(Astronomes)       FRANCOIS  ARAGO  HUMANISTE, SAVANT ET HOMME d'ETAT

ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

A noter : *  31/01/06 :  Le Chef de l’État vient de décider que le 10 mai sera la date de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Désormais, une journée nous rappellera ce crime contre l’humanité, cette « part d’ombre » de l’histoire de France. Après avoir reconnu sa responsabilité dans la déportation des Juifs, la France regarde à nouveau son passé lucidement. « Le rejet de l’étranger », la tentation communautariste, la pensée raciste sont encore pour aujourd’hui les fruits vénéneux de cet esclavage… (L’Indépendant, page 12)

Haut de Page     Accueil

 

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

- CRATERE arago   au NE de la LUNE, Dia 26 km,  Long 21.4 E - Lat 6.2 N  - Partie Est de la Mer de la Tranquilité    

- http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3238,36-336754,0.html

 

- Dossier spécial de l'Astronomie, 09/2003 , éditée par la Société astronomique de France.

- Victor Hugo et François Arago :  

- http://www.obs-nice.fr/bijaoui/Arago/arago-txt.htm         http://www.asts.asso.fr/site/art.php?id=139

La statue d'Arago réalisée par Wim Delvoye dans les jardins de l'Observatoire de Paris / © DR

A l'occasion du 150e anniversaire de sa mort, l'Observatoire de Paris a monté une exposition que je vais essayer de résumer à partir des panneaux de l'exposition qui montrent de nombreuses illustrations :

 

Né en 1786, ARAGO entra à l'École polytechnique en 1803, (un an avant le Couronnement de Napoléon 1er)

Il raconta devoir sa vocation à la rencontre fortuite d'un officier du Génie sur les remparts de la citadelle de Perpignan.

Professeur, il réorganisa cette École, avant d'être élu Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences. Il ouvrit les séances de Académie au public.

En 1831 il est élu député des PO. En 1840 à la Chambre, il y défend la promotion de l'enseignement et l'amélioration du sort des ouvriers. Lors de la Révolution de 1848, il est membre du Gouvernement provisoire : on lui doit la suppression des châtiments corporels dans la marine et l'abolition de l'esclavage * dans les colonies (ce fut un autre catalan Joseph Sarda  Garriga de Pezilla-la-Rivière, qui fut chargé d’annoncer cette bonne nouvelle à La Réunion). Il exerça 2 mois les fonctions de chef de l'Etat. A son instigation, on creusa le puits de Grenelle qui donna de l'eau à 548 m pour Paris, et il put annoncer que la température de la Terre augmentait d' 1° tous les 26.6 m.

« Voix de la science » à la Chambre et promoteur du progrès social, il encouragea la construction de machines à vapeur,
défendit le procédé de Daguerre de la photographie qu'il fit acquérir par l'État.

 

Passeur d'idées et « pousseur » de jeunes scientifiques, il utilisa avec générosité son influence pour aider Fresnel,  Fizeau,  Le Verrier qu'il lança à la recherche de la "troublante d'Uranus", anomalie qui devait le conduire à la découverte de Neptune, Foucault qu'il poussa à s'intéresser à la vitesse de la lumière. Foucault disait de lui « qu'il mettait en circulation plus d'idées à lui seul qu'une génération tout entière ».

Il eut des amitiés littéraires avec Chateaubriand, Alexandre Dumas et Victor Hugo à qui il fit observer la Lune.

Il fut très proche d'Alexandre Humboldt avec qui il fit des recherches sur la météorologie et le magnétisme terrestre. Humboldt était d'avis qu'Arago était un génie. Ce fut un savant encyclopédique, plus expérimentateur que théoricien: il fit des expériences sur la polarisation de la lumière, avec Biot, sur la mesure de la densité des gaz, avec Ampère sur l'aimantation du fer par le courant électrique et ils construisirent le 1er électro-aimant. Avec Dulong, il mesura la pression de la vapeur à haute température.

 

Il a surtout marqué la science de son temps par ses travaux sur l'optique et la lumière.  Il travailla avec Fresnel sur la diffraction, les interférences et la polarisation. Il se fit le porte-parole de la théorie ondulatoire à l'Académie. Il conçut en 1838 une expérience de comparaison de la vitesse de la lumière dans l'air et dans l'eau, que Foucault réussit en...1850!

Il posa les bases du service météorologique qui fut organisé ensuite par Le Verrier et devint notre Météo France actuelle !

Il montra que l'activité solaire pouvait avoir une influence sur le climat.

Géophysicien, il travailla sur le magnétisme terrestre, et démontra que la chaleur de la Terre ne provenait pas seulement du Soleil mais de sa constitution physique.

