DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

() 13/02/20  -  Les Verts pourraient arriver en tête aux municipales. Selon un sondage Harris Interactive, le parti Europe Écologie les Verts (EELV) arriverait en tête aux élections de mars prochain avc45 % des voix, devançant le Rassemblement national {RN, 39 %) et la République en marche (REM,32%). L’irruption des Verts mettrait un terme au duel entre REM et RN.

   Il faut prendre cette enquête d'opinion avec des pincettes. (…) En outre, 52 % qui déclarent voter vert ne sont pas certains de leur choix définitif, contre 89 % pour le RN et 69% pour LR.  Mais le sondage  démontre sans nuances une popularité d'EELV qui fonde l'action de Yannick Jadot: depuis le début de la campagne (et le score de près de 14 % aux élections européennes l'a déjà confirmé), il ne cesse de dire qu'il va ravir sa deuxième place à la République en marche. L’enjeu de la course, c'est bien sûr le second tour de la présidentielle de 2022, où figurera sans aucun doute Marine Le Pen mais où Emmanuel Macron n'.est plus totalement sûr de se retrouver.

   Le président de la République peut toujours dire qu'il reste en mesure de gagner la présidentielle même

s'il perd les municipales ; il peut toujours dire qu'il a deux ans devant lui pour se refaire une santé; il peut toujours dire, et avec raison que, les deux scrutins (municipal et présidentiel) n'ont aucun rapport Il n'empêche que le parti politique qui a le vent en poupe n'est pas le sien, que cette échéance introduit un parti égal ou supérieur en électeurs potentiels que le RN et la REM et que les événements qui vont se

produire pendant les deux prochaines années seront, sauf surprise, peu favorables aux desseins de la REM.

   Non seulement est-on en droit de dire que le pouvoir actuel n'en a pas fini avec la réforme des retraites, mais on peut ajouter que, même s'il gagne cette partie, l'atmosphère, dans la rue française, sera si désagréable qu'il pourrait remporter une victoire à la Pyrrhus. Le gouvernement fait face à un déluge de critiques sévères dans de nombreux domaines: les contribuables ne jugent pas suffisantes les réductions d'impôts; les citoyens se sentent de moins en moins en sécurité; les chiffres du chômage ne baissent que très lentement. Or la conjoncture internationale va être plombée par le coronavirus, les guerres commerciales, le Brexit, la réélection probable de Donald Trump et des problèmes climatiques pratiquement insurmontables.
   Le schéma de 20I7 ne se reproduira pas

Certes, les Verts en général et M.Jadot en particulier semblent avoir vendu la peau de l' ours. Mais, comme on note aussi une remontée de la droite classique, l'électorat du second tour de la présidentielle va se fragmenter et, cette fois, on n'assistera pas au duel qui a valu à Jacques Chirac d'être réélu brillamment en 2002 et à Macron de l'être, dans les mêmes conditions, en 2017. La place du second tour en 2022 se jouera sur des décimes de pourcentage au premier. Ce schéma est d'autant plus probable que le ralentissement de l'économie française est pratiquement inévitable, même si, pour le moment, la France souffre moins de la conjoncture que ses partenaires européens.

On a vu comment le peuple a accueilli les réformes de M. Macron. On verra comment il accueillera ses échecs économiques et sociaux.

   Les Verts offrent, dans cette perspective, une hypothèse acceptable: ce sont des démocrates et l'écologie doit être la première de nos priorités. Mais leur progression va galvaniser les Républicains qui voient, non sans raison, une formation plus à gauche que le PS derrière le masque écologiste. Enfin, un autre élément existe qui ne joue pas en faveur de la REM: la guerre des oppositions contre le pouvoir exclut la possibilité d'un rapprochement entre la REM et LR La droite est enfermée dans un conflit avec M. Macron et ne saurait passer un compromis avec lui ni se désister. Après avoir dénoncé à cor et à cri la« confiscation » des rendez-vous électoraux par la REM et par le RN, on la voit mal apporter ses voix à la macronie. Cela signifie seulement que, pour empêcher un match RN-REM, elle en aura facilité un autre, par exemple entre EELV et l'extrême droite. Et même couru le risque de faire élire Marine Le Pen présidente. Richard Liscia -  -  (www.lequotidiendumedecin.fr  le journal, n° 9808, p16)

 

 

26/01/20  -  Comme un arbre dans la ville : Au Mans, avenue Bollée, UN CÈDRE BLEU DU LIBAN HAUT DE 30 MÈTRES FAIT FRISSONNER LES MANCEAUX, QUI CRAIGNENT POUR SA SURVIE. Un projet immobilier de 103 logements sociaux doit être construit sur la parcelle voisine, où l'excavation de la terre a commencé. Non concerné « théoriquement » par le chantier, l'arbre passera-t-il l'hiver? Des militants écolos en doutent, et se relaient à son pied pour alerter de l'arrivée potentielle des bûcherons. En lui, ils disent voir un symbole de la façon dont les grands arbres sont considérés dans les centres villes à forte concentration.

   En abat-on aujourd'hui davantage qu'il y a dix ans? Difficile à dire. Les actions visant à les protéger des bulldozers semblent, en revanche, n'avoir jamais été aussi nombreuses. Dans de multiples villes de France, des mobilisations se forment pour entraver des programmes d'aménagement urbain nécessitant la coupe de troncs anciens. A Nice, Marseille, Montpellier, Bordeaux, Caen, Angoulême, Bourges, des recours ont été engagés, des tracts distribués, des campements installés.

