Lors d’un feu de forêt, toutes les bêtes s’enfuient, sauf un colibri qui prend une goutte d’eau dans son bec et la verse sur le brasier.
 « Tu es fou, tu n’arrêteras pas l’incendie », dit un animal. « Je sais, répond le colibri, mais je fais ma part. » 

NATURE  -  ECOLOGIE  - 
Des références

()  -  15/05/19  -  Vingt penseurs majeurs de l’écologie : « Un sol commun » – Lutter, habiter, penser, de Marin Schaffner, éditions Wildproject, mai 2019, 180 p., 15€. (https://reporterre.net/Vingt-penseurs-majeurs-de-l-ecologie)

31/01/19  -  Le "grand débat" est "une opportunité" que le gouvernement doit saisir pour agir "en grand", estime Nicolas Hulot, revenu mercredi à la tête de sa fondation, dans un entretien à l'AFP cinq mois après sa démission du gouvernement. Je reviens comme président d'honneur: je serai moins dans l'opérationnel, peut-être plus dans la réflexion. C'est une manière de revenir progressivement. Je veux prendre le temps de voir comment rassembler, faire émerger les bonnes idées, faire en sorte que la créativité en France et ailleurs puisse à la fois inspirer les politiques et en même temps les libérer, leur donner une sorte de mandat implicite pour oser opérer une mutation en profondeur. Il faut faire la jonction, on n'y arrivera pas les uns sans les autres, les politiques sans les citoyens, et les citoyens sans l'action politique. (https://www.linfodurable.fr/environnement/hulot-appelle-oser-une-mutation-en-profondeur-9308)

-  17/01  -  - Les Gilets Jaunes, le référendum et la Suisse.
Mesdames et messieurs les Gilets Jaunes, vous êtes partout très présents ; vos idées et vos propositions fusent dans tous les sens. Vous avez souhaité mettre en place le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) en prenant exemple sur la Suisse. La Suisse est-elle un bon modèle ? Sa superficie est de 41.300 km² pour une population, de huit millions et demie d’habitants. L’Occitanie, plus vaste, est à 72.700 km² pour 5,9 millions d’habitants. Vue par des Français, la Suisse présente de sérieux handicaps. Certes, la Suisse est une République, mais elle s’appuie sur un système fédéraliste, c'est-à-dire fortement décentralisé ; elle est organisée en 26 cantons autonomes dont la superficie varie entre 37 km² et 7105 km² (seuls trois cantons sont plus grands que les Pyrénées-Orientales) ; elle compte trois langues officielles : allemand, français et italien ; une quatrième langue, le « romanche », est protégée, bien qu’elle ne soit parlée que par 50.000 personnes. Dans 17 cantons sur 26, tout se passe en allemand, et de plus à l’école, un dialecte est utilisé couramment ; dans 4 cantons, c’est le français qui est pratiqué (dont 3 sont bilingues) ; dans 5 cantons, c’est en italien ; dans le canton des Grisons, c’est le romanche qui est parlé. Premier exemple significatif, l’enseignement primaire n’est pas le même d’un canton à l’autre. Autre exemple. Comment nomme-t-on la Fête Nationale Suisse ? En allemand, Bundesfeiertag ; en italien, Giorno della festa nazionale svizzera ; en romanche, Fiasta naziunala Svizra. Depuis 1994, le 1er août est un jour férié officiel dans toute la Suisse ; chaque commune organise, à sa façon, un feu de joie à la tombée de la nuit ou un cortège aux lampions ou des danses folkloriques ou des allocutions ; éventuellement, il peut y avoir un feu d'artifice ; les festivités sont uniquement du ressort des communes, il n'y a pas de fête nationale fédérale uniforme ; le président de la Confédération prononce un discours diffusé à la radio et à la télévision. Evidemment pas de défilé militaire. 
   =  Vous vous posez probablement une question : « Ce morcellement territorial et cette anarchie linguistique entravent-ils la vie sociale, économique et culturelle ? »
Voyons l’enseignement. En France, l’Etat a décidé que chacun devait avoir sa chance ; il s’ensuit que 90% des jeunes obtiennent le bac. En Suisse, dès le secondaire, deux élèves sur trois adoptent la filière technique : pour eux, inutile de passer le bac ; il n’y a pas de ministère de l’éducation nationale, mais un ministère de l’Economie, de la Formation et de l’Innovation ; et son ministre a proclamé : « plus il y a de bacheliers, et plus il y a de chômeurs ». Est-ce un signe de pauvreté intellectuelle ? Voici une autre question que vous vous posez : « La Suisse peut-elle prospérer ? »
En France, le réveil est douloureux : plus de 50% des bacheliers ne pourront s’adapter aux études universitaires et quitteront les études supérieures dès la première année ; au bout de cinq ans, moins de 30% des étudiants sortent de l’université avec une licence et 20% sortent sans diplômes. Alors, puisqu’il s’agit d’un gâchis programmé, faut-il conserver le bac dans sa forme actuelle ? Oui, malgré tout ! En France, le bac, « c’est sacré » ! A nous de vérifier.
Voyons quelques comparaisons. Chômage en Suisse : 3%, la France frôle les 10. Quelques classements sur le plan mondial. Indice de l’innovation : Suisse première, France 16ième. Indice de corruption : Suisse 3ième, France à la place 26. Indice du bonheur établi par l’ONU : Suisse à la cinquième place, France 23ième. Indice de compétitivité : quatrième la Suisse, la France est la place 17. Indice de développement humain : Suisse 3ième, France 22ième. PIB par habitant (c'est-à-dire richesse par habitant), la Suisse est classée au deuxième rang avec 80.200 dollars, France est à la place 21, avec 38.500. Classement des universités : l’Ecole Polytechnique de Zurich est à la dix-neuvième place (derrière Etats-Unis et Grande-Bretagne) ; la première française, la Sorbonne, pointe à la 36ième place. Classement (mondial rappelons-le) des écoles hôtelières : la première indétrônable est l’école de Lausanne ; dans les dix premières, il y a cinq écoles suisses. Classement des écoles de commerces : HEC de Paris est à la deuxième place, Gallen en Suisse est quatrième.
Joan Villanove.  (http://www.catnord.cat/opinions/622-carta-1-armilles-grogues-el-referendum-i-suissa#frances)

