DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

() 07/10/19  -  L'INRA a testé la mise en place de cultures sans pesticides.
Sur une parcelle expérimentale à Castanet-Tolosan (31) les chercheurs ont choisi d'augmenter la fréquence de rotation des cultures, avec une sélection de plantes plus résistantes aux maladies. Sorgho et Millet remplacent pesticides et herbicides

Dans ces rotations sont inclues des périodes où l'on sème du sorgho et du millet. Combinées et broyées ces 2 graminées sont ensuite réintégrées dans le sol où elles présentent trois avantages simultanés : apporter de l'azote dans la terre (sans besoin d'engrais chimiques)  -  lutter contre l'érosion de surface  -  étouffer les mauvaises herbes envahissantes.
Certes les rendements visés sont moins élevés qu'en agriculture intensive, mais avec l'économie réalisée par le non-usage de pesticides, on retrouve une rentabilité, moins élevée mais toujours viable. (
france3-regions.francetvinfo.fr)

03/10/19  --  Quelques nouvelles tristes des humains sur la Planète :
24/09/19  -  Des chercheurs du Muséum national d’Histoire Naturelle (MNHN) et d'AgroParisTech montrent dans la revue Biological Conservation que les mesures pour compenser la perte de la biodiversité dans les grands projets soumis à évaluation environnementale sont largement insuffisantes. Dans la plupart des cas, elles sont très loin de compenser les impacts, encore moins d'obtenir un gain net de biodiversité. (techniques-ingenieur.fr)

20/09/19  -  L'imposition des combustibles polluants est "trop faible" pour peser efficacement sur le changement climatique, 70% des émissions énergétiques de CO2 des pays développés "échappant" même "à toute forme de fiscalité", selon les premiers résultats d'une étude de l'OCDE publiés vendredi. (techniques-ingenieur.fr)

19/09/19 Malgré l'Accord de Paris, les compagnies pétrolières continuent d'investir dans des projets qui vont à l'encontre des objectifs fixés. Selon Carbon Tracker, elles projettent d'investir 50 milliards de dollars dans des projets exploitant des énergies fossiles d'ici 2030. Des projets incompatibles avec les objectifs fixés par l'Accord de Paris. (techniques-ingenieur.fr)

-  26/09/19  -  "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs" : En 2002 face aux Nations unies, Jacques Chirac alerte les décideurs politiques sur l'urgence écologique. Nicolas Hulot estime que, "replacé dans le contexte de l'époque, pour un homme dont l'orientation politique n'était pas spontanément tournée vers l'écologie", Jacques Chirac a "participé à la prise de conscience commune." (.linfodurable.fr)

-   26/09/19  -  Le Parlement a adopté définitivement jeudi 26 septembre, par un ultime vote du Sénat, le projet de loi énergie et climat qui prévoit d'atteindre la "neutralité carbone" en France à l'horizon 2050, mais cela laisse un sentiment d'inachevé à gauche et chez les ONG. (…) Son adoption définitive intervient dans une semaine marquée par le discours accusateur de l'adolescente suédoise Greta Thunberg lundi 23 septembre, au sommet de l'Onu à New York, et la publication mercredi suivant, d'un rapport du Giec sur les conséquences dévastatrices du réchauffement climatique pour les océans. 

Mais pour Greenpeace France, "cette loi aggrave le risque nucléaire et signe l'incapacité du gouvernement et de sa majorité à prendre les mesures immédiates nécessaires pour rester sous la barre des 1,5°C de réchauffement climatique" par rapport aux niveaux préindustriels.
"Le point faible du texte, c'est très clairement la
rénovation thermique", avait affirmé le sénateur écologiste Ronan Dantec lors de la réunion de la commission mixte paritaire. "Sans engagement très fort en faveur de la rénovation thermique, la France ne pourra atteindre ses objectifs et respecter l'accord de Paris". (.linfodurable.fr)

