NUCLEAIRE
Infos récentes
Pour un arrêt progressif et rapide

Energies durables

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

(26/11/19  -  <<L'utilisation de l'énergie atomique à des fins militaires est immorale>>

«{ ... )La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de compter sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d'anéantissement total.

( ... ) Un monde en paix, libre des armes nucléaires, est l'aspiration de millions d'hommes et de femmes partout. Transformer cet idéal en réalité demande la participation de tous. Notre réponse à la menace des armes nucléaires doit être collective et concertée, sur la base de la construction d'une confiance mutuelle. { ... ) Il faut rompre la dynamique de méfiance qui fait courir le risque d'arriver au démantèlement de l'architecture internationale de

contrôle des armes.{ ... ) »

«{ ... )J'ai senti le devoir de venir en ce lieu en pèlerin de paix, pour rester en prière, en souvenir des victimes innocentes de tant de violence et en portant dans le cœur les suppliques des hommes et des femmes, notamment des jeunes, (Suite de la page d’accueil)  qui désirent la paix.( ••• ) Je désire redire avec conviction que l'utilisation de l'énergie atomique à des fins militaires est plus que jamais un crime, non seulement contre l'homme, mais aussi contre toute possibilité d'avenir dans notre maison commune. L'utilisation de l'énergie atomique à des fins militaires est immorale. Tout comme est immorale la possession des armes atomiques, comme je l'ai déjà dit il y a deux ans. Les nouvelles générations se lèveront en juges de notre défaite si nous nous contentons de parler de paix sans le traduire concrètement dans les relations entre les peuples de la terre. { ••• )   Traduction officielle des prises de parole du pape François (La Croix, p19)

26/11/19  -  Gestion des déchets nucléaires en France.  Après cinq mois de travail, la Commission nationale du débat public dresse un constat très sévère. Les plans ne répondent pas aux attentes des citoyens, qui réclament d'être associés aux choix stratégiques.

   La Commission exprime: le hiatus profond entre ce type de plan, tourné vers des arbitrages techniques de court terme, et ce que souhaitent les citoyens. Ceux-ci n'ont cessé de répéter, à cor et à cri, parfois de façon brutale (certaines réunions ont été perturbées), leur souhait d'être· associés aux choix stratégiques et éthiques. «Tout est déjà décidé», «comment voulez-vous que l'on vous croie», «le débat est tronqué», se sont plaintes de nombreuses personnes parmi les 3 400 participants. « Une partie du public a le sentiment d'être trompée depuis des années ( ... ). Le débat public tel qu'il est posé ( ... ) trouve ici ses limites», cingle le rapport.
   Ainsi, sur tous les sujets, les mêmes frustrations: sur la saturation des capacités d'entreposage des combustibles usés, l'impact sanitaire des déchets, le transport ou, enjeu emblématique,

Cigéo. La réversibilité d'un tel projet - qui prévoit l'enfouissement en couche géologique profonde des résidus les plus radioactifs en Meuse et en Haute-Marne - a été mise sur la table. « Un mécanisme de concertation pluraliste et continu, avec des-phases de bilan régulier» doit a minima être mis en place, ont jugé les citoyens. '

   D'après le rapport, « une partie du public demande aussi que rien d'irréversible ne soit engagé et que les évolutions de fond restent possibles à chaque étape du projet». Surtout, la question des générations futures, et de cet «héritage radioactif», a pris une large place.
   Sur l'autre sujet phare - l'entreposage des combustibles usés-, «un consensus s'est dégagé (... ) autour du besoin de nouvelles capacités» vers l'échéance 2030, dit le rapport.

Il ressort également du débat cette conviction du grand public: la question des déchets ne peut être dissociée de la politique nucléaire dans son ensemble. Ces déchets, souligne Greenpeace, «viennent rappeler que le nucléaire, bien que bas carbone est une énergie qui pollue gravement et durablement l'environnement». De son côté, la Commission est claire: les décideurs «doivent apporter la preuve de la considération qu'ils accordent (au débat) et donc revoir profondément le système de gouvernance» de la filière en France. (La Croix, p9)

26/09/19  -  Le développement du nucléaire est trop lent et trop coûteux pour sauver le climat, selon le rapport WNISR. À la mi-2019, les nouveaux générateurs éoliens et solaires augmentaient leur capacité de production plus rapidement que tout autre type d'énergie. Aussi, ils concurrençaient efficacement les centrales nucléaires existantes, même en termes de coûts. "Il est urgent de stabiliser le climat, le nucléaire est lent", "Il ne répond à aucun besoin technique ou opérationnel que les concurrents sobres en carbone ne puissent satisfaire mieux, moins cher et plus rapidement."  (usinenouvelle.com/)

02/09/19  -  Le gouvernement justifie l’arrêt du projet Astrid. Vendredi 30 août, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a confirmé l’abandon du chantier du prototype de réacteur nucléaire de quatrième génération. En plein débat sur la gestion des déchets radioactifs, l’annonce fait l’effet d’un séisme pour la filière de l’atome. https://www.usinenouvelle.com/article/comment-le-gouvernement-justifie-l-arret-du-projet-nucleaire-astrid.N879365#xtor=EPR-419&email=drocourtsite@free.fr) Abonné. - (https://www.lemonde.fr/, 31/08, Economie et entreprise, p12)

