DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINS ET DES ANIMAUX

POLLUTION LUMINEUSE  

 ()   14/05/19  -  LED : la lumière bleue, néfaste pour la santé et la biodiversité. La lumière bleue a envahi notre vie. Elle est émise par les écrans LED (diodes électroluminescentes) de nos téléviseurs, ordinateurs, tablettes, smartphones… et même de certains jouets, phares automobiles, décorations et lampes torches. Problème : elle est nocive à la fois pour notre rétine, nos rythmes biologiques mais également pour l’environnement.  (https://www.liberation.fr/france/2019/05/14/led-la-lumiere-bleue-nefaste-pour-la-sante-et-la-biodiversite_1726879L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) confirme la toxicité de la lumière bleue sur la rétine et met en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue, notamment via les écrans et en particulier pour les enfants » (https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2019/05/17/124448/anses-alerte-sur-toxicite-lumiere-bleue-des-led-sur-retine)

 

12/05/19  -  Où sont passées les nuits noires ? Depuis quelques années, les nuisances lumineuses n’ont cessé de se multiplier, entraînant un important gaspillage d’énergie et perturbant nos écosystèmesID se propose de mettre en lumière quelques-uns des enjeux liés à ce sujet. (https://www.linfodurable.fr/environnement/lutte-contre-la-pollution-lumineuse-coup-de-projecteur-sur-un-combat-eclaire-11101)

05/03/19  -  Conjuguer éclairage public et biodiversité : l'expérience lilloise. Permettre aux citadins d'avoir un éclairage nocturne tout en préservant la faune peut relever du casse-tête. Lille expérimente plusieurs solutions : des températures de couleur, la puissance, le rayonnement ou encore les horaires d'extinction… Dans le cadre des travaux sur la trame verte et bleue (TVB), une nouvelle problématique s'est imposée à la municipalité de Lille : la trame noire. “La pollution lumineuse touche les espèces nocturnes mais aussi diurnes, explique Yohan Tison, écologue à la mairie de Lille. Les poissons, les bourdons, les oiseaux migrateurs sont aussi impactés”. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/eclairage-public-biodiversite-lille-33004.php4) (Abonné)

05/03/19  -  « Par le renouvellement de leur partenariat, l’ANPCEN et la FPNRF ont pour objectif d’accroître la prise en compte des différents effets de la lumière artificielle sur l’environnement nocturne et la société », Dans le cadre de cette collaboration existante depuis 2012, des chartes ont été signées par les communes, des cartographies de la pollution lumineuse ont été réalisées et des opérations de sensibilisation ont notamment été menées. (https://www.environnement-magazine.fr/pollutions/article/2019/03/05/123264/pollution-lumineuse-anpcen-federation-des-parcs-naturels-regionaux-renouvellent-leur-cooperation)

25/02/19  -  Dans la nuit du samedi 23 février au dimanche 24, des bénévoles de France Nature Environnement ont parcouru les rues de Tarbes afin d'identifier les enseignes dont les vitrines demeurent allumées malgré l'interdiction de la loi. (https://www.linfodurable.fr/environnement/pollution-lumineuse-la-nuit-tarbes-plus-de-140-enseignes-ne-respecteraient-pas-la-loi)

14/02/19  -  On y verra plus clair. La parution du décret sur la pollution lumineuse (*) a fait des heureux du côté d’Osenbach, où les astronomes amateurs espèrent revoir, enfin, leurs chères étoiles. (https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2019/02/14/astronomie-on-y-verra-plus-clair) Abonné.


21/01/19  -  Éclairage communal : vers la suppression des lampes à sodium et à vapeur de mercure ?

Telle est la préconisation du Conseil général de l'environnement et du développement durable dans un rapport dédié à la pollution lumineuse. Supprimer d'ici six ans le stock "des luminaires boules, lampes à sodium et à vapeur de mercure". Telle est la préconisation formulée par le Conseil général de l'environnement et du développement durable. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/eclairage-communal-suppression-lampes-sodium-vapeur-mercure-32736.php4#xtor=ES-6)  (Abonné)

17/01/19  -  Le gouvernement a publié un nouvel arrêté contre la pollution lumineuse dans lequel il propose de nouvelles normes techniques, des plages horaires pour l’extinction des lumières et un volet de contrôle.

