Haut de Page       Accueil

ACCUEIL    SOMMAIRE    INFOS : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

23/04/2010  -  Citoyens de seconde zone  :« L’Indépendant des P.O. du vendredi 23 avril 2010, dans sa rubrique « Faits-divers» signalait l’ensevelissement, vivants, ligotés et bâillonnés, de deux amis homosexuels. Ce fait, summum de barbarie, est passé dans les medias dans la plus grande discrétion et n’a suscité, à ma connaissance, aucune émotion et réaction, tant auprès des associations gays que de la population sexuellement, et prétendument “normo-pratiquante” ! L’indignation, l’apitoiement et le battage médiatique ne sont réservés qu’à des victimes “formatées” à la sacro-sainte Norme, et uniquement lorsque le méfait et le crime sont de nature à servir la propagande et l’image gouvernementales ! Or, deux personnes, considérées comme des citoyens de seconde zone, assassinées par deux homophobes, dans des conditions aussi effroyables – lesquelles jusqu’ici ne sont pratiquées que dans des pays d’Afrique, du Proche et du Moyen-Orient, sous la coupe de l’intégrisme religieux – cela ne mérite qu’un entrefilet dans la rubrique des “chiens crevés”.

   Il se trouve que, dans le même temps, un autre “fait divers” homophobe a eu lieu, signalé par le même quotidien régional du dimanche 25 avril 2010 : une association ardéchoise, “Cœur et Jardin”, près de Lamastre en Ardèche, accueillant des séminaires de “bien-être” et de “développement personnel”, a refusé de recevoir en stage un club de danse parisien gay, en des termes on ne peut plus discriminatoires et idéologiques : « l’homosexualité ne correspond pas aux énergies et à l’éthique que nous développons sur notre lieu, pour nous-mêmes, notre entourage et nos enfants ».

   L’on a là un autre cas d’“endoctrinement” sexiste, conscient, élaboré, et qui fait insidieusement son chemin dans le mental des gens. Ces notions d’“éthique et d’énergies” font irrésistiblement penser aux groupes pré-nazis se réclamant de la nature et s’acheminant progressivement vers les notions de race et d’eugénisme. On remarquera la tactique payante en matière d’homophobie, du fallacieux et commode alibi des “enfants” pour justifier et prévenir toute accusation discriminatoire ! Comme si l’enfant, curieux et questionneur, n’était pas capable de comprendre, avec des mots choisis, aussi bien l’hétéro que l’homosexualité, l’amour et l’amitié entre deux êtres ! Comme si l’homosexualité était contagieuse !

   Ces deux actes fanatiques inquiétants démontrent l’insuffisance de la loi pénalisant l’homophobie ; la nécessité d’assurer la sécurité d’une catégorie de citoyens, plus exposés que les autres à la violence gratuite, physique et orale. Ils révèlent l’urgence de remédier à une carence éducative civique, à l’école primaire, qui devrait être le lieu où s’apprend intelligemment, avant toute chose, le respect des autres et des différences. Ils démontrent la défection des gouvernements en la matière, après maintes promesses jamais tenues, le manque de volonté politique pour de sordides motifs électoralistes et carriéristes !

   Tant les autorités religieuses que les autorités civiles, choisissent de ne pas voir et d’ignorer la violence physique et verbale dont les homosexuels continuent d’être l’objet dans ce pays, niant par là une fois de plus la réalité des nombreux témoignages de souffrances et d’agressions physiques et psychologiques !  Ils justifient leur inaction par la négation pure et simple de l’homophobie, qui ne serait qu’une vue de l’esprit. Fruits de l’imagination donc, le suicide de jeunes gays découvrant leur orientation sexuelle, l'agression contre le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le meurtre d'un homosexuel rémois par des extrémistes ; l’agression de M. Nouchet, brûlé au troisième degré, et presque mis à mort, dans le Pas-de-Calais ! l’ensevelissement d’un couple d’amis, vivants ! le discours sexiste des responsables de l’association ardéchoise “Cœur et Jardins” ! Et autres faits et témoignages recueillis par toutes les Associations de lutte contre le racisme, le sexisme et l’homophobie.

  Les responsables actuels ne considérant pas la lutte contre l’homophobie comme une priorité, plus que jamais la vigilance et le combat sont de mise contre les manœuvres des représentants des idéologies religieuses en particulier, qui sous-tendent les politiques conservatrices de droite et d’extrême-droite. Le recours à la répression devient inévitable quand le fanatisme et l’homophobie tuent.

