NUCLEAIRE
Infos récentes
Pour un arrêt progressif et rapide

Energies durables

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

()  -  13/05/19  -  L'Autorité de sûreté nucléaire dresse un premier bilan de son plan de lutte contre les fraudes. Elle signale que 22 irrégularités lui ont été signalées en six mois via son nouveau dispositif dédié aux lanceurs d'alerte.

(https://www.actu-environnement.com/ae/news/Nucleaire-22-fraudes-potentielles-signalees-Autorite-surete-33415.php4#xtor=ES-6)


02/05/19  -  La Criirad boycotte le débat sur la gestion des déchets nucléaires. "Informations tronquées et tendancieuses", "partialité", "désinformation","arnaque", "déni de démocratie". La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) met en cause l'honnêteté et la sincérité des services de l'État mais aussi celle des ingénieurs et techniciens qui réalisent les mesures. Son directeur de laboratoire s'explique à Lyon Capitale. (https://www.lyoncapitale.fr/actualite/la-criirad-boycotte-le-debat-sur-la-gestion-des-dechets-nucleaires/)

 

25/04/19  -  « Que léguerons-nous à nos enfants ? Dans le cadre du débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), qui s’achèvera le 25 septembre. La filière nucléaire française met ainsi en avant le concept de « cycle fermé », en annonçant que 96 % du combustible usé est valorisable, dans une forme d’économie circulaire où le rebut d’un processus industriel se transforme en ressource pour une nouvelle production. La réalité est pourtant très différente aujourd’hui : 1 % seulement est effectivement valorisé. (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/25/comment-le-nucleaire-produit-des-dechets-pour-des-millenaires_5454539_3244.html)

 

 -  20/03/19  -  Séisme près de la centrale nucléaire du Blayais : dernier rappel ? Ce mercredi 20 mars 2019, un séisme d'une magnitude non négligeable (5,9) s'est produit à proximité de la centrale nucléaire du Blayais (Gironde). Il est légitime de se demander si cet évènement n'est pas le dernier rappel avant que le pire ne se produise. En effet, même s'il se termine sans dommages importants, cet épisode vient rappeler que l'ensemble de la population française, et même européenne, vit sous la menace d'une catastrophe nucléaire dont la cause peut être purement industrielle mais qui peut aussi survenir à la suite d'un évènement naturel. (http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article362)

 

11/03/19  -  L’Autorité de sûreté nucléaire a dû accorder deux années supplémentaires à EDF pour équiper ses réacteurs de groupes électrogènes « d’ultime secours », huit ans après la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011 au Japon. La filière nucléaire a-t-elle tiré toutes les leçons de la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011 ? En France en tout cas, cles prescriptions adressées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) aux exploitants pour renforcer leurs installations ne sont encore, huit ans après, que très partiellement mises en œuvre. Dans une décision du 19 février, passée relativement inaperçue, le gendarme du nucléaire vient ainsi d’accorder à EDF un délai supplémentaire de deux ans pour équiper l’ensemble de ses réacteurs de « diesels d’ultime secours ». Il s’agit de groupes électrogènes destinés à garantir l’alimentation électrique des sites atomiques en cas de défaillance de toutes les autres sources d’électricité. (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/11/les-centrales-nucleaires-francaises-ne-sont-toujours-pas-aux-normes-post-fukushima_5434350_3244.html)

 

09/03/19  -  La France face au fardeau des déchets nucléaires. (Extraits) Alors que les volumes de résidus radioactifs vont croissant, les sites de stockage approchent de la saturation. Les déchets radioactifs seront l’objet du premier grand débat national qui leur sera consacré entre avril et septembre.

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), gère les centres de stockage de Soulaines-Dhuys, et de  Morvilliers (Aube) où sont ensevelis les résidus qui resteront tout de même radioactifs, pendant plusieurs siècles.

L’Andra, dit que plus de 10000 analyses sont effectuées chaque année pour vérifier l'absence de contamination de l' air, de la faune, de la flore et des eaux souterraines.  Le centre de Soulaines-Dhuys pourra être exploité pendant encore un demi-siècle, celui de Morvilliers, en revanche, sera saturé entre 2025 et 2030: sa capacité de 650000 m3 est déjà utilisée à plus de 50 %.

Dans les années à venir, le démantèlement progressif des cinquante-huit réacteurs du parc nucléaire national va générer

d'énormes quantités de déchets de très faible activité. Selon l'Andra, ce sera plus de trois fois la capacité actuelle du site de Morvilliers. De plus à ce jour, il n'existe aucun débouché pour une autre catégorie de déchets à vie longue - plus de trois cents ans. Il s'agit de déchets anciens, comme le graphite, et les déchets radifères.

Reste les déchets de haute activité ou de moyenne activité à vie longue, soit des centaines de milliers d'années, issus pour l'essentiel du retraitement des combustibles usés. (3 % de l'ensemble des résidus nucléaires), mais aux effets potentiellement

très dangereux pour la santé et l'environnement." Ceux-là sont destinés à être enfouis, à 500 mètres sous terre, dans le sous-sol de Bure (Meuse). Cigéo devrait entrer en service en 2026 ou 2027,  Selon le dernier inventaire de l'Andra, la France possédait au total fin 2016, un stock de 1,5 million de m3 de déchets radioactifs: Au terme du fonctionnement et du démantèlement du parc de réacteurs actuel, EPR de Flamanville (Manche) compris, il aura été multiplié par trois ou par quatre. (Le Monde, Planète, p6)

-  22/11/18  -  L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) commence la déclinaison de son plan antifraudes. Elle a lancé un portail dédié aux lanceurs d'alerte. L'objectif ? Recueillir des signalements d'irrégularités rencontrées dans les installations nucléaires ou des usages par exemple le transport de substances radioactives et certaines pratiques médicales ou industrielles. Il vise également des écarts comme la falsification de documents ou de résultats de mesures, la mise en œuvre de pratiques non conformes aux règles de l'art. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/autorite-surete-nucleaire-portail-lanceurs-alerte-32445.php4#xtor=ES-6)