   Le Mans a décidé de freiner son étalement urbain. Près de 500 hectares de terres agricoles et d'espaces naturels, jusque-là ouverts à la construction, devraient  (Suite de la page d’Accueilêtre déclassés, le 30 janvier, lors de l'adoption du PLU communautaire. Cette politique a une contrepartie: densifier les centres villes, afin d'accueillir de nouveaux habitants. Tout l'art, pour les élus et les promoteurs, est alors de trouver des espaces disponibles, des « dents creuses » au cœur des paysages citadins compacts - paysages où les grands arbres font office de poumons.

   L'opposition au projet de l'avenue Bollée n'est pas une première au Mans. Créée en 2012 pour empêcher l'abattage d'arbres près de la cathédrale, dont un ginkgo biloba centenaire, l'association ‘Patrimoine environnemental menacé’ {PEM) a mené plusieurs campagnes de sauvegarde d'espèces à haute tige, menacées par le béton.

   Ces attaques tous azimuts désolent la vice-présidente du Mans Métropole déléguée à l'urbanisme, Catherine Gouhier. « On ne peut pas s'opposer, en même temps, à des projets qui réduisent les zones pavillonnaires sur des zones naturelles et à de l'habitat neuf en centre-ville», argue-t-elle. D'accord, estime Michèle Miant, la présidente de PEM, mais quid des grands arbres intra-muros? « Ils ne sont jamais pris en compte dans les constructions. Densifier le centre-ville ne doit pas être un prétexte à laisser toute latitude aux promoteurs »,

Derrière le cas de cet arbre en sursis, une question générale se pose: celle de l'adaptation des villes aux réalités démographiques et géographiques d'aujourd'hui.

Debout dans la tempête, le cèdre, lui, compte les points, entre deux visites nocturnes, comme celles de Mohamed Boukhers, dit « Maquis », un activiste écolo bien connu de la ZAD de Notre-Dame des-Landes. Celui-ci envisage de planter sa tente à son pied, afin de guetter les tronçonneuses.

(https://www.lemonde.fr/, Le Journal, n° 23342, p32)

 

22/01/20  -  La ville de Port-Vendres se prépare au changement climatique. La ville est actuellement engagée dans une consultation citoyenne en vue de définir des actions concrètes d'adaptation au changement. Sélectionnée pour participer à un projet pilote d'envergure transfrontalière

en lien avec le changement climatique Port-Vendres se met à l'action. La petite ville côtière est en train de

mettre en place un Plan Local d'Adaptation au Changement Climatique (PLACC). Son objectif: définir un ensemble d'actions à mener en vue de diminuer son impact sur l'environnement mais aussi pour s'adapter aux effets du changement climatique dans les années à venir. Ces actions devraient notamment concerner «la réimperméabilisation des sols en centre-ville, la gestion durable de l'eau, une sensibilisation à la montée des eaux, ou encore la création d'îlots fraîcheurs qui permettraient de mieux supporter les augmentations de température », liste la commune.
(
https://www.lasemaineduroussillon.com/hebdo, p2)

 

20/01/20  -  La France engage la fermeture de ses 4 centrales à charbon. C’était une promesse d'Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle de 2017: Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat à la transition écologique et solidaire, a annoncé coup sur coup, les calendriers de fermeture. Celle du Havre (Seine-Maritime), le 01/04/2021, et celle de Saint-Avold (Moselle), en 2022. « C'est une décision écologique: les centrales à charbon représentent 2 % des émissions de C02 en France, mais 30 % des émissions de la production électrique»,

   Le groupe énergétique - détenu à 83 % par l'Etat – a lui-même fixé cette date en accord avec le gouvernement. La secrétaire d'Etat assure qu'un emploi sera trouvé pour chacun des 160 salariés d'EDF et a vanté l'installation d'une usine d'éoliennes en mer opérée à quelques centaines de mètres de la centrale. « On ne voit aucun signe concret », déplore Frédéric Guérin de la CGT du Havre. « Les agents sont livrés à eux-mêmes, ils doivent se chercher eux-mêmes un point de chute.» Il dénonce une négociation menée au pas de charge et des conditions moins favorables que celles octroyées aux salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), dont les deux réacteurs doivent fermer cette année. La difficulté pour EDF est qu'elle compte bien faire fonctionner les turbines jusqu'au dernier jour, et qu'elle aura besoin d'une grande partie des équipes pour le faire ... et n'a donc pas intérêt à les reclasser trop rapidement. (…)      (lemonde.fr/)

 

 

 

LES PAGES DU SITE  : Date de la dernière info pour chaque page

Ci-dessus,   LA NATURE / Infos +/- récentes et datées   -     Page précédente   -     Page suivante

Haut de Page   -   Accueil   -   Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème  Merci

 

Nature :
Infos récentes-

Commentaires
Références

 

COP  25

 

ONU
SOMMET EXCEPTIONNEL SUR LE CLIMAT
La planète se réunit à New-York, du 21 au 23/09, avec l’objectif de  relancer l’accord de paris sur le climat de 2015. Le secrétaire général exige « des plans concrets »
(Le Monde, 21/09, p2)