25/09/19  -  Océan plus haut, plus chaud et débâcle des glaces : l’alarme sévère du GIEC sur des milieux fondamentaux pour la planète. Le premier rapport des scientifiques consacré aux mers et aux glaces prévoit un monde marin plus chaud, dilaté, plus acide, en manque d’oxygène et moins peuplé. Elle représente 10 % de la surface terrestre et stocke près de 70 % de l’eau douce disponible. La cryosphère – la neige, l’ensemble des glaciers de montagne, des calottes glaciaires, des banquises, des lacs et des sols gelés de la planète – recule rapidement sous l’effet du réchauffement en cours, dans toutes les régions et à toutes les altitudes. C’est ce que rappelle le rapport spécial sur l’océan et la cryosphère rendu, mercredi 25 septembre, par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui dresse un état des lieux inquiétants des effets présents et futurs de cette débâcle sur les écosystèmes et les sociétés humaines. (lemonde.fr/)

 

23/09/19  -  A l’ONU, Greta Thunberg lance aux dirigeants de la planète : « Comment osez-vous regarder ailleurs ? » La jeune Suédoise a profité de l’ouverture du sommet sur l’urgence climatique pour critiquer à nouveau l’inaction des gouvernements.
Une soixantaine de dirigeants mondiaux sont à l’ONU, lundi 23 septembre, pour participer à un sommet sur l’urgence climatique censé revigorer l’accord de Paris, pressés par une jeunesse mondiale qui réclame la fin des énergies fossiles et la réduction accélérée des émissions de gaz à effet de serre.

« L’urgence climatique est une course que nous sommes en train de perdre, mais nous pouvons la gagner », a dit le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Celui-ci a invité à la tribune la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, symbole de la jeunesse mondiale révoltée face à l’inaction des gouvernements.

« Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan. (…) Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Les gens souffrent, les gens meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse et tout ce dont vous pouvez parler, c’est de l’argent et du conte de fée d’une croissance économique éternelle. Comment osez-vous ? Depuis plus de quarante ans, la science est claire comme du cristal. Comment osez-vous regarder ailleurs et venir ici en prétendant que vous en faites assez ? (…) Vous dites que vous nous entendez et que vous comprenez l’urgence mais je ne veux pas le croire. »

Elle a également, comme auparavant, répété les faits scientifiques confirmant le réchauffement accéléré de la planète, puis s’en est pris aux chefs d’Etat et de gouvernement présents : « Vous nous avez laissés tomber. Mais les jeunes commencent à comprendre votre trahison. Si vous décidez de nous laisser tomber, je vous le dis : nous ne vous pardonnerons jamais. Nous ne vous laisserons pas vous en sortir comme ça. » (lemonde.fr)
25/09/19  -  « Mon message aux parents de Greta Thunberg » de Jean-Marc Dupuis. (santenutrition@mail.santenatureinnovation.info)

 

 

20/09/19  -  Yves Cochet : 2025 ou 2030 !  De la lecture de nombreux rapports "chiants comme la pluie que personne ne lit", l'ancien ministre écologiste Yves Cochet a tiré une certitude: l'effondrement global de notre civilisation est le scénario le plus probable d'ici 2030. Et il s'y prépare.

Quoi de plus déconcertant de voir un ancien ministre de l'Environnement, qui a consacré plus de trente ans à la politique, faire visiter la maison dans laquelle il compte "survivre à l'effondrement global" de notre société, "probable" selon lui en 2025, "certain" vers 2030" ?

Comme dans "Ravage" de René Barjavel, les besoins de base (eau, nourriture) ne seront plus assurés, selon le mathématicien de 73 ans, et la moitié des humains n'y survivra pas. Cette vision apocalyptique médiatisée par Brut dans une vidéo vue trois millions de fois fait aujourd'hui l'objet d'un livre, "Devant l'effondrement", en librairie le 26 septembre. "Yves Cochet a toujours été un personnage un peu hors du commun, à la pensée radicale chez les Verts, dont il est l'un des fondateurs", confie à l'AFP Noël Mamère.  (linfodurable.fr)

