DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

NATURE  -  ECOLOGIE  
Commentaires

 

Nature :- Infos récentes
Références

(-  2020  -  Grâce au financement participatif, des villages français s'offrent un parc solaire citoyen. Assiste-t-on à la naissance d'une sédition énergétique à l'échelle des villages ?
  
Aubais, commune de 2600 habitants dans le Gard, où un parc solaire sera construit sur une ancienne décharge par l’association "Les survoltés ". Aubais se situe sous le soleil du Gard (30), entre Nîmes et Montpellier. Le parc se situe dans l’ancienne décharge sur la zone artisanale Moulin à vent.

D’une puissance de 250 kWc, le parc est doté de 714 panneaux solaires de fabrication française.

Il produit 378 MWh d’électricité renouvelable soit la consommation électrique (hors chauffage) de 150 foyers par an. Le projet a été financé sans aucun emprunt bancaire. 274 citoyen·ne·s, originaires à 70 % d’Aubais et alentours, ont investi leur épargne dans la société coopérative le Watt Citoyen,
D'autres communes se réapproprient déjà collectivement la consommation de l'électricité en y ajoutant une composante citoyenne et participative.

   Luc-sur-Aude, en région Occitanie, le premier parc solaire participatif de France est entré en fonction, mi-décembre. Grâce à un financement participatif, un quart des 220 habitants est actionnaire de cette centrale photovoltaïque. (…)

   Marmagne, dans le Cher, a été pour sa part le premier village à faire totalement sécession avec EDF. La commune vise une complète autoconsommation d’électricité. Pour combler 70 % des besoins des 2000 habitants de la commune d'ici 2019, des panneaux solaires seront installés sur les bâtiments publics. (https://energie-partagee.org/projets/les-survoltes-daubais/)

06/03/20  -  Consommer local  -  Agriculture bio.  L'exemple des circuits courts et cultures bio de notre département plaide en faveur d'un retour à une alimentation saine.

Le 25 février, la Commission écologie et environnement du PCF66 invitait Maurice Picco, agriculteur à Lloncet, Los Masos, président de Nature et progrès, pour une conférence-débat sur le thème « circuits courts et consommer local ». Son engagement militant sur plusieurs décennies le place au cœur du développement de l'agriculture bio en France. « Avec l'Allemagne, la France a impulsé la bio en Europe »,

explique-t-il. Pour les puristes, il s'agit bien de la bio, en référence à la philosophie bio, respect de la nature et choix du local. Estimant qu'il faut convaincre les enfants pour asseoir les habitudes dans la durée, Maurice Picco s'est battu pour des cantines sans perturbateurs endocriniens. « Pour convaincre, il faut démontrer que la cantine bio crée des emplois et qu'une alimentation saine représente une économie en frais de santé sur le long terme. » Il faut aussi réduire la consommation de viande et ne rien jeter. Ainsi, à  Prades, on atteint déjà 20 à 30 % de bio à l'école.
   Pour réduire les surcoûts liés aux intermédiaires et au transport, des agriculteurs du département s'impliquent dans la vente de leur production au

plus proche du lieu de culture. Les foires bio et marchés bio du Conflent permettent de consommer des produits locaux de qualité à un prix raisonnable. Par « qualité », Maurice Picco entend « conforme aux cahiers des charges qui excluent entre autres le paillage plastique et le recours à la chimie ». Les pratiques sur son exploitation valent pour preuve de la faisabilité d'une culture naturelle et diversifiée.

