DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

LA POLLUTION PAR LE BRUIT

Le bruit
peut nuire gravement à la santé

(09/04/20  -  « Le bruit brouille la communication entre les oiseaux. Il va diminuer leur vigilance et leur attention. Le bruit a un impact sur leur santé et potentiellement sur leur survie », selon Jérôme Sueur, éco-acousticien au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN). Le confinement de l'Homme à l'heure de l'épidémie de Covid-19 a fait baisser le niveau sonore dans les milieux urbains. La faune, et notamment les oiseaux, en profite pour prendre la place libérée par les piétons et les voitures et pour se faire entendre. Une aubaine en pleine période de nidification ? Rien ne permet aujourd'hui de tirer cette conclusion, l'activité humaine n'étant pas la seule contrainte pour établir un nid. De plus, rappelle le chercheur, « même si le confinement nous paraît très long, il ne représente qu'une petite fenêtre temporelle à l'échelle animale. L'évolution des écosystèmes se fait sur le temps long ».( actu-environnement.com)

09/03/20  -  20%, C’est le pourcentage minimum d’Européens exposés à des niveaux de bruit nocifs pour la santé, selon le dernier rapport de l’Agence européenne de l’environnement sur le bruit.
   Ainsi, environ 113 millions de personnes sont affectées par le trafic automobile (à des niveaux d'au moins 55 dB), 22 millions sont exposées à des nuisances liées au chemin de fer, 4 millions d’Européens vivent sous les avions et près de 1 million sont exposés à des niveaux de bruit élevés causés par les industries. Cette population exposée devrait encore augmenter dans les prochaines années du fait de la croissance urbaine et d'une demande accrue de mobilité, selon l’Agence européenne de l'environnement. (
https://www.actu-environnement.com/dit-aujourdhui/880.html#xtor=ES-6)

 

04/08/19  -  Chez certains individus, des bruits anodins peuvent provoquer une souffrance aiguë appelée misophonie. De simples reniflements, le bruit d'un emballage ou la mastication peuvent devenir un enfer chez certaines personnes. Identifiée il y a seulement vingt ans, la maladie est encore méconnue. Certains scientifiques considèrent qu'il s'agit d'un trouble neurologique quand d'autres estiment qu'il s'agit d'un problème d'anxiété. (francetvinfo.fr/)

 

-  22/03/19  -  Pourquoi le silence est vital pour le cerveau

Il est admis de tous que le silence est quelque chose de précieux. Au-delà de cette évidence de la vie de tous les jours, la science s’intéresse à ses bénéfices sur notre cerveau, et de manière pratique sur la concentration et la santé mentale.

Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit », « La parole est d’argent et le silence est d’or », ces célèbres proverbes français résument bien une vérité difficilement contestable : celle de la valeur du silence.

Le neuroscientifique Michel Le Van Quyen est l’un des apôtres du silence dans la communauté scientifique. Sur France Inter, il a apporté les évidences scientifiques qui sous-tendent les vertus du silence sur notre santé physique et mentale.

   Le silence permet d’évacuer les toxines et régénère les cellules du cerveau

Au cours de l’émission, Michel Van Quyen a parlé de quelques faits scientifiques exposés dans son livre Cerveau et silence. Il explique par exemple que lorsque le cerveau est en forte activité, il consomme énormément de glucose, ce qui créé un amas de résidus, notamment des toxines qui sont évacuées par le biais du liquide cephalo-rachidien des cellules gliales (les cellules qui forment l’environnement des neurones.

Or l’évacuation de ces toxines est plus efficace en phase de repos, notamment pendant le sommeil, d’après les travaux de la chercheuse américaine Maiken Nedergaard. Le sommeil, mais aussi le calme et le silence favorise donc l’élimination des toxines et la régénération des cellules du cerveau.

Lire également : Cerveau : on a trouvé la molécule qui refoule vos pensées indésirables
   Le silence est indispensable à la créativité et la concentration
Le bruit se vit de plusieurs manières dans notre société actuelle. Il n’est pas seulement question de vacarme au sens sonore du terme, mais aussi d’un bruit mental lié aux tracasseries de tous les jours. Le silence est donc à considérer dans cette dimension. Michel Le Van Quyen évoque une étude d’une autre chercheuse, Gloria Mark, qui a étudié le travail dans les « open space ».

Elle dresse un constat inquiétant selon lequel les employés dans les entreprises passaient constamment d’une tâche à une autre sans achever le travail en cours. Ces interruptions répétées et le défaut de focalisation sur une tâche à la fois constituent ce que les scientifiques appellent une surcharge cognitive.

Cette surcharge produit finalement des effets contre-productifs et porte un coup à la créativité, à la concentration et globalement à la santé mentale des personnes concernées. Tant de facteurs qui montrent que le silence est vital pour notre cerveau.

09/02/19  -  L’ETUDE DE BRUITPARIF  :  Les conséquences sanitaires du bruit sont aujourd’hui bel et bien démontrées au travers des différentes études publiées à ce sujet au niveau international. Elles dépassent la simple gêne occasionnée. Au-delà des effets sur le système auditif constatés à des niveaux sonores élevés, plusieurs effets extra-auditifs ont ainsi été identifiés : en particulier les perturbations du sommeil, les troubles cardio-vasculaires et la baisse des capacités d’apprentissage. Les études ont également montré que le bruit est un facteur qui renforce les inégalités sociales, les populations les plus exposées étant aussi généralement les plus défavorisées.

