DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

ECOLOGIE ET JARDIN
« Cultiver son jardin ou s’adonner à n’importe quelle activité créatrice d’autonomie sera considérée comme un acte politique, de légitime défense à l’asservissement de la personne humaine » - Pierre Rabhi

()  -  14/06/20  -  Votre guide de démarrage pour un potager EXPRESS : A télécharger gratuitement

Découvrez les secrets des récoltes abondantes SANS entretien. Découvrez l'association végétale des 3 plantes indispensables à tout jardin.

La liste des 8 légumes à cultiver qui une fois plantés demandent 0 entretien ! Les deux combinaisons végétales à planter en intérieur, aussi gourmandes qu'esthétiques. Recevez des conseils jardinages personnalisés 100% naturels et permacoles, pour créer enfin le jardin de vos rêves.

    Quand je me suis lancée dans le jardinage, je n’avais AUCUNE expérience. Pourtant, je n’ai pas grandi en ville : J’ai eu la chance de grandir à la campagne, dans une maison avec un jardin. Mon père avait même créé un potager dont il s’occupait les dimanches. Même si j’ai peu connu mes grands-parents, j’étais admirative qu’ils soient paysans et qu’ils aient pu ainsi vivre principalement de leur potager et du poulailler. Je me rappelle même avoir fait un tour chez les fermiers du coin pour apprendre à traire une vache (un souvenir d’enfance mémorable).

    POURTANT, quand j’ai souhaité me mettre à jardiner, j’ai dû me rendre à l’évidence….     C’était CATASTROPHIQUE.

J’avais l’impression de cultiver les mauvaises herbes plutôt que les légumes ! Mes récoltes étaient maigres. Je ne savais par où commencer. Je ne savais pas comment faire. Bref, mon potager n’en avait que le nom… 

    C’est en observant la nature que j’ai eu le déclic ! Pourquoi votre courge pousse-t-elle seule et prodigieusement sur votre tas de compost plutôt que dans votre potager ? Comment la forêt ou la prairie fonctionnent-elles pour être si abondantes et résilientes sans l’intervention de l’homme ? 

    J’ai découvert la chose suivante : On en fait trop. Et on le fait mal. En fait il « suffit » d’imiter la nature pour obtenir à notre tour des récoltes autonomes et incroyables. Il existe de nombreuses solutions 100% naturelles pour jardiner avec la nature plutôt que contre elle. Je n’utilise AUCUN PRODUIT CHIMIQUE. 

   Et j’ai obtenu des résultats incroyables ! En faisant mes propres essais…chez moi ! Dès lors, dans mon entourage et au-delà, un grand nombre de personnes me demandait des conseils. Ce qui fait que cela marche AUTOMATIQUEMENT, ou pas.

J’ai aussi investi du temps et de l’argent dans des formations, des lectures, des expériences. Je me suis formée auprès des plus grands du jardinage naturel.

J’ai créé pour vous quelque chose d’unique. Quelque chose qui n’existe encore nulle part ailleurs, pour vous aider à jardiner en permaculture, quel que soit votre niveau !  Où je vous révèle tout ce qu’il faut faire et tout ce qu’il ne faut pas faire CHAQUE MOIS pour créer un jardin comestible ou un potager, en ville comme à la campagne ! Afin d’avoir des récoltes abondantes en en faisant le minimum possible. https://www.saine-abondance.com/contact/

 

08-14/04/20  -  Aux petits soins de vos plantes. Jardinage d’avril : Le jardinage est une occupation qui concentre suffisamment pour faire

passer ce temps libre que nous avons soudain. Et le printemps ne manque pas de petits gestes à réaliser dans la verdure !

 Gare aux limaces : Avec la reprise de la verdure, les limaces montrent le bout de leurs cornes, et peuvent vite devenir un

fléau, surtout si vous avez des salades. …Les limaces peuvent faire des dégâts considérables.

