ALIMENTATION

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

Le « régime de santé planétaire » conseillé se compose majoritairement de fruits, légumes, graines complètes et légumineuses, avec une portion congrue de viande et de poisson.

Sauvons la forêt


()  -  07/03/19  -  Vendredi 1er mars dernier, à l’occasion du salon international de l’agriculture, AgroParisTech, la Fédération des parcs naturels régionaux de France et l’association Resolis, ont signé une chaire partenariale, afin d’accompagner la transition agro écologique dans les territoires. (https://www.environnement-magazine.fr/territoires/article/2019/03/07/123317/signature-une-chaire-partenariale-pour-transition-alimentaire-dans-les-territoires)

 

 

02/03/19  -  L’alimentation génère un tiers des émissions mondiales de CO2 : Il va falloir tenir compte de l'empreinte carbone de chaque ingrédient et de leur mode de préparation et de cuisson. -  Vu sa part dans les rejets mondiaux, l'alimentation a donc un rôle central à jouer pour atteindre l'objectif fixé par l'accord de Paris destiné à contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2 °C. « Réduire sa consommation de produits animaux, et surtout de viande de ruminants, est de loin le levier le plus efficace, tout en étant compatible avec des enjeux de santé publique». La lutte contre le gaspillage alimentaire constitue l'autre axe à privilégier. « Diviser le gaspillage par deux permettrait de réduire les émissions d'environ 5 % », insiste l'étude qui appelle également à réduire la consommation i de produits très transformés, sur emballés ou importés par avion et à respecter la saisonnalité. -  En revanche, l'achat en circuit court ou en agriculture biologique se révèle moins significatif en termes de bilan carbone. « L'agriculture biologique est plus émettrice, en moyenne et à l'heure actuelle, que le secteur conventionnel du fait de rendements inférieurs. Mais le bio apporte d'autres bénéfices, notamment environnementaux.»  MATHILDE GÉRARD (Le Monde, Planète, p7)  (https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/01/l-alimentation-mondiale-responsable-d-un-tiers-des-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre_5429989_3244.html)  (https://www.i4ce.org/download/estimer-les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-de-la-consommation-alimentaire-methodes-et-resultats/)

 

-  27/02/19  -  Un quart de l'empreinte carbone des Français est lié à l'alimentation.  « L’analyse rappelle la part prépondérante de l’empreinte carbone liée à la phase de production agricole, l’intérêt de l’agro-écologie et l’importance du comportement des consommateurs, en constante évolution, dans la réduction des impacts environnementaux », explique l’Ademe. (https://www.environnement-magazine.fr/territoires/article/2019/02/27/123198/quart-empreinte-carbone-des-francais-est-lie-alimentation)

-  26/02/19  -  Agriculture bio : la DGCCRF relève un taux d'anomalies de 28 % sur plus de 1600 opérateurs contrôlés

(https://www.linfodurable.fr/environnement/agriculture-bio-la-dgccrf-releve-un-taux-danomalie-de-28-sur-1624-operateurs

-  26/02/19  -  L’alimentation et agriculture mondiales menacées par la disparition de la biodiversité. « La biodiversité, si cruciale pour notre alimentation et notre agriculture, disparaît de jour en jour », a alerté la FAO dans un rapport publié vendredi 22 février 2019. Une fois perdue, prévient le rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture ne peut plus être récupérée.(https://www.vivafrik.com/2019/02/26/lalimentation-et-agriculture-mondiales-menacees-par-la-disparition-de-la-biodiversite-a24811.html)

 

-  14/02/19  -  Loi « Agriculture et Alimentation » : Selon les syndicats spécialisés de la FNSEA, les engagements des transformateurs et des distributeurs aboutissant à mieux rémunérer les paysans ne portent que sur 2 à 3% de la production agricole française. Pourquoi le Coca-cola, l'eau minérale importée, le café et le jus d'orange figurent parmi les produits dont les prix sont annoncés en hausse ?

Dans un communiqué commun, les syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs indiquent que le relèvement du « Seuil de revente à perte (SRP) fait partie d'un dispositif dont /'objectif est de mieux répartir la valeur, pas d'augmenter les prix; de mieux rémunérer les agriculteurs, pas de matraquer les consommateurs. Dire que les prix agricoles vont augmenter mécaniquement avec la hausse du SRP c'est tenter de nous faire croire que tous ces produits alimentaires sont vendus quasiment à prix coûtant. Nous savons bien que c'est faux et qu'aujourd'hui ce sont les produits de nos régions, pressurisés par les centrales d'achat, qui paient la distribution du Coca-cola ou du Nutella »(Le TC, p4)

 

-  13/02/19  -  Manu Payet : "Nous sommes obligés de consommer mais nous pouvons choisir d’être des consom’acteurs" (https://www.linfodurable.fr/culture/manu-payet-nous-sommes-obliges-de-consommer-mais-nous-pouvons-choisir-detre-des) À la uneÉNERGIE


-  01/02/19  - 
Les 10 conseils anti cancer :
1 Maintenir son poids de forme : Le lien entre obésité et cancer est désormais bien établi pour une douzaine de localisations (bouche, pharynx, larynx, œsophage, pancréas, foie, côlon-rectum, sein après la ménopause, utérus, rein, ovaire).

2 Être physiquement actif : L'activité physique, pas uniquement le sport mais toutes les activités de la vie quotidienne (marche

rapide, activités ménagères, vélo, natation, est utile avant un cancer, mais aussi pendant et même après un cancer.

3 Privilégier une alimentation plus variée : Enrichir ses assiettes en céréales complètes, légumes secs, fruits et légumes. Pour leur teneur respective en fibres, vitamines, antioxydants et leurs actions combinées.
4 Moins d’aliments industriels :  Mieux vaut réduire sa consommation d'aliments transformés industriels,

tous trop riches en acides gras trans, sucres rapides, sel.

5 Réduire sa consommation de viande : Dans la prévention du cancer colorectal, plutôt limiter sa consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine, soit un maximum de 70 g par jour.

6 Limiter la consommation de boissons sucrées : Très caloriques, ces boissons (sodas, jus de fruits) ont une faible valeur nutritionnelle et ne procurent pas la même sensation de satiété que les aliments solides. D'où une rapide et facile prise de poids menant à l'obésité, facteur de risque avéré du cancer.

7 Limiter l'alcool : La consommation d'alcool, quel qu'en soit le type, est déconseillée en matière de prévention du cancer. Les repères de recommandations sont les suivants : pas plus de deux verres par jour pour une femme, pas plus de trois pour un homme.

8 Pas de compléments : alimentaires : , Leur consommation peut en effet présenter plus de risques que de bénéfices et les surdosages se révéler dangereux, a fortiori chez les fumeurs. Attention à l'automédication.

9 Favoriser l'allaitement : Les avantages de l'allaitement prolongé (plus de 6 mois), au-delà de ses bénéfices pour les enfants, se traduisent aussi pour les mères en diminuant le risque de développer un cancer du sein.

10 Les recommandations à suivre aussi après un diagnostic de cancer. : Les recommandations précédentes contribuent aussi à prévenir d'autres maladies chroniques (obésité, diabète, hypertension artérielle). •( Science et Avenir - Février 2019, p31)

Le menu planétaire

Ci-dessus,   NATURE  -   Alimenttion

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info