16/01/19  -  La députée des Deux-Sèves, Delphine Batho, vient de publier un manifeste politique proposant une nouvelle approche de l’écologie, plus clivante que fédératrice, qui pousse l’idée d’une économie circulaire intégrale (https://www.usinenouvelle.com/editorial/quelle-economie-pour-l-ecologie-integrale-de-delphine-batho.N793144)

21/12/18  -  La masse totale des êtres vivants sur la Terre estimée par Trois chercheurs israéliens et américains Et les humains y tiennent une place ridiculement insignifiante.
Selon eux, la masse totale de la vie sur notre planète – ce que l’on appelle la biomasse – est égale à 550 milliards de tonnes de carbone (mesurer seulement la masse de carbone, l’élément le plus abondant dans la chimie de la vie sur Terre, permet d’exclure la masse d’eau, qui peut varier fortement d’un individu à l’autre).
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’écrasante majorité de la masse du vivant vient du règne végétal. Les végétaux (au sens large) représentent 82 % de la masse totale avec 450 milliards de tonnes de carbone (Gt C). Suit une seconde surprise pour qui s’avancerait à mettre le règne animal en seconde position : les bactéries représentent le deuxième taxon (groupe d’organismes) le plus massif : pas moins de 70 Gt C sont dénombrées dans l’étude. Les champignons complètent le podium (eh oui !) avec une masse estimée à 12 Gt C. Suivent ensuite les archées et les protistes (des micro-organismes) avec des masses estimées respectivement à 7 et 4 Gt C. Les animaux ? Seulement 2 Gt C. Bien loin d’être les plus massifs, les humains ne représentent que 60 millions de tonnes de carbone, soit environ 1 166 fois moins que… les bactéries.
(https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/12/21/dans-la-balance-du-vivant-les-hommes-ne-pesent-pas-bien-lourd_5401032_4355770.html)