 

- 29/08/18  -  L’Afrique du Sud met entre parenthèses l’atome et mise sur les énergies renouvelables pour atténuer sa dépendance au charbon. Il n’inclut aucune nouvelle centrale nucléaire : Soutenu à bras-le-corps par l’ancien président de 76 ans Jacob Zuma (2009-2018), le programme nucléaire était vigoureusement combattu par l’opposition et les associations environnementales, jusque dans les rangs du parti au pouvoir, le Congrès national africain. D’abord pour son coût faramineux : 1 000 milliards de rands (60,2 milliards d’euros) pour la construction de 6 à 8 réacteurs d’une capacité installée de 9 600 mégawatts. Prévue dans le précédent plan de production électrique de 2010, cette capacité ne reflète plus les besoins du pays…Les forts soupçons de corruption pesant sur la présidence Zuma ont ensuite achevé de décrédibiliser les ambitions sud-africaines. (https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/08/29/l-afrique-du-sud-se-detourne-provisoirement-du-nucleaire_5347430_3234.html)

 

-  19/07/18  -  Nucléaire : EDF a découvert 1.775 anomalies et 449 non-conformités sur 46 réacteurs. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-edf-anomalies-non-conformites-reacteurs-creusot-31729.php4#xtor=ES-6)

 

-  04/07/18  Observatoire du nucléaire - Revue de presse pluri-mensuelle - Printemps 2018 (mars-avril-mai-juin) -  (http://www.observatoire-du-nucleaire.org)

-  05/07/18 -   La commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires estime que les installations françaises ont des failles. Elle émet 33 recommandations dans son rapport remis ce jeudi 5 juillet à François de Rugy, président de l'Assemblée nationale. Après cinq mois de travail, plus de 80 auditions sous serment et une dizaine de déplacements, ces conclusions ont été adoptées "à une large majorité" (https://www.actu-environnement.com/ae/news/deputes-failles-nucleaire-sous-traitance-vieillissement-risque-terroriste-31635.php4#xtor=ES-6)

 

-  15/06/18  -  les ONG redoutent l'influence "néfaste" d'EDF sur la future PPE : Ce serait une erreur de renoncer à planifier la fermeture de réacteurs nucléaires d'ici 2028... (https://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-ppe-edf-ong-crainte-31481.php4#xtor=ES-6

 

-  11/06/18  -  Un excès de ‘risque’ de cancer identifié autour du stockage de déchets radioactifs de l'Aube. Le risque de décéder d'un cancer du poumon est plus élevé pour les hommes vivant dans une zone de 15 km autour du centre de stockage de déchets radioactifs de Soulaines (CSFMA) que dans le reste des deux départements de l'Aube et de la Haute-Marne dans lesquels il se situe.( https://www.actu-environnement.com/ae/news/soulaines-dechets-radioactifs-cancer-risque-31447.php4#xtor=ES-6)

 

-  7/06/18  -  Selon Pierre-Franck Chevet, environ un tiers des soudures du circuit secondaire de l'EPR sont défectueuses. Surtout, la qualité du métal utilisé n'est pas au niveau requis pour ce type de soudure, explique le président de l'ASN. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/edf-flamanvill-defauts-soudures-asn-31431.php4#xtor=ES-6) abt.

 

-  07/06/18  - Les deux EPR chinois sont dotés de cuves défectueuses comme celle de Flamanville, leur démarrage est une décision insensée. En annonçant fièrement mercredi 6 juin 2018 le démarrage du premier EPR à Taïshan (Chine), EDF a probablement cru pouvoir faire oublier ses propres déboires sur le chantier EPR de Flamanville (Manche), mais aussi les conditions insensées dans lesquelles ces deux EPR ont été bradés aux Chinois en 2007. En effet, ainsi que nous l'avions révélé en 2007 (pour le compte d'une autre association à l'époque), les deux EPR ont été littéralement offerts par Areva à 5 milliards de dollars les deux, soit à l'époque environ 3,66 milliards d'euros les deux (cf dépêche AFP du 30 juillet 2017). La transaction ne concernait certes que les ilots nucléaires (les Chinois se faisant fort de construire eux-mêmes les autres parties des réacteurs), mais le prix de 1,83 milliard d'euros pièce relève incontestablement du dumping sachant que la construction d'un EPR coûte au bas mot 10 milliards d'euros. Il serait donc justifié que les agences d'Etat, les médias et la justice enquêtent pour savoir exactement combien la vente de ces réacteurs coûte à la France (au lieu de lui rapporter de l'argent comme on peut le lire ici ou là). D'autre part, il est nécessaire de rappeler que les deux EPR chinois sont dotés de cuves défectueuses, ratées par Areva dans ses usines du Creusot au même titre que la cuve de l'EPR de Flamanville. Le démarrage du premier EPR chinois montre que la prétendue "Autorité de sûreté" chinoise est aussi déficiente ou soumise que l'ASN française, elle-même incapable d'interdire à EDF d'utiliser des pièces défectueuses. Conçu au début des années 90, l'EPR est un dinosaure totalement dépassé (même du point de vue pro-nucléaire) avant même de produire ses premiers kilowattheures et ses premiers déchets radioactifs, à supposer qu'il parvienne à générer quoi que ce soit sans causer d'accident majeur. (http://www.observatoire-du-nucleaire.org)   

 

 

      

 

 

- Commentaires

Ci-dessus,   NATURE  -   NUCLEAIRE :  Infos

(La SUITE de NATURE par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Nature)

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info