Ornement : En avril, certaines fleurs annuelles se plantent encore sous abri, notamment les géraniums, bégonias, pétunias, impatiens…

Le rempotage : Le printemps est un bon moment pour installer vos plantes en pot dans un récipient plus grand, car elles se sentiront souvent à l’étroit….

Greffes et boutures : Les arbustes de type buis peuvent se bouturer en prélevant des extrémités de rameaux au sécateur - préférez ceux déjà robustes au feuillage vert foncé… Voir l’article fourni sur lasemaineduroussillon.com, n° 1236,  p12)

 

04/04/20  -  Jardinage : comment vérifier l’état de santé des sols ?

ous nos pieds, les sols que nous foulons chaque jour abritent mille et une merveilles insoupçonnées. Sanctuaires de la biodiversité, garants du bon fonctionnement des écosystèmes, ils sont pourtant bien souvent malmenés... À l’heure où le monde entier est à l’arrêt, pourquoi ne pas profiter de ce temps de confinement pour vérifier la qualité du sol de son jardin ?  

   Qu’est-ce qui se cache sous nos pieds ? 

Depuis la surface jusqu'à plusieurs mètres de profondeur, les sols sont indispensables au bon fonctionnement de la vie terrestre. Si l’on connaît bien certaines de leurs vertus (régulation du climat, production d’alimentation pour les bêtes et les hommes...), la partie immergée de l’iceberg est encore trop souvent méconnue. Composés de plusieurs couches, les sols abritent tout un écosystème dont les activités nous sont indispensables : environ 10 milliards d’organismes vivants par gramme de sol s’y cachent et travaillent en permanence à plusieurs tâches, purifiant l’eau ou stockant deux à trois fois plus de carbone que l’atmosphère, entre autres.

Une capture du carbone encore plus efficace que l’atmosphère

Les sols peuvent capturer entre 1500 et 2400 tonnes de carbone. Comment ? Grâce aux plantes et à la photosynthèse qui capte le CO2. Lorsque les feuilles des arbres, les fleurs et les fruits tombent, les organismes du sol consomment et décomposent cette matière organique riche en carbone et l’enfouissent dans le sol. Ces éléments nutritifs seront ensuite à nouveau utilisés par la plante et d’autres êtres vivants, et ainsi de suite, participant au cycle du carbone. 

Pourtant, les sols terrestres sont bien souvent maltraités : surexploitation, érosion, pollution... Selon l’ADEME, on estime à 60 % les surfaces actuellement dégradées dans le monde. Lorsque l’on sait qu’un centimètre de sol met entre 200 et plusieurs milliers d’années pour se former, celui-ci ne peut être considéré comme une ressource renouvelable à l’échelle des vies humaines. 

En bref, quelques fonctions des micro-organismes cachés dans les sols Ils rendent les sols poreux, permettant de retenir l’eau  

Ils filtrent, purifient et rendent l’eau potable  Ils régulent les germes néfastes pour les cultures alimentaires et le bétail 

Ils fortifient la terre, permettant sa résistance à la pluie, évitant l’érosion et les glissements de terrain  Ils aident les plantes à se nourrir 

   À quoi ressemble un sol sain ?

Les sols se composent de différentes couches dont l’épaisseur de chacune d’elles peut varier de quelques centimètres à plusieurs mètres. On en distingue cinq : la première, celle que l‘on connaît à la surface, est composée de végétation et abrite des animaux vivants. La deuxième, appelée "humus", désigne la décomposition des matières organiques de la surface, feuilles, fruits, fleurs, écorces, plantes mortes, qui sont ensuite transformées en nutriment. La troisième couche est dite "arable" et se compose de matières organiques et de minéraux. Enfin la quatrième "couche profonde" est plus pauvre en matière organique et la vie s’y fait rare, collée à la cinquième et ultime couche dépourvue d’air et de vie qui elle est entièrement composée de roche.  En résumé, un sol en bonne santé est un sol riche en micro-organismes. Si la vie s’y maintient, ses qualités pourront perdurer pendant des milliers d’années - et ce, même s’il est exploité par l’Homme, à condition que le modèle agricole soit durable. 