   Sol en pente, parcelles hachées, les terres de notre département ne sont pas propices à l'exploitation industrielle, alors que le climat est idéal pour cultiver. Avec les reconversions en bio, des familles entières peuvent vivre de fermes à taille humaine pour un retour à une alimentation saine. Veronika Daae.  (http://letc.fr/ , Le travailleur Catalan, le journal, 6-12/03, n° 3824, p12)

 

- 04/03/20 -  Dr Jean-Jacques Eledjman: « Le changement climatique est une question humanitaire » a-t-il dit lors de la « conférence mondiale santé et changements climatiques » organisée le 15/04/19 par la Croix-Rouge française (CRF). Une véritable« COP de l'humanitaire» (Extraits)

   La CRF s'intéresse au changement climatique car il s'agit vraisemblablement du plus grand défi de santé publique du XXIè siècle, donc d'une question humanitaire par définition. Nous en observons déjà les effets: en France, l'année 2018 a été marquée par le 2è été le plus chaud de l'histoire. Et les projections sont alarmantes. D'après l'Organisation mondiale de la santé, entre 2030 et 2050, dans le monde, nous pourrions avoir 250 000 décès supplémentaires par an liés aux effets du changement climatique (malnutrition, stress thermique, diarrhées ... ). Selon la Banque mondiale, ces changements sanitaires pourraient plonger 100 millions de personnes dans la pauvreté d'ici 2030. Il faut réagir. Notre rôle est de réduire les impacts et de renforcer la résilience des populations les plus vulnérables.

   La conférence s’est articulée autour de trois axes. Le premier est l'examen des liens complexes entre changement climatique et santé.. Le 2è axe de cette conférence est celui de l'innovation sociale, par exemple une technique biométrique de l'iris utilisée pour exploiter les données de santé dans les camps de réfugiés. Le dernier axe de cette conférence consistera à sensibiliser les citoyens pour que la santé soit reconnue comme une priorité. (.Lequotidiendumedecin.fr  le journal, p8)

 

21/01/20  -  Le CO2 peut servir à récupérer les métaux rares ou précieux contenus dans les déchets électroniques, offrant une alternative à leur fonte, coûteuse en énergie, ou à leur solubilisation, qui recourt à des produits polluants.  C'est la piste prometteuse ouverte par des chercheurs lyonnais. En modulant la quantité de CO2 et le solvant utilisé, on arrive à ce que les métaux dissous dans le liquide se déposent les uns après les autres au fond d'un récipient avec un haut niveau de pureté.
   Les chercheurs sont désormais en quête de financements pour construire un démonstrateur afin de savoir comment le système se comporte quand l'opération est répétée des milliers de fois et parvenir à un stade industriel.
(linfodurable.fr)

 

13/01/20  -  Des médecins montent au créneau et unissent leurs voix dans la lutte contre le réchauffement climatique. Leur nom? Doctors for XR.  À Londres, au printemps 2019, Extinction Rebellion, plus souvent nommé par son diminutif XR, défraie alors la chronique en organisant ses premiers blocages ( de routes, d’aéroport et d'institutions politiques).

Ces militants écologiques d'un nouveau genre, qui prônent la désobéissance civile non violente, mènent des actions spectaculaires pour rappeler aux gouvernements l'urgence d'agir face aux dérèglements climatiques.

   Parmi eux, un certain Chris Newman, médecin.« Un jour j’ai vu un reportage à la télévision qui décrivait les militants d'Extinction Rebellion comme des gens violents, sans travail, des extrémistes ... », déclare le docteur londonien. Une description subjective qui ne correspond pas du tout à la réalité, estime-t-il. Le soir même, le Dr Chris Newman publie sur les réseaux sociaux une courte vidéo dans laquelle il  assume, en tant que docteur, soutenir les actions d'Extinction Rebellion.

Son message reçoit le soutien de plusieurs dizaines de confrères et consœurs. « Assez rapidement, nous avons constitué un groupe», raconte-t-il. Avec une idée assez simple : « Expliquer au plus grand nombre en quoi l'urgence climatique est une question de santé publique et pourquoi, en tant que médecins, nous trouvons essentiel de soutenir les actions d'Extinction Rebellion qui mène un travail remarquable. C'est une lueur d'espoir. » .