   Comme les femmes qui luttent pour l’amélioration de la condition féminine, toujours victimes, dans les faits, de disparités par rapport à la condition masculine “formatée”, les homosexuels ne réclament rien d’autre qu’un statut de citoyens à part entière, et sur tous les plans, en vertu de l’esprit de justice et des valeurs fondamentales de Liberté, Égalité, Fraternité de notre République laïque.

   La première revendication urgente est de corriger l’insuffisance du Code Civil et Pénal par la révision, en vue de son renforcement, de la loi pénalisant l’homophobie, et rendre le Pacs plus égalitaire sur le plan social. Cette loi n’est qu’un cache-misère. Il faut la compléter avec des mesures préventives. La “volonté politique”, tant sujette aux variations climatiques sociales et l’opportunisme électoraliste, doit être relayée par de vrais moyens auxquels rechignent nos gouvernants conservateurs et calotins, et ne pas en rester au stade virtuel de réformettes inappliquées.

   L’État républicain et laïque doit mettre en œuvre une politique publique globale, impliquant l'ensemble des administrations de la fonction publique, et, urgentement, l’éducation nationale.

   L’École républicaine et  laïque doit former les esprits à la tolérance, en informant les enfants dès l’école primaire, et au-delà, par l’inclusion, dans les programmes officiels, de l’éducation de l’affectif, et de la sexualité ; l’apprentissage de la vie commune dans la reconnaissance et l’acceptation des différences. Mais aussi donner sa place à la culture homosexuelle, à laquelle le patrimoine de l’humanité est redevable, alors que l’école la passe pudiquement et hypocritement sous silence. Enseigner qu’il est d’autres différences que le rang social, des différences naturelles, qui ne sont nullement condamnables et répréhensibles, comme l’orientation sexuelle, qui doit être évoquée, comme le sont les notions de race et de sexe ; qu’il existe des familles hétéro et homosexuelles, aussi respectables que les autres, et ne faire l’objet d’aucune discrimination, comme peuvent en donner l’exemple navrant certains “adultes” névrosés ! Apprendre que c’est aussi grave d’être homophobe que raciste, antisémite ou sexiste.

   Ces mesures contribueront efficacement à l’évolution des mentalités, à la paix sociale et à la sécurité des citoyens, à la prévention et à la disparition progressive du suicide chez les jeunes gays. « L’égalité fraternelle, ajournée à l’autre vie par la religion, l’école laïque doit l’enseigner au monde comme la loi d’ici-bas. » – Michel Foucault. »  Jean Laclare  
-  19/05  :  Vers une simplification du changement de sexe à l’état civil  pour les personnes transsexuelles et transgenres?

20/05  :  L’association internationale LGBT (ILGA) a mené un sondage de grand ampleur, interrogeant plus de 90.000 personnes dans 53 pays sur leur attitude vis-à-vis des LGBT, lequel prouve qu’il reste encore un long chemin à parcourir à travers le monde pour que l’homosexualité soit mieux acceptée
-  22/05 : Remarquable reportage sur 2 homosexuels qui deviennent papa, sur France 5
-  09/02/2017  -  360° : Il n’y a pas 2 humanités. Jean Ziegler vice-président du Conseil consultatif du Conseil des droits de l’homme, publie  « Chemins d’espérance » paru aux Editions du Seuil, concernant les communautés LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans). (Extraits) « La discrimination effrayante qui va dans certains pays africains notamment jusqu’à la punition pénale et à la peine de mort, était plus répandue auparavant et en Europe notamment. Il y a un éveil qui se fait tout de même.  Mais il reste encore beaucoup à faire au niveau institutionnel avec le mariage, l’adoption, etc. Des choses qui vont de soi. Pourquoi une pratique sexuelle déterminerait la plénitude ou la réduction de l’exercice des droits civils et politiques? – Il y a beaucoup de démagogie politique. (Dans certains pays)  il y a toute une frange de la classe politique qui joue sur les différences d’une partie de la population. C’est exactement comme la xénophobie. «Un homme est un homme» comme disait Brecht. Il n’y a pas deux humanités.Les victimes souffrent atrocement. Maintenant. Renvoyées à la clandestinité, à la sanction pénale, à l’opprobre des contemporains. Il faut vraiment se mobiliser très vite sur le plan international pour venir au secours de ces victimes.
 