-  26/11/18  -  RTE estime possible de fermer les centrales à charbon d’ici 2022.
En 2020, la France bénéficiera de “marges de manœuvre” supplémentaires pour assurer l’équilibre de son réseau électrique et donc pour permettre d’aborder sans crainte le processus de fermeture des centrales au charbon. Les experts envisagent cependant la fin du charbon en France sous certaines conditions. Et notamment la prolongation du parc nucléaire et le développement des énergies renouvelables.
“Après l’hiver 2020, des marges de sécurité devraient réapparaître. Elles permettraient la fermeture, progressive, des cinq unités de production charbon situées sur les sites de Cordemais (Loire Atlantique), du Havre (Seine-Maritime), de Gardanne (Bouches-du-Rhône) et de Saint-Avold (Moselle)”, explique RTE. Plus concrètement ces marges de sécurité évaluées à plusieurs gigawatts proviendront de la mise en service des premiers parcs éoliens en
mer, du lancement de la nouvelle centrale à cycle combiné au gaz de Landivisiau ainsi que du couplage de l’EPR de Flamanville au réseau électrique français. En revanche, RTE estime qu’il ne serait pas raisonnable de cumuler abandon du charbon et arrêt des réacteurs nucléaires atteignant 40 ans de fonctionnement. (https://www.lemondedelenergie.com/rte-charbon-centrales/2018/11/26/)

-  16/04/18  -  Nature entre science et littérature :

 « l'intelligence des plantes » (1) nous fait découvrir les capacités surprenantes du monde végétal. Considéré comme le fondateur de la neurobiologie végétale, Stefano Mancuso montre que les plantes perçoivent des sons, discernent des formes et des couleurs, sont capables de mémoriser, d'apprendre, de communiquer et qu'elles développent une forme de vie sociale fondée sur l'entraide et l'échange. Pour lui, et alors que les plantes forment plus de 99 % de la biomasse, il serait temps que l'Homme

reconnaisse leur importance dans la dynamique de la vie, dans notre survie. AlbinMichel, 233p., 18 €

« la Plante et ses sens» (2), Daniel Chamovitz, biologiste et généticien renommé, préfère parler de« conscience» plutôt que d'intelligence. Il compare, pour chacun des cinq sens (auxquels s'ajoutent la proprioception et la mémoire), l'appareil sensoriel des plantes à ceux des animaux et de l'homme. Sans cerveau ni neurones, avec de tout autres moyens anatomiques et physiologiques, les plantes sont capables de percevoir avec finesse leur environnement comme nous le faisons nous-mêmes.

Une démonstration à l'aide d'exemples amusants et surprenants. Buchet-Chnstel, 215 p., 18 €

« Miscellanées de mon jardin» (4), réunit près de 200 chroniques scientifiques ou pratiques, souvent insolites, des anecdotes amusantes ou des légendes. Anne-France Dautheville en faisant son jardin et en découvrant le monde végétal, s'est lancée dans une aventure aussi exaltante.elle défriche le jardin comme s'il s'agissait d'un nouveau continent. Buchet-Chastel, 143p., 15 €

 « Le Petit Livre des plantes sauvages» (5) est un délicieux petit album sur les principales plantes sauvages de France. Michel Beauvais, passionné de jardinage, de botanique et de nature, y recense plus de70 plantes qui fleurissent les prés, les

rives des cours d'eau, les talus, les fossés ou les sentiers des montagnes. Chêne,171p.,14,95€

Proposés par Martine Freneuil, dans www.lequotidiendumedecin.fr , p14)

 

 

16/03/18  -  « Un fleuve considéré comme sacré par les Maoris a été reconnu par le Parlement néo-zélandais comme une entité vivante. Le Whanganui, troisième plus long cours d’eau du pays, s’est vu doter, mercredi 15 mars, d’une « personnalité juridique, avec tous les droits et les devoirs y afférents », 23/03  -  En Inde,  2 nouveaux fleuves, dont le Gange, reconnus juridiquement comme des personnes

 

 

 



DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des HUMAINs ET DES ANIMAUX

 

Nature  :
Infos récentes
-
Commentaires

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info 

Ci-dessus,   LA NATURE /  Références   ***   Page précédente   ***   Pages suivantes    :  Arbres et forets   -  Coop 24  -  Montagne  -  Mers et Océans  -  Pollution de l’air; de l’eau; des sols; lumineuse  -  Réchauffement  -  Nucléaire  -  Schiste  -  ENR : BIOMASSE  -  EOLIENNES  -  HYDRAULIQUE  -  HYDROGENE  -  GEOTHER.  -  SOLAIRE   ***   Haut de Page  ***  Accueil   ***   Adresses