05/09/19  - L’Assemblée fait du sur-place. Le projet de loi mobilité examiné cette semaine en Commission Développement durable à l’Assemblée nationale n’a pas du tout été verdi par les députés. Il s’agissait du premier test de sincérité du gouvernement et de la majorité suite aux discours du Président de la République et du Premier ministre annonçant un « changement » et une « accélération de la transition écologique ». Les derniers chiffres publiés devraient pourtant fortement inciter les députés à accélérer et non plus freiner la transition. Verdict la semaine prochaine avec l’examen de la loi en séance plénière. Tous les amendements déposés par les députés pour faciliter et accélérer la transition vers des véhicules et des moyens de transports moins polluants et plus économes ont été rejetés.
Les conclusions du Haut Conseil pour le climat (1) appelant à accélérer la décarbonation des transports et celles de l’ANSES recommandant de réduire en priorité le trafic routier pour lutter contre la pollution de l’air (2) n’ont donc pas été entendues au sein de l’Assemblée nationale. Le retard des décideurs politiques est d’autant plus frappant qu’un nouveau sondage montre qu’une nette majorité de la population est prête à changer de comportement, en abandonnant le véhicule individuel (53 %) ou l’avion (65 %)
(https://reseauactionclimat.org/retard-climatique-dans-les-transports-lassemblee-fait-du-surplace/.) 

 

29/08/2019  -  Aurélien Barrau est astrophysicien, il est largement connu pour son engagement écologique. Son dernier livre "Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité" paru en mai dernier propose plus qu'une transition, une révolution. Dans cet ouvrage, le chercheur pose des constats sans appel et esquisse des pistes de solutions à court terme. Un plaidoyer inspirant. Entretien.

   Vous êtes astrophysicien ("pas écologue"), vous ne craignez pas de perturber encore un peu plus les thèses écologistes que certain.e.s tentent de remettre en cause en allant sur un terrain qui n’est pas le vôtre d’un point de vue académique ?    À dire vrai, je suis un peu las et très agacé de cette polémique. Elle est ridicule - et même obscène - pour plusieurs raisons :

1) L’état de la vie sur Terre est catastrophique. Tous les écosystèmes périclitent, les forêts brûlent, les espèces disparaissent, les océans se vident, les populations s’effondrent … et l’on tergiverse sur la pertinence universitaire des diplômes des lanceurs d’alerte ! C’est indécent. 

2) Il n’y a pas de spécialiste littéral de la question qui nous préoccupe ici. Il faudrait être biologiste, physicien, économiste, écologue, géologue, climatologue, chimiste, politicologue, sociologue, éthologue, etc. Personne n’a toutes les "compétences" requises. La crise dépasse "infiniment" le problème du réchauffement climatique, qui est pourtant déjà immense.

3) Reproche-t-on à celui qui dénonce un crime de n’être pas juge ou policier ? C’est littéralement stupide.

4) En ce qui me concerne, j’ai toujours pris soin de bien spécifier que je n’était qu’un "passeur", que je m’exprimais en tant que simple humain. Ni mon doctorat d’astrophysique, ni mon doctorat de philosophie, ne me donnent ici la moindre légitimité. Je suis juste en droit - peut-être en devoir - de m’élever, en tant que vivant, contre les crimes de masses actuellement perpétrés à l’encontre de la vie et de l’avenir.

   Justement, quel est votre regard sur les réseaux sociaux, est-ce un espace de discussion propice pour faire avancer la cause écologique ? comptes Twitter ! (…)  (…) LE PLUS GRAND DÉFI DE L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ est paru chez Michel Lafon.  (https://www.linfodurable.fr/culture/aurelien-barrau-je-plaide-pour-un-activisme-fractal-des-micro-resistances-disseminees-13315)

 

LES PAGES DU SITE  : Date de la dernière info pour chaque page

Ci-dessus,   LA NATURE / Infos +/- récentes et datées   -     Page précédente   -     Page suivante

Haut de Page   -   Accueil   -   Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème  Merci

 

Nature :
Infos récentes
—-

Commentaires

Références

 

ONU
SOMMET EXCEPTIONNEL SUR LE CLIMAT
La planète se réunit à New-York, du 21 au 23/09, avec l’objectif de  relancer l’accord de paris sur le climat de 2015. Le secrétaire général exige « des plans concrets »
(Le Monde, 21/09, p2)