A Genève, le Conseil des droits de l’homme a voté en faveur d’un expert indépendant pour la protection et contre la violence à l’égard des personnes LGBT. De recommandation en recommandation, de débat en débat devant le Conseil des droits de l’homme et devant l’Assemblée générale, les choses avancent et font progresser les consciences. Plus personne n’oserait dire que c’est la fatalité qui tue. Karl Marx a dit: «Le révolutionnaire doit être capable d’entendre pousser l’herbe.» Et cette herbe, elle pousse!
  Sur la question des discriminations sexuelles, qui est, je le répète, d’une totale absurdité, il y a des progrès. Et surtout la conscience chez beaucoup de gens que c’est une lutte d’avant-garde. Ce qui est impliqué c’est beaucoup plus, même si c’est déjà pas mal, que le respect égal pour tous les êtres, l’égalité devant le droit quelles que soient leurs préférences sexuelles. C’est une lutte qui profite finalement à tous ceux qui souffrent d’inégalité, de discrimination sociale, politique ou religieuse. L’inégalité, l’injustice, le préjugé, la discrimination, la diffamation sont des pathologies sociales qui affectent tout le corps social bien au-delà de ces minorités combattantes »
18/05  -  LGBT : Aujourd'hui , des personnes sont tuées pour leur choix de vie, nous devons réagir pour barrer le chemin à la sauvagerie et à l'archaïsme. Amnesty International, ILGA Europe, le département d’État américain et le Parlement européen réclament l’ouverture d’une enquête.(Médiapart). La persécution d'homosexuels, transsexuels etc à Grozny en Tchétchénie dont le président est Kadirov, soulève l’étonnement et la révolte. Certains n’hésitent pas à parler de  camps d'extermination. (Voir)
Dans les P.O. en 2016, 40% d’actes homophobes en plus , comme le rappelle Jean-Christophe Plas, délégué de l’association d’utilité publique « Le Refuge » qui accueille et accompagne les jeunes en situation d’errance du fait d’une homophobie (06 31 59 69 50)
-  23/05  -  En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée « sur des thèmes politiquement et éthiquement controversés tels que les migrations et l’orientation sexuelle des personnes »…( https://blogs.mediapart.fr/eric-fassin/blog/230518/une-journee-d-etudes-sur-l-asile-lgbt-censuree-l-universite-de-verone)
-  20/06  -  l’Organisation Mondiale de la Santé ne considère plus le transsexualisme comme maladie mentale. C’est ce qu’il ressort de la 11 ème version de la Classification internationale des Maladie (CIM).  Une victoire plus que symbolique pour la communauté transsexuelle.
En février 2010, la France avait été le premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques

L’incongruence de genre, à savoir le transsexualisme, n’est désormais plus la manifestation d’un désordre mental selon l'OMS. Ainsi, l’OMS s’attend à ce que la nouvelle classification réduise la stigmatisation d’une communauté jugée déviante par la société. Les mesures politiques servent aussi à créer le terreau fertile nécessaire à une évolution profonde des mœurs. En France et dans de nombreux pays d’Europe, le mariage homosexuel a été légalisé. La dynamique semble aller vers une normalisation de l’homosexualité et de la Trans-identité (décalage entre le sexe biologique et l’identité de genre). Elle pourrait contribuer à une meilleure acceptation de ces personnes dans la société »  (https://www.allodocteurs.fr/sexo/pour-l-oms-le-transsexualisme-n-est-plus-une-pathologie-mentale_24979.html#xtor=EPR-1000002224)
-  27/06  -  Lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels... Une personne LGBT sur deux a déjà fait l'objet d'insultes, de moqueries ou d'agressions physiques en France métropolitaine. C'est le constat dressé par l'Observatoire LGBT+, le nouvel organe thématique de la fondation Jean-Jaurès, dans un sondage réalisé par l'Ifop* et révélé mercredi 27 juin par franceinfo. (https://www.francetvinfo.fr/societe/lgbt/info-franceinfo-moqueries-insultes-violences-une-personne-lgbt-sur-deux-a-deja-subi-au-moins-une-agression-homophobe-dans-sa-vie_2820495.html#xtor=EPR-51-[info-franceinfo-moqueries-nsultes-violences-une-personne-lgbt-sur-deux-a-deja-subi-au-moins-une-agression-homophobe-dans-sa-vie_2822125]-20180627-[bouton])
-  30/06  -  La Marche des fiertés demande l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires, mesure de justice sociale pour celles qui n’ont pas les moyens de partir à l’étranger. (Le Monde, p12)

HOMOSEXUALITE  et  HOMOPHOBIE                 

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Vous êtes ici : Accueil  »  Sommaire  »    Homosexualité