPID98B8ED7F=2428B2F1AD1E2356CDF9E9BD4D6289315EB829E8)

 

-  24/02/19  -  Après la batterie électrique et le gaz, l’hydrogène veut désormais accélérer son déploiement en Ile-de-France. Les taxis Hype ont déjà annoncé, en partenariat avec AirLiquid, Toyota et Idex, que leur flotte de véhicules allait passer de 100 à 600 d’ici 2020. HysetCo, nouvelle entreprise née de ce partenariat, espère également ouvrir rapidement une dizaine de stations à hydrogène. Aujourd’hui, elles sont quatre en Ile-de-France, à Loges-en-Josas (Yvelines), Roissy, Orly et au Pont de l’alma.( http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/et-maintenant-les-taxis-a-l-hydrogene-24-02-2019-8019378.php)

 

22/02/19  -  Trophées « Hydrogénies » A l’occasion de la tenue de la 20ème édition des assises européennes de la transition énergétique, les premiers trophées « Hydrogénies », organisés par le magazine Hydrogenium, en partenariat avec Ademe et la Communauté urbaine de Dunkerque, ont été remis. Huit lauréats ont été récompensés : Ainsi, le prix de l’industrie décarbonée a été remis à Haffner Energy, qui produit de l’hydrogène à partir de biomasse. Le Syndicat mixte Mobihan Energies et le consortium « Vents de Dunkerque », arrivent ex-aequo pour le prix du stockage et de la valorisation des énergies renouvelables. Le Syndicat mixte Morbihan Energies est récompensé pour la production et l’installation d’une station hydrogène à partir d’une alimentation électrique photovoltaïque. Le Syndicat a également répondu à un appel à projet pour la motorisation de bateaux de transport de personnes à l’hydrogène. De son côté, « Vents de Dunkerque » a pour projet d’installer une à hydrogène à partir d’un parc éolien, avec deux véhicules en libre-service. ETC. (https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2019/01/22/122639/hydrogene-huit-projets-recompenses-aux-assises-europeennes-transition-energetique)

-  19/02/19  -  Hydrogène : Ergosup vient de lever 11 millions d'euros de fonds et va pouvoir passer au stade industriel et mettre sur le marché ses premiers générateurs ou électrolyseurs d'hydrogène. La star-up, implantée à Cherbourg et dans la Drôme développe une nouvelle technologie pour produire ce gaz. L'hydrogène peut servir comme gaz industriel et surtout aujourd'hui se développe en tant que carburant propre pour de nombreux véhicules : voiture, bus, chariot élévateur, drone ou encore bateaux. (https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/hydrogene-ergosup-va-pouvoir-passer-a-la-vitesse-superieure-dans-le-cotentin-1550595164)

-
02/02/19  -  Les ambitions du plan hydrogène revues à la baisse. Les crédits seront alloués en fonction de l’état d’avancement des projets. Certains pourraient être laissés en jachère, au grand dam des industriels. (https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/02/energie-les-ambitions-du-plan-hydrogene-revues-a-la-baisse_5418254_3234.html) - 

22/01/19  -  La société française Haffner Energy développe une unité de production d'hydrogène à partir de biomasse, qui pourrait bien révolutionner le monde de l'énergie et stopper notre dépendance aux énergies fossiles. Privilégier la biomasse pour produire de l'hydrogène au lieu de l'électrolyse (technique énergivore), c'est d'abord écologiquement intéressant. "On utilise de la biomasse, c'est à dire de la matière organique végétale ou animale. Quand on parle de biomasse, on pense tout de suite à bois. Mais ça englobe beaucoup de choses en réalité, le bois ne représente que 20% du total", précise Philippe Haffner. On peut donc utiliser des déchets verts, mais aussi du lisier de porc, des fientes de volailles, des pailles de céréales et même des ordures ménagères organiques, c'est à dire nos déchets alimentaires de cuisine. Idéal puisque ce gisement est plus important que la quantité de pétrole qu'on importe en France. (https://www.franceinter.fr/sciences/l-hydrogene-a-la-place-des-energies-fossiles-une-entreprise-francaise-en-passe-de-relever-le-defi)