Une série de mesures sur l’éclairage public et la mise en lumière d’équipements et de bâtiments la nuit a été publiée le 27 décembre au Journal officiel par le ministère de la Transition écologique et solidaire, après que le gouvernement eut été condamné par le Conseil d’Etat en mars 2018 pour son inaction sur la réglementation.

Cet arrêté vient se substituer aux deux arrêtés précédents (le premier est relatif à la prévention, la réduction et la limitation des nuisances lumineuses et le second concerne la liste et le périmètre des sites d’observation astronomique exceptionnels) qui avaient été soumis à consultation publique, et que B&L évolution avait commenté dans un article sur les actions mises en place par l’Etat pour lutter contre la pollution lumineuse.

Nouvelles règles d’extinction la nuit

Ce nouvel arrêté du 27 décembre reprend certaines règles fixées lors du précédent arrêté telle que l’extinction des lumières des vitrines et des commerces ainsi que les éclairages des façades des bâtiments à 1h du matin et celles des bureaux 1h après la fin de l’activité.

Les mesures qui ont été ajoutées concernent les lumières éclairant le patrimoine et les parcs et jardins accessibles au public (à éteindre au plus tard à 1h du matin) ainsi que les parkings desservant un lieu ou une zone d’activité (à éteindre 2h après l’activité).

Ces mesures de réduction de la durée d’éclairement sont simples à appliquer, ce qui permet de diminuer les émissions de pollution lumineuse. Dommage que rien ne soit prévu pour l’éclairage public…

De nouvelles normes techniques sont également fixées en agglomération, hors agglomération ainsi que dans les espaces naturels protégés dans l’objectif de réduire l’intensité lumineuse des luminaires.

L’arrêté interdit par exemple l’éclairage vers le ciel mais le texte mentionne un flux strictement inférieur à 4% sur site, ce qui est bien trop supérieur à la proportion de lumière à émettre pour que seul l’élément à éclairer ne soit visible.

Nous avions en effet indiqué que pour limiter la pollution lumineuse et la création de halos lumineux, il est indispensable de ne pas éclairer vers le ciel mais uniquement là où c’est nécessaire, ce qui correspond tout simplement à un flux de 0%.

Un volet de contrôle a aussi été introduit dans ce texte afin que les installations d’éclairage puissent être vérifiées : donnée sur l’intensité lumineuse, date de mise en fonction, puissance électrique du luminaire, température de couleur de la lumière émise, etc. Selon l’élément à vérifier, le contrôle de conformité se fait soit visuellement soit par mesure (température de couleur) ou calcul.

De nombreux acteurs travaillant sur la vie nocturne et les défenseurs de l’environnement saluent cet arrêté mais certaines ONG regrettent l’absence de « moyens de contrôle » accompagnant les mesures.

Réduire la consommation d’énergie pour protéger la biodiversité

Les LED censées réduire la consommation énergétique et la facture de l’éclairage sont en réalité nocives pour l’environnement car elles émettent plus de lumière que les ampoules traditionnelles. La couleur bleue émise dans le flux lumineux, considérée comme nocive pour la biodiversité (et potentiellement pour la santé humaine) vient d’être cadrée par l’Etat.

Le texte mentionne désormais une température de couleur de 3000K maximum en agglomération (contre 3500K auparavant) et hors agglomération. La vision est largement suffisante à ce niveau et nous conseillons même d’utiliser des LED à 2700°K.

En parallèle, toujours dans l’objectif de protéger la biodiversité mais aussi la vision du ciel étoilé, onze sites d’observation astronomique ont été listés pour être protégés de la lumière nocturne dans un rayon de 10km, comme l’observatoire du Pic du midi par exemple.