   Alors dans son jardin, comment observer la vie de son sol ?

De l’autre côté de l’Atlantique, un procédé pour le moins original a vu le jour il y a quelques années. En 2015, des agriculteurs canadiens ont eu la bonne idée d’enterrer un sous-vêtement en coton pour vérifier l’état de leur sol. Depuis, l’initiative a fleuri un peu partout dans le monde agricole, jusqu'en France où l'ADEME a emboîté le pas l’an passé en lançant l’opération "Plante ton slip"
   Accessible à tous, le principe est simplissime : on enterre une culotte ou un slip en coton bio pendant deux à trois mois à environ 10 centimètres sous la terre. Au fil de l’expérience, plus le vêtement se dégrade rapidement, présente de nombreux trous, voire se décompose totalement, plus l’activité du sol est intense. En résumé, si l’on se retrouve avec un slip en guenille, cela révèle une intense activité biologique.
  
Les bonnes pratiques pour un sol sain dans son jardin
Pour préserver son sol, il existe plusieurs bons gestes à adopter dans son jardin. 
Composter ses déchets. Les déchets de cuisine, épluchures, marc de café, trognons de pommes, seront d’excellents engrais naturel pour le jardin. De même que les déchets verts, tels que les branchages, feuilles mortes où les résidus de tonte. Avec ces derniers, il est également possible de limiter l’évaporation et d’éviter le désherbage en s’en servant de paillage aux pieds de plantes.
Bannir les produits chimiques. La guerre aux pesticides a été déclarée à l’échelle nationale depuis maintenant plusieurs années.
Alors que les distances d’épandage en agriculture ont fait débat en décembre dernier, l’utilisation par les collectivités, notamment pour l’entretien des espaces verts, des pesticides chimiques sont bannis depuis le 1er janvier 2017. Et depuis 2019, les jardiniers amateurs doivent également rentrer dans les rangs : seuls les produits dits "de bio-contrôle" sont autorisés, c’est-à-dire ceux basés sur des mécanismes naturels (insectes auxiliaires, extraits de plantes...). Quoi qu’il en soit, il est tout à fait possible de profiter d’un jardin verdoyant sans aucun produit chimique.
Connaître les "mauvaises" herbes. Elles ont mauvaise réputation et pourtant, certaines d’entre elles ont quelques qualités et peuvent s‘avérer bien utiles, comme pour attirer les pollinisateurs et les insectes auxiliaires ou nourrir les oiseaux par exemple... Mais certaines ont également des vertus insecticides pour les plantations, nutritives pour le sol ou encore médicinales pour l’Homme. Enfin, d’autres comme le pissenlit, le fenouil, les orties, sont aussi comestibles. Pour en savoir plus sur l’opération #PlanteTonSlip (mode d’emploi et référencement de son observation sur la carte interactive),
rendez-vous ici. (linfodurable.fr)

-  01/03/20  -  Dans "Qu'est-ce qu'une plante ?" (Seuil, mars 2020), la philosophe Florence Burgat rétablit une distinction nette entre règne animal et règne végétal, à l'encontre des discours anthropomorphes actuels autour des plantes et des arbres.

Florence Burgat, philosophe, directrice de recherches à l'INRA, s'est fait connaître pour sa défense de la cause animale qu'elle étudie depuis longtemps sous un angle phénoménologique, ou en la replaçant dans le contexte de la société industrielle : Animal mon prochain (1997), Liberté et inquiétude de la vie animale (2006), Une autre existence (2012).  (…)  (.franceculture.fr)  Extraits sonores : Bande-annonce de L'Intelligence des arbres de Julia Dordel et Guido Tölke (Jupiter Films, mars 2018)  -  Francis Hallé sur l'altérité radicale des plantes (wildtouch.org, 25 octobre 2013)  -  ("Le jardin en mouvement, Gilles Clément", 2016

 

 

Ci-dessus,   NATURE  -   ECOLOGIE ET JARDIN

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page