 

29/08/19  -  Comment la justice européenne pourrait impacter considérablement le programme nucléaire français ? Dans une décision estivale, la CJUE précise la prise en compte des incidences environnementales
lors du prolongement de la durée de vie de centrales nucléaires. Un éclairage juridique qui s'impose au grand carénage français, selon Corinne Lepage.
(https://www.actu-environnement.com/ae/news/commentaire-arret-cjue-prolongation-centrale-nucleaire-belge-corinne-lepage-33959.php4)


17/08/19  -  Dégât des ondes. Au festival Getxophoto, en Espagne, le Japonais Masamichi Kagaya présente la série Autoradiographie du nom du procédé qui permet de voir les traces de radioactivité, théoriquement invisibles à l'œil nu. L'artiste a travaillé avec Satoshi Mori, professeur émérite à l'université de Tokyo, pour cette série qui montre les dégâts considérables qu'animaux, végétation et objets divers ont vécus après la catastrophe de Fukushima, en 2011. Un travail à la fois scientifique et artistique. A. Ad Getxophoto, « Post Homo Sapiens», à Getxo, Espagne. Du 4 au 29 septembre. http://www.autoradiograph.org/  (M le Magazine du Monde, p71) ( https://contests.picter.com/getxophoto-open-call-2019)

07/06/19  -  La baisse de la part du nucléaire dans le mix énergétique mondial est une tendance qui pourrait avoir des effets négatifs sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Pire, la sortie rapide du nucléaire décidée par des pays comme l’Allemagne pourrait compromettre l’atteinte des objectifs de la transition énergétique mondiale. C’est en tout cas ce qu’estime l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) dans son dernier rapport, “L’énergie nucléaire dans un système énergétique propre”. (https://www.lemondedelenergie.com/aie-declin-nucleaire-climat-rechauffement-climatique/2019/06/07/)

 

13/05/19  -  L'Autorité de sûreté nucléaire dresse un premier bilan de son plan de lutte contre les fraudes. Elle signale que 22 irrégularités lui ont été signalées en six mois via son nouveau dispositif dédié aux lanceurs d'alerte.

(https://www.actu-environnement.com/ae/news/Nucleaire-22-fraudes-potentielles-signalees-Autorite-surete-33415.php4#xtor=ES-6)


02/05/19  -  La Criirad boycotte le débat sur la gestion des déchets nucléaires. "Informations tronquées et tendancieuses", "partialité", "désinformation","arnaque", "déni de démocratie". La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) met en cause l'honnêteté et la sincérité des services de l'État mais aussi celle des ingénieurs et techniciens qui réalisent les mesures. Son directeur de laboratoire s'explique à Lyon Capitale. (https://www.lyoncapitale.fr/actualite/la-criirad-boycotte-le-debat-sur-la-gestion-des-dechets-nucleaires/)

 

25/04/19  -  « Que léguerons-nous à nos enfants ? Dans le cadre du débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), qui s’achèvera le 25 septembre. La filière nucléaire française met ainsi en avant le concept de « cycle fermé », en annonçant que 96 % du combustible usé est valorisable, dans une forme d’économie circulaire où le rebut d’un processus industriel se transforme en ressource pour une nouvelle production. La réalité est pourtant très différente aujourd’hui : 1 % seulement est effectivement valorisé. (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/25/comment-le-nucleaire-produit-des-dechets-pour-des-millenaires_5454539_3244.html)

 

 -  20/03/19  -  Séisme près de la centrale nucléaire du Blayais : dernier rappel ? Ce mercredi 20 mars 2019, un séisme d'une magnitude non négligeable (5,9) s'est produit à proximité de la centrale nucléaire du Blayais (Gironde). Il est légitime de se demander si cet évènement n'est pas le dernier rappel avant que le pire ne se produise. En effet, même s'il se termine sans dommages importants, cet épisode vient rappeler que l'ensemble de la population française, et même européenne, vit sous la menace d'une catastrophe nucléaire dont la cause peut être purement industrielle mais qui peut aussi survenir à la suite d'un évènement naturel. (http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article362)

 

11/03/19  -  L’Autorité de sûreté nucléaire a dû accorder deux années supplémentaires à EDF pour équiper ses réacteurs de groupes électrogènes « d’ultime secours », huit ans après la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011 au Japon. La filière nucléaire a-t-elle tiré toutes les leçons de la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011 ? En France en tout cas, cles prescriptions adressées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) aux exploitants pour renforcer leurs installations ne sont encore, huit ans après, que très partiellement mises en œuvre. Dans une décision du 19 février, passée relativement inaperçue, le gendarme du nucléaire vient ainsi d’accorder à EDF un délai supplémentaire de deux ans pour équiper l’ensemble de ses réacteurs de « diesels d’ultime secours ». Il s’agit de groupes électrogènes destinés à garantir l’alimentation électrique des sites atomiques en cas de défaillance de toutes les autres sources d’électricité. (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/11/les-centrales-nucleaires-francaises-ne-sont-toujours-pas-aux-normes-post-fukushima_5434350_3244.html)

 

 

 

 

- Commentaires

Ci-dessus,   NATURE  -   NUCLEAIRE :  Infos

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page