   Ainsi prend racine, de manière aussi spontanée qu'intimiste au départ, Doctors for XR, un mouvement qui en réalité ne restera pas longtemps dans l'ombre. Au Royaume Uni, cette démarche fait l'effet d'une boule de neige et réunit de plus en plus de professionnels de santé. Ils sont aujourd'hui estimés à 400. Un site internet et un groupe Facebook sont créés. Doctors for XR s'organise sur le même modèle que son grand frère: de manière horizontale. Il n'y a ni leader, ni porte-parole officiel, mais plutôt diverses initiatives soutenues par ceux qui le souhaitent.

   Le Dr Angela Wilson, généraliste qui vit à Londres, a choisi de participer à des actions et fait partie des

23 médecins arrêtés en octobre sous la bannière d'Extinction Rebellion. «Entant que médecin, nous sommes toujours inquiets de faire ce genre d'actions, mais je pense sincèrement que notre statut et notre fonction peuvent jouer un rôle. Les enseignants et les docteurs font partie des professions les plus respectées», explique-telle, tout en reconnaissant avoir vécu des instants de stress, subi la fatigue et le regard sceptique de certains collègues.« Avec Doctors for XR, nous nous référons à deux déclarations du Conseil général médical: "vous devez agir rapidement si vous pensez que la sécurité, la dignité ou le confort du patient peuvent être compromis. Et vous devez vous assurer que votre conduite justifie la confiance de vos patients en vous et la confiance du public en la profession': La profession ne pourra plus se cacher. »

   En Angleterre, l'arrestation des médecins fait réagir. Le Dr Richard Horton, éditeur de la revue médicale « The Lancet », annonce via les réseaux sociaux qu'il cautionne Doctors for XR. Dans une vidéo, il appelle même le General Medical Council à soutenir les médecins arrêtés (et à ne pas les punir). Richard Horton va plus loin encore en demandant à l'ensemble de la profession d'agir.« Si chaque professionnel de santé ne faisait qu'une chose chaque semaine pour lutter contre le dérèglement du-climat et la dégradation écologique, cela pourrait être absolument transformateur pour notre pays. C’est notre tâche, notre responsabilité, au XXI• siècle, aujourd'hui » Néanmoins, la démarche de Doctors for XR reste un sujet délicat et peut surprendre dans une profession où le militantisme est plutôt rare, comme témoigne le Dr Marie-Jo Ouimet, médecin spécialiste en santé publique, et à l'origine de Doctors for XR au Canada. « Nous sommes seulement une dizaine de personnes pour le moment, rapporte-t-elle. Ce genre d'activisme médical n'est pas courant en Amérique du Nord et en même temps, on sent une attente, une envie des professionnels de se rendre utiles. »

   À l'autre bout du pays, en Colombie-Britannique, le Dr Rashmi Chadha, veut convaincre ses collègues de passer à l'action:« C'est vrai, les médecins sont  généralement prudents mais je pense que nous pourrions avoir un réel impact pour amener les gouvernements à agir maintenant», explique celle qui dit avoir eu comme un déclic.« En tant que médecin, je consacre ma vie à veiller à la santé des personnes, mais j’ai compris qu'il ne faut pas séparer la santé humaine individuelle de celle de notre planète. Nous sommes dans un écosystème délicat où chaque composante dépend de l'autre pour sa croissance et sa guérison. » (…)     (https://www.lequotidiendumedecin.fr/, Le journal, p6)

09/01/20  -  Lectures écolos en 2020 : les sorties du mois de janvier.
ID a sélectionné pour vous cinq livres engagés à ne pas manquer en ce début d’année.

      Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité d'Aurélien Barrau. "La vie, sur Terre, est en train de mourir. L'ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L'ignorer serait aussi insensé que suicidaire. Plus qu'une transition, je pense qu'il faut une révolution. Et c'est presque une bonne nouvelle." Michel Lafon.—    Pour compléter cette lecture, n'hésitez pas à consulter notre entretien avec l'auteur juste ici ! (…)  (linfodurable.fr)

 LES PAGES DU SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page

Ci-dessus,   LA NATURE /   Commentaires   ***   Page précédente   ***   Page suivante

Haut de Page    ***   Accueil   ***   (La SUITE des pages NATURE par cette LISTE )   ***   Adresses   ***