 

17/01/19 -  La future station de production et de distribution d'hydrogène et de distribution de gaz naturel sera opérationnelle d'ici la fin de l'année. L'hydrogène sera produit par électrolyse (on sépare les molécules d'hydrogène des molécules d'oxygène) à partir d'énergie fatale, autrement dit de «l'électricité perdue» (la nuit notamment). «On revient à notre cœur de métier, qui permet de donner une seconde vie aux déchets. À terme, une partie du méthane viendra du centre de méthanisation de Bozouls et on devrait également récupérer l'oxygène.» (https://www.ladepeche.fr/article/2019/01/17/2941450-la-station-d-hydrogene-et-de-gaz-naturel-prend-forme.html)

 

-  12/01/19  -  « Pourquoi l’hydrogène et l’hélium sont-ils les éléments les plus communs de l’Univers?
Les atomes d’hydrogène sont juste des protons. Les protons sont les seules particules composites stables pouvant être formées à partir de quarks. Ainsi, dès que l’Univers primordial est suffisamment froid pour que les quarks soient dans un état lié, vous obtenez beaucoup de protons, c’est-à-dire beaucoup d’hydrogène.

Mais pas seulement des protons. Il y a toujours un important excédent d’énergie disponible, si bien que des neutrons, qui ont besoin d’un peu plus d’énergie que les protons, se forment également. Les neutrons libres sont instables: leur demi-vie (aussi appelée période radioactive) est d’environ dix minutes, mais cela semble presque une éternité étant donné que l’on parle toujours de la première fraction de seconde de l’existence de l’Univers.
Ces protons et neutrons rebondissent les uns contre les autres et s’accrochent parfois les uns aux autres. Voici une analogie grossière, mais applicable: prenez plusieurs balles en caoutchouc dur, appliquez de l’adhésif à leur surface et placez-les dans une grande boîte. Si vous secouez la boîte avec vigueur, les balles rebondiront, qu’elles soient collantes ou non. Mais si vous la secouez doucement, elles se colleront les unes aux autres et resteront accrochées. Parfois, vous verrez des paires ou des trios de balles rebondir doucement comme un tout, sans se séparer.

Il se passe la même chose lorsqu’un proton et un neutron se fixent l’un à l’autre pour former un atome de deutérium, ou lorsque deux atomes de deutérium s’accrochent pour former un atome d’hélium. Ces deux réactions libèrent de l’énergie, si bien que les atomes qui en résultent sont assez stables. Il faudrait beaucoup d’énergie pour les séparer et il n’y a pas tant d’énergie supplémentaire disponible, puisque l’Univers refroidit rapidement et que les atomes rebondissent plus doucement qu’avant.

Un problème se pose alors. Une autre fusion entre un atome d’hélium et un atome de deutérium est par exemple impossible, car les produits de la fusion sont très instables. Il faut investir de l’énergie dans ces processus de fusion et l’énergie est presque immédiatement libérée lorsque le produit de la fusion se sépare à nouveau.

Les étoiles surmontent cela via la célèbre réaction triple alpha, qui permet à trois atomes d’hélium de se mêler pour former des atomes de carbone stables et libérer l’énergie. Néanmoins, ce processus est lent et il n’y a tout simplement pas assez de temps dans l’Univers primordial pour que cela se produise.

Et c'est ainsi que nous nous retrouvons coincés avec l’hydrogène, le deutérium, l’hélium et des traces d’autres éléments légers. Tout le reste du tableau périodique vient plus tard –et même bien plus tard–, puisque les éléments les plus lourds se forment dans les grosses étoiles, les explosions supernova, les fusions d’étoiles à neutrons et d’autres processus. » (http://www.slate.fr/story/172152/physique-hydrogene-helium-elements-plus-communs-univers)

 

 

 

L’HYDROGENE   
Infos récentes

Énergies durables

(La SUITE de NATURE par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Nature)

Ci-dessus,   NATURE  -   ENR  -  HYDROGENE   :  Infos

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info