Il fut aussi orateur, éditeur et écrivain. La liste de ses articles, notices, mémoires, rapports, cours est impressionnante. Il fut président de la Société des Gens de Lettres qui attirait l'élite intellectuelle du temps.

 

A partir du Bureau des longitudes  qui assurait la tutelle de l'Observatoire de Paris, Arago organisa sa direction et de secrétaire en 1805, il devint directeur des observations, et en 1843 le Directeur de l'Observatoire. Cet établissement, berceau de la géodésie, initia la mesure de la méridienne de France. Entre 1683 et 1739 plusieurs campagnes permirent les mesures de Dunkerque à Perpignan. Puis on décida de prolonger jusqu'à Barcelone. Pour vérifier une mesure anormale vers Barcelone, Arago fut envoyé avec Biot en 1806. Arago finira seul la triangulation jusqu'à l'île de Formentera, et mettra 2 ans à rentrer à cause de la guerre Franco-espagnole et d'autres péripéties rocambolesques !

 

Notre Arago national, dont Perpignan s'honore -faut être un peu chauvin !- fût un grand astronome. On lui doit un très grand nombre d'observations de comètes, d'étoiles doubles et de planètes, et la conception et le perfectionnement d'instruments de mesures astronomiques (un micromètre, par ex). Il expliqua la scintillation des étoiles et appliqua ses travaux sur la polarisation à l'astronomie. La polarisation lui permit de renouveler la photométrie qui mesure les intensités lumineuses. Avec un photomètre mis au point en 1838 il réalisa les 1ères mesures objectives de l'éclat des étoiles, et comprit la nature de la lumière cendrée de la Lune, lumière du Soleil réfléchie par la Terre.

En 1811, il découvrit un phénomène de polarisation hors de la Terre, en observant et mesurant la lumière solaire réfléchie par la Lune avec son polariscope. Plus tard, il découvrit aussi la polarisation de la queue des comètes. En revanche le disque solaire ne présentait aucune trace de polarisation : cela lui permis de conclure que la surface du Soleil était faite d'un gaz à très haute température car, ainsi qu'il l'avait montré, la lumière émise par les solides et les liquides incandescents est polarisée lorsqu'on observe leur surface obliquement. En 1845, cette hypothèse fut confirmée. Arago introduisit la physique dans l'Astronomie, ce qui deviendra l'astrophysique.

Louis XVIII reçut un jour le Bureau des Longitudes et lui demanda d'expliquer ce que c'est que la lune rousse et son mode d'action sur les cultures… Laplace ne sut pas répondre et c'est Arago qui fut chargé de la mission ! Il enquêta auprès des jardiniers du Jardin des Plantes sur ce phénomène attribué à la pleine Lune de fin avril ou de mai, laquelle est réputée faire geler et roussir les bourgeons. Il démontra l'exactitude de l'observation populaire en utilisant la découverte de Wells selon laquelle les corps à la surface de la Terre peuvent être plus froids de 6 à 8° que l'atmosphère qui les entoure lorsque le ciel est clair et qu'on voit donc la Lune.

 

Arago s'intéressa aux instruments qu'il conçut et développa : polariscope, polarimètre, photomètre etc., mais
aussi aux toits mobiles et coupoles pour les observatoires. Il défendit la fabrication nationale. Il fit équiper l'Observatoire de lunettes prestigieuses. Arago fut chargé en 1812 d'assurer le
cours public d'astronomie qui faisait partie des missions du Bureau des Longitudes. Sa pédagogie et son éloquence attirèrent tant de monde qu'il fallut construire spécialement un amphithéâtre de 800 places dans l'Observatoire. Le Verrier qui n'aimait pas Arago, fit détruire cette salle après sa mort pour y installer ses appartements ! Les notes de ses conférences réunies furent éditées en Belgique en 1837. Il dicta à sa nièce son Astronomie Populaire, qui resta longtemps une bonne introduction à l'astronomie. Si un astéroïde et un cratère portent son nom, de nombreux monuments et rues aussi :
A
Estagel (66), une statue de bronze de Mr Homs et un buste à l'Hôtel de ville. A Perpignan, place Arago, Monsieur le Maire vient de remettre en valeur une monumentale statue signée Antoine Mercié, orné de 3 bas-reliefs. Et puis à Paris, une statue près de l'Observatoire : « La première statue avait été fondue en 1942 lors de la seconde guerre mondiale par les allemands. Soixante-quinze plus tard, un bronze à l'effigie de l'astronome François Arago a pris place dans le jardin de l'Observatoire de Paris. C'est 75 ans après sa destruction, lundi 1 octobre 2017, qu'une nouvelle statue d'Arago trône dans le jardin de l'Observatoire, face au Méridien sur lequel Arago s’est illustré à l’âge de 23 ans. C'est Wim Delvoye, un artiste belge, qui a réalisé l’œuvre ci-dessous.