La nuit, la lumière artificielle perturbe notre horloge biologique et affecte la faune et la flore nocturne.

Certains animaux de nuit deviennent par exemple plus vulnérables car visibles par leurs prédateurs. Malheureusement, l’intensité lumineuse ne fait qu’augmenter chaque année.

Ce nouvel arrêté devrait permettre d’enrayer ce phénomène. “Les mesures de protection de la biodiversité déjà en vigueur sont parfois méconnues et mal appliquées. Avec ces nouvelles règles, espérons que les professionnels de l’éclairage les prendront en compte dans leur cœur de métier”, souligne Rémy Osello, expert en pollution lumineuse au sein de B&L évolution.

Il ajoute : ”il est important de souligner le besoin de réglementation sur la pollution lumineuse. La France a connu un développement de l’éclairage qui s’est construit sans véritable règle, impactant fortement la vie sur Terre mais aussi notre bien-être, notre santé ainsi que la surconsommation d’énergie sur laquelle il est urgent d’agir. On retrouve aujourd’hui un climat différent d’il y a 5 ans sur le sujet de la pollution lumineuse.

A l’époque, les extinctions étaient difficilement envisageables. Les pouvoirs publics étaient réticents à la rénovation avec des investissements à long terme. Aujourd’hui, dans les ateliers que l’on réalise auprès des élus ou dans les différentes études d’opinion que l’on peut trouver, on sent que l’éclairage subit une remise en cause importante et se recentre sur les nuisances. Ce qui est très positif !

Je reste toutefois un peu partagé, notamment par rapport à la première version de l’arrêté où des mesures importantes ont malheureusement disparu, comme celle concernant l’extinction de l’éclairage public, et plusieurs de nos propositions et celles de nos confrères qui travaillent sur le sujet n’ont pas été retenues. On peut toutefois saluer cet arrêté, qui sera, je l’espère un élément déclencheur favorable pour l’environnement nocturne.”

(https://www.lemondedelenergie.com/pollution-lumineuse-biodiversite-reglementation/2019/01/17/)

-  07/01/19  -  La pollution lumineuse, c’est quoi ? 
Les nuisances lumineuses ont un impact sur la biodiversité : elles occasionnent éblouissements, pertes de repères et désorientations, créent des pièges écologiques et modifient les rapports entre proies et prédateurs. Tous les groupes biologiques sont concernés. Par exemple, 64% des invertébrés viventpartiellement ou exclusivement la nuit. Elles sont également nocives pour les végétaux, dont le cycle de développement est lié à la lumière. Sans parler des perturbations du sommeil du fait des lumières intrusives dans les habitations, de la modification des paysages nocturnes et de l’impact sur la consommation énergétique. 
Un nouvel arrêté début 2019 
"Il tiendra compte des différents types d’éclairage : éclairage extérieur, mise en valeur du patrimoine, équipements sportifs, illuminations de façade et éclairages de magasins, parcs de stationnement, éclairage événementiel et éclairage de chantier", précise Natalie Commeau, chef de la mission Bruit et agents physiques au ministère de la Transition écologique. Il prendra également en compte le fait que l’on se situe en agglomération ou hors agglomération, ainsi que les espaces naturels protégés. "Le principe général est de ne pas éclairer avant le coucher  du soleil et d’éteindre avant le lever du  jour", ajoute-t-elle. D’autres prescriptions visent l’orientation de l’éclairage (vers le sol et non vers le ciel) ou la limitation des éblouissements. La couleur de l’éclairage sera réduite, afin d’en diminuer son importance, et le flux lumineux, encadré, afin d’aller vers un éclairage plus sobre. 
 
Mise en place de plans lumière -  Quel calendrier ? 
Lire aussi : Nuisances lumineuses : les propositions des acteurs de l’éclairage
(
https://www.constructioncayola.com/environnement/article/2019/01/07/122408/comment-reduire-les-nuisances-lumineuses)

(La SUITE de NATURE par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Nature)

Ci-dessus,   NATURE  -   POLLUTION LUMINEUSE

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info