Afin de faire progresser la prise de conscience sur cet enjeu majeur de santé publique, il est nécessaire de disposer de données quantifiées sur les territoires et de les diffuser. C’est la raison pour laquelle Bruitparif a évalué la morbidité1 liée au bruit des transports au sein de la zone dense francilienne.
 - 
SOMMAIRE : SYNTHÈSE 1 -  INTRODUCTION 8 -  CONTEXTE 9  - MÉTHODOLOGIE  Effets reconnus du bruit sur la santé 11 - Indicateurs de bruit 11 - Valeurs de référence 12 - Années de vie en bonne santé perdue 12  - Incertitudes 16  - Résultats produits 18

 PARTIE 1 : BRUIT ROUTIER 19 - PARTIE 2 : BRUIT FERRÉ 45 -  PARTIE 3 : BRUIT AÉRIEN 71  -  PARTIE 4 : BRUIT CUMULÉ DES TRANSPORTS 97   -   COÛTS ÉCONOMIQUES 124 - ÉVOLUTIONS 126 - CONCLUSION 127 - ANNEXE – RÉSULTATS À LA COMMUNE

09/02/19  -  Le bruit nuit gravement à la santé des Franciliens. Dans les zones les plus exposées, un individu peut perdre plus de 3 ans de vie en bonne santé. « Le bruit, seconde cause de morbidité derrière la pollution atmosphérique » dit Bruitparif. Au-delà des altérations du système auditif, le principal effet correspond aux perturbations du sommeil. Voir l’étude publiée ce jour.

-  06/01/19 -   Le bruit est un problème de santé publique. Votre voisin est musicien débutant ou bricoleur du dimanche matin... Il trouble votre quiétude et vous voulez que ça cesse… Des solutions avec Charlie Cailloux, conseiller juridique pour le site immobilier PAP.fr.

Comment s’y prendre avec un voisin bruyant ? .  (https://www.syneval.fr/que-faire-face-a-un-voisin-bruyant/

 

-  26/11/18  -  Réduire le bruit à l’hôpital -  • En 50 ans, les couloirs des hôpitaux sont passés d'un niveau sonore de 57 à 72 dB le jour - avec des pics qui atteignent même 80,3 dB — et de 42 à 60 dB la nuit La signalétique« Hôpital Silence» a disparu depuis bien longtemps, à croire que le silence n'est plus une priorité pour les soins et qu'il a été remplacé par un bruit de fond accepté voire entretenu par tous. Soumis à une intensité sonore élevée, les soignants ne sont plus assez vigilants aux signaux d'alarme. Ils deviennent irritables, fatigués et leurs relations avec des patients-qui eux aussi souffrent du bruit- s'en ressentent.

Pourtant, l'OMS préconise de ne pas dépasser 40 dB dans les couloirs des lieux de soins et 35 dans les chambres.  L’exposition prolongée au bruit induit une majoration de la fatigue, du stress, de l'anxiété et peut induire des troubles du sommeil. En réponse au bruit, l'organisme produit des hormones de stress (cortisol, adrénaline, noradrénaline) qui peuvent induire des troubles cardio-vasculaires, une hypertension (risque d'HTA triplé tous les 5 dB, au-dessus de 50 dB), des troubles de la glycémie. Il s'y ajoute des risques de tachycardie, de stress, d'irritabilité et ce d'autant plus que la qualité du sommeil est perturbée par le rythme de travail. En France, une législation sur le bruit (Absorber, bloquer, couvrir) devrait être respectée normalement. Il faudrait aussi un suivi indispensable par le service de santé au travail…(www.lequotidiendumedecin.fr, p12)

 

27/06/18  -  Réglementation des lieux bruyants : A l'occasion de sa dernière réunion, le 14 juin dernier, le Conseil national du bruit a adopté un avis unanime consacré aux prochains textes réglementaires en la matière. Un arrêté, une circulaire et un guide d'application sont prochainement attendus. Ils doivent compléter le décret du 7 août 2017 qui a renforcé les obligations des gestionnaires de lieux bruyants. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/reglementation-lieux-bruyants-recommandations-cnb-31565.php4)

-  16/08/17  -  Lutte contre le bruit : le gouvernement s'attaque à la musique amplifiée. Renforcer la prévention des risques liés aux sons amplifiés. Telle est l'ambition d'un nouveau décret qui vise aussi les festivals et les salles dont la vocation première n'est pas la diffusion de musique amplifiée. https://www.actu-environnement.com/ae/news/bruit-musique-amplifiee-festivals-discotheques-reglementation-29500.php4#xtor=EPR-1

15/12/16  -  Quelles démarches pour régler un problème de voisinage ? (https://votreargent.lexpress.fr/immobilier/quelles-demarches-pour-regler-un-probleme-de-voisinage_1854747.html)

 

-  23/11/16  -  En EUROPE : La pollution sonore constitue une préoccupation environnementale grandissante. (https://www.eea.europa.eu/fr/pressroom/infographies/la-pollution-sonore-en-europe/view)

 

 

 

Ci-dessus,   Pollution par le bruit

 LE SITE  :  Date de